Vailly-sur-Aisne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vailly sur Aisne)

Vailly-sur-Aisne
Vailly-sur-Aisne
La mairie de Vailly-sur-Aisne.
Blason de Vailly-sur-Aisne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Soissons
Intercommunalité Communauté de communes du Val de l'Aisne
Maire
Mandat
Arnaud Battefort
2020-2026
Code postal 02370
Code commune 02758
Démographie
Gentilé Vaillysien(ne)s
Population
municipale
2 008 hab. (2018 en diminution de 1,38 % par rapport à 2013)
Densité 201 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 36″ nord, 3° 31′ 02″ est
Altitude 42 m
Min. 42 m
Max. 192 m
Superficie 9,97 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Soissons
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fère-en-Tardenois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Vailly-sur-Aisne
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Vailly-sur-Aisne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vailly-sur-Aisne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vailly-sur-Aisne
Liens
Site web vailly-sur-aisne.fr

Vailly-sur-Aisne est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vailly-sur-Aisne est un bourg situé sur la rive droite de l'Aisne à une vingtaine de kilomètres à l'est de Soissons. La petite ville est encaissée au pied du versant sud du plateau de l'Abondin lequel annonce le Chemin des Dames.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Aizy-Jouy Ostel Rose des vents
Celles-sur-Aisne N Chavonne
O    Vailly-sur-Aisne    E
S
Chassemy Presles-et-Boves

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Vailly-sur-Aisne est une commune rurale[Note 1],[1]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vailly-sur-Aisne, une unité urbaine monocommunale[4] de 2 003 habitants en 2017, constituant une ville isolée[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Soissons, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 93 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (51,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (50,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (39,5 %), forêts (22,8 %), zones urbanisées (14,5 %), prairies (12,4 %), eaux continentales[Note 3] (10,8 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

Des traces de vie furent relevées sur la commune avec des dents et défenses de mammouths, visibles au musée Saint-Remi de Reims.

Dent et défense de mammouth.

L'Antiquité[modifier | modifier le code]

Vailly-sur-Aisne a une longue histoire. Fondée par des Gaulois, elle voit le passage de Jules César et subit la cohabitation gallo-romaine (vestiges de substructions de thermes et d'une villa retrouvés au nord de la ville) jusqu'à l'avancée dans les terres soissonnaises des troupes de Mérovée, aïeul de Clovis Ier. Soissons devient la capitale des Francs. Clovis élargit le royaume et désigne Paris comme capitale. Vailly, quant à elle, est entourée de murs en bois, de simples palissades devancées d'un fossé, aujourd'hui correspondant à la place dite du Jeu de Paume.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Entre l'Antiquité et le milieu du Moyen Âge, rien de remarquable ne se passa à Vailly. Ce n'est qu'en que le roi de France, Charles VII, après son sacre à Reims et sa visite sur le tombeau de saint Marcoul à Corbeny, accompagné de Jeanne d'Arc, stationna à Vailly où il passa la nuit[11].

Premier Empire[modifier | modifier le code]

Pendant l'ère napoléonienne, des Vaillysiens furent sous les ordres de l'Empereur pour de multiples batailles. Ils sont au nombre de deux et leurs noms sont inscrits sur l'Arc de Triomphe à Paris :

  • Le général de division Claude Carra de Saint-Cyr, mort à Vailly le 5 janvier 1834, né le 28 juillet 1760 à Lyon. Entré fort jeune dans le régiment d'infanterie de Bourbonnais, il fit avec ce corps la guerre d'indépendance des États-Unis. Rentré en France en 1784, le crédit dont il jouissait auprès du général Aubert du Bayet lui procura un avancement rapide. Nommé général de brigade en l'an II, il contribua à la pacification de la Vendée. Rappelé à Paris, il fut employé au ministère de la Guerre. En 1796, il accompagna son protecteur à l'ambassade de Constantinople, et demeura chargé, après six mois, des affaires de la République près de la Porte Ottomane. En 1798, il épousa la veuve de Dubayet, reprit la carrière des armes, s'empara de la ville de Deux-Ponts, se signala à Fribourg, qu'il prit, à Marengo et à Hohenlinden. Général de division après la rupture du traité d'Amiens, il commanda, en 1805, l'armée d'occupation dans le royaume de Naples, et fit 6 000 prisonniers autrichiens lors de la retraite de l'archiduc Charles. À Eylau, où il se distingua, il obtint le titre de grand officier de la Légion d'honneur. Il fut nommé comte de l'Empire en 1808, et gouverneur de Dresde. Il était dans les provinces illyriennes en 1812, lorsque Napoléon Ier le rappela pour lui donner la 32e division militaire (Hambourg), qu'il abandonna l'année suivante. En 1814, l'Empereur le chargea de la défense de Valenciennes et de Condé. Louis XVIII le nomma chevalier de Saint-Louis et gouverneur de la Guyane française. Admis à la retraite en 1824, il mourut à Vailly-sur-Aisne, le . Son nom figure sur la partie est de l'arc de l'Étoile.nobr|
  • Le général Henri François Marie Charpentier né à Soissons (Aisne), . Sa tombe se trouve au cimetière de Vailly-sur-Aisne, dans un caveau abritant également la dépouille du général Claude Carra Saint-Cyr.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Ruines du village, à l'issue de la Première Guerre mondiale.
Le faubourg de la rivière, à la même époque.

Vailly, située dans la vallée de l'Aisne et quelques kilomètres au sud du Chemin des Dames, va se voir piégée par sa situation géographique. Pendant l'offensive du plan Schlieffen qui devait prendre Paris, les Allemands vont franchir le Chemin des Dames, puis la Marne pour être stoppés à cet endroit : ce fut la première bataille de la Marne. Les Allemands, arrêtés à 150 kilomètres de Paris dans la forêt de Saint-Gobain par Joffre, se voient obligés de battre en retraite vers le Chemin des Dames. Les Français pourchassent l'envahisseur mais arrivés au Chemin si connu, ils sont arrêtés par les armées allemandes qui, surplombant la vallée de l'Aisne, les piègent dans cette même vallée. Vailly se retrouve donc pris en « sandwich » par les deux armées. La voie de chemin de fer qui longeait la rivière fut alors complètement détruite et ne fut jamais reconstruite, seule subsiste aujourd'hui l'ancienne gare. Occupée par la France, la modeste cité sert de camp de médecine de première, seconde et troisième lignes.
Le cimetière militaire d'aujourd'hui était, à l'époque, l'endroit où l'armée entreposait les morts avant de les renvoyer dans leurs patries. Lors des offensives de 1916 et 1917, Vailly fut débordée par le nombre de blessés qui avait été mal estimé lors de la bataille du Chemin des Dames. Vailly, située au cœur des combats, fut une ville détruite à 90 %, seulement une maison et l'actuel office de tourisme sont restés debout, malgré quelques égratignures...
Vailly reçut après la fin de la guerre, la médaille de service rendu à la France pendant une période difficile, et un mérite à la population touchée physiquement et moralement. Cette guerre laissa des séquelles chez les Vaillysiens.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre fut d'une rapidité si extrême que, dès l'annonce de l'avancée des troupes allemandes au nord, les habitants n'ont eu que pour seul devoir de subir. En effet, ceux qui s'exilèrent furent rattrapés par la Blitzkrieg à hauteur de Dijon.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1833 octobre 1837 Mennessier Michel Joseph Victor   Notaire
octobre 1944 1947 Hervé Delcelier SFIO Géomètre
Conseiller général du canton de Vailly-sur-Aisne (1945 → 1949)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1971 mars 1977 Pierre Gourmain Rad. puis
CD puis DVD
Garagiste
Conseiller général du canton de Vailly-sur-Aisne (1949 → 1979)
Vice-président du conseil général de l'Aisne
avant 1988 ? Jeanne Lloret    
juin 1995 mars 2014 Annick Venet[12] DVD Infirmière
Conseillère générale du canton de Vailly-sur-Aisne (1990 → 2015)
Présidente de la CC du Val de l'Aisne (2008 → 2014)
mars 2014[13] En cours
(au 14 juillet 2020)
Arnaud Battefort PS puis DVG Consultant en communication graphique
Réélu pour le mandat 2020-2026

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'école.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[15].

En 2018, la commune comptait 2 008 habitants[Note 4], en diminution de 1,38 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5471 4811 3691 2691 4731 5441 5941 6451 615
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 4321 7191 7481 6481 6611 6691 6231 5851 546
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 6801 8122 0561 4131 8521 8601 6311 6751 555
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 5891 8301 8551 8831 9802 0812 1222 0842 018
2018 - - - - - - - -
2 008--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activités sportives[modifier | modifier le code]

On retrouve de nombreuses associations sportives dans la commune dont :

  • Le B.C.V.F.C. (Braine Chassemy Vailly Football Club), le club de football. Né de la fusion en 2004 de l'A.S.V. (Association Sportive Vaillysienne) et des clubs des deux villages alentour de (Braine et Chassemy), il fait partie d'un des plus anciens clubs de France, fondé par un Anglais au début du XXe siècle. Cette initiative a été menée par Patrick Le Luherne, 1er Président du B.C.V.F.C., et par Didier Carbonnaux. Ce dernier, pour ses implications sportive et éducative dans la commune, a donné son nom au complexe de la ville regroupant les infrastructures pour le sport et la jeunesse ;
  • La Compagnie d'Arc ;
  • L'Ecole de Boxe ;
  • Le Judo Club Vailly ;
  • La Randonné Pédestre Vaillysienne ;
  • La Pétanque Vaillysienne ;
  • Le club de tennis ;
  • Le Volant Vaillysien.

Activités économiques[modifier | modifier le code]

On retrouve de nombreux petits commerces locaux, dont deux boulangeries, une charcuterie, une boucherie, un traiteur. Mais aussi un supermarché, deux transporteurs routiers, une entreprise de fabrication de menuiseries, une pharmacie, une poste, une gendarmerie, une caserne de pompiers, deux cabinets de médecins.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Lieux de mémoire de la Grande Guerre[modifier | modifier le code]

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Ce monument aux morts est l’œuvre d'Antoine Sartorio. Il a été inauguré, le , par Édouard Herriot, ministre de l'Instruction publique.

Nécropole nationale[modifier | modifier le code]
La nécropole nationale de Vailly-sur-Aisne.

La nécropole nationale de Vailly-sur-Aisne située en bordure de la RD 925, à l'entrée du village, en arrivant de Condé-sur-Aisne, est voisine du cimetière militaire britannique.

Cimetière militaire britannique[modifier | modifier le code]
Le cimetière militaire britannique de Vailly-sur-Aisne.

Il est situé à côté de la nécropole nationale et rassemble 677 corps : 674 Britanniques, 1 Canadien, 1 Allemand et 1 Français. Créé en , ce cimetière militaire a été agrandi après 1918.

C'est à Vailly-sur-Aisne, le , que la 3e division britannique traversa l'Aisne après la bataille de la Marne[18].

Cartes postales anciennes[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vailly-sur-Aisne Blason
D’azur à la lettre V capitale d’or surmontée d’une fleur de lys du même[19].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021)
  2. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 23 mars 2021)
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 23 mars 2021)
  4. « Unité urbaine 2020 de Vailly-sur-Aisne », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 23 mars 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021)
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 23 mars 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 21 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 21 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Chronique de la Pucelle de Denis Godefroy (1661)
  12. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  13. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 17 août 2014)
  14. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  18. « British cemetery - Vailly-sur-Aisne », sur Picardie 14-18 (consulté le 31 août 2020).
  19. « 02758 Vailly-sur-Aisne (Aisne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 24 avril 2020).