Belleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Belleu
Belleu
La mairie.
Blason de Belleu
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Soissons
Intercommunalité CA GrandSoissons Agglomération
Maire
Mandat
Philippe Montaron
2020-2026
Code postal 02200
Code commune 02064
Démographie
Gentilé Belleusiens
Population
municipale
3 832 hab. (2019 en diminution de 0,75 % par rapport à 2013)
Densité 846 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 21′ 33″ nord, 3° 20′ 08″ est
Altitude Min. 45 m
Max. 162 m
Superficie 4,53 km2
Unité urbaine Soissons
(banlieue)
Aire d'attraction Soissons
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Soissons-2
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Belleu
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Belleu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Belleu
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Belleu
Liens
Site web mairie-belleu.com

Belleu est une commune française située dans le département de l'Aisne en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Cette localité est située près de Soissons, Belleu est sa banlieue. Elle est limitrophe au sud-est de la ville de Soissons, et est traversée par de nombreuses routes, dont la route nationale 2, qui assure le demi-contournement de Soissons. La route RN 31 permet également d'aller sur Reims en 45 minutes, et la RN 2 permet de se rendre à l'aéroport Paris Charles-de-Gaulle en 45 minutes, et à Paris en 1 h.

Elle est également traversée par la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière), dont la station la plus proche est la gare de Soissons, qui jouxte le territoire communal. Elle est desservie par des trains TER Hauts-de-France, express et omnibus, qui effectuent des missions entre les gares : de Crépy-en-Valois et de Laon ; de Paris-Nord et de Laon.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Localisation[modifier | modifier le code]

Entrée de Belleu.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[1]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[2].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[1]

  • Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,7 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,2 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 726 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,3 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,9 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Soissons », sur la commune de Soissons, mise en service en 1963[7] et qui se trouve à 3 km à vol d'oiseau[8],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 11,2 °C et la hauteur de précipitations de 730,9 mm pour la période 1981-2010[9]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Quentin », sur la commune de Fontaine-lès-Clercs, mise en service en 1933 et à 50 km[10], la température moyenne annuelle évolue de 10 °C pour la période 1971-2000[11] à 10,3 °C pour 1981-2010[12], puis à 10,8 °C pour 1991-2020[13].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes routiers[modifier | modifier le code]

La commune de Belleu est au centre de plusieurs routes :

Rail[modifier | modifier le code]

La gare de Soissons, à proximité immédiate de Belleu, est desservie par le TER Hauts-de-France (Paris - Laon), se situe sur la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière belge).

Aéroport[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est celui de Roissy Charles-de-Gaulle, situé à 80 km par la route nationale 2. Aucune desserte n'est assurée par le rail, mais un service de navettes (bus) existe quotidiennement au départ et à destination de Soissons. Le projet[14] pour réaliser une "virgule" en permettant de relier l'aéroport au Soissonnais, est à l'étude[15] depuis une dizaine d'années.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transports en commun de Soissons.

Belleu dispose d'une ligne de bus urbain (ligne 11[16]), le réseau SITUS comprenant 13 arrêts[17] dans la ville de Belleu, en direction de Soissons, la ville-centre.

Déplacements doux[modifier | modifier le code]

Belleu bénéficie depuis 2020, du réseau de vélos en libre-service, Cyclovis mis en place par GrandSoissons Agglomération. 2 arrêts, Collège de Belleu et quartier des 2 lions, permettent de circuler en vélo libre-service dans l'agglomération Soissonnaise.

La ville prévoit d'avoir un schéma cyclable avec les collectivités[18] ; les pistes cyclables étant discontinues et peu nombreuses à l'intérieur de la ville.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Belleu est une commune urbaine[Note 6],[19]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[20],[21]. Elle appartient à l'unité urbaine de Soissons, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[22] et 43 098 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[23],[24].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Soissons, dont elle est une commune du pôle principal[Note 7]. Cette aire, qui regroupe 93 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[25],[26].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (41 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (41 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (36 %), zones urbanisées (32,8 %), forêts (23 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (5,6 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,6 %)[27].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[28].

Projets[modifier | modifier le code]

  • Projet de réseau de chauffage urbain : en 2025 pour les bâtiments communaux puis dans un objectif pour les locataires de logements sociaux[29].
  • Projet de requalification de la friche de l'ancienne Emaillerie de Belleu, située rue Claude-Debussy en centre de caserne SDIS[30] ou en logements ( car située dans une zone pavillonnaire). Depuis plus de 20 ans[31], la ville cherche à dépolluer pour requalifier ce site de 3 hectares[32], très bien situé.
  • Projet de création d'une maison de santé[33],[34]
  • Projet de réfection des sanitaires et du préau de l'école Jules-Verne[33]
  • Projet de l'aménagement de la Maison de la petite enfance[33]
  • Projet d'embellissement du parvis de l'église[33]
  • Projet de requalification de l'avenue de Château-Thierry[33].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attesté en 1143 sous la forme latinisée de bellus Locus « le beau lieu »[35].

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale

Le village a subi des destructions pendant la guerre[36] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [37].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Belleu est membre de l'intercommunalité GrandSoissons Agglomération, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Cuffies. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[38].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Soissons, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[39]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Soissons-2 pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[39], et de la quatrième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[40].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du premier tour des élections municipales de 2014 dans l'Aisne, la liste DVG menée par Philippe Montaron obtient la majorité absolue des suffrages exprimés, avec 1 072 voix (64,73 %, 23 conseillers municipaux élus dont 4 communautaires), devançant largement les listes menées respectivement par[41] :
- Gérard Magnier (SE, 401 voix, 24,21 %, 3 conseillers municipaux élus) ;
- Jamal Karmoud-foreau (SE, 183 voix, 1 conseiller municipal élu).
Lors de ce scrutin, 33,19 des électeurs se sont abstenus.

Seule la liste menée par le maire sortant Philippe Montaron était candidate aux élections municipales de 2020 dans l'Aisne à Belleu. Elle a donc obtenu la totalité des 607 suffrages exprimés, lors d'un scrutin marqué par la crise de la Pandémie de Covid-19 en France où 42,44 % des électeurs se sont abstenus[42].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1874 1875 M. O de l'Isle[43]    
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1988   Robert Cappe[44] PS Syndicaliste, secrétaire de la Fédération FO des cheminots (1973 → 1978)
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2014 Bernard Grégoire[45],[46] PS  
mars 2014[47] En cours
(au 18 janvier 2021)
Philippe Montaron DVG Professeur
Vice-président de la CA GrandSoissons Agglomération (2014 → )
Réélu pour le mandat 2020-2026[48]

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

Confrontée à une forte croissance de ses dépenses de fonctionnement, notamment de personnel (+11 % en 2018, puis +6 % en 2019), la commune n'a pu équilibrer son budget en 2020, obligeant la commune a opérer une forte augmentation des taxes foncière, conformité avec les prescriptions de la Chambre régionale des comptes[49],[50].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[51]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[52].

En 2019, la commune comptait 3 832 habitants[Note 8], en diminution de 0,75 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,61 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
350348351342384382380380426
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
411493522565602649770831852
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
9381 0421 0591 2731 4461 6081 6191 4971 619
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 7233 5583 6064 2634 0834 0313 9693 8673 740
2019 - - - - - - - -
3 832--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[53] puis Insee à partir de 2006[54].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 28,5 %, soit en dessous de la moyenne départementale (35,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 35 % la même année, alors qu'il est de 26,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 771 hommes pour 2 044 femmes, soit un taux de 53,58 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,26 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[55]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,2 
90 ou +
3,9 
10,2 
75-89 ans
15,2 
20,1 
60-74 ans
18,9 
21,5 
45-59 ans
20,7 
15,8 
30-44 ans
15,0 
15,0 
15-29 ans
12,1 
16,2 
0-14 ans
14,1 
Pyramide des âges du département de l'Aisne en 2018 en pourcentage[56]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
6,4 
75-89 ans
9,6 
17,4 
60-74 ans
17,9 
20,5 
45-59 ans
19,7 
18,2 
30-44 ans
17,6 
17,1 
15-29 ans
15,5 
19,8 
0-14 ans
18 

Équipements collectifs et établissements scolaires[modifier | modifier le code]

  • Bibliothèque Pénélope-Bagieu[57]
  • Maison des Associations
  • Collège Jean-Mermoz
  • École élémentaire Jules-Verne
  • École élémentaire Léo-Lagrange
  • École maternelle Pasteur
  • École maternelle Les Tournelles
  • Complexe sportif Pierre-Richon
  • Dojo

Sécurité[modifier | modifier le code]

En 2021, la commune a équipé sa police municipale de pistolets semi-automatiques[58].

De nombreux dos d'ânes ont été installés dans la commune, et depuis quelques années, toute la commune est en zone 30, mis à part 2 axes (route de Fère en Tardenois et route de Château-Thierry).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-André des XIIe, XVIe et XIXe siècles, classée aux monuments historiques depuis 1920[59] et qui renferme :
  • Monument aux morts.
  • Mémorial des déportés. Un mémorial au long de l'ancienne voie ferrée commémore que pendant la guerre 1939-1945, Berreu a vu passer les trains transportant de nombreux déportés.
  • Manoir du Fief des Tournelles, du XVe siècle, dont la façade ouest est classée depuis 1928[62].
  • Maisons de source et aqueduc[63].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Belleu Blason
D'or au sautoir de gueules ; au chef d'azur chargé d'une fleur de lis d'argent accostée de deux crosserons d'or adossées et mouvant du trait du chef[65].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Devise
Par l'égalité, dans la liberté, vers la fraternité
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[3].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[4].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  3. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  4. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  7. « Station Météo-France Soissons - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Orthodromie entre Belleu et Soissons », sur fr.distance.to (consulté le ).
  9. « Station Météo-France Soissons - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Orthodromie entre Belleu et Fontaine-lès-Clercs », sur fr.distance.to (consulté le ).
  11. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Station météorologique de Saint-Quentin - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  14. Agglo Soissonnais, « La virgule - Raccordement à Roissy », sur Site Internet de l' Agglo Soissonnais (consulté le )
  15. « Raccordement du Paris-Laon à Roissy, l’étude enfin lancée », sur Journal L'Union, (consulté le )
  16. « https://mobilinfos.org/ville/belleu/ », sur https://mobilinfos.org/ (consulté le )
  17. SITUS, « Fiche horaires ligne 11 - Belleu -Soissons » Accès libre [fichier pdf], (consulté le )
  18. « Les collectivités du Soissonnais lancent un grand plan vélo », sur Journal L'Union abonné, (consulté le )
  19. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  20. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  22. « Unité urbaine 2020 de Soissons », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  23. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  24. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  25. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le )
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  27. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  28. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  29. « Soissons a un nouveau projet pour chauffer plus de 3000 logements », sur Journal L'Union abonné, (consulté le )
  30. « Qui défendra le mieux le projet de nouveau centre de secours? », sur Journal L'Union abonné, (consulté le )
  31. « Belleu va enfin acquérir la friche de l’Émaillerie », sur Journal L'Union abonné, (consulté le )
  32. « Journal L'Ardennais abonné », sur Journal L'Ardennais abonné (consulté le )
  33. a b c d et e « Belleu prévoit d’augmenter les impôts locaux mais pas comme en 2020 », sur Journal L'Union abonné, (consulté le )
  34. « Le modèle de la maison médicale de Villeneuve-Saint-Germain est-il duplicable? », sur Journal L'Union abonné, (consulté le )
  35. TGF, vol 2 (Ernest Nègre)
  36. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  37. Journal officiel du 30 août 1923, p. 8504.
  38. « GrandSoissons Agglomération - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  39. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Belleu », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  40. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  41. Résultats officiels pour la commune Belleu
  42. « Aisne (02) - Belleu », Résultats des élections municipales et communautaires 2020, Ministère de l'intérieur (consulté le ).
  43. Almanach annuaire historique, administratif & commercial de la Marne, de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine de 1875, Reims p184.
  44. Louis Botella, « CAPPE Robert, Moïse : Né le 26 juin 1922 à Montreuil-sur-Mer (Pas-de-Calais), mort le 5 juin 2010 à Noyon (Oise) ; ouvrier auxiliaire puis employé administratif puis agent de maîtrise puis cadre ; secrétaire de l’Union Nord (1956-1972) ; secrétaire de la Fédération FO des cheminots (1973-1978) ; conseiller municipal socialiste et maire de Belleu (Aisne) », Le Maitron en ligne, 30/6/2008 mis à jour le 2/12/2020 (consulté le ).
  45. « Danielle et Bernard Grégoire, un couple en or à Belleu : L’ancien maire de la commune a fêté ses 50 ans de mariage avec son épouse Danielle. Retour sur une histoire très belleusienne », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  46. Réélu pour le mandat 2008-2014 : Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  47. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le )
  48. « Municipales: un second mandat pour Philippe Montaron, maire de Belleu », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  49. Remi Havyarimana, « Dans « une impasse budgétaire », la mairie de Belleu contrainte d’augmenter ses impôts : La Chambre régionale des comptes pointe « la situation financière tendue » de la commune et impose des hausses d’impôts supplémentaires », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. Julien Assailly, « La hausse brutale des impôts fonciers passe mal à Belleu : La mairie a été contrainte d’augmenter fortement les impôts. Les habitants viennent de recevoir la somme à régler d’ici février. Certains ont entre 280 et 600 euros en plus à payer », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  51. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  52. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  53. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  54. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  55. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Belleu (02064) », (consulté le ).
  56. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de l'Aisne (02) », (consulté le ).
  57. « Belleu: la dessinatrice Pénélope Bagieu était présente pour l’inauguration d’une bibliothèque à son nom : La dessinatrice, qui a donné son nom à la nouvelle structure de la commune, a rencontré ses fans axonais », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  58. Remi Havyarimana, Herve Marti et Ludivine Bleuzé-Martin, « Dans le Soissonnais, la police municipale prend les armes : Depuis le 6 janvier, Belleu a armé ses policiers municipaux de pistolets semi-automatiques. Soissons et Villers-Cotterêts ont équipé les leurs depuis plusieurs années », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. « Eglise Saint-André », notice no PA00115524, base Mérimée, ministère français de la Culture
  60. « tableau : tête de Christ », notice no PM02000080, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  61. « autel, retable », notice no PM02000079, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  62. « Ancien manoir dit Fief des Tournelles », notice no PA00115525, base Mérimée, ministère français de la Culture
  63. « Maisons de source et aqueduc », notice no PA02000065, base Mérimée, ministère français de la Culture
  64. https://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article4627
  65. « 02064 Belleu (Aisne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).