Nanteuil-la-Fosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Nanteuil-la-Fosse
Nanteuil-la-Fosse
Mairie-école.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Soissons
Intercommunalité Communauté de communes du Val de l'Aisne
Maire
Mandat
Pascal Charpentier
2020-2026
Code postal 02880
Code commune 02537
Démographie
Gentilé Nantolien(ne)s
Population
municipale
196 hab. (2018 en augmentation de 11,36 % par rapport à 2013)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 26′ 11″ nord, 3° 27′ 15″ est
Altitude 70 m
Min. 79 m
Max. 176 m
Superficie 7,36 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Soissons
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fère-en-Tardenois
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Nanteuil-la-Fosse
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Nanteuil-la-Fosse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nanteuil-la-Fosse
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nanteuil-la-Fosse

Nanteuil-la-Fosse est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Entrée de Nanteuil-la-Fosse.

Nanteuil-la-Fosse est un village rural du Soissonnais, qui se trouve au centre du large vallon du ru de Chibres qui se prolonge au sud par Chivres-Val vers l'Aisne.

Nanteuil-la-Fosse est situé à 15 km au nord-est de la sous-préfecture Soissons et à 24 km de la préfecture Laon. La Route nationale 2 constitue la limite nord du territoire communal.

Le sentier de grande randonnée 12 passe au centre du village.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six communes :

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est drainé par plusieurs ruisseaux, qui, réunis, confluent dans l'Aisne.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Nanteuil-la-Fosse est une commune rurale, car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Soissons, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 93 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[3],[4].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Circonscriptions d'Ancien-Régime

La paroisse dépendait de l'intendance, du bailliage, de l'élection et du diocèse de Soissons[5].

Première Guerre mondiale
Le village a notamment été concerné par la bataille du Chemin des Dames. Il fut aux avants postes pendant toute la première guerre mondiale, notamment lors de l'offensive Nivelle de 1917 et de la bataille de la Malmaison.
  • 1914 : Nanteuil est envahie par 10 000 soldats des armées allemandes et se trouve sur la ligne de front.
  • 1915 : le , la centaine d'habitants restés malgré la guerre sont rassemblés sur la place du village et évacués par l'occupant par mesure de sécurité vers Rastadt en Allemagne. Certains seront expulsés vers la Suisse puis regagneront le Sud de la France.
  • 1917 : le , le 140e régiment d'infanterie de ligne est en réserve à la carrière Saint-Blaise. Des pièces de 400 mm assurent la préparation d’artillerie depuis les hauteurs de Vregny.
    À 5 h 15, il attaque sur la ferme Mennejean pour la reprise du plateau et du fort de la Malmaison. Il fait face à la 13e division d'infanterie allemande, dont le 55e régiment d'infanterie, dit de l'Impératrice Augusta.
    Le poste de commandement du colonel est aménagé à Mennejean.
  • 1918 : le village est totalement détruit. Nanteuil comptait, avant guerre, trois hameaux avec Mennejean, Chimy/la Quincy et Vauveny. Ce dernier, situé en contrebas du Moulin de Laffaux, est alors déserté et abandonné.
Le village est considéré comme détruit à la fin de la guerre[6] et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918, le [7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Fin du XXe siècle
  • 1981 : Gaz de France installe une plateforme de forage au milieu du village dans le but de stocker du gaz naturel dans le sous-sol[8]. L'installation est abandonnée en 1985.
  • 2000 : les habitants célèbrent leur premier centenaire : Francis Aubry, né le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Soissons du département de l'Aisne. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1988 de la cinquième circonscription de l'Aisne.

Elle faisait partie depuis 1790 du canton de Vailly-sur-Aisne[9]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais intégrée au canton de Fère-en-Tardenois.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre fondateur de la communauté de communes du Val de l'Aisne, créée fin 1994.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1874 après 1876 Gandon    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 François Beauchamps    
mars 2008[10] avril 2014 Jacques Cornu Langy    
avril 2014[11] En cours
(au 13 juillet 2020)
Pascal Charpentier DVD Agriculteur
Réélu pour le mandat 2020-2026[12]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[14].

En 2018, la commune comptait 196 habitants[Note 3], en augmentation de 11,36 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
321355341352397350377391377
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
366345343339303312304297298
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
26125024888225220210265208
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
185219159155147134138139139
2013 2018 - - - - - - -
176196-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Médard de Nanteuil-la-Fosse datant du XIIe siècle, qui fut détruite en 1914 et reconstruite en un style plus moderne.
  • Le monument aux morts, surmonté d'une croix .
  • Le monument des fusiliers marins au bord de la D 23.
  • Une croix funéraire commémorant le commandant Marcel-Armand Demongeot, mort en 1918, au carrefour de la D 423 direction Sancy-les-Cheminots.
  • Le château de La Quincy a été construit en 1626 sur la base d'une ferme.
    Au XIXe siècle, Louise Bourru, héritière du domaine et petite-fille du docteur Edme-Claude Bourru, épouse le comte Camille Ordener. Deux tourelles octogonales sont construites entre 1841 et 1850.
    Le château est reconstruit à partir de 1920 par Antoine de Fontbrune. Une tour octogonale partiellement démolie fut conservée. Sur un balcon au 1er étage, furent placées les lettres O, qui avaient eu place sous la famille Ordener.
    C'est aujourd'hui un gite rural apprécié notamment des Anglo-saxons.
  • Passage du sentier de grande randonnée GR 12 au centre du village.
  • Carrière Saint-Blaise.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 4 novembre 2020)
  5. « Nanteuil-la-Fosse », Communes, sur https://www.genealogie-aisne.com (consulté le 31 décembre 2019).
  6. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  7. Journal officiel du 26 avril 1921, p. 5069.
  8. Hubert Buissart, « Le Wealdien du Bassin de Paris : approches sédimentologique et paléogéographique; applications au stockage souterrain de gaz naturel » [PDF], THESE présentée à L'Universite des sciences et techniques de Lille - Flandres - Artois pour obtenir le titre de docteur de l'université de Lille 1 spécialité Géologie appliquée, (consulté le 31 décembre 2019), p. 63, 66.
  9. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  11. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 8 août 2014)
  12. « Privés d’électricité pendant plus de trois jours dans un hameau près de Soissons », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le 31 décembre 2019).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  16. « Giono, Dreyfus, De Lattre et quelques autres croisés en chemin », Hors-série du magazine L’Aisne « 1917 - Le Chemin des Dames - Les évènements, les hommes, débats, aujourd'hui »,‎ , p. 46-49 (lire en ligne, consulté le 31 décembre 2019).
  17. « Tombe du Commandant Demongeot, à Mennejean (02) » [PDF], Dossier de monument, Mairie de Château-Thierry, (consulté le 31 décembre 2019).