Septmonts

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Septmonts
Une rue de Septmonts
Une rue de Septmonts
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Soissons
Canton Soissons-Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Soissonnais
Maire
Mandat
Michel Douay
2008-2014
Code postal 02200
Code commune 02706
Démographie
Gentilé septmontois ou septmontais
Population
municipale
587 hab. (2011)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 20′ 04″ N 3° 21′ 28″ E / 49.3344444444, 3.35777777778 ()49° 20′ 04″ Nord 3° 21′ 28″ Est / 49.3344444444, 3.35777777778 ()  
Altitude Min. 57 m – Max. 161 m
Superficie 4,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Septmonts

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Septmonts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Septmonts

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Septmonts
Liens
Site web http://www.septmonts-village.fr/

Septmonts (prononcé "Sémon") est une commune de l'Aisne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Septmonts est situé à 5 km de Soissons sur la RN2, en Picardie.

Le village est traversé par une rivière appelée la Crise.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Septmonts a été créée chef-lieu de canton en 1793. En 1801, elle perdit ce statut pour appartenir au canton de Soissons, puis en 1973 à celui de Soissons-sud.

Le 1er août 1835, Victor Hugo, en voyage, écrivait[1] : « À deux lieux de Soissons ... dans une charmante vallée ... il y a un admirable châtelet du XIVe siècle ... ancienne demeure des évêques de Soissons. »

Selon une légende locale transmise par tradition orale, le village tiendrait son nom du Pape Jean VIII. Celui-ci, lors de son passage, aurait constaté que le village, à l'instar de Rome, était entouré de sept collines, d'où le nom de Septmonts (sept monts).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1977 Léon Drivière    
1977 1995 Alain Charmaille   Cadre de direction CPAM
1995 mars 2008 Jean-Marie Carre DVG Entrepreneur
mars 2008   Michel Douay[2]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 587 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
324 408 286 361 428 438 452 450 442
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
427 474 458 445 463 464 437 447 440
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
432 458 412 376 425 432 439 441 466
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
496 532 542 516 515 501 529 532 576
2011 - - - - - - - -
587 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Donjon, palais des évêques et parc.
  • Château
Le donjon aperçu depuis l'entrée du parc.
Au pied du donjon.

Le château, classé Monument Historique[5], a été acquis par la commune en 1978, sous le mandat du maire d'alors, Alain Charmaille, et sa restauration se poursuit aujourd'hui.

Jadis ancienne résidence épiscopale en été, il est situé dans un parc donnant sur la place principale, en face de l'église et de la mairie.

Son donjon du XIVe siècle (43 mètres de haut) reste intact et son accès est libre. Il a été représenté par le dessinateur Jean-Pierre-Léopold Baraquin (œuvre conservée au musée de Soissons).

Les autres parties du domaine et des bâtiments ont davantage souffert, principalement l'ancienne chapelle et la tour carrée. Pourtant, il reste des douves au nord-est (mais leur réseau a partiellement été asséché) et des murailles, vestiges de l'enceinte. Le palais des évêques de style Renaissance, dont les pans de murs étaient restés debout, a fait l'objet d'une patiente restauration et a retrouvé une toiture en 2010.

Au nord du parc, au-delà des douves, ont été aménagés un verger et un arboretum[6].

Le château est ouvert tous les jours, du 2 mai au 30 septembre, mais seulement le week-end, le reste de l'année.

  • Église Saint-André
La poutre de gloire

L'église Saint-André, classée Monument Historique[7], date du XVe siècle. De style flamboyant, avec un clocher à flèche de pierre à crochets, elle possède une magnifique poutre de gloire polychrome, sculptée de médaillons représentant les douze apôtres.

L'église est accolée au vieux cimetière.

  • Place principale :
  • Le vieux cimetière a une croix, inscrite Monument Historique[8]. Certaines tombes, près de l'église et témoignant d'un passé relativement récent, celles des soldats morts pour la France et des notables (notamment les anciens maires de la commune), valent une visite.
  • Mairie
  • Sur la place principale est exposée une charrette qui semble être une vieille voiture-pompe de pompiers.

Particularité architecturale[modifier | modifier le code]

  • De très nombreuses maisons anciennes du village présentent de charmants pignons à pas de moineaux ce qui est typique des maisons anciennes du Soissonnais.

Activités associatives, culturelles, festives et sportives[modifier | modifier le code]

Le festival Pic'arts est organisé dans le parc du château tous les ans[9], le premier weekend du mois de juillet.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Lucot, réalisateur de cinéma et de télévision, décédé à Septmonts le 10 octobre 2003.
  • Yoshiki Hayashi le leader du groupe X Japan est venu tourner quelques plans pour le vidéo-clip de la chanson "Rose Of Pain" dans le donjon en juillet 1989, c'est le réalisateur français Didier Deleskiewicz qui dirigea le tournage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bernard Ancien, Septmonts - Son Château, Son Village, la Vallée de la Crise, 55 pages, Imp. Lescaret, 1971

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]