Villeneuve-Saint-Germain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villeneuve et Saint-Germain.
Villeneuve-Saint-Germain
La mairie.
La mairie.
Blason de Villeneuve-Saint-Germain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Soissons
Canton Soissons-1
Intercommunalité Soissonnais
Maire
Mandat
Alain Raverdy
2014-2020
Code postal 02200
Code commune 02805
Démographie
Gentilé Villeneuvois
Population
municipale
2 512 hab. (2014)
Densité 553 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 48″ nord, 3° 21′ 34″ est
Altitude Min. 42 m
Max. 94[1] m
Superficie 4,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Villeneuve-Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte topographique des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Villeneuve-Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villeneuve-Saint-Germain

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villeneuve-Saint-Germain
Liens
Site web http://www.villeneuve-st-germain.fr

Villeneuve-Saint-Germain est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Villeneuve-Saint-Germain a mis son empreinte dans le domaine archéologique en donnant son nom au Groupe de Villeneuve-Saint-Germain, une culture du Neolithique ancien.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situé à 110 km au nord-est de Paris, Villeneuve-Saint-Germain est limitrophe à la commune de Soissons qui se trouve immédiatement à l'ouest du village[1]. Reims est à 57 km en direction est-sud-est[2].

Soissons et Villeneuve-Saint-Germain sont séparées par la butte du Moulin, mais le territoire de Villeneuve inclut dans sa pointe ouest deux faubourgs de Soissons : Saint-Germain, quartier situé au bord de l'Aisne et dont Villeneuve tire une partie de son nom, et le faubourg de Reims au sud de Saint-Germain[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Comme Soissons, Villeneuve est sur la rive gauche (côté sud) de la rivière Aisne, qui marque la limite nord de la commune sur 5,2 km. Sur cette partie de son parcours, l'Aisne forme vers le nord un large méandre long de 2,8 km ; le trajet en bateau est raccourci par un chenal artificiel de 835 m de long qui se termine à l'ouest par une écluse. Dans la boucle du fleuve ainsi entourée d'eau de toutes parts, appelée le Fond du Ham, une dizaine de captages d'eau ont été installés à côté d'un étang de 4,2 ha[1].

Relief[modifier | modifier le code]

La commune est essentiellement un fond de vallée plat marqué au sud-sud-ouest du bourg par la Butte du Moulin, une colline culminant à 94 m. Le village est situé au pied du flanc nord de cette butte. Hors cette dernière, l'altitude varie entre 42 m dans la boucle de l'Aisne au nord de la commune, et 61 m au sud[1].

Transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Entrée de Villeneuve par la N 31.

Le réseau routier est dominé par deux grands axes qui se croisent en limite sud de commune.

La RN2 traverse la commune sur presque 2 km, en ligne droite vers le nord-est. La RN2 reprend pour l'essentiel de son trajet l'ancienne « route des Flandres », mais celle-ci passait au cœur de la ville de Soissons et la section de RN2 qui traverse Villeneuve fait partie de la dérivation routière qui contourne le centre de Soissons. Cette route est à 4 voies sur environ 740 m dans le sud de la commune ; en limite sud de commune se trouve l'échangeur entre la RN2 et la RN31, qui fait partie du grand contournement de Paris et relie Rouen à Reims[1],[2].

Réseau ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare la plus proche est celle de Soissons, desservie par le TER Picardie (Paris - Laon) et située sur la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière belge).

Une autre ligne de chemin de fer se dirige vers Reims à l'est.

Voies aériennes[modifier | modifier le code]

L'aéroport le plus proche est celui de Roissy Charles-de-Gaulle, situé à 76 km par la route[2]. Aucune desserte n'est directement possible par le rail, mais un service de navettes (bus) existe quotidiennement au départ et à destination de Soissons.

L'aérodrome de Soissons - Courmelles (code OACI : LFJS)[3] est situé sur Courmelles au sud de Soissons, en bordure de la RN 2, à 5 km de Villeneuve[2]. Il est le centre d'activité du club Les Ailes Soissonnaises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Soissons Bucy-le-Long Bucy-le-Long Rose des vents
Soissons N Bucy-le-Long
Venizel
O    Villeneuve-Saint-Germain    E
S
Soissons Billy-sur-Aisne Venizel
Billy-sur-Aisne

Histoire[modifier | modifier le code]

Protohistoire[modifier | modifier le code]

La découverte de l’oppidum de Villeneuve-Saint-Germain remonte au XIXe siècle, entre 1861 et 1880. Cet oppidum appartenant au peuple des Suessions. Il couvre une centaine d'hectares parmi lesquels seuls 3 ha ont été fouillés. Une partie non quantifiable de l'oppidum est à ce jour définitivement détruite[4].

En 1973 l’ouverture d’une carrière au lieu-dit les Grèves a permis à Michel Boureux de découvrir trois plans de maisons du Néolithique de tradition danubienne (culture rubanée) ainsi que les structures de fondations gauloises[4].

Villeneuve-Saint-Germain a donné son nom au Groupe de Villeneuve-Saint-Germain ou « le Villeneuve-Saint-Germain », groupe culturel du Néolithique.

En 2006, lors de la construction d’un bâtiment, une fouille a permis la découverte de deux puits à eau néolithiques et de plusieurs fosses dépotoirs d’époque gauloise[5].

Antiquité[modifier | modifier le code]

En -57 se déroule à proximité le siège de Noviodunum, peut-être l'oppidum de Pommiers, par les troupes de César. Lors de son récit de l'événement Jules César évoque le roi des Suessions Diviciacos et son successeur Galba[6].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Villeneuve-Saint-Germain

Les armes deVilleneuve-Saint-Germain se blasonnent ainsi : De sinople à la roue dentée d’argent posée en pointe, accostée de deux épis de blé tigés et feuillés d’or, et au bonnet phrygien cousu de gueules brochant partiellement en pointe sur la roue dentée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1995 2001 Claude Péchon    
mars 2001 en cours
(au 12 mai 2014)
Alain Raverdy DVD Retraité de l'agriculture
Réélu pour le mandat 2014-2020[7],[8]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 512 habitants, en augmentation de 2,74 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
354 378 349 309 355 345 348 395 366
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
406 482 509 556 599 645 616 688 764
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
912 1 126 1 132 855 1 347 1 386 1 415 1 323 1 581
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
1 850 2 783 2 919 2 833 2 580 2 312 2 425 2 512 2 512
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • Écoles du groupe scolaire Jean-Macé
    • Primaire
    • Maternelle
  • Écoles du groupe scolaire Jean-Zay
    • Primaire
    • Maternelle
  • Collège Louise Michel

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Village néolithique au lieu-dit les Grèves. Groupe culturel néolithique connu sous le nom du Groupe de Villeneuve-Saint-Germain.
  • Église Saint-Germain sur le plateau.
  • Chapelle de Villeneuve-Saint-Germain.
  • Le carré militaire Villeneuve-Saint-Germain.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles François Dulauloy (1761-1832), comte de Randon, général des armées de la République et de l'Empire, est décédé dans cette commune.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes sur la démographie[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Carte IGN interactive de Villeneuve-Saint-Germain sur geoportail.gouv.fr. Couches « cartes IGN classiques » et « Limites administratives » activées. Vous pouvez aisément moduler la transparence des couches dans l'onglet de sélection des couches en haut à droite de la carte. Zoomer en rapprochement pour passer à la carte d'état-major.
  2. a, b, c et d Villeneuve-Saint-Germain sur google maps.
  3. Liste des aérodromes dont la création et la mise en service ont été autorisées, liste no 1 : Aérodromes ouverts à la circulation aérienne publique (Journal officiel no 0159 du 10 juillet 2012, p. 11268)
  4. a et b Archéologie de la Vallée de l'Aisne. ASAVA.
  5. Rapport d'activité 2006 de l’Inrap, page 102.
  6. J. César, Commentaires sur la guerre des Gaules, Livre II, 4-12.
  7. Préfecture de l'Aisne, consulté le 7 juillet 2008
  8. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 17 août 2014)
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .