Saint-Gobain (Aisne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Gobain
Saint-Gobain (Aisne)
La mairie.
Blason de Saint-Gobain
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Intercommunalité CA Chauny-Tergnier-La Fère
Maire
Mandat
Frédéric Mathieu
2020-2026
Code postal 02410
Code commune 02680
Démographie
Population
municipale
2 288 hab. (2018 en augmentation de 0,62 % par rapport à 2013)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 48″ nord, 3° 22′ 33″ est
Altitude Min. 53 m
Max. 207 m
Superficie 29,73 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Tergnier
Législatives 1re circonscription de l'Aisne
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Saint-Gobain
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Saint-Gobain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gobain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gobain
Liens
Site web https://ville-saint-gobain.fr/

Saint-Gobain est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Entrée de Saint-Gobain.

Située à 8 km de La Fère, à 12 km de Coucy-le-Château et de Tergnier, à 14 km de Chauny et d'Anizy-le-Château et à 21 km de Laon, la commune est enserrée par la forêt domaniale de Saint-Gobain, appelée forêt de Voas au Moyen Âge puis haute forêt de Coucy ensuite[1].

La gare la plus proche est la gare de La Fère située à 8 km mais la gare de Tergnier, située à 12 km présente l'avantage d'être desservie par des trains directs pour Paris-Nord et en direction de Maubeuge pour Saint-Quentin.
Saint-Gobain est à 15 km de l'échangeur no 12 de l'A26.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Gobain est une commune rurale[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Gobain, une unité urbaine monocommunale[5] de 2 282 habitants en 2017, constituant une ville isolée[6],[7]. La commune est en outre hors attraction des villes[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (85,5 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (85,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (84,8 %), terres arables (6,8 %), zones urbanisées (5,6 %), zones agricoles hétérogènes (2,1 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,7 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom de Mont-Libre[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

La manufacture au XVIIIe siècle.

En 1692, les associés de la manufacture royale des glaces, créée en 1665 à l'initiative de Jean-Baptiste Colbert pour contrer la suprématie vénitienne dans le domaine des verres à miroir s'implantent sur le site de l'ancien château-fort qu’Enguerrand de Coucy avait fait construire sur l’éperon rocheux de Saint-Gobain et qui avait été démantelé au milieu du XVe siècle, attirés par le caractère isolé des lieux qui préservait les secrets de fabrications, ainsi que par la présence d'importantes forêts pourvoyeuses de bois de chauffage permettant la fusion à haute température du verre. Les premiers verriers de Saint-Gobain proviennent d'une glacerie exploitée à Tourlaville, et l'on compte une centaine d'ouvriers vers 1700, plus les bucherons. En 1788, ils sont 500 et quatre fours de fusion alimentent la manufacture, répartis dans deux halles. La production est arrêtée pendant la Révolution française et reprend en 1795, et surtout à partir de 1800. Vers 1810, la manufacture emploie 1000 personnes et dispose de 4 fours répartis dans quatre halles. À partir de 1806, la production de l'usine se diversifie : en effet, pour abaisser la température de fusion (1700°) du sable pour le transformer en verre , on peut ajouter des « fondants », comme la soude, et une première soudière est aménagée au hameau de Charles-Fontaine à Saint-Gobain. Petit à petit, l'industrie chimique se développe à Saint-Gobain puis à Chauny, avec la fabrication d'ammoniaque, d'engrais superphosphates, d'acide sulfurique[13]...

Saint-Gobain était autrefois reliée à la gare de Chauny par la ligne de Chauny à Saint-Gobain (1856-1950) et à la gare de Tergnier par un tramway sur route géré par la Compagnie des chemins de fer départementaux de l'Aisne.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Gobain est membre de la communauté d'agglomération Chauny-Tergnier-La Fère, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Chauny. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[14].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Laon, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[15]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Tergnier pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[15], et de la première circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[16].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1831 1837 Adrien Levêque    
1837 1871 François Quevastre    
1871 1878 Louis Hildevert Grandin    
1878 1881 Alfred Gibon    
1881 1884 Louis Hildevert Grandin    
1884 1889 Jules Gronier    
1889 1897 Charles de Massary    
1897 1902 Aristide Baudrez    
1902 1904 Paul Auguste Barbançon    
1904 1905 Louis Vuilliot    
24 septembre 1905 16 mai 1908 Louis Dutailly    
17 mai 1908 9 décembre 1919 Eugène Sartiaux    
10 décembre 1919 23 août 1920 Paul Fernand Barbançon    
24 août 1920 25 août 1940 Achille Gibon
1868 - 1940
  Il organisa la reconstruction de la ville après la Première Guerre mondiale[17],[18]
19 septembre 1940 18 mai 1942 Louis Boudin[19]
1875- 1967
  Sous-directeur de la manufacture des glaces en 1908
Concepteur du sytème de coulée en continu du verre plat.Démissionnaire
26 mai 1942 12 février 1960 Marcel Bocquillon[20]
1894 - 1975
   
1960 1971 Armand Dufour    
1971 1981 Michel Vuilliot    
1981 1995 Roland Renaux    
1995 mars 2001 Pierre Ghirardi    
mars 2001 mars 2014 Guy Paquin    
mars 2014[21] En cours
(au 14 juin 2021[22])
Frédéric Mathieu IDG Professeur
Réélu pour le mandat 2020-2026[23],[24]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[26].

En 2018, la commune comptait 2 288 habitants[Note 2], en augmentation de 0,62 % par rapport à 2013 (Aisne : −1,25 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0232 0132 1192 3392 3382 3782 2562 1862 210
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 3742 2612 1902 1332 1932 1202 2192 3462 147
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3172 2682 3051 5862 1961 9761 9092 2172 535
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 9942 8932 6572 2782 3212 3402 3432 3472 248
2018 - - - - - - - -
2 288--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Principaux équipements[modifier | modifier le code]

La commune dispose en 2021 d'un bureau de poste, dont l'ouverture se réduit progressivement depuis 2016[28]

Le centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle Jacques Ficheux est implanté à Saint-Gobain[29]. La création d'une maison de santé est prévue l'intercommunalité en 2022 dans l‘ancienne halle des moulages de la manufacture[30],[31].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Festival des Vers solidaires, festival de musique, 13e édition en [32].
  • Bobines Rebelles : le 4e festival du documentaire politique et social dans l'Aisne ()[33].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Berceau du groupe Saint-Gobain, aujourd'hui cette manufacture ne fonctionne plus mais l'on peut y voir le portail en pierre de taille de l'usine, fermée en 1995. Le verre de la pyramide du Louvre a été fabriqué dans cette usine.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Famille Leclère-Grandin : leurs legs ont permis la construction de la maison de retraite portant leur nom.

Une liste de personnalités gobanaises se trouve sur le site internet de la commune à l'adresse suivante : http://ville-saint-gobain.fr/personnalites/

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Gobain Blason
De sable aux trois salamandres d’argent rangées en pal, la première et la dernière contournées ; au chef coupé de vair et de gueules[36].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Détails
Blason officiel

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Parick Étiévant, « Le chemin de fer de Chauny à Saint-Gobain et les usines de la compagnie de Saint-Gobain », Historail, no 58,‎ , p. 6-35 (ISSN 1957-5971).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jérôme Buridant, Les espaces forestiers laonnois (début XVIIe-début XIXe siècle). Hommes, environnement et paysage à l'époque pré-industrielle, Université de Paris IV-Sorbonne : thèse de 3e cycle, 1999.
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  5. « Unité urbaine 2020 de Saint-Gobain », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le )
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Patrick Étiévant, article cité en Bibliographie.
  14. « communauté d'agglomération Chauny-Tergnier-La Fère - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  15. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Saint-Gobain », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  16. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  17. Le Courrier de l'Association historique de Saint-Gobain, n°2, novembre 2013, p. 10-12
  18. « Achille Gibon »
  19. http://www.amicaleretraites-saint-gobain.com/Les-grands-verriers-a-Saint-Gobain
  20. Registre des délibérations de Saint-Gobain
  21. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le )
  22. « Michel Carreau, le maire de Tergnier, regrette « un mot un peu fort » à destination de Frédéric Mathieu, le maire de Saint-Gobain : Ce dimanche 13 juin, un message du conseiller départemental sortant de Tergnier sur les réseaux sociaux ciblant un candidat aux cantonales a mis le feu aux poudres et entraîné beaucoup de questions », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  23. « Le maire et les adjoints sortants ont été reconduits à Saint-Gobain », sur aisnenouvelle.fr, L'Aisne nouvelle, (consulté le ).
  24. « Le maire réélu pour un nouveau mandat à Saint-Gobain », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  25. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. François Fené, « Saint-Gobain : polémique, un «format» qui ne passe pas comme une lettre à la poste : La Poste avait baissé le nombre d’heures hebdomadaires d’ouverture de son bureau gobanais de 30 à 27 en 2016. Elle revient à la charge avec un nouveau « format », diminution de 27 à 21 ou 24 heures. Le maire refuse cette modification », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Delphine Oliva, « L’unité de soins de suite post-Covid toujours ouverte au centre de rééducation de Saint-Gobain », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. Delphine Oliva, « Une maison de santé dans l’ancienne Manufacture à Saint-Gobain : L‘établissement pourrait ouvrir dans moins de deux ans, dans l‘ancienne halle des moulages. Le maire promet une dizaine de praticiens », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. « Vifs échanges au conseil municipal de Saint-Gobain autour de la future maison de santé : Les élus de la majorité et l’unique conseiller municipal d’opposition de Saint-Gobain ont exprimé leurs désaccords quant au site choisi », L'Aisne nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Festival des Vers Solidaires penser le monde autrement ! », France 3 [ auteur1=Halima Najibi,‎ (lire en ligne)
  33. http://kropotkine.cybertaria.org/spip.php?article90
  34. « Le tableau de Charles Lamy exposé dans l’église de Saint-Gobain après restauration : Samedi, le maire, Frédéric Mathieu, et Anita Oger-Leurent, conservateur des Monuments historiques, ont dévoilé le tableau de Charles Lamy La Déposition de Croix qui a retrouvé sa place dans l’église après avoir longtemps séjourné dans le grenier de la mairie. Il a récemment été restauré dans un atelier parisien », L'Union,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. J-P Luauté, Th. Lempérière, La vie et l'œuvre pionnière de Louis Victor Marcé, Éditions Glyphe, 2012
  36. « 02680 Saint-Gobain (Aisne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).