Arrondissement de Soissons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arrondissement de Soissons
Situation de l'arrondissement de Soissons dans le département Aisne.
Situation de l'arrondissement de Soissons dans le département Aisne.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département et
collectivité territoriale
Aisne
Chef-lieu Soissons
Code arrondissement 02 4
Démographie
Population 103 840 hab. (2014)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 23′ nord, 3° 19′ est
Superficie 1 351,44 km2
Subdivisions
Communes 166

L'arrondissement de Soissons est une division administrative française, située dans le département de l'Aisne et la région Hauts-de-France.

La zone environnant la ville de Soissons est nommée le Soissonnais[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Soissonnais (ou Soisonnois) au sein de l'Île-de-France sous l'Ancien Régime.
L'arrondissement dans ses limites avant le

Historiquement, le Soissonnais est un pays de l'Île-de-France, sur les confins de la Picardie et de la Champagne, entre le Valois et le Laonnois.

Le Soissonnais est un comté dès le Xe siècle : voir la liste des comtes de Soissons.

Sous l'Ancien Régime, le terme de « Soissonnais » a également désigné la généralité de Soissons, ou de manière plus restreinte l'élection de Soissons.

Lors de la création du département de l'Aisne, le district de Soissons fut créé, mais il est supprimé en 1795.

L'arrondissement est l'un des cinq arrondissements de l'Aisne, créés en 1800, en même temps que les autres arrondissements français.

Les limites de l'arrondissement sont modifiées par la loi du , où la commune de Loupeigne est détachée du canton d'Oulchy-le-Château de l'arrondissement de Soissons pour intégrer le canton de Fère-en-Tardenois de l'arrondissement de Château-Thierry[2],[3].

Par le décret-loi du 10 septembre 1926, l'arrondissement de Château-Thierry est supprimé. L'ensemble de ses cantons sont rattachés à l'arrondissement de Soissons[4].

La loi du rétablit l'arrondissement de Château-Thierry. L'arrondissement de Soissons retrouve ses limites avant la suppression de l'arrondissement de Château-Thierry[5].

Ses limites sont modifiées le par arrêté préfectoral du [6].

Composition[modifier | modifier le code]

1801-1926[modifier | modifier le code]

L'arrondissement comprend 8 cantons dont Braisne, Oulchy-le-Château, Soissons, Vailly, Vic-sur-Aisne et Villers-Cotterêts.

Les limites de l'arrondissement sont modifiées avec le rattachement le de la commune de Loupeigne à l'arrondissement de Château-Thierry

1926-1942[modifier | modifier le code]

Par le décret-loi du , l'arrondissement de Château-Thierry est supprimée. Le canton comprend 11 cantons dont Braine, Château-Thierry, Charly, Condé-en-Brie, Fère-en-Tardenois, Neuilly-Saint-Front, Oulchy-le-Château, Soissons, Vailly, Vic-sur-Aisne et Villers-Cotterêts

1942-1973[modifier | modifier le code]

La loi du rétablit l'arrondissement de Château-Thierry. L'arrondissement de Soissons est composé de 6 cantons dont Braine, Oulchy-le-Château, Soissons, Vailly, Vic-sur-Aisne et Villers-Cotterêts.

Période de 1973 à 2015[modifier | modifier le code]

Après le décret du , l'arrondissement comprend 7 cantons dont Braine, Oulchy-le-Château, Soissons-Nord, Soissons-Sud, Vailly-sur-Aisne, Vic-sur-Aisne et Villers-Cotterêts .

Avant le redécoupage des cantons de 2014, effectif en , l'arrondissement comprend toujours 9 cantons et 159 communes.

Période 2015 et 2016[modifier | modifier le code]

Contrairement à l'ancien découpage où chaque canton était inclus à l'intérieur de l'arrondissement, le nouveau découpage cantonal s'affranchit des limites des arrondissements. L'arrondissement de Laon comprend deux cantons entiers (Soissons-1 et Soissons-2) et trois cantons partiels (Fère-en-Tardenois, Vic-sur-Aisne et Villers-Cotterêts). Sa composition communale reste inchangée.

Canton Soissons Château-Thierry Laon
5 Fère-en-Tardenois 63 20 1
16 Soissons-1 14 + Fraction Soissons
17 Soissons-2 13 + Fraction Soissons
20 Vic-sur-Aisne 22 28
21 Villers-Cotterêts 46 30
159

En janvier 2016, sept anciennes communes fusionnent en une nouvelle (Les Septvallons). L'arrondissement compte 153 communes.

À partir de 2017[modifier | modifier le code]

Au , une réorganisation des arrondissements est effectuée, pour mieux intégrer les récentes modifications des intercommunalités et faire coïncider les arrondissements aux circonscriptions législatives ; trois communes (Audignicourt, Monampteuil et Vassens) passent de Laon vers Soissons et dix communes passent de Château-Thierry vers Soissons : Chouy, Dammard, La Ferté-Milon, Macogny, Marizy-Sainte-Geneviève, Marizy-Saint-Mard, Monnes, Passy-en-Valois, Silly-la-Poterie et Troësnes[6],[7].

À cette date, l'arrondissement groupe les 166 communes suivantes[6] :

  1. Acy
  2. Aizy-Jouy
  3. Allemant
  4. Ambleny
  5. Ambrief
  6. Ancienville
  7. Arcy-Sainte-Restitue
  8. Audignicourt
  9. Augy
  10. Bagneux
  11. Bazoches-sur-Vesles
  12. Belleu
  13. Berny-Rivière
  14. Berzy-le-Sec
  15. Beugneux
  16. Bieuxy
  17. Billy-sur-Aisne
  18. Billy-sur-Ourcq
  19. Blanzy-lès-Fismes
  20. Braine
  21. Braye
  22. Brenelle
  23. Breny
  24. Bruys
  25. Bucy-le-Long
  26. Buzancy
  27. Celles-sur-Aisne
  28. Cerseuil
  29. Chacrise
  30. Chassemy
  31. Chavignon
  32. Chavigny
  33. Chavonne
  34. Chaudun
  35. Chéry-Chartreuve
  36. Chivres-Val
  37. Chouy
  38. Ciry-Salsogne
  39. Clamecy
  40. Cœuvres-et-Valsery
  41. Condé-sur-Aisne
  42. Corcy
  43. Courcelles-sur-Vesle
  44. Courmelles
  45. Couvrelles
  46. Coyolles
  47. Cramaille
  48. Crouy
  49. Cuffies
  50. Cuiry-Housse
  51. Cuisy-en-Almont
  52. Cutry
  53. Cys-la-Commune
  54. Dammard
  55. Dampleux
  56. Dhuizel
  57. Dommiers
  58. Droizy
  59. Épagny
  60. Faverolles
  61. La Ferté-Milon
  62. Filain
  63. Fleury
  64. Fontenoy
  65. Grand-Rozoy
  66. Haramont
  67. Hartennes-et-Taux
  68. Jouaignes
  69. Juvigny
  70. Laffaux
  71. Largny-sur-Automne
  72. Launoy
  73. Laversine
  74. Lesges
  75. Leury
  76. Lhuys
  77. Limé
  78. Longpont
  79. Louâtre
  80. Maast-et-Violaine
  81. Macogny
  82. Margival
  83. Marizy-Sainte-Geneviève
  84. Marizy-Saint-Mard
  85. Mercin-et-Vaux
  86. Missy-aux-Bois
  87. Missy-sur-Aisne
  88. Monampteuil
  89. Monnes
  90. Montgobert
  91. Montgru-Saint-Hilaire
  92. Montigny-Lengrain
  93. Mont-Notre-Dame
  94. Mont-Saint-Martin
  95. Morsain
  96. Mortefontaine
  97. Muret-et-Crouttes
  98. Nampteuil-sous-Muret
  99. Nanteuil-la-Fosse
  100. Neuville-sur-Margival
  101. Noroy-sur-Ourcq
  102. Nouvron-Vingré
  103. Noyant-et-Aconin
  104. Oigny-en-Valois
  105. Osly-Courtil
  106. Ostel
  107. Oulchy-la-Ville
  108. Oulchy-le-Château
  109. Paars
  110. Parcy-et-Tigny
  111. Pargny-Filain
  112. Pasly
  113. Passy-en-Valois
  114. Pernant
  115. Le Plessier-Huleu
  116. Ploisy
  117. Pommiers
  118. Pont-Arcy
  119. Presles-et-Boves
  120. Puiseux-en-Retz
  121. Quincy-sous-le-Mont
  122. Ressons-le-Long
  123. Retheuil
  124. Rozières-sur-Crise
  125. Saconin-et-Breuil
  126. Saint-Bandry
  127. Saint-Christophe-à-Berry
  128. Saint-Mard
  129. Saint-Pierre-Aigle
  130. Saint-Rémy-Blanzy
  131. Saint-Thibaut
  132. Sancy-les-Cheminots
  133. Septmonts
  134. Les Septvallons
  135. Serches
  136. Sermoise
  137. Serval
  138. Silly-la-Poterie
  139. Soissons
  140. Soucy
  141. Soupir
  142. Taillefontaine
  143. Tannières
  144. Tartiers
  145. Terny-Sorny
  146. Troësnes
  147. Vailly-sur-Aisne
  148. Vassens
  149. Vasseny
  150. Vaudesson
  151. Vauxbuin
  152. Vauxrezis
  153. Vauxtin
  154. Venizel
  155. Vézaponin
  156. Vic-sur-Aisne
  157. Viel-Arcy
  158. Vierzy
  159. Ville-Savoye
  160. Villemontoire
  161. Villeneuve-Saint-Germain
  162. Villers-Cotterêts
  163. Villers-Hélon
  164. Vivières
  165. Vregny
  166. Vuillery

Administration[modifier | modifier le code]

Le sous-préfet de l'arrondissement est Laurent Olivier depuis le [8].

Liste des sous-préfets de Soissons
Période Identité Fonction précédente Observation
Laurent Olivier[8]. sous-préfet de Parthenay
Frédéric Brassac[9],[10] sous-préfet de Saint-Jean-d'Angély
Paul Coulon[11],[12] sous-préfet hors classe Ancien sous-préfet de Molsheim
Lionel Lemoine[13]. sous-préfet hors classe
1919 1922 Antoine Lemoine (1888-1958)
 ? Bernard Vaugon
vers  ? Charles, Joseph, Guillaume, Gaucher, Valérie Denoue
vers  ? Bernard Vaugon

Démographie[modifier | modifier le code]

Le tableau et l'histogramme ci-dessous correspondent à la population de l'arrondissement, jusqu'au recensement de 2014 dans ses limites territoriales d'avant 2017.

           Évolution de la population  [modifier]
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
81 438 88 713 95 148 97 017 99 362 100 627 101 434 101 634 101 938
2009 2010 2011 2012 2013 2014 - - -
102 608 102 829 103 139 103 510 103 977 103 840 - - -
(Sources : Insee : Population sans doubles comptes à partir de 1962 puis population municipale à partir de 2006[14])
Histogramme de l'évolution démographique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Conseil Régional de Picardie, « Le Soissonnais - Conseil régional Hauts-de-France », sur www.picardie.fr (consulté le 8 septembre 2017)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale Loupeigne », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 18 décembre 2016).
  3. « Loi distrayant la commune de Loupeigne du canton d'Oulchy-le-Château (arrondissement de Soissons) pour la rattacher au canton de Fère-en-Tardenois (arrondissement de Château-Thierry et même département), publié au Journal officiel du 16 décembre 1924 », sur http://gallica.bnf.fr/, Journal officiel de la République française, (consulté le 18 décembre 2016), p. 10983.
  4. « Décret du 10 septembre 1926 relatif à l'organisation de l'administration préfectorale, publié au JORF du 14 septembre 1926 », sur http://gallica.bnf.fr/, Journal officiel de la République française, (consulté le 16 décembre 2016), p. 10186 à 10202.
  5. « Loi n°584 du relative au rétablissement d'un certain nombre de sous-préfecture, publié au JORF du 10 juin 1942 », sur http://gallica.bnf.fr/, Journal officiel de la République française, (consulté le 16 décembre 2016), p. 2018.
  6. a, b et c « Arrêté préfectoral portant modification des limites territoriales des arrondissements de l'Aisne - Recueil n°195 des actes administratifs du 21 décembre 2016 des Hauts-de-France », sur http://www.prefectures-regions.gouv.fr/hauts-de-france/, (consulté le 12 janvier 2017).
  7. « Communiqué de presse - Modifications des limites des arrondissements de l'Aisne - Préfecture de l'Aisne », sur http://www.aisne.gouv.fr/, (consulté le 13 janvier 2017).
  8. a et b Décret du 28 février 2014 portant nomination du sous-préfet de Soissons - M. Olivier (Laurent) publié au JO du 4 mars 2014.
  9. Décret du 17 juillet 2012 portant sur la nomination de M. Brassac comme sous-préfet de Soissons publié au JO du 19 septembre 2012.
  10. Décret du 28 février 2014 portant cessation de fonctions du sous-préfet de Soissons - M. Brassac (Frédéric) publié au JO du 4 mars 2014.
  11. Décret du 8 octobre 2007 portant sur la nomination de M. Coulon comme sous-préfet de Soissons publié au JO du 9 octobre 2007.
  12. Décret du 17 juillet 2012 portant sur la cessation de fonctions de M. Coulon comme sous-préfet de Soissons publié au JO du 19 juillet 2012.
  13. Décret du 2 octobre 2007 portant sur la cession de fonction de M. Lemoine comme sous-préfet de Soissons publié au JO du 3 octobre 2007.
  14. Fiches Insee - Populations légales de l'arrondissement pour les années [ 2006], [ 2014]