Crouy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Crouy (homonymie).
Crouy
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Soissons
Canton Soissons-1
Intercommunalité Soissonnais
Maire
Mandat
Daniel Moitié
2014-2020
Code postal 02880
Code commune 02243
Démographie
Gentilé Crouyssien, Crouyssienne, surnommés les Vendéens
Population
municipale
2 857 hab. (2014 en augmentation de 4,88 % par rapport à 2009)
Densité 275 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 09″ nord, 3° 21′ 36″ est
Altitude Min. 40 m
Max. 165 m
Superficie 10,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Crouy

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Crouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Crouy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Crouy

Crouy est une commune du département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Ses habitants sont les Crouyssiens (un Crouyssien, une Crouyssienne, surnommés les Vendéens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Crouy se situe au pied de plateaux[Lesquels ?] dominant la vallée de l'Aisne.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ville est traversée par la rivière Jocienne (ou Jossienne) qui se jette dans l'Aisne sur le territoire de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par la route nationale 2, la ligne de La Plaine à Hirson et Anor (frontière) (gare de Crouy) et les transports urbains de l'agglomération de Soissons, les TUS, qui effectuent des rotations du lundi au samedi via les Clémencins.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Croviacun et Crociacum des écrits mérovingiens[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mai 2015)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Crouy était une villa qui devint royale, Clothilde y avait un oratoire, le village fut donné l'abbaye Saint-Médard de Soissons vers 511[1]. En 720, Charles Martel confirma cette donation[1].

En 1148, Crouy se créait en communale et rejoignait des communes voisines comme Bucy-le-Long à l'est de la commune. Cette forme communale ne subsistait que quelques années et la ville ne devint libre qu'en 1247 par un acte de Jean comte de Soissons. La ferme Perrière avait des reste du XIIIe siècle, murailles, tour et arc brisés supportés par des colonnes en faisceaux. La Pierre frite est un promontoire de 12 m sur 6 qui s'avance sur la vallée et passe pour être un monument celtique.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Le village, au sortir de la Première Guerre mondiale.

Crouy, située dans la vallée de l'Aisne, a souffert des combats opposant les armées françaises et allemandes lors de la Première Guerre mondiale, notamment en janvier 1915[2]. L'église fut détruite, de même qu'une grande partie de la commune.

Le 8 novembre 2008, peu avant les cérémonies du 90e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale, le chemin des Chenaux à Crouy est devenu la rue « Lazare Ponticelli (1898-2008) dernier poilu de la guerre 14/18 ». L'écrivain Henri Barbusse avait dédié son livre Le Feu à ses camarades tombés à Crouy et dont certains ont peut-être été ramassés par Lazare à qui cette tâche a incombé au sein du 1er régiment de marche de la Légion étrangère.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2006 Robert Leviel PS  
mars 2006 mars 2008 Bernard Pitois    
mars 2008[3] en cours
(au 12 mai 2014)
Daniel Moitié PS Retraité de l'enseignement
Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[6].

En 2014, la commune comptait 2 857 habitants[Note 1], en augmentation de 4,88 % par rapport à 2009 (Aisne : -0,02 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
925 955 903 966 1 124 1 135 1 147 1 145 1 127
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 048 1 085 1 169 1 152 1 208 1 239 1 348 1 362 1 405
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 386 1 418 1 482 1 010 1 741 1 865 1 954 2 007 2 185
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
2 781 3 031 3 058 2 960 2 819 2 619 2 621 2 708 2 857
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École maternelle du centre
  • École élémentaire des Clémencins
  • École primaire Tivoli (CP ; CE1 ; CE2).
  • École-mairie primaire (CM1 ; CM2).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Vie associative[modifier | modifier le code]

Crouy possède également un club de foot populaire, le Crouy FC qui existe depuis plus de 30 ans. Ce club sportif jouit d'excellentes infrastructures pour un club de ce niveau[évasif]. Vingt-huit autres associations sont répertoriées.

Économie[modifier | modifier le code]

Crouy bénéficie d'une activité commerciale avec la présence de boutiques artisanales (boulangeries, boucheries) et de supermarchés. Un hôtel est également implanté. Des activités industrielles de constructions mécaniques et de fonderie sont aussi présentes. La ville bénéficie d'activités agricoles avec la présence de fermes sur son territoire mais aussi d'une champignonnière qui vend ses productions sur place et exporte dans toute la France.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

À la fin du XIXe siècle, l'abbé de Crouy, Louis-Victor Pêcheur, né en 1814, fut un érudit local auteur d'ouvrages historiques sur la région (41 notices sur le site de la Bibliothèque nationale de France Opale [1].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Crouy Blason Écartelé: au 1er de gueules à une mitre, une crosse, une bannière chargée d’une étoile et une fleur de lis, le tout d’argent rangé en fasce, au 2e de sinople au fer de moulin d’argent et à la hache de sable brochant en barre, au 3e de gueules à la grappe de raisin feuillée d’argent, au 4e de sinople à l’épi de blé tigé et feuillé d’argent, posé en barre.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Almanach Matot-Braine, 1910, p. 204.
  2. Soissons et la bataille de Crouy. Janvier 1915. Franck Beauclerc. Ysec, 2015.
  3. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  4. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 26 juillet 2014)
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]