Fresnoy-le-Grand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fresnoy.

Fresnoy-le-Grand
Fresnoy-le-Grand
La mairie.
Blason de Fresnoy-le-Grand
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Saint-Quentin
Canton Bohain-en-Vermandois
Intercommunalité Pays du Vermandois
Maire
Mandat
Pierre Flamant
2014-2020
Code postal 02230
Code commune 02334
Démographie
Gentilé Les Fresnoysiens
Les Fresnoysiennes
Population
municipale
2 956 hab. (2015 en diminution de 4,52 % par rapport à 2010)
Densité 196 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 56′ 53″ nord, 3° 25′ 06″ est
Altitude Min. 96 m
Max. 157 m
Superficie 15,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Fresnoy-le-Grand

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Fresnoy-le-Grand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fresnoy-le-Grand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fresnoy-le-Grand
Liens
Site web fresnoylegrand.fr

Fresnoy-le-Grand est une commune française située dans le département de l'Aisne, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Fresnoy-le-Grand
Brancourt-le-Grand Bohain-en-Vermandois
Montbrehain Fresnoy-le-Grand Seboncourt
Croix-Fonsomme Étaves-et-Bocquiaux

Localisation[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 1 507 hectares ; son altitude varie entre 96 et 157 mètres[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 1 367, alors qu'il était de 1 321 en 1999[I 1].

Parmi ces logements, 92,3 % étaient des résidences principales, 2,0 % des résidences secondaires et 5,75 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 78,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 20,1 % des appartements[I 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 65,5 %, en hausse sensible par rapport à 1999 (29,9 %). La part de logements HLM loués vides (logements sociaux) était de 17,7 % , quasiment constante par rapport à 1999 (17,9 %)[I 3].

La numérotation des immeubles choisie est la numérotation extra-urbaine et non la numérotation urbaine, même en centre-ville[2].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Après la bataille des Frontières du 7 au 24 août 1914, devant les pertes subies, l'État-Major français décide de battre en retraite depuis la Belgique. Dès le 28 août, les Allemands s'emparent de Fresnoy et poursuivent leur route vers l'ouest.[3] Dès lors commença l'occupation allemande qui dura jusqu'en octobre 1918. Pendant toute cette période la ville restera loin des combats, le front se situant à une cinquantaine de kilomètres à l'ouest vers Péronne puis le long de la ligne Hindenburg à partir de mars 1917. Le village servira de base arrière pour l'armée allemande.
Des arrêtés de la kommandantur obligeaient, à date fixe, sous la responsabilité du maire et du conseil municipal, sous peine de sanctions, la population à fournir: blé, œufs, lait, viande, légumes, destinés à nourrir les soldats du front. Toutes les personnes valides devaient effectuer des travaux agricoles ou d'entretien.
En septembre 1918, l'offensive des Alliés sur la ligne Hindenburg porte ses fruits, les Allemands cèdent du terrain peu à peu. Après la sanglante bataille de Montbrehain remportée par l'armée australienne, ce sont les Britanniques et les Américains qui ont continué la lutte contre les Allemands. Communiqué français du 30 septembre 1918: " Nos escadrilles de bombardement ont arrosé de projectiles la gare et les cantonnements de Fresnoy-le-Grand où de violents incendies ont été détectés[4]." Ce sont les 6e et 46e divisions britanniques qui ont libéré Fresnoy le 9 octobre 1918 après de violents combats. Les corps de soldats tombés lors de cette bataille reposent dans le cimetière militaire situé au fond du cimetière communal[5]. Comme on peut le constater sur les cartes postales de l'époque, les habitations subiront quelques dégâts suite aux bombardements, mais beaucoup moins que les villages voisins de Brancourt-le-Grand et Montbrehain[6].
Peu à peu, les habitants qui avaient été évacués vers Fourmies et la Belgique sont revenus, mais la population de 3400 habitants en 1911 n'était plus que de 2603 en 1921. Alors commença une longue période de reconstruction des maisons, de la voie ferrée et surtout des usines qui avaient été dynamitées par les Allemands avant leur retraite.
Vu les souffrances endurées par la population pendant les quatre années d'occupation et les dégâts aux constructions, la commune s'est vu décerner la Croix de guerre 1914-1918 (France) le 26 octobre 1920[7]. Sur le monument aux morts sont inscrits les noms des 102 soldats fresnoysiens morts pour la France au cours de cette guerre ainsi que ceux de 13 civils[8].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1877 Venet[9]    
1879   Mairesse[10]    
Les données manquantes sont à compléter.
1947 1953 Alfred Legrand    
1953 1965 Gilbert Houtch    
1965 1981 Marcel Lesur    
février 1982 juin 1995 Henri Van Maele    
juin 1995 mars 2001 Roland Vauquieres    
mars 2001 avril 2014 Raymond Lavallery DVG  
avril 2014[11] en cours
(au 21 avril 2018)
Pierre Flamant DVD Retraité agricole

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Une fleur est attribué à la commune par le concours des villes et villages fleuris[12].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[14].

En 2015, la commune comptait 2 956 habitants[Note 1], en diminution de 4,52 % par rapport à 2010 (Aisne : -0,34 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3502 1942 2622 6853 3793 4783 5853 9694 001
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 1374 2764 4414 3953 9593 9033 7063 6563 842
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 6903 4093 4002 6032 8382 8332 8002 4742 719
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 9953 3713 7293 6353 5813 2723 0493 0722 973
2015 - - - - - - - -
2 956--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 23 771 €, ce qui plaçait Fresnoy-le-Grand au 26 772e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole[17].

En 2009, 58,4 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables[I 4].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 910 personnes, parmi lesquelles on comptait 63,7 % d'actifs dont 53,1 % ayant un emploi et 10,6 % de chômeurs[I 5].

On comptait 1 506 emplois dans la zone d'emploi, contre 1 501 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 1 018, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 2] est de 147,9 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre trois emplois pour deux habitants actifs[I 6].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au 31 décembre 2010, Fresnoy-le-Grand comptait 153 établissements : 16 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 15 dans l'industrie, 10 dans la construction, 88 dans le commerce-transports-services divers et 24 étaient relatifs au secteur administratif[I 7].

En 2011, 11 entreprises ont été créées à Fresnoy-le-Grand[I 8], dont 7 par des autoentrepreneurs[I 9].

Le Creuset est une entreprise de fabrication de plats et de cocottes en fonte émaillée, installée dans la commune depuis 1925.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église démolie en 1859
(dessin de Joachim Malézieux (1851-1906)).
Église Saint-Éloi (maître-autel).- Fresnoy-le-Grand.- Aisne.
  • Église Saint-Éloi.
  • Monument aux morts.
  • Gare de Fresnoy-le-Grand ; sur sa façade, plusieurs plaques commémorent des victimes de guerre.
  • Kiosque à musique.
  • La Filandière, la dernière entreprise textile de Picardie où se pratiquait le tissage sur métiers à bras équipés du système Jacquard. Les deux salles des métiers à bras abritaient 28 métiers, tous en état de fonctionnement, installés dans les locaux dès 1920. L'ensemble est classé à l'inventaire des monuments historiques depuis le 24 novembre 1997[18]. « La Filandière » est aujourd'hui fermée. La maison du textile retrace aujourd'hui une partie de l'histoire de cette entreprise et propose de régulières exposition temporaires en liaison à la création et au textile.
  • Manoir de l'If, construit aux XVIIIe et XIe s. Dans son parc se situe le plus vieil arbre de la commune, un if vieux de plus de 400 ans, ainsi qu'un grand nombre de frênes, à l'origine du nom de Fresnoy.
  • Fresnoy-le-Grand est située sur la via Gallia Belgica, une des voies du pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. Celle-ci passe par l'est du village, en suivant le GR 655. Une borne signale aux pèlerins sa présence.


Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Émile Dehelly (1871-1969), acteur de théâtre et de cinéma, né à Fresnoy-le-Grand.
  • Émile Flamant (1896-1975), peintre et fresquiste, mort à Fresnoy-le-Grand.
  • Francis Lalanne (1958), auteur-compositeur-interprète, est impliqué dans la vie sportive de la commune. En effet, le stade a été renommé en son honneur, entrainant son arrivée en tant que président de l'AS Fresnoy-le-Grand. En avril 2014, la première décision du nouveau maire Pierre Flamant a toutefois été de le débaptiser. Le nom de l'artiste a depuis cette date été retiré du stade de la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Fresnoy-le-Grand Blason D'azur à trois paniers d'osier d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.
  2. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  5. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  6. EMP T5 - Emploi et activité.
  7. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  8. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  9. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  2. Cliquer sur le site du cadastre de la France, choisir une adresse en centre-ville, par exemple « rue des 7 fusillés 1944 » et l'on voit que les numéros des habitations successives sont, à partir de la mairie, aux numéros 11, 31, 49, 55, 59, 85, 95, 99, 111, 121 du côté gauche et 36, 42, 54, 60, 64, 74, 76, 78, 106, 122 du côté droit.
  3. http://www.carto1418.fr/19140828.php
  4. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k291548s/f1.image.r=fresnoy-le-grand?rk=1888421;2
  5. https://www.aisne14-18.com/visiter/PCUPIC002FS000DC/detail/fresnoy-le-grand/extension-du-cimetiere-communal-de-fresnoy-le-grand?page=4&TypesRecherche_9[0]=Guide/greeter%20et%20informations%20touristiques&ZoneGeographiqueRecherche_9[0]=Autour%20de%20Ch%C3%A2teau-Thierry
  6. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b85934804/f1.item.r=bohain%20en%20vermandois.zoom
  7. http://memorialdormans.free.fr/CommunesCroixDeGuerre14-18.pdf
  8. https://www.geneanet.org/gallery/?action=detail&id=203690&individu_filter=MACAIGNE&rubrique=monuments
  9. Almanach...Matot-Braine, Reims, 1878, p252.
  10. Almanach...Matot-Braine, Reims, 1879, p270.
  11. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], Préfecture de l'Aisne, (consulté le 26 juillet 2014)
  12. « Fresnoy-le-Grand », sur le site du concours des villes et villages fleuris (consulté le 2 mars 2014).
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  17. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 novembre 2013).
  18. « Usine textile La Filandière », notice no PA02000006, base Mérimée, ministère français de la Culture.