Ready Player One (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le film de Steven Spielberg. Pour le livre d'Ernest Cline dont il est l'adaptation, voir Player One.
Ready Player One
Titre québécois Player One
Réalisation Steven Spielberg
Scénario Zak Penn
Ernest Cline
Acteurs principaux
Sociétés de production Amblin Partners
Amblin Entertainment
De Line Pictures
Farah Films & Management
Reliance Entertainment
Village Roadshow Pictures
Warner Bros.
Rat-Pac Dune Entertainment
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre science-fiction
Durée 140 minutes
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Ready Player One est un film de science-fiction américain coproduit et réalisé par Steven Spielberg, sorti en 2018. Il s’agit de l'adaptation du roman Player One d'Ernest Cline, paru en 2011.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 2045, le monde est en proie à de nombreux soucis : crise énergétique, désastre causé par le changement climatique, la famine, la pauvreté, la guerre, etc. Dans ce monde chaotique, l'OASIS est un système mondial de réalité virtuelle, accessible par l'intermédiaire de visiocasques et de dispositifs haptiques tels que des gants et des combinaisons. Conçu à l'origine comme un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur (MMORPG), il est devenu au fil du temps une véritable société virtuelle dont toute l'humanité se sert comme exutoire. Son créateur, James Halliday, était l'un des hommes les plus riches et populaires au monde, avant son décès. À sa mort, une vidéo est diffusée dans laquelle il explique qu'il léguera son immense fortune, 500 milliards de dollars, ainsi que sa société, GSS, à la personne qui réussira à trouver l’easter egg (« œuf de Pâques ») caché dans l'OASIS. Wade Watts, un jeune orphelin de 18 ans vivant à Columbus, est un fin connaisseur de Halliday et de l'OASIS, via son avatar Parzival, Wade va tout tenter pour trouver l’œuf. Il devra faire face à la multinationale Innovative Online Industries (IOI) et son PDG, Nolan Sorrento, prêt à tout pour prendre le contrôle du monde virtuel. Wade pourra compter sur l'aide de plusieurs alliés dans l'OASIS, notamment la mystérieuse Art3mis.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

Les droits cinématographiques étant achetés par Warner Bros., le jour même de la vente Ernest Cline finalise son contrat d'édition avec Random House, un an avant la sortie du roman. Donald De Line signe comme producteur du film tandis que Cline est engagé comme scénariste[9]. La même année, la production engage Zak Penn et Éric Eason pour aider Cline à l'écriture du scénario[10]. En mars 2015, Steven Spielberg signe en tant que réalisateur[11] pour une sortie prévue le 15 décembre 2017. À la production, on retrouve les sociétés de Steven Spielberg, DreamWorks SKG et Amblin Entertainment, Village Roadshow Pictures et celle de Donald De Line, DeLine Pictures[12]. Le 10 février 2016, il est annoncé que la sortie du film est repoussée à 2018 afin d'éviter une éventuelle compétition avec Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi[13].

Durant la longue postproduction du film, qui nécessite beaucoup d'effets spéciaux numériques, Steven Spielberg développe et tourne Pentagon Papers, qui sortira quelques mois avant Ready Player One[14].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Le , le site The Wrap rapporte qu'Elle Fanning, Olivia Cooke et Lola Kirke sont dans la liste des favorites pour camper Art3mis. Justin Knool annonce sur son compte Twitter que Nick Robinson serait le favori de Steven Spielberg pour camper Parzival[15],[16]. Le 11 septembre, il est annoncé qu'Olivia Cooke tiendra le rôle principal féminin[5]. Début janvier 2016[17] c'est Ben Mendelsohn qui est en négociation pour interpréter un méchant ; sa participation est confirmé en février 2016[6]. En février 2016, Tye Sheridan est annoncé dans le rôle de Parzival[4]. En mars 2016, Simon Pegg rejoint le casting du film pour camper Ogden, l'un des créateurs de l'Oasis[7].

En avril 2016, Mark Rylance rejoint la distribution du film pour camper James Donovan Halliday, le créateur de l'Oasis, marquant ainsi sa troisième collaboration avec Steven Spielberg après Le Pont des espions et Le Bon Gros Géant[8].

Steven Spielberg a avoué avoir proposé un rôle à Gene Wilder, mais ce dernier est décédé en 2016[18].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le , le scénariste Zak Penn rapporte sur son compte Twitter que la première semaine de tournage vient d'être bouclée[19].

En août 2016, Birmingham Mail annonce que certaines scènes du film seront tournées à Birmingham[20], en Angleterre, pour simuler une version crasseuse et dystopique de l'Ohio[21].

Musique[modifier | modifier le code]

Original Motion Picture Soundtrack[modifier | modifier le code]

Ready Player One
Original Motion Picture Soundtrack
Bande originale de Alan Silvestri
Sortie [22],[23]
Genre musique de film
Format CD, téléchargement, vinyle
Label WaterTower Music

En juin 2016, il est annoncé que John Williams, fidèle collaborateur musical de Steven Spielberg, composera la musique du film[24]. Cependant, en juillet, le compositeur quitte le projet pour se concentrer sur un autre film du réalisateur, Pentagon Papers, dont la sortie précède celle de Ready Player One de seulement quelques mois. Alan Silvestri est ensuite engagé pour le remplacer[25]. C'est l'un des rares films de Steven Spielberg sans John Williams, avec La Couleur pourpre (1985), Le Pont des espions (2015) et le téléfilm Duel (1971).

Dans plusieurs compositions d'Alan Silvestri, on peut retrouver des éléments de précédents films. Ainsi, Why Can't We Go Backwards? reprend des éléments du thème de Max Steiner pour King Kong de 1933, Real World Consequences contient des éléments de DeLorean Reveal de Retour vers le futur alors que Looking For a Truck contient des éléments du Godzilla Main Title d'Akira Ifukube[23].

Liste des titres
  1. The Oasis (1:48)
  2. Hello, I'm James Halliday (2:02)
  3. Why Can't We Go Backwards? (4:19)
  4. An Orb Meeting (4:11)
  5. Real World Consequences (3:30)
  6. Sorrento Makes an Offer (3:33)
  7. Welcome To the Rebellion (3:14)
  8. High 5 Assembles (4:25)
  9. Orb of Osuvox (3:45)
  10. Sorrento Punked (3:57)
  11. Wade's Broadcast (5:51)
  12. Arty On the "Inside" (2:33)
  13. Looking For a Truck (5:36)
  14. She Never Left (2:41)
  15. Last Chance (3:20)
  16. Get Me Out of This (1:35)
  17. Hold On To Something (5:15)
  18. This Is Wrong (3:48)
  19. What Are You? (3:30)
  20. There's Something I Need To Do (5:00)
  21. Main Title (2:31)
  22. End Credits (8:03)

Songs From The Motion Picture[modifier | modifier le code]

Ready Player One
Songs From The Motion Picture
Bande originale de divers artistes
Sortie [26]
(CD)
Enregistré années 1970-1980
Genre synthwave, pop rock, disco
Format téléchargement, CD
Label WaterTower Music

En plus des compositions d'Alan Silvestri, WaterTower publie un album des chansons des présentes dans le film. Certains titres du film sont cependant absents de l'album, comme Tom Sawyer de Rush ou Jump de Van Halen. Par ailleurs, on peut entendre World in My Eyes de Depeche Mode dans l'une des bande-annonces.

Liste des titres
No Titre Interprètes Durée
1. I Wanna Be Your Lover Prince
2. Everybody Wants to Rule the World Tears for Fears 4:11
3. Just My Imagination (Running Away with Me) The Temptations
4. Stand On It Bruce Springsteen
5. One Way or Another Blondie
6. Can't Hide Love Earth, Wind and Fire
7. Blue Monday New Order
8. Stayin' Alive Bee Gees
9. We're Not Gonna Take It Twisted Sister
10. You Make My Dreams Hall and Oates
11. Pure Imagination Bryan Nguyen feat. Merethe Soltvedt

Sortie[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, Ready Player One obtient des critiques plutôt positives. Sur l'agrégateur Rotten Tomatoes, il reçoit 74% d'opinion favorable pour 212 critiques et une note moyenne de 710[27]. Sur Metacritic, il décroche une moyenne de 64100 pour 51 critiques[28].

En France, le film obtient une moyenne presse de 4,55 sur le site Allociné, pour 27 notes[29].

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau de la France France 1 719 988 entrées[30] 3 (en cours)
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
126 181 326 $[31] 3 (en cours)
Alt=Image de la Terre Mondial 521 581 326 $[31] 3 (en cours)

Clins d’œil et easter eggs[modifier | modifier le code]

La DeLorean DMC-12 de Retour vers le futur est utilisée par Parzival dans l'OASIS

Steven Spielberg et la productrice Kristie Macosko Krieger ont passé plusieurs années à obtenir les droits des différents éléments de pop culture apparaissant dans le film. Steven Spielberg explique avoir voulu inclure des clins d’œil à Star Wars mais n'a pas eu l'autorisation de The Walt Disney Company[32]. Par ailleurs, le roman incluait le personnage de la série Ultraman mais les droits n'ont pas été obtenus et il a été remplacé dans le scénario par Le Géant de fer[33]. De même, il n'a pas obtenu les droits nécessaires pour faire des références à Rencontres du troisième type, qu'il a pourtant lui-même réalisé[34]. Steven Spielberg avoue cependant avoir supprimé lui-même plusieurs références à ses propres films[35]. Ernest Cline, l'auteur du roman original et coscénariste du film, explique que Steven Spielberg a peut-être ainsi voulu éviter les critiques faites à son film 1941, dans lequel il faisait référence à ses propres films Les Dents de la mer et Duel[36]. Ernest Cline ajoute avoir cependant insisté auprès de lui pour inclure la DeLorean DMC-12 de Retour vers le futur, trilogie produite par Steven Spielberg[36].

Le film fait de nombreuses références à d'autres licences tel que Le Seigneur des anneaux, King Kong, Street Fighter, Tomb Raider, Overwatch, les super-héros DC Comics, Freddy, ou encore Akira.

Références à des films ou des séries télévisées[modifier | modifier le code]

Références aux jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Références aux comics et aux super-héros[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs références à l'univers de Batman apparaissent dans le film : la Batmobile de la série télévisée de 1966 (le dérapage qu'elle exécute, à cause de King Kong, reproduit le début du générique de la série) ainsi que la silhouette du héros faisant de l'alpinisme sur l'Everest.
  • D'autres personnages de DC Comics sont présents. Ainsi, Art3mis conseille à Parzival de porter les lunettes de Clark Kent qui changent son apparence alors que l'avatar de Nolan Sorrento est coiffé comme Christopher Reeve dans Superman. Dans la boîte de nuit, on peut apercevoir le Joker et Harley Quinn ou encore Batgirl dans la bataille finale[37]. D'autre part, le dialogue mentionne une réplique de Superman, présentée comme la citation préférée de Halliday.
  • Wade Watts remarque que son prénom et son nom de famille commencent par la même lettre, comme c'est le cas pour de nombreux super-héros de l'univers Marvel, citant les exemples de Peter Parker, Scott Summers, Matt Murdock et Bruce Banner.

Autres références[modifier | modifier le code]

  • Donjons et Dragons : le logo est visible quand Parzival s'achete une tenue de réalité virtuelle. Par ailleurs, sont ensuite mentionnées les « mines de Gygax » (Gary Gygax est le cocréateur de Donjons et Dragons)[37].
  • Lorsque Parzival cherche une tenue pour son rendez-vous avec Art3mis, il essaye une combinaison en disant qu'elle ressemble à celles portées par les membres du groupe Duran Duran (groupe qu'évoque aussi Nolan Sorrento dans une réplique) puis porte la tenue rouge de Michael Jackson dans le célèbre clip de Thriller. Il essaye également très rapidement la tenue que porte Prince pour sa chanson Purple Rain.
  • Dans le film, il est révélé que le clip préféré de Halliday est celui de Take on Me d'a-ha[37].
  • Une référence à Hamlet de William Shakespeare est faite lorsque i-R0k tient un crâne dans sa main et dit « j'ai bien connu cet homme ». Dans la pièce, Hamlet et Horatio sont dans un cimetière lorsque le prince de Danemark prend un crâne et dit « Pauvre Ioric, j'ai bien connu cet homme, Horatio. »
  • Dans l’appartement de Halliday à la fin, sa version « jeune » joue sur une console CBS Colecovision, à côté se trouve un camion « Big Trak », et un lecteur de disquettes Commodore 1541.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database.
  2. « 2018 SXSW Film Festival Announces World Premiere of Steven Spielberg’s Ready Player One », sur South by Southwest (consulté le 11 mars 2018).
  3. « "Ce film, c'est de l'amour" : Les premières critiques de Ready Player One sont élogieuses », sur Première, (consulté le 12 mars 2018)
  4. a et b (en) « Steven Spielberg Taps Tye Sheridan For Lead In ‘Ready Player One’ Based On Ernest Cline Novel! », sur Deadline, (consulté le 25 février 2016).
  5. a et b (en) Justin Kroll, « Steven Spielberg Casts Olivia Cooke as Female Lead in ‘Ready Player One’ », sur Variety, (consulté le 11 septembre 2015).
  6. a et b (en) Jack Giroux, « Tye Sheridan to Lead Steven Spielberg’s ‘Ready Player One’ », sur Slash Film, .
  7. a et b « Simon Pegg rejoint le casting de Ready Player One », sur Journal du geek, (consulté le 18 mars 2016).
  8. a et b « Ready Player One : Steven Spielberg retrouve Mark Rylance », sur Allociné, (consulté le 19 avril 2016).
  9. (en) Michael Fleming, « Warner Bros and De Line Pictures Win Book Auction For 'Ready Player One' », sur Deadline, (consulté le 25 mars 2015).
  10. (en) Jeff Sneider, « Eason to rewrite ‘Player’ script », sur Variety, (consulté le 25 mars 2015).
  11. (en) Anita Busch, « Steven Spielberg To Direct Sci-Fi Cult Favorite ‘Ready Player One'; Back At Warner Bros », sur Deadline, (consulté le 24 mars 2015).
  12. (en) Marianne Zumberge, « Steven Spielberg’s ‘Ready Player One’ Slated for 2017 Release », sur Variety, (consulté le 24 mars 2015).
  13. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18650398.html.
  14. « John Williams refait équipe avec Steven Spielberg, mais pas sur Ready Player One », sur Première, .
  15. (en) Jeff Sneider, « Steven Spielberg’s ‘Ready Player One’ Shortlist Includes Elle Fanning, Olivia Cooke, Lola Kirke (Exclusive) », sur The Wrap, .
  16. [1].
  17. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18649557.html.
  18. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  19. (en) « First week of ReadyPlayerOne finished. Surreal », sur Twitter.
  20. (en) « Steven Spielberg’s Ready Player One Filming In Birmingham », sur Yahoo.
  21. (en) Max Evry, « Ready Player One Set Photos Show a Grungy Dystopia », sur Comingsoon, (consulté le 17 août 2016).
  22. (en) Ready Player One Original Motion Picture Soundtrack - Soundtrack.net
  23. a et b (en) « Ready Player One - Original Motion Picture Soundtrack », sur WaterTower Music (consulté le 8 juillet 2017)
  24. Jon Burlingame, « AFI Honoree John Williams Looks Back on Six Decades of Iconic Themes », sur Variety, (consulté le 9 juin 2016).
  25. Jon Burlingame, « John Williams and Alan Silvestri to Score Steven Spielberg's Next Films (EXCLUSIVE) », sur Variety, (consulté le 8 juillet 2017)
  26. (en) Ready Player One: Songs From The Motion Picture - Soundtrack.net
  27. (en) « Ready Player One (2018) », Rotten Tomatoes (Fandango Media) (consulté le 29 mars 2018)
  28. (en) « Ready Player One Reviews », Metacritic (CBS Interactive) (consulté le 29 mars 2018)
  29. « Critiques presse Ready Player One », sur Allociné (consulté le 3 avril 2018)
  30. « Ready Player One », sur JP box-office.com (consulté le 8 avril 2018)
  31. a et b (en) « Ready Player One », sur Box Office Mojo (consulté le 3 avril 2018)
  32. a et b William Hugh, « Well, nevermind, then: Of course there's going to be Star Wars shit in Ready Player One », The A.V. Club, The Onion, (consulté le 19 mars 2018)
  33. Germain Lussier, « Steven Spielberg Tried to Get Star Wars Into Ready Player One, But Couldn't », io9, Univision Interactive Media, (consulté le 16 mars 2018)
  34. Carolyn Burke, « Ready Player One Won’t Reference Disney’s Star Wars Movies [Updated] », Screen Rant, (consulté le 16 mars 2018)
  35. Aaron Couch, « Steven Spielberg Brings Ambitious 'Ready Player One' Footage to Comic-Con », The Hollywood Reporter, Prometheus Global Media, (consulté le 25 juillet 2017)
  36. a et b Christian Long, « Ernest Cline on 'Ready Player Two' and the Scene Spielberg Fought For », The Hollywood Reporter, (consulté le 16 mars 2018)
  37. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o et p « Ready Player One : 50 références pop repérées dans le film de Spielberg. A vous ! », sur Allociné, (consulté le 29 mars 2018)
  38. « Zéro clin d’oeil à Star Wars dans Ready Player One ? », sur Allociné, (consulté le 8 avril 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]