Judge Dredd (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Judge Dredd
Titre québécois Juge Dredd
Titre original Judge Dredd
Réalisation Danny Cannon
Scénario John Wagner
Carlos Ezquerra
Michael De Luca
William Wisher Jr.
Steven E. de Souza
Acteurs principaux
Sociétés de production Hollywood Pictures
Cinergi Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Durée 96 minutes
Sortie 1995


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Judge Dredd ou Juge Dredd au Québec est un film de science-fiction américain réalisé par Danny Cannon, sorti en 1995. C'est l'adaptation de la bande dessinée du même nom parue dans le magazine britannique hebdomadaire 2000 AD.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Accessoires du film exposés à ExpoSYFY, San Sebastián, Espagne.
Un des véhicules du film.

En , après une apocalypse nucléaire qui a ravagé le monde, la civilisation humaine survit dans de rares mégalopoles surpeuplées, les « Megacités », se protégeant du monde extérieur qui depuis la guerre est devenu désertique, radioactif et peuplé de créatures mutantes. Mais les Megacités sont aussi gangrenées par une criminalité galopante, conséquence de la surpopulation.

Au sein de ce cauchemar urbain des Megacités patrouillent les Juges, des policiers qui sont un condensé de tout le processus légal de lutte contre le crime. En effet, ils sont à la fois « policiers, jurés et bourreaux », concentrant tous les pouvoirs (législatifs et judiciaires). Juchés sur de puissantes motos volantes (les « tribunaux-glisseurs »), les Juges font régner l'ordre dans la Megacité. Parmi ceux de Mega-City One (en), un individu se distingue, le très respecté et très craint Juge Dredd, qui a la réputation d'être un Juge inflexible et sans compromis.

Mais Dredd, après des années de bons et loyaux services dans la Megacité, est accusé — preuves fabriquées à l'appui — du meurtre d'un journaliste, malgré son innocence. Il est en fait la victime d'un complot fomenté par Rico, un ancien Juge emprisonné de longue date, jadis jugé par Dredd pour crimes.

La coéquipière de Dredd, la Juge Hershey, douée en droit, tente d'aider Dredd à prouver son innocence en se faisant son avocate. Mais, malgré ses efforts, elle échoue car elle ignore un détail important de la technologie de l'arme de service standard des Juges, qui intègre une identification ADN de l'utilisateur ; ce code est implanté à chaque tir d'une munition de l'arme pour l'identifier.

Condamné, Dredd est transféré à la prison d'Aspen. Mais, en chemin et alors qu'il survole la Terre de désolation (le monde ravagé hors des Megacités), des hors-la-loi attaquent son transport aérien et abattent l'appareil, causant la mort de presque tous les passagers. Dredd doit alors affronter seul le voyage retour vers Mega-City One, puis tenter de rétablir la vérité et restaurer son honneur de représentant de la loi.

Par la suite, Dredd découvre à sa grande surprise qu'il est né au cours d'une expérience génétique (le « projet Janus ») et que son ancien meilleur ami, le Juge Rico qu'il avait fait condamner, est en réalité son frère, cloné comme lui. Rico partage le même génome que Dredd, ce qui lui a permis de s'identifier avec son identité génétique. Le crime dont on a accusé Dredd a été en fait perpétré par Rico qui, récemment évadé et ivre de vengeance, a profité de son génome identique à celui de Dredd pour falsifier la preuve décisive dans le procès de Dredd. Mégalomane, Rico a pour projet de contrôler la ville en se vengeant de Dredd et du système, et de devenir le nouveau Juge suprême de Mega-City One, présidant à la destinée de la ville à travers la loi et les juges.

Afin de pouvoir effectuer ce projet, Rico se sert d'un complice ambitieux au conseil des Juges pour convaincre les membres du ministère de la justice de déverrouiller le projet Janus, en faisant valoir les pertes d'effectifs (causées par les récents meurtres de Juges que Rico a perpétré ou organisé) telles que la situation dans la Megacité est devenue critique. Le conseil, imprudemment, fait partiellement déverrouiller le projet Janus pour en consulter les données. Rico explique que celui-ci permettra, en profitant des progrès techniques depuis sa mise en sommeil, de faire naître en une journée des Juges adultes (au lieu de plusieurs années) qui seront déjà éduqués et prêt à dispenser la loi. Le conseil s'y oppose et tente de clore le débat, ce qui engendre de graves conséquences menant au déverrouillage complet du projet et au meurtre des membres du conseil.

Rico détourne finalement le projet Janus pour devenir Juge suprême et entreprend de se cloner, pour que tous les futurs Juges soient à son image. Mais Dredd, de son côté, tente de s'opposer à ce projet délirant, en prenant tous les risques.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

L'idée d'adapter Judge Dredd au cinéma vient de Charles Lippincott, directeur marketing sur le premier Star Wars et Alien. Mais le projet met plus de dix ans à se concrétiser, faute de scénariste et de réalisateur adéquat. La sortie en 1987 de RoboCop, dont le sujet et le ton sont très similaires à Judge Dredd, retarde également la production[1].

Initialement, le film devait être réalisé par Tim Hunter mais celui-ci renonça. Les frères Joel et Ethan Coen furent aussi envisagés mais refusèrent également, préférant tourner Fargo. Richard Donner, Tony Scott, Renny Harlin, Peter Hewitt et Richard Stanley furent également pressentis. C'est finalement Danny Cannon, malgré son manque d'expérience, qui accède au poste en se réclamant fan de la bande dessinée.

Choix des acteurs[modifier | modifier le code]

Lorsque le projet fut lancé, l'acteur Arnold Schwarzenegger devait incarner le rôle titre du Juge Dredd. Mais c'est finalement Sylvester Stallone qui fut retenu, bien qu'il n'ait jamais lu le comics[1].

Pour le rôle de l'antagoniste principal Rico, le premier choix était l'acteur Christopher Walken, qui le refusa. Il fut remplacé par Armand Assante qui, par ailleurs, retrouve dans ce film Stallone, après avoir tourné à ses côtés dans son premier long-métrage, La Taverne de l'enfer.

Pour le rôle de Fergie, le premier choix était l'acteur Joe Pesci, qui le refusa. C'est finalement Rob Schneider qui obtiendra le rôle, selon ses dires grâce à Stallone, qui l'aurait contacté et offert le rôle[2].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film a été tourné en partie en Islande et dans les Studios de Shepperton en Angleterre[3].

Les désaccords entre Sylvester Stallone et Danny Cannon rendent le tournage difficile, le premier voulant obtenir une comédie d'action et le second une satire sombre et violente[2]. Le réalisateur se jure par la suite de ne plus jamais travailler avec une star de cinéma.

Post-production[modifier | modifier le code]

Le studio, qui espère obtenir un classement PG-13, coupe plusieurs scènes jugées trop violentes dont une où Dredd massacre les clones sortant de leurs compartiments. Malgré les remontages, le film est finalement interdit aux moins de 17 ans non accompagnés aux États-Unis[4].

David Arnold, qui avait collaboré avec Danny Cannon sur son premier film, devait composer la musique de Judge Dredd. Faute de planning concordant, il est remplacé par Jerry Goldsmith qui se désiste également suite aux retards de production. Le travail de ce dernier est néanmoins utilisé dans la première bande-annonce. Alan Silvestri reprend le flambeau pour composer une musique épique et martiale, qui est considérée comme l'une des rares réussites du film[1].

Accueil[modifier | modifier le code]

Critique[modifier | modifier le code]

Judge Dredd
Score cumulé
SiteNote
Rotten Tomatoes17 %[5]
Allociné1.6 étoiles sur 5[6]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

Judge Dredd rencontre un accueil critique majoritairement négatif.

Sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes, le film obtient un score de 20 % d'avis positifs, sur la base de 54 critiques collectées et une note moyenne de 4,01/10 ; le consensus du site indique : « Judge Dredd veut être à la fois un film d'action violent légitime et une parodie d'un film, mais le réalisateur Danny Cannon n'arrive pas à trouver l'équilibre nécessaire pour le faire fonctionner »[5].

En France, le site Allociné donne au film une note moyenne de 1,6 sur 5, sur la base de 5 critiques de presse collectées[6].

Box-office[modifier | modifier le code]

Judge Dredd rencontre un échec commercial, ne rapportant que 113 493 481 $ de recettes au box-office mondial, dont 34 693 481 $ aux États-Unis où il ne prend que la cinquième place lors de son premier week-end à l'affiche[7]. Par rapport à son budget de production de 90 000 000 $, le film n'affiche un taux de rentabilité que de 126 %[8].

En France, il réalise un résultat correct, en totalisant 1 148 697 entrées et occupe la première place du box-office lors de sa première semaine d'exploitation[8].

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
34 693 481 $ - -
Drapeau de la France France 1 148 697 entrées - -

Monde Total mondial 113 493 481 $ - -

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • « Choix des lecteurs 1995 » du magazine Sci-Fi Universe

Nominations[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Différences avec le comic book[modifier | modifier le code]

Certains éléments du film ont été changés par rapport au comic book original Judge Dredd :

  • dans les comics, le lecteur ne voit jamais le visage du Judge Dredd, contrairement au film. En effet, le juge Joseph Dredd garde tout le temps son casque sur la tête et, quand il l'enlève, on le voit soit de dos, soit avec un visage masqué par la censure pour éviter de montrer son visage ;
  • dans les comics, Rico et Dredd savent qu'ils sont frères et des clones également, contrairement au film ;
  • dans les comics, Rico était un meilleur Juge que son frère Joseph : meilleur tireur, meilleur athlète, meilleur juge, premier de sa promotion à l'académie des Juges, son frère Joseph étant second. Joseph l'admirait mais, avec le temps, Rico prit le chemin du crime ;
  • dans les comics, Rico a bien été arrêté par Joseph Dredd pour meurtres, racket, etc., mais fut condamné à 20 ans de prison sur la planète Pluton au lieu d'une peine de prison à vie sur Terre à Aspen dans le film ;
  • dans les comics, Rico n'a jamais pris le pouvoir à Mega-City One (en), contrairement au film. Il voulait seulement se venger de son frère Joseph Dredd, et fut tué par celui-ci dans un duel ;
  • dans les comics, le gang des Anges a bien été anéanti par Dredd comme dans le film, mais c'était dans l'espace et sur une autre planète.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Judge Dredd - Loi & Désordre - Courte-Focale.fr - Grand angle sur le Cinéma ! Courte-Focale.fr – Grand angle sur le Cinéma ! », sur Courte-Focale.fr – Grand angle sur le Cinéma !, (consulté le )
  2. a et b (en-US) « 15 Shocking Things You Didn't Know About The Disastrous Judge Dredd », sur ScreenRant, (consulté le )
  3. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 302
  4. (en-US) « A Deleted Clone Scene From Stallone's Judge Dredd Turned It Into A Monster Film », sur ScreenRant, (consulté le )
  5. a et b (en) « Judge Dredd (1995) », Rotten Tomatoes.com (consulté le ).
  6. a et b « Judge Dredd - critiques presse », sur Allociné.fr (consulté le ).
  7. https://www.boxofficemojo.com/movies/?id=judgedredd.htm
  8. a et b « Judge Dredd (1995) - JPBox-Office », sur office.com (consulté le ).
  9. (en) John Wilson, The Official Razzie Movie Guide: Enjoying the Best of Hollywoods Worst, Hachette UK, (ISBN 9780446510080), p.50

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Judge Dredd, le personnage original de l'univers de fiction.

Liens externes[modifier | modifier le code]