Adventure (jeu vidéo)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Adventure

Développeur
Éditeur
Réalisateur

Date de sortie
Genre
Mode de jeu
Plate-forme

Langue

Adventure est un jeu vidéo développé par Warren Robinett et édité par Atari, sorti en 1979 sur la console Atari 2600. Il est considéré comme le premier jeu d'action-aventure.

Scénario[modifier | modifier le code]

Le scénario permet d'explorer des salles, des labyrinthes, le tout représenté graphiquement.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Le joueur va devoir affronter trois dragons : le dragon vert, le dragon rouge et le dragon jaune. Il peut tuer un dragon en le touchant avec une épée. Pour progresser dans le jeu, le joueur doit récupérer des clés et des armes. Il existe un aimant qui permet de prendre plusieurs objets. Le but du jeu est de récupérer un calice.

Le nom des trois dragons sont: Yorgle, Grundle et Rhindle[1].

Par analyse, Yorgle pour le dragon jaune (Yellow), Grungle pour le dragon vert (Green) et Rhindle pour le dragon rouge (Red).

Chaque dragon possèdent quatre états: Chasser, Mordre, Avaler et Mort. Chaque état possède son propre graphisme. Le comportement dépend de son état et les transitions entre deux sont déclenchées par un événement en jeu comme lorsque l'avatar du joueur ou son épée touche le dragon[2].

Le nom de la chauve-souris est Knubberub[2].

Développement[modifier | modifier le code]

Trois ans plus tôt sortait Colossal Cave Adventure, le premier jeu d'aventure textuel, programmé par Will Crowther et dont Adventure s'inspire profondément. L'interpréteur de commandes ne comprend que des commandes d'un ou deux mots (TAKE BOTTLE, GO NORTH, OPEN DOOR, etc.)[3].

Ayant pensé en faire un jeu vidéo pour l'Atari 2600 avec une pièce à la fois à l'écran, avec des objets sous une forme et le joueur sous une autre, il présenta l'idée à son supérieur: celui-ci souhaitait étouffer le projet dans l'œuf ! "On savait que le jeu de Crowther et Woods demandait plus de 100 kilo-octets sur une unité centrale et la 2600 n'avait qu'une mémoire de 4 kilo-octets. Alors mon supérieur m'a expliqué que c'était tout simplement impossible. Je n'ai pas essayé de le convaincre. Je l'ai défié en créant le prototype d'Adventure. Il m'a alors dit que j'étais difficile à gérer"[1].

Son collègue John Dunn fut du même avis, alors que "[l]es autres personnes chez Atari voyaient que c'était une bonne idée nouvelle pour un jeu"[1].

En passant 15 heures par jour sur son jeu, produit et testé de A à Z, Warren Robinett mis un an pour créer ledit jeu. Il se retrouva bloqué au milieu du développement: il fut insatisfait. Le jeu ne comportait aucun labyrinthe, de ponts, de chauve-souris... juste de grandes salles avec un dragon pourchassant le joueur. La question qui le taraudait fut : « Je n'étais pas sûr qu'il soit possible de créer de labyrinthes asymétriques à partir de pièces symétriques (de par la limitation de l'affichage matériel) »[1].

Warren utilisa un matériel graphique de deux sprites matériel et un écran basse résolution de 160 × 96 pixels[1].

Warren fut contraint d'abandonner une idée novatrice car la ROM de la cartouche fut pleine lors de l'envoi à la production: "Adventure est un jeu solo qui n'utilise que le pad gauche, aussi me suis-je dit qu'il y aurait eu quelque chose d'intéressant à faire avec l'autre prise. Je pensais passer un câble par ce port entre deux consoles, afin d'afficher deux avatars, chacun contrôlé par son propre joystick. Chaque joueur pourrait alors voir l'autre sur son écran, comme s'il était dans la même salle de jeu. En d'autres mots, je voulais en faire un jeu multi-joueurs. J'ai construit le câble, mais je me suis presque retrouvé à court de mémoire sur la ROM, alors je ne l'ai pas implémenté"[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

Atari Adventure Easter Egg on Atari (Jakks Pacific) Port.jpg

Adventure est l'une des entrées de l'ouvrage Les 1001 jeux vidéo auxquels il faut avoir joué dans sa vie[4].

Premier easter egg connu[modifier | modifier le code]

Les développeurs n'ayant pas à l'époque le droit de figurer dans un générique (seul le nom de la société Atari apparaissait), Warren Robinett a glissé l'inscription verticale « created by Warren Robinett » dans une salle du jeu ne pouvant être ouverte qu'avec une clé ne mesurant qu'un pixel. C'est le premier easter egg[5] (clin d'œil dans un jeu) connu à ce jour[4],[6].

Présence dans d'autres médias[modifier | modifier le code]

Le jeu Adventure est une des épreuves du roman Player One d'Ernest Cline (2011).

Le jeu Adventure est également mentionné dans le film adapté du livre Ready Player One, réalisé par Steven Spielberg en 2018, où la résolution de l'énigme du jeu permet au héros de trouver la troisième clef qui lui donne accès à l'easter egg et à la propriété du monde virtuel Oasis.

Suites[modifier | modifier le code]

La série des SwordQuest, tétralogie inachevée, est composée de trois jeu: Earthworld, Fireworld et Waterworld.

Adventure 2, sortie sur Atari FlashBack 2 en 2005.

Adventure II, sortie sur Atari 5200 en 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Jean-Martial Lefranc, Retro Gamer Collection, Financière de loisirs, , 196 p. (EAN M 01902-1H[à vérifier : EAN invalide]), p. 20
  2. a b et c Jean-Martial Lefranc, Retro Gamer Collection, Financière de loisirs, , 196 p. (EAN M 01902-1H[à vérifier : EAN invalide]), p. 21
  3. Kent 2001, p. 185.
  4. a et b Tony Mott, Les 1001 jeux vidéo auxquels il faut avoir joué dans sa vie, Flammarion, , 960 p. (ISBN 978-2-0812-6217-1), p. 28.
  5. « Tilt Journal : Chasse à l'œuf », Tilt : Jeux électroniques, no 1,‎ , p. 7
  6. Kent 2001, p. 186.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Steven Kent, The Ultimate History of Video Games: From Pong to Pokemon : The Story Behind the Craze That Touched Our Lives and Changed the World, Three Rivers Press, , 1re éd., 624 p. (ISBN 9780761536437), p. 185-187. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Edge décembre 2005 The making of

Liens externes[modifier | modifier le code]