Commodore 64

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Commodore 64
Commodore 64
Commodore 64
Fabricant Commodore
Type Ordinateur personnel
Date de sortie Août 1982
Environnement Commodore BASIC 2.0
Processeur MOS Technology 6510
Mémoire 64 Ko
Prédécesseur Commodore VIC-20
Successeur Commodore 128

Le Commodore 64 est un ordinateur personnel conçu par Commodore Business Machines Inc. en 1982, sous l'égide de Jack Tramiel. Il fut la première machine vendue à plusieurs millions d'exemplaires (de 17 à 25 millions selon les estimations), et il reste le modèle d'ordinateur le plus vendu à ce jour[réf. nécessaire].

Description[modifier | modifier le code]

Le Commodore 64 utilise un microprocesseur 8 bits 6510 (un dérivé proche du 6502 qui a la possibilité de gérer des banques de mémoires en les amenant à la demande dans l'espace d'adressage du processeur) et dispose de 64 kiloctets de mémoire vive. Au Royaume-Uni, il a rivalisé en popularité avec le ZX Spectrum et a tiré bénéfice d'un clavier de taille normale et de puces graphiques et son plus avancées.

La puce graphique, VIC-II (en), fournit 16 couleurs, huit sprites, des capacités de défilement (scrolling), et deux modes graphiques bitmap. Le mode texte standard fournit 40 colonnes, comme la plupart des modèles PET de Commodore.

La puce sonore, SID, a trois voix, plusieurs formes d'ondes, modulations sonores et capacités de filtrage. Elle est très avancée pour son époque. Son concepteur, Bob Yannes, sera le cofondateur de la société de synthétiseur Ensoniq.

Le BASIC incorporé n'offre pas un moyen facile d'accéder aux capacités graphiques et sonores avancées de la machine ; les utilisateurs doivent donc utiliser les commandes PEEK et POKE pour adresser directement la mémoire afin d'obtenir le résultat escompté. Ou alors utiliser des extensions comme Simon's BASIC, ou programmer directement en assembleur. Commodore avait une meilleure implémentation du BASIC, mais choisit finalement de vendre le C64 avec le même BASIC 2.0 utilisé dans le VIC-20 de peur que le C64 ne ternisse les ventes du PET/CBM.

Le C64 hérite des machines CBM et du VIC-20 un port utilisateur programmable (6522) et un port série propriétaire fonctionnant sur un principe proche de l'IEEE-488 et permettant de brancher (et d'adresser) des périphériques, en particulier une ou plusieurs unités de mono-disquettes de 5,25 pouces 1540 (celui pour le VIC-20), 1541 et 1542.

De cet ordinateur est (probablement) apparue une culture underground informatique connue sous le nom de scène démo.

Historique[modifier | modifier le code]

Écran de démarrage du C64

Commodore tente en 1984 de remplacer le C64 par le Commodore Plus/4, qui offre un affichage plus haut en couleur, une meilleure implémentation du BASIC (V3.5) et quatre logiciels (traitement de texte, tableur, gestionnaire de fichier et graphisme) implantés en mémoire morte. Cependant, il manque les capacités de sprite, propose des capacités sonores en retrait, une bibliothèque de logiciels quasi-inexistante et surtout une absence de compatibilité avec les logiciels du C64. Malgré un prix d'achat attractif (1 990 francs français à sa sortie), ce fut un échec.

Des ordinateurs plus performants arrivant sur le marché, comme le successeur du C64, le complètement compatible Commodore 128 (fin 1985), Commodore positionna le C64 comme un ordinateur d'entrée de gamme, baissant le prix de façon notable.

En 1986, Commodore sortit le Commodore 64C, qui était fonctionnellement identique à l'original, mais avec un design extérieur remodelé dans l'esprit plus « moderne » du C128. Le C64C était souvent fourni avec le système d'exploitation graphique GEOS.

Les derniers jeux officiels se sont vendus jusqu'en 1994.

Pendant l'été 2004, après une absence sur le marché de près de 10 ans, Tulip Computers BV (en) (propriétaire de la marque Commodore depuis 1997) annonce un C64-Direct-to-TV, une console-joystick basée sur le C64 avec 30 titres préprogrammés en ROM, selon un principe similaire aux mini-consoles basées sur l'Atari 2600 et l'Intellivision, qui avaient eu un succès plutôt modeste auparavant.

Il est toujours employé, particulièrement pour la musique. Ses programmes peuvent être utilisés sur des machines plus récentes au moyen d'un émulateur ; certains jeux sont disponibles sur le service de la Console Virtuelle de la console Wii.

Renouveau du Commodore 64[modifier | modifier le code]

En 2011, une société basée en Floride a mis en vente un « Commodore 64 » reprenant le boîtier d'origine et compatible PC[1].

Spécifications techniques[modifier | modifier le code]

Carte mère du C64 (1982)
Processeur MOS 6502
  • Processeur MOS Technology 6510 (en) cadencé à 0,985 MHz (PAL) / 1,023 MHz (NTSC)
    • 64 Ko de Mémoire vive (38 Ko disponible pour les programmes BASIC par défaut; 2 Ko de mémoire vidéo de caractère) ou 320 Ko (avec Commodore 1764 256 Ko) avec l'Unité d'extension mémoire, cependant seulement 64 Ko directement accessibles, l'unité destinée principalement à GEOS)
    • 20 Ko de ROM (8 Ko BASIC 2.0, 8 Ko Noyau, 4 Ko de caractères générés, produisant deux ensembles de 2000 caractères)
  • Puce graphique VIC-II MOS 6567/8567 (NTSC) MOS 6569/8569 (PAL)
  • Modes "texte":

-40×25 caractères de 8×8 pixels 2 couleurs chacun parmi 16.
-40×25 demi-résolution caractères de 4×8 pixels 4 couleurs chacun parmi 16 (39x24 en mode scrolling).
Le mode texte bénéficie du scrolling hard pixel par pixel.
La grande majorité des jeux type arcade redéfinissaient les caractères pour en faire l’équivalent des "tuiles" des consoles. Avec les sprites hard on s'approche grandement des techniques utilisé par les consoles 8 bits type NES et SMS.

  • Modes "graphiques" bitmap:

en 320x200 chaque bloc de 8*8 peut avoir 2 couleurs parmi les 16 (mode graphique notamment utilisé pour les jeux 3D fil de fer par exemple "Elite")
en 160×200 chaque bloc de 4*8 peut avoir 4 couleurs parmi les 16.
les 16 couleurs sont noir, blanc, rouge, cyan, violet, vert, bleu, jaune, orange, marron, rouge clair, gris foncé, gris moyen, vert clair, bleu clair, vert clair.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste de jeux Commodore 64.
Joystick du C64

La popularité et les capacités graphiques et sonores avancées du Commodore 64 lui ont permis d'accueillir plusieurs milliers de jeux vidéo.

50 jeux parmi les plus appréciés[2] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Top 50 des jeux C64 sur le site Lemon64

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]