Le Géant de fer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Géant de Fer
Description de l'image Le Géant de fer.jpg.
Titre original The Iron Giant
Réalisation Brad Bird
Scénario Brad Bird
Tim McCanlies (en)
Brent Forrester
Karey Kirkpatrick
Musique Michael Kamen
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros. Feature Animation
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Animation
Durée 83 minutes
Sortie 1999

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Géant de Fer (The Iron Giant) est un film d'animation, sorti en 1999, réalisé par Brad Bird, dont il a cosigné le scénario avec Brent Forrester et Tim McCanlies (en) (avec une contribution de Karey Kirkpatrick, pour les studios Warner, adapté d'une nouvelle de Ted Hughes publiée en 1968[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans le nord-est des États-Unis, à la fin des années 1950, un grand robot — d'une hauteur de 30 m — d'origine extraterrestre, se lie d’amitié avec un garçon de huit ans et un jeune artiste beatnik.

Résumé[modifier | modifier le code]

Rockwell, une petite bourgade du Maine, en . Livré à lui-même, le petit Hogarth Hughes passe le plus clair de son temps devant le téléviseur. Alors qu'il regarde une de ses émissions favorites, l'image se brouille subitement, il s'aperçoit alors que l'antenne a été arrachée. Remontant la piste du coupable, il découvre, au milieu de la forêt voisine, une gigantesque créature métallique, prête à dévorer la centrale électrique. Empêtré dans les câbles à haute tension, le monstre de fer risque gros. Hogarth parvient à couper le courant, sauvant ainsi l'étrange envahisseur d'une mort certaine. Le gamin et le robot se lient d'amitié, mais l'armée n'est jamais loin pendant la guerre froide et décide d’envoyer un agent du gouvernement américain nommé Kent Mansley pour enquêter à Rockwell.

Quand le géant mange des voies ferrées sur le chemin d'un train venant en sens inverse, le train entre en collision avec lui et dérailler ; Hogarth éloigne le géant de la région, découvrant qu'il peut se réparer. Pendant son séjour, Hogarth montre les bandes dessinées au géantes et le compare au héros Superman. Plus tard, Mansley soupçonne l'implication de Hogarth après avoir parlé avec lui et sa mère veuve, Annie (le père de Hogarth était un pilote de l'armée de l'air mort pendant la guerre de Corée), et loue une chambre dans leur maison pour garder un œil sur lui. Hogarth échappe à Mansley et conduit le géant dans un dépotoir appartenant à l'artiste beatnik Dean McCoppin, qui accepte à contrecœur de le garder, mais qui finit par accepter le géant pour améliorer ses sculptures.

Hogarth profite de son temps avec le Géant, mais il est obligé d'expliquer le concept de mort au Géant après avoir vu des chasseurs tuer un cerf. Hogarth est interrogé par Mansley quand il découvre des preuves du Géant après avoir trouvé une photo de lui à côté de Hogarth et apporte un contingent de l'armée conduit par le général Rogard au parc à ferraille pour prouver l'existence du géant, mais Dean (ayant été averti par Hogarth plus tôt) les trompe en prétendant que le géant est l'une de ses œuvres d'art. Bouleversé par la fausse alerte apparente, Rogard se prépare à partir avec ses forces après avoir répris Mansley pour ses actions.

Hogarth continue ensuite à s'amuser avec le géant en jouant avec un pistolet jouet, mais active par inadvertance le système défensif du géant ; Dean lui crie dessus pour avoir failli tuer Hogarth, et le géant attristé s'enfuit avec Hogarth donnant la chasse. Dean se rend vite compte que le Géant n'agissait qu'en légitime défense et rattrape Hogarth alors qu'ils suivent le Géant. Le Géant sauve deux garçons qui tombent d'un toit à son arrivée, conquérir les habitants de la ville. Mansley repère le géant dans la ville en quittant Rockwell et arrête l'armée, les envoyant attaquer le géant après qu'il ait ramassé Hogarth, forçant les deux à fuir ensemble. Ils échappent d'abord à l'armée en utilisant le système de vol du géant, mais le géant est ensuite abattu et s'écrase au sol. Hogarth est renversé inconscient, mais le géant, pensant que Hogarth est mort, cède finalement à son système défensif dans un accès de rage et de chagrin et attaque l'armée en représailles, se transformant en machine de guerre et retournant à Rockwell. Mansley convainc Rogard de préparer un lancement de missile nucléaire à partir de l'USS Nautilus, car les armes conventionnelles s'avèrent inefficaces. Hogarth se réveille et revient à temps pour calmer le Géant tandis que Dean clarifie la situation à Rogard.

Le général est prêt à se retirer et à ordonner au Nautilus de désactiver son arme nucléaire amorcée, mais Mansley ordonne impulsivement le lancement du missile dans un accès de paranoïa, provoquant la direction du missile vers Rockwell, où il détruira la ville et sa population lors de l'impact dans la détonation nucléaire qui en résultera. Mansley tente de s'échapper après avoir reçu une gronde furieuse de Rogard, mais le Géant l'arrête, et Rogard fait arrêter Mansley. Pour sauver la ville, le Géant fait ses adieux à Hogarth et s'envole pour intercepter le missile. Alors qu'il s'envole directement sur la trajectoire du missile, le Géant, se souvenant des paroles de Hogarth selon lesquelles "vous êtes qui vous choisissez d'être", se déclare heureusement "Superman" alors qu'il entre en collision avec l'arme. Le missile explose dans l'atmosphère, sauvant Rockwell, sa population et les forces militaires à proximité, tandis que le géant est probablement détruit, laissant Hogarth, Dean, Annie et Rogard dévastés.

Des mois plus tard, un mémorial du Géant se dresse à Rockwell. Dean et Annie commencent une relation. Hogarth reçoit un paquet de Rogard contenant une vis du Géant, qui est le seul reste trouvé. Cette nuit-là, Hogarth trouve la vis essayant de se déplacer toute seule et, se souvenant de la capacité du géant à se réparer, permet joyeusement à la vis de partir. La vis rejoint de nombreuses autres parties alors qu'elles convergent vers la tête du Géant sur le glacier de Langjökull en Islande, et le Géant sourit alors qu'il commence à se réassembler.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Le scénariste et réalisateur Brad Bird, à une projection du film au LA Animation Festival 2012.

Distribution[modifier | modifier le code]

Voix originales[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

À la suite de la renaissance Disney qui culmine avec le triomphe du Roi lion en 1994, plusieurs studios dont Warner profitent de cet engouement pour lancer leurs propres long-métrages d'animation.

Avant l'arrivée de Brad Bird sur le projet, Le Géant de fer est envisagé comme une comédie musicale avec Pete Townshend du groupe The Who. Après lecture du livre de Ted Hughes, Bird propose au studio une adaptation plus sérieuse, dans le contexte de la Guerre froide. Seule la partie du roman consacrée à l'amitié entre le garçon et le géant de fer est adaptée. Plusieurs personnages, dont l'artiste beatnik Dean et l'agent gouvernemental Kent sont inventés pour étoffer l'histoire[2]. Bien que Brad Bird s'en défende, le personnage de Hogarth et son quotidien sont en partie inspirés par sa jeunesse[3].

La production du Géant de fer s'est faite avec un budget et des délais moindres que sur les long-métrages d'animation de Disney ou DreamWorks.

Le film est dédié à Ted Hughes, décédé en 1998, et à Susan Bird, sœur du réalisateur. Tuée par son mari avec une arme à feu, elle a inspiré le message pacifiste du Géant de fer[4].

Joe Johnston, réalisateur de Captain America: First Avenger et artiste conceptuel sur la première trilogie Star Wars, a grandement contribué au design du géant de fer[5].

Accueil[modifier | modifier le code]

Succès critique et échec commercial[modifier | modifier le code]

À la suite de l'échec cuisant au box-office du film Excalibur, l'épée magique, qui était censé lancer la branche animation de Warner, aucune promotion ne fut organisé autour de la sortie en salles du Géant de fer[4]. Malgré des critiques élogieuses, le film de Brad Bird fut donc un échec commercial, rapportant à peine la moitié de son budget aux États-Unis. Néanmoins, il s'est depuis constitué un public fidèle, et une réputation de classique dans l'histoire de l'animation.

Box-office[modifier | modifier le code]

Les données concernant le box-office du film sont issues de Box Office Mojo et de JPboxoffice.

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis 23 159 305 $ 16
Drapeau de la France France 215 670 entrées

Monde Total mondial +023 159 305, USD 16

Distinctions[modifier | modifier le code]

Année Prix Catégorie Nommé Résultat
1999 Annie Award Meilleur film d'animation Warner Bros. Lauréat
Meilleure animation de personnage pour le cinéma Steve Markowski Lauréat
Meilleure réalisation pour le cinéma Brad Bird Lauréat
Meilleurs effets animés Allen Foster Lauréat
Meilleure musique pour le cinéma Michael Kamen Lauréat
Meilleur design pour le cinéma Alan Bodner Lauréat
Meilleurs storyboards pour le cinéma Mark Andrews Lauréat
Meilleure performance vocale pour le cinéma Eli Marienthal Lauréat
Meilleur scénario pour le cinéma Brad Bird et Tim McCanlies Lauréat
Meilleure animation de personnage pour le cinéma Jim Van der Keyl Nomination
Meilleure animation de personnage pour le cinéma Dean Wellins Nomination
Meilleurs effets animés Michel Gagné Nomination
Meilleur design pour le cinéma Mark Whiting Nomination
Meilleurs storyboards pour le cinéma Kevin O'Brien Nomination
Meilleurs storyboards pour le cinéma Dean Wellins Nomination
Los Angeles Film Critics Association Meilleur film d'animation Brad Bird Lauréat
2000 Saturn Award Meilleure édition VHS Nomination
BAFTA Awards Meilleur film d'animation Allison Abbate, Des McAnuff, Brad Bird et Tim McCanlies Lauréat
Chlotrudis Awards Meilleur film Brad Bird Nomination
Meilleur scénario Brad Bird et Tim McCanlies Nomination
Florida Film Critics Circle Meilleur film d'animation Pete Townshend, Des McAnuff, Allison Abbate et John Walker Lauréat
Genesis Awards Meilleur film d'animation Pete Townshend, Des McAnuff, Allison Abbate et John Walker Lauréat
Prix Hugo Meilleur drame Ted Hughes, Tim McCanlies et Brad Bird Nomination
Las Vegas Film Critics Society Meilleur film d'animation Tim McCanlies et Brad Bird Lauréat
Motion Picture Sound Editors Meilleur son dans un film d'animation Dennis Leonard, Randy Thom, Curt Schulkey, Beau Borders, Mary Helen Leasman, Andrea S. Gard, Yin Cantor, Joanna Laurent, Dennie Thorpe, Jana Vance, Tony Eckert, Troy Porter, Doc Kane, Gregory H. Watkins, Kevin E. Carpenter et Frank 'Pepe' Merel Lauréat
Meilleure musique dans un film d'animation Christopher Brooks Nomination
Santa Fe Film Critics Circle Awards Meilleur film d'animation Brad Bird et Tim McCanlies Lauréat
Science Fiction and Fantasy Writers of America Meilleur scénario Brad Bird et Tim McCanlies Nomination
Young Artist Awards Meilleur doublage - Jeune acteur Eli Marienthal Lauréat
Meilleur film familial - Animation Brad Bird Nomination
Satellite Awards Meilleur film d'animation ou multimédia Brad Bird et Tim McCanlies Nomination
2005 Satellite Awards Meilleur DVD Lauréat

Autour du film[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Jacque Day Archer, « The Iron Giant : A Gun with a Soul », dans David J. Hogan (dir.), Science Fiction America : Essays on SF Cinema, Jefferson (Caroline du Nord), McFarland & Company, (1re éd. 2006), 280 p. (ISBN 978-0-7864-6612-2), p. 256-268.
  • (en) T. S. Miller, « Frankenstein without Frankenstein : The Iron Giant and the Absent Creator », Journal of the Fantastic in the Arts, International Association for the Fantastic in the Arts, vol. 20, no 3 (77),‎ , p. 385-405 (JSTOR 24352361).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The Iron Man de Ted Hughes, illustré par George Adamson (Londres : Faber & Faber, le 26 février 1968) ; The Iron Giant de Ted Hughes, illustré par Robert Nadler (New York : Harper & Row, le 23 octobre 1968).
  2. Ramin Zahed, L'Art du Géant de fer, Akileos, , 146 p. (ISBN 978-2355742774)
  3. « Le Géant de fer, enfin une belle sortie » (consulté le )
  4. a et b The Giant's Dream: The Making of the Iron Giant (2016) d'Anthony Giacchino.
  5. (en) Oliver Lyttelton et Oliver Lyttelton, « 5 Things You Might Not Know About Brad Bird’s ‘The Iron Giant’ », sur IndieWire, (consulté le )
  6. « Le Géant de Fer - Signature Edition - Bande Annonce Officielle (VF) » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]