Aller au contenu

Indiana Jones et la Dernière Croisade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Indiana Jones et la Dernière Croisade
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo du film.
Titre original Indiana Jones and the Last Crusade
Réalisation Steven Spielberg
Scénario Jeffrey Boam
Musique John Williams
Acteurs principaux
Sociétés de production Lucasfilm Ltd.
Paramount Pictures
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Aventures
Durée 127 minutes
Sortie 1989

Série Indiana Jones

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution.

Indiana Jones et la Dernière Croisade (Indiana Jones and the Last Crusade) est un film d'aventures américain réalisé par Steven Spielberg et produit par George Lucas, sorti en 1989.

Il s'agit du troisième volet de la série de cinq films centrés sur le personnage d'Indiana Jones incarné par Harrison Ford.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans la première partie du film, on apprend comment Indiana Jones reçoit son chapeau (un fedora) et son fouet.

Utah, 1912. Le jeune Indiana Jones (River Phoenix) fait partie d'une troupe de scouts quand il surprend des pilleurs de tombes dans une grotte. Il leur dérobe un objet précieux, la croix de Coronado, leur échappe après une longue poursuite et se voit finalement contraint de la leur restituer.

Côtes portugaises, 1938. Indiana Jones (Harrison Ford) récupère in extremis la croix de Coronado qui lui a échappé vingt-six ans plus tôt, et rentre aux États-Unis.

Venise, Italie, . Dans un monde à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les Nazis se lancent en quête du Saint Graal. Face à eux, un éminent médiéviste, le père d'Indiana, Henry Jones (Sean Connery), poursuit la quête de sa vie à la recherche de cet objet légendaire. Quand son père disparaît à Venise, Indiana Jones est informé par le riche américain Walter Donovan (Julian Glover). Ce dernier lui transmet le journal de son père, lançant Indiana sur sa trace pour le retrouver. Il rencontre à Venise une charmante archéologue autrichienne, Elsa Schneider (Alison Doody), qui collaborait avec son père avant sa disparition. Tous les deux découvrent, sous une bibliothèque, des catacombes inexplorées des chevaliers du Graal, ainsi qu'une tombe avec une inscription donnant des indices sur l'emplacement du Graal.

Ils sont bientôt pris en chasse par des membres de la confrérie de l'épée cruciforme, gardiens de ce secret, qui craignent un éventuel sacrilège. Après avoir capturé l'un de ses membres et l'avoir persuadé de ses bonnes intentions, Indiana apprend de lui que son père est en réalité séquestré par des Allemands dans un château autrichien. Une fois à l'hôtel, Indy et Elsa découvrent que leurs chambres ont été fouillées. Indy décide alors de révéler à Elsa l'existence du journal de son père, dont il lui avait consciencieusement caché l'éxistence. Elsa est furieuse de ne pas avoir été mise dans la confidence ; Indy lui réplique qu'il compte sauver son père comme il l'entend. Il embrasse Elsa par surprise. Offusquée, Elsa demande à Indy comment il a osé l'embrasser. Contre toute attente, cette dernière répond à son baiser avec un autre encore plus passionné et les deux amants s'enlacent à même le sol.

Le Khazneh, à Pétra (Jordanie), a servi de décor pour la scène finale du film.

Autriche. Indiana s'infiltre dans le château et libére son père. Ils sont immédiatement repris. Indiana découvre qu'il a été piégé par Elsa et par Donovan, qui travaillent pour les Nazis. Les Jones s'échappent à nouveau, traversent la frontière et récupèrent à Berlin (où Indiana fait face à Hitler) le journal où Henri Jones avait noté ses recherches sur le Graal, qu'Elsa leur avait pris. Ils quittent l'Allemagne en Zeppelin après une poursuite mouvementée.

Alexandretta, en turc : İskenderun, au Hatay. Sur les traces du Saint Graal, ils apprennent de Sallah (John Rhys-Davies), un vieil ami égyptien d'Indiana (personnage du premier film), que Marcus Brody (Denholm Elliott), conservateur de musée et connaissant bien les Jones, à qui Indiana avait confié les indices recueillis, a été enlevé par les Nazis. Avec l'aide de la confrérie de l'épée cruciforme, les Jones et Sallah délivrent Brody d'un char d'assaut faisant partie du convoi Nazi tandis que Donovan et Elsa les devancent jusqu'au temple caché abritant le Graal.

Le journal d'Henry Jones contenant toutes ses recherches sur le Graal.

Les Jones sont à nouveau capturés. Donovan tire une balle dans le ventre d'Henry pour qu'Indiana soit contraint de passer les épreuves qui conduisent au Graal (ceux qui ont tenté de les passer ont tous été rapidement tués). Boire à cette coupe s'avère désormais pour son père le seul moyen de survivre. Indiana réussit ces épreuves et arrive jusqu'au Graal, suivi par Elsa et Donovan. Un vieux chevalier, présent dans le temple depuis plus de sept siècles, lui explique que le Graal se trouve parmi les dizaines de coupes exposées. Quasiment toutes sont raffinées, avec des métaux précieux. Quand Elsa désigne l'une d'entre elles, l'une des plus belles, à Donovan, celui-ci y boit en confiance, observant que c'est la plus belle coupe présente. Donovan se décrépit subitement et tombe en poussière. Indiana, se souvenant que Jésus-Christ est un simple charpentier, comme son père Joseph, choisit la plus modeste de toutes les coupes : c'est en effet le Graal. Il le rapporte à son père et guérit sa blessure. Le dernier chevalier du Graal les avertit que la coupe ne doit pas être emportée en dehors du temple. Elsa désobéit, provoquant ainsi un tremblement de terre. Elsa meurt en tentant d'attraper le Graal tombé dans une crevasse. Indiana essaie à son tour ; son père le persuade de laisser le Graal où il est. Les Jones, Brody et Sallah quittent le temple avant l’effondrement total de celui-ci.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Le Château de Bürresheim, à Mayen (Allemagne), a servi comme le « Château de Brunwald » en Autriche près de la frontière allemande.
L'Administration Building, sur Treasure Island, à San Francisco, Californie, a servi comme « l'Aéroport de Berlin ».

 Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par les bases de données Allociné et IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

La plage de Mónsul dans le Parc naturel de Cabo de Gata-Níjar en Andalousie (Espagne).
Le désert de Tabernas en Andalousie (Espagne).
 Source et légende : Version française (VF) sur RS Doublage[8] et Voxofilm[9]

Production[modifier | modifier le code]

Écriture[modifier | modifier le code]

La première écriture du script, confiée à Chris Columbus, racontait l'histoire d'Indiana Jones partant sur la piste du Roi Singe (Sun Wukong) et de la fontaine de jouvence. Le scénario fera l'objet d'un second brouillon, mais Spielberg le rejettera à nouveau, n'ayant pas le courage d'aller tourner en pleine Afrique subsaharienne des scènes où Indiana Jones poursuit un tank nazi à dos de rhinocéros. George Lucas lui propose à nouveau de travailler sur l'histoire du Saint Graal, et propose d'y ajouter une dimension familiale en introduisant le père d'Indiana Jones. C'est cette idée qui sera le point de départ du nouveau script.

Lieux de tournage[modifier | modifier le code]

La Double Arch dans le parc national des Arches dans l'Utah.

La première séquence dans laquelle le jeune Indiana surprend les chasseurs de trésors et tente de s’enfuir avec la Croix de Coronado a été tournée au parc national des Arches, dans l'Utah aux États-Unis. Des séquences ont été tournées dans le désert de Tabernas en Andalousie (Espagne). La fin du film a été filmée sur le site de Pétra en Jordanie[10].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Indiana Jones et la Dernière Croisade
Score cumulé
SiteNote
Metacritic 65/100[11]
Rotten Tomatoes 88 %[12]
Allociné 4,4/5 étoiles[13]
Compilation des critiques
PériodiqueNote

Le film recueille 88 % de critiques favorables, avec un score moyen de 7.910 et sur la base de 69 critiques collectées, sur le site Rotten Tomatoes[12]. Sur le site Metacritic, il obtient un score de 65100, sur la base de 14 critiques collectées[11].

En 2008, le magazine Empire le classe à la 306e place dans sa liste des 500 meilleurs films de tous les temps[14]. Le film figure à la 103e place du Top 250 du classement des films de l'Internet Movie Database, basé sur les votes du public, avec une note moyenne de 8,710[15].

En France, le site Allociné propose une note moyenne de 4,45 à partir de l'interprétation de critiques provenant de 5 titres de presse[13].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a rapporté 474 171 806 $ au box-office mondial dont 197 171 806 $ aux États-Unis[3]. C'est le film qui a réalisé le plus de recettes en 1989 dans le monde entier[16]. En France, il a réalisé 6 249 271 entrées[17]. Voici un tableau résumant les principaux résultats enregistrés au box-office par le film[18] :

Box-office mondial par pays du film Indiana Jones et la Dernière Croisade (par ordre décroissant)
Pays Box-office Pays Box-office Pays Box-office
Drapeau des États-Unis États-Unis 197 171 806 $ Drapeau de Taïwan Taïwan 5 790 585 $ Drapeau du Mexique Mexique 1 537 526 $
Drapeau du Japon Japon 49 440 469 $ Drapeau de la Suisse Suisse 5 594 941 $ Drapeau de Singapour Singapour 1 252 693 $
Drapeau de la France France 30 728 553 $ Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 5 257 958 $ Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 1 163 388 $
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni 22 688 630 $ Drapeau de la Suède Suède 4 731 891 $ Drapeau de l'Autriche Autriche 1 123 640 $
Drapeau de l'Italie Italie 15 833 763 $ Drapeau de la Belgique Belgique 3 189 868 $ Drapeau du Portugal Portugal 973 815 $
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 15 695 037 $ Drapeau de Hong Kong Hong Kong 2 900 740 $ Drapeau de la Grèce Grèce 929 559 $
Drapeau de l'Espagne Espagne 12 392 402 $ Drapeau de la Finlande Finlande 2 453 608 $ Drapeau de la Colombie Colombie 897 083 $
Drapeau de l'Australie Australie 11 621 611 $ Drapeau de la Norvège Norvège 2 258 960 $ Drapeau de la Malaisie Malaisie 687 203 $
Drapeau du Brésil Brésil 9 129 314 $ Drapeau du Danemark Danemark 2 087 857 $ Drapeau de la Thaïlande Thaïlande 569 367 $
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 8 638 690 $ Drapeau d’Israël Israël 1 551 150 $ Drapeau des Philippines Philippines 492 390 $

Distinctions[modifier | modifier le code]

Entre 1989 et 2023, le film Indiana Jones et la Dernière Croisade a été sélectionné 21 fois dans diverses catégories et a remporté 6 récompenses[19],[20].

Récompenses[modifier | modifier le code]

1989
1990
2023

Nominations[modifier | modifier le code]

1990
1991
2010
  • 20/20 Awards : Meilleur design sonore.

Sélection[modifier | modifier le code]

Éditions en vidéo[modifier | modifier le code]

En France, le film Indiana Jones et la dernière Croisade est sorti en DVD le [21], puis sort en Blu-ray le [22]. Le film est également sorti en VOD le [6].

À la suite des évolutions techniques afin d'améliorer la qualité d'image et de sons, le film sort dans une édition SteelBook 4K Ultra HD + Blu-ray le [23], puis ressort en simple 4K Ultra HD le [24].

Analyse[modifier | modifier le code]

Références à d'autres œuvres[modifier | modifier le code]

Erreurs et incohérences[modifier | modifier le code]

  • En se rendant à Venise, l'avion ne pouvait pas faire escale à Saint-Jean de Terre-Neuve, l'aéroport n'existant pas avant 1941.
  • Il n'y a pas de catacombes sous la ville de Venise puisqu'elle est entièrement édifiée sur pilotis.
  • Le chevalier, âgé de plus de 700 ans, coupé du monde depuis tout ce temps, parle et comprend le français moderne (anglais en version originale). Il aurait été plus vraisemblable qu'il s'exprime dans une des langues parlées par les Croisés venus d'une grande partie de l'Europe : latin, moyen haut allemand, ancien français ou vieil anglais.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La femme de Walter Donovan dans le film est jouée par la véritable épouse de Julian Glover. Elle est créditée au générique de fin comme Mrs. Glover.
  • Les séries des James Bond et des Indiana Jones sont liées, car l'actrice Alison Doody interprétant Elsa Schneider apparaît dans le film Dangereusement vôtre, comme l'acteur Julian Glover interprétant Walter Donovan apparaît dans le film Rien que pour vos yeux. Outre Sean Connery qui a incarné 007 de 1962 à 1971, John Rhys-Davies est apparu en 1987 dans Tuer n'est pas jouer avec Timothy Dalton.Vernon Dorbtcheff a lui aussi joué dans l'espion qui m'aimait
  • Le char utilisé par les nazis est en fait un tank Mark VIII britannique, de la Première Guerre mondiale. Une tourelle qui n'existait pas sur le modèle original a été ajoutée.
  • Sean Connery, qui joue le père d'Indiana Jones, a seulement 12 ans de plus qu'Harrison Ford.
  • À la fin du film, Sallah interroge Henry Jones Sr. sur le prénom de son fils, qu’il appelle « Junior » tout du long du film. Indiana dit préférer le pseudonyme qu’il porte, ce à quoi son père lui rétorque « We named the dog Indiana! ». Indy aurait donc repris le nom du chien des Jones que l’on peut apercevoir dans le flashback au début du film. Il s’agit d’un malamute d’Alaska. La blague tient au fait que le nom d’Indiana Jones est bel et bien tiré d’un chien : un malamute ayant appartenu à George Lucas dans les années 70[30].

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (Goldene Leinwand / Golden Screen) : « pour les films ayant totalisés 3 millions d'entrées en 18 mois. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Indiana Jones et la Dernière Croisade - Casting du film », sur Allociné (consulté le ).
  2. « Budget du film Indiana Jones et la Dernière Croisade », sur JP box-office.com (consulté le ).
  3. a et b (en) « Indiana Jones and the Last Crusade », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  4. a et b « Indiana Jones et la Dernière Croisade », sur cinoche.com (consulté le ).
  5. « Indiana Jones and the Last Crusade », sur cineman.ch (consulté le ).
  6. a et b « « Indiana Jones et la Dernière Croisade – Classification » » (fiche film), sur Allociné (consulté le ).
  7. « Visa et Classification - Fiche œuvre Indiana Jones et la Dernière Croisade », sur CNC (consulté le ).
  8. « Fiche du doublage français du film », sur RS Doublage.
  9. « Fiche du doublage français du film » sur Voxofilm, consulté le 30 novembre 2014.
  10. Indiana Jones et la dernière croisade : pourquoi Harrison Ford et Sean Connery ont-ils tourné sans pantalon ?
  11. a et b (en) « Indiana Jones and the Last Crusade », sur Metacritic (consulté le ).
  12. a et b (en) « Indiana Jones and the Last Crusade », sur Rotten Tomatoes (consulté le ).
  13. a et b « Indiana Jones et la Dernière Croisade - critiques presse », sur Allociné (consulté le ).
  14. (en) « The 500 Greatest Movies of All Time », Empire (consulté le ).
  15. « Indiana Jones et la Dernière Croisade »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Internet Movie Database (consulté le ).
  16. (en) « 1989 Worldwide Grosses », sur Box Office Mojo (consulté le ).
  17. « Indiana Jones et la Dernière Croisade », sur JP's Box-Office (consulté le ).
  18. (en) « Indiana Jones and the Last Crusade - Foreign », sur Box-Office Mojo (consulté le ).
  19. « « Indiana Jones et la Dernière Croisade - Distinctions » » ((en) récompenses), sur l'Internet Movie Database (consulté le ).
  20. « Palmares du film Indiana Jones et la Dernière Croisade », sur Allociné (consulté le ).
  21. « Sortie en DVD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  22. « Sortie en Blu-ray », sur dvdfr.com (consulté le ).
  23. « Sortie en SteelBook 4K Ultra HD + Blu-ray », sur dvdfr.com (consulté le ).
  24. « Sortie simple 4K Ultra HD », sur dvdfr.com (consulté le ).
  25. revueversus.com Tintin, Hergé et le cinéma par Philippe Lombard - 12 octobre 2011.
  26. gemini.neetwork.net Les Mystères de Tintin (4) : Steven Spielberg et Tintin par Gemini - 6 octobre 2011.
  27. lesoir.be L'innocence perdue des premiers Tintin par Daniel Couvreur - 21 octobre 2011.
  28. louvreuse.net L'homme de Rio par ZUG - 26 octobre 2011.
  29. revueversus.com « Les Aventures de Tintin, Le Secret de la Licorne » : Tintin le reporter, « égérie » de Spielberg - 25 octobre 2011.
  30. « Meet George Lucas' Dog Indiana, the Inspiration for Both Chewbacca and Indiana Jones », sur IMDb (consulté le )

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :