Le Pont des espions

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Le Pont des espions
Description de cette image, également commentée ci-après
À Berlin, l'entrée du secteur américain en 1961, année de la construction du Mur, mise en scène dans le film.

Titre original Bridge of Spies
Réalisation Steven Spielberg
Scénario Matt Charman
Joel et Ethan Coen
Musique Thomas Newman
Acteurs principaux
Sociétés de production DreamWorks Pictures
Reliance Entertainment
Afterworks Limited
Studio Babelsberg
Amblin Entertainment
Marc Platt Productions
Participant Media
Fox 2000 Pictures
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Genre Historique
Espionnage
Durée 137 minutes
Sortie 2015


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Francis Gary Powers, après sa capture par les Soviétiques.

Le Pont des espions (Bridge of Spies) est un film américano-allemand réalisé par Steven Spielberg, sorti en 2015.

Il s'inspire d'un épisode historique : l'échange à Berlin en 1962, en pleine guerre froide, du pilote américain de la CIA Francis Gary Powers avec l'espion soviétique William Fischer.

Résumé[modifier | modifier le code]

1957, en pleine guerre froide, James B. Donovan, un avocat américain, assure la défense de Rudolf Abel (qui est en réalité William Fischer se faisant passer pour lui, même si cela n'est pas précisé dans le film), un espion soviétique installé depuis des années aux États-Unis. Malgré ses réticences et ses craintes pour sa carrière, il a accepté ce dossier à la demande des autorités et de son cabinet d'avocats, pour montrer la supériorité d'un État de droit sur le système soviétique. Alors qu'Abel est reconnu coupable au prix de certaines entorses à la loi (des preuves saisies sans mandat sont retenues à charge), Donovan parvient à obtenir du juge une peine de prison au lieu de la condamnation à mort. L'avocat estime qu'Abel pourrait servir de monnaie d'échange dans le cas très probable où les Russes captureraient un agent américain. Une partie de la population désapprouve ce verdict et la famille de Donovan est victime d'une agression. Sa femme et ses enfants regrettent son engagement.

Pourtant, l'évolution de la situation donne raison à Donovan : le pilote de la CIA Francis Gary Powers est abattu avec son avion-espion par la défense antiaérienne de l'URSS pendant qu'il effectuait un vol de reconnaissance au-dessus du territoire soviétique. C'est alors que Donovan reçoit, par des moyens détournés, une offre des Soviétiques destinée à la CIA : les Russes suggèrent un échange de prisonniers, et Donovan est chargé de négocier cet échange entre Abel et Powers. L'avocat doit pour cela se rendre à Berlin-Est, contrôlé par les Soviétiques, sans protection diplomatique. Mais alors que sa mission semble se dérouler au mieux, la République démocratique allemande essaie de tirer avantage de la situation : la Stasi fait arrêter Frederic Pryor, un étudiant américain innocent, sous un prétexte fallacieux, afin de l'échanger contre Abel et d'obtenir la reconnaissance diplomatique de Washington en négociant avec les États-Unis d'égal à égal. Tandis que le gouvernement américain veut récupérer son pilote de peur qu'il coopère avec les Soviétiques, James B. Donovan tente tout ce qui est en son pouvoir pour obtenir la libération de Pryor, quitte à risquer de faire échouer le seul échange voulu par la CIA : Abel contre Powers. Cet échange aura lieu sur le « pont des espions », celui de Glienicke.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Coproducteur : Christoph Fisser, Henning Molfenter et Charlie Woebcken
Producteurs délégués : Daniel Lupi et Adam Somner

Distribution[modifier | modifier le code]

Timbre soviétique de 1990 à l'effigie de l’espion sous le nom usurpé de Rudolf Abel.

version française (VF) sur AlloDoublage[4]; version québécoise (VQ) sur Doublage.qc.ca[5].

Production[modifier | modifier le code]

Des véhicules d'époque durant le tournage du film à Brooklyn Heights.

Développement[modifier | modifier le code]

Matt Charman écrit un premier scénario, puis approche DreamWorks, où Steven Spielberg apprécie son travail et souhaite même réaliser le film[6]. En , on apprend que Joel et Ethan Coen vont réécrire le script de Matt Charman[7],[8].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Tom Hanks retrouve Steven Spielberg après Il faut sauver le soldat Ryan (1998), Arrête-moi si tu peux (2002), Le Terminal (2004). Amy Ryan avait quant à elle joué dans La Guerre des mondes (2005).

Tournage[modifier | modifier le code]

L'équipe a tourné sur le pont de Glienicke, entre Berlin et Potsdam.
Tournage du film à Brooklyn Heights.

Le tournage débute à Brooklyn en , notamment dans le quartier de Dumbo[9].

Le , l'équipe se rend à Astoria dans le Queens, pour tourner entre Astoria Park et Ditmars Boulevard[10],[11],[12]. Le , Tom Hanks est aperçu en costumes d'époque à Wall Street[13].

En , l'équipe quitte New York pour les studios de Babelsberg à Potsdam, dans la banlieue de Berlin en Allemagne, pour un tournage prévu jusqu'à fin novembre[8],[14],[15]. Les 24 et , des scènes sont tournées à l'aéroport de Berlin-Tempelhof avec un authentique C-54 Skymaster[16]. Une scène-clef d'échange de prisonniers est filmée sur le pont de Glienicke, là même où eut lieu l'échange en 1962[17],[18]. Le pont a été fermé à la circulation pendant cinq jours pour l'occasion, où l'équipe du film a reçu la visite de la chancelière Angela Merkel[19]. Un autre lieu de tournage est le château de Marquardt à Potsdam[20]. Les scènes de prisons ont été partiellement filmées au Mémorial de Berlin-Hohenschönhausen[21] et les scènes dans le S-Bahn ont été prises à la gare d'Erkner.

Mi-, le tournage a lieu également à Wrocław en Pologne[22],[14],[23]. Courant décembre, des scènes sont tournées sur la Beale Air Force Base en Californie[24].

Musique[modifier | modifier le code]

Bridge of Spies
Original Motion Picture Soundtrack

Bande originale de Thomas Newman
Sortie
Enregistré Newman Scoring Stage, Los Angeles
Durée 48:32[25]
Genre musique de film
Label Hollywood Records

Albums de Thomas Newman

John Williams devait initialement composer la musique du film et ainsi réaliser sa 27e collaboration avec Steven Spielberg, mais il est finalement remplacé par Thomas Newman, pour des raisons de santé[26]. Steven Spielberg a expliqué qu'après s'être fait poser un pacemaker, John Williams avait été astreint au repos par ses médecins[27]. Il s'agit d'un des rares films de Steven Spielberg sans John Williams avec La Couleur pourpre (musique de Quincy Jones), le téléfilm Duel (Billy Goldenberg), le sketch Kick the Can de La Quatrième Dimension (Jerry Goldsmith) et Ready Player One (Alan Silvestri).

L'album sort le aux États-Unis[28].

Toute la musique est composée par Thomas Newman.

Liste des titres
No Titre Durée
1. Hall of Trade Unions, Moscow
2. Sunlit Silence
3. Ejection Protocol
4. Standing Man
5. Rain
6. Lt. Francis Gary Powers
7. The Article
8. The Wall
9. Private Citizen
10. The Impatient Plan
11. West Berlin
12. Friedrichstrasse Station
13. Glienicke Bridge
14. Homecoming
15. Bridge of Spies (End Title)

Citations[modifier | modifier le code]

Au tout début du film, Spielberg fait référence au Triple autoportrait de Norman Rockwell[29],[30].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

Pays ou région Box-office Date d'arrêt du box-office Nombre de semaines
Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
72 313 754 $[2] [31] 21 [31]
Drapeau de la France France 971 125 entrées[32] [33] 11
Alt=Image de la Terre Mondial 165 478 348 $[2] 21

Budget : 40 000 000 $

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Company credits sur l’Internet Movie Database
  2. a b et c (en) « Bridge of Spies », sur Box Office Mojo (consulté le )
  3. (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  4. « fiche du doublage français du film », sur AlloDoublage (consulté le )
  5. « fiche du doublage québécois du film », sur Doublage.qc.ca (consulté le )
  6. (en) « Novice Screenwriter on Selling His First Script to Steven Spielberg: 'Exhilarating and Nerve-Racking' », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  7. « Les frères Coen au scénario du prochain Spielberg ! », sur AlloCiné, (consulté le ).
  8. a et b (en) « Four Cast in Steven Spielberg's Untitled Cold War Spy Thriller », sur DreamWorks Studios, (consulté le ).
  9. (en) « Steven Spielberg’s Untitled Cold War Thriller is filming in Brooklyn this weekend », sur OnLocationsVacations, (consulté le ).
  10. Spielberg’s “St. James Place” is Filming in Astoria - We Heart Astoria.com
  11. (en) « Steven Spielberg spotted on the set of 'St James Place' in Astoria », onlocationvacations.com, (consulté le )
  12. (en) « Spielberg's "St. James Place" is Filming in Astoria », weheartastoria.com, (consulté le )
  13. (en) « PHOTOS: Tom Hanks shoots 'St. James Place' on Wall St. », sur New York Daily News.com, (consulté le )
  14. a et b (en) Leo Barraclough, « Steven Spielberg to Shoot Scenes for ‘St. James Place’ in Poland: Report », variety.com, (consulté le )
  15. Martin Blaney, « Race producers plan to re-team », SCREENDAILY,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. (de) « Hier wärmt sich Hanks für den Kalten Krieg auf (Tom Hanks se réchauffe pour la guerre froide) », sur BZ Berlin, (consulté le )
  17. (de) « Glienicker Brücke als Filmkulisse », Berlin Steglitz-Zehlendorf,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. (de) « Pressrelease », Medienboard Berlin-Brandenburg,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. (de) « Kanzlerin Merkel auf der Agentenbrücke », Märkische Allgemeine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. (de) « Hollywood baut die Grenze wieder auf », Tagesspiegel,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. (de) « Steven Spielberg von Babelsberg angetan », Märkische Allgemeine,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. (en) « Spielberg to shoot spy thriller in Wroclaw », thenews.pl, (consulté le )
  23. (en) « spielberg shoot », sur Wroclaw uncut, (consulté le )
  24. (en) « Action! Spielberg filming U-2 movie at Beale », sur appeal-democrat.com, (consulté le )
  25. (en) « Bridge of Spies (Original Motion Picture Soundtrack) », sur AllMusic (consulté le )
  26. « John Williams ne composera pas la musique de Bridge of Spies de Steven Spielberg », sur Le Figaro, (consulté le )
  27. (en) « Spielberg on Why Thomas Newman Scored His Latest Film », sur JW Fan, (consulté le )
  28. (en) « ‘Bridge of Spies’ Soundtrack Details », sur FilmMusicReporter.com, (consulté le )
  29. « Avis sur le film Le Pont des espions (2015) par Zoumion - SensCritique », sur www.senscritique.com (consulté le )
  30. « Le Pont des espions, Steven Spielberg - Débordements », sur www.debordements.fr (consulté le )
  31. a et b (en) « Bridge of Spies - weekly », sur Box Office Mojo (consulté le )
  32. « Le Pont des espions », sur JP box-office.com (consulté le )
  33. « Le Pont des espions - France », sur JP box-office.com (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]