Hoverboard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Overboard.

L'hoverboard est au départ un objet fictif, anticipation futuriste cinématographique d'une trottinette évoluée, dépourvue de roues et permettant de se déplacer en planant de quelques centimètres au-dessus du sol par lévitation ou sustentation électromagnétique. Il apparaît au grand public pour la première fois dans le film Retour vers le futur 2.

Dans la vie réelle et à la suite du film, plusieurs sociétés ont mené des recherches et développé divers prototypes se rapprochant du concept initial.

Puis des modèles de gyropodes sans guidon et avec roues ont été développés par de nombreuses sociétés commerciales sous le nom générique d'hoverboard.

Fiction[modifier | modifier le code]

Un hoverboard du film Retour vers le futur 2.

Objet de fiction initialement créé pour les films Retour vers le futur 2 et 3 de Robert Zemeckis, le hoverboard manipulé par Michael J. Fox est simulé pour le tournage grâce à un système de câbles et autres techniques mécaniques. Dans les films, il est expliqué qu'il ne fonctionne pas sur l'eau, et l'on retrouve cette propriété dans l'hoverboard employé dans le jeu vidéo Unreal Tournament 3, où il ne fonctionne pas non plus sur l'eau et permet de planer en avançant rapidement comme un skateboard sans roue.

Dans les films, celui de Marty McFly est de marque Mattel.

Le film Retour vers le futur 2 met également en scène une variante de l'hoverboard appelée « Pit Bull ». Utilisée par Griff Tannen, cette version est équipée de petits propulseurs qui rendent la planche autonome.

Application réelle[modifier | modifier le code]

En octobre 2011, lors de la fête de la science, une équipe de chercheurs français de l'université Paris-Diderot (laboratoire MPQ-CNRS) présente un hoverboard supraconducteur nommé Magsurf. Le skate contenant les éléments supraconducteurs (YBCO) refroidis à l'azote liquide lévite sur 5 mètres de rail d'aimants (NdFeB) très puissants. La technologie de lévitation supraconductrice avec l'ancrage des vortex a été utilisée. Ce hoverboard, construit dans un but pédagogique, montre un effet visuel et ludique de la physique quantique, la supraconductivité.

Le , la société japonaise Lexus publie une courte vidéo montrant un prototype d'Hoverboard en position statique[1] ; une présentation devant se tenir à Barcelone dans les semaines suivantes[1]. Il s'agit cependant d'une technologie utilisant la supraconductivité et qui ne peut donc fonctionner que sur une zone aménagée à cet effet[2]. Le 18 juillet, une nouvelle vidéo est publiée[3].

Le , la société Arca Space Corporation annonce la commercialisation du tout premier hoverboard fonctionnel. Son nom est l'ArcaBoard, il est composé de 36 ventilateurs et peut transporter jusqu'à 110 kilogrammes pendant une durée de 6 minutes[4].

Usage commercial du terme[modifier | modifier le code]

Gyropode sans guidon.
Article connexe : Gyroskate.

L'utilisation de l'appellation « hoverboard » est de plus en plus courante pour la désignation des gyropodes sans guidon et sans selle et qui sont donc à distinguer des gyropodes sans guidon (en anglais self-balancing scooter). Selon cette infographie, le mot hoverboard est majoritairement utilisé par les marques dans la grande distribution européenne afin de faciliter la prononciation.

Les origines de la soudaine popularité de l'hoverboard sont floues : elles font d'ailleurs l'objet de plusieurs procès entre différentes entreprises pour atteinte à la propriété intellectuelle. Un entrepreneur chinois, Shane Chen, affirme être le premier à avoir inventé cette planche motorisée, qu'il a baptisée l'hovertrax[5].

Avec un temps de retard à son lancement, l'engouement touche aussi la France[6].

Face à la forte médiatisation des incendies liés aux batteries de ces appareils, une vague de contrôles et de rappels a lieu dès 2016 et se poursuit encore en 2019[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le skateboard volant de Retour vers le futur vous en rêviez ? Lexus l'a fait », sur La Tribune, (consulté le 19 juillet 2015)
  2. Emmanuel Perrin, « Lexus : enfin un hoverboard comme dans Retour vers le futur ? Pas vraiment », sur maxisciences.com, Gentside, (consulté le 19 juillet 2015)
  3. Soufyane Benhammouda, « Ross McGouran rencontre le Lexus Hoverboard », sur larevueautomobile.com, (consulté le 19 juillet 2015)
  4. (en) « This hoverboard costs $20,000 and can fly for six minutes », sur theverge.com, (consulté le 17 avril 2016).
  5. « D'objet cool à danger public, l'histoire folle du hoverboard », sur FIGARO, (consulté le 8 janvier 2019)
  6. « D'objet cool à danger public, l'histoire folle du hoverboard », sur FIGARO, (consulté le 13 février 2019)
  7. 60 Millions de Consommateurs, « Hoverboard : un engin qui peut s’avérer explosif », sur 60 Millions de Consommateurs (consulté le 8 janvier 2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]