Robby le robot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur la paronymie Cet article possède un paronyme, voir Robie.

Robby le robot
Robby le robot sur l'affiche du film Planète interdite (1956).Cette affiche présente un Robby peut-être menaçant portant une jeune fille, imagerie frappante qui ne correspond à rien dans le film : la seule personne que Robby transporte est un homme, le lieutenant « Doc » Ostrow, alors qu'il est mortellement blessé.
Robby le robot sur l'affiche du film Planète interdite (1956).
Cette affiche présente un Robby peut-être menaçant portant une jeune fille, imagerie frappante qui ne correspond à rien dans le film : la seule personne que Robby transporte est un homme, le lieutenant « Doc » Ostrow, alors qu'il est mortellement blessé.

Nom original Robby the robot
Naissance Altair IV, constellation de l'Aigle
Espèce Robot
Cheveux Aucun
Caractéristique Intelligence artificielle
Adresse Altair IV
Affiliation Dr. Morbius (concepteur et maître)

Créé par Arnold « Buddy » Gillespie (en)
(chef décorateur)
Arthur Lonergan (en) (réalisateur)
Irving Block
(scénariste)
Robert Kinoshita (en) (concepteur)
Films Planète interdite
(voir la section Filmographie)
Première apparition Planète interdite
(film, 1956)
Éditeurs Metro-Goldwyn-Mayer

Robby le robot (Robby the robot) est un robot de science-fiction apparu dans le film Planète interdite en 1956. Le scénario du film étant librement inspiré de La Tempête (1610), la pièce de Shakespeare, Robby s'apparente au personnage d'Ariel.

Biographie du personnage[modifier | modifier le code]

Conception[modifier | modifier le code]

En expédition sur Altaïr IV comme on l'apprend dans Planète interdite, le Dr Morbius a construit Robby, un robot aux capacités prodigieuses, grâce aux bribes qu'il a pu déchiffrer de la science des Krells, une civilisation ayant atteint un très haut degré de développement et qui a totalement disparu.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Robby s'exprime dans de nombreuses langues (« si vous ne parlez pas anglais, je suis à votre disposition avec 187 autres langues, leurs divers dialectes et idiomes »).
  • Il peut soulever des poids formidables.
  • Il synthétise tout grâce à un mécanisme interne, depuis des pierres précieuses jusqu'à des bouteilles de whisky.
  • Il effectue des tâches domestiques telles que la cuisine et le nettoyage.
  • Il est programmé pour ne jamais porter préjudice à un être humain, en accord avec les Trois lois de la robotique de l'écrivain Isaac Asimov.

Conception pour le film[modifier | modifier le code]

Robby est une coque de plastique d'une hauteur d'un peu plus de deux mètres (la taille exacte varie selon les sources : 7' 6" (2,29 m) selon IMDb[1], 6' 11" (2,11 m) selon le site A tribute to Robby the robot[2], 7' 2" (2,18 m) selon la société Fred Barton Productions qui produit des répliques de Robby sous licence[3]) et d'un poids de 45 kilogrammes (100 livres). Elle permet à un acteur de jouer le rôle d'un robot, même si le mystère concernant la présence ou non d'un homme pour l'animer fut un temps entretenu.

Sa conception est attribuée à Robert Kinoshita (en) et aurait coûté plus de 125 000 dollars de l'époque (1955). Il est construit en « Royalite » (appelé aussi plastique A.B.S.)[4], employé dans les années 1950 pour fabriquer les valises. Robby est constitué de trois sections séparées : la tête, le torse et les jambes. L'opérateur est d'abord engagé dans les jambes, puis on ajuste le torse, et enfin la tête.

La manipulation de Robby est éprouvante à cause du manque d'air et de l’exiguïté et, de plus, il est quasiment impossible de franchir des escaliers ou des plans trop inclinés. Sa tête de verre laisse apparaître une multitude d'instruments factices mais mobiles et/ou lumineux (antennes, gyroscopes, capteurs…) qui nécessitent plus de 800 mètres de câble électrique. Six moteurs animent les différents éléments de la tête, quatorze lampes de différentes couleurs s'allument alternativement et neuf néons clignotent en mesure lorsque le robot parle[4]. Si le champ ne permet pas de dissimuler des fils d'alimentation extérieurs, ces instruments sont branchés sur des batteries internes qui sont autant à porter pour l'acteur.

Succès[modifier | modifier le code]

Après sa première apparition dans Planète interdite, Robby plut tellement au public qu’il passa l'année suivante du rôle de personnage secondaire à celui de personnage principal, en tant que compagnon d’un petit garçon dans Le Cerveau infernal (en) (The Invisible Boy) en 1957. Toutefois, ce film à petit budget et au scénario très médiocre ne rentrera même pas dans ses frais, sonnant le glas de la carrière de Robby en tant qu'acteur de premier plan.

Depuis, Robby est devenu une figure légendaire de la science-fiction et enchaîne les caméos au cinéma comme à la télévision. Le Robby de Planète interdite fut vendu en 1971 à un musée, le Movie World à Buena Park en Californie, et deux répliques furent construites à partir des plans originaux de la MGM en 1972, permettant au robot de continuer à apparaître sur les écrans. À la fermeture du musée dans les années 1980, le robot original est devenu la propriété d'un collectionneur privé, Bill Malone[5].

En 1997, une société californienne, Fred Barton Productions, a obtenu la licence pour commercialiser des répliques grandeur nature[6].

Depuis 2004, Robby figure au Robot Hall of Fame de l'université Carnegie-Mellon.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Robby le robot sur l'affiche du film Le Cerveau infernal (The Invisible Boy, 1957).

Télévision[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Biography for Robby the Robot », sur IMDb.
  2. (en) « A History of Robby the Robot, Part One », sur A tribute to Robby the robot.
  3. (en) « F.A.Q. », sur le site de Fred Barton Productions.
  4. a et b Stan Barets, « Robby », Bientôt, no 4,‎ , p. 86-89, 93 (ISSN 1274-0160).
  5. (en) Ted A. Bohus, « Bill Malone Interview », sur Monsters411.com.
  6. (en) Fred Barton Productions : Répliques sous licence + photos et vidéos des différentes apparitions de Robby au cinéma et à la télévision.
  7. Voir la fiche de Protectron sur le wiki non officiel de Fallout [1].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]