Rush (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rush.
Rush
Description de cette image, également commentée ci-après
Rush en concert à Milan, en Italie, le 21 septembre 2004.
Informations générales
Pays d'origine Drapeau du Canada Canada
Genre musical Rock progressif[1], hard rock[1], metal progressif[2]
Années actives 19682018
Labels Moon, Mercury, Anthem, Atlantic
Site officiel www.rush.com
Composition du groupe
Anciens membres Geddy Lee
Alex Lifeson
Neil Peart
John Rutsey

Rush est un groupe de rock canadien, originaire de Toronto, en Ontario. Les membres actuels sont le bassiste, claviériste et chanteur Geddy Lee, le guitariste Alex Lifeson, et le batteur et parolier Neil Peart. La composition du groupe a subi diverses modifications entre 1968 et 1974, puis est restée stable depuis l'arrivée de Neil Peart, remplaçant le batteur originel John Rutsey en juillet 1974, deux semaines avant la première tournée du groupe aux États-Unis.

Depuis la sortie de leur premier album homonyme Rush en mars 1974, Rush a été connu pour la qualité d'exécution instrumentale de ses membres, pour ses compositions complexes, ainsi que pour des paroles aux thèmes divers, tels que la science-fiction, la fantasy, la libre pensée, ou encore des thèmes humanitaires, sociaux ou environnementaux.

Musicalement, le style du groupe a évolué au cours du temps. Au départ, il s'agissait de hard rock dans la veine de Led Zeppelin, et donc teinté de blues, mais bien vite des éléments progressifs se sont multipliés, ainsi qu'un usage important des synthétiseurs. Ils ont influencé divers autres artistes, surtout dans le domaine du Metal, notamment Metallica[3],[4], The Smashing Pumpkins[5], Dream Theater[3], Primus[5] et Symphony X[6]. Rush est reconnu comme un des meilleurs groupes de musique canadiens.

Rush a remporté plusieurs Prix Juno, et a accédé au Panthéon de la musique canadienne en 1994. Au cours de leur carrière, les trois membres de Rush ont été reconnus pour leur compétence dans leurs instruments respectifs, chacun ayant remporté divers sondages organisés par des magazines. En tant que groupe, Rush a été certifié disque d'or 24 fois et disque de platine 14 fois aux États-Unis[7]. De plus, d'après le RIAA, Rush se classe quatrième groupe de rock pour le nombre de disques d'or ou de platine consécutifs, après les Beatles, les Rolling Stones et Aerosmith. Il est également 79e dans le classement américain des ventes d'albums avec 25 millions d'unités[8]. Les ventes au niveau mondial sont quant à elles estimées à 40 millions d'unités en 2004, bien qu'aucune étude précise n'ait été réalisée.

Leur album intitulé Clockwork Angels est sorti en juin 2012 et la tournée liée à l'album débuta en septembre 2012. Le 8 décembre 2015, Neil Peart annonce son départ à la retraite, ce qui est vite démenti par Geddy Lee. Mais l'état de santé du batteur, atteint d'arthrite, et le fait que la tournée R40 est présentée comme la dernière, remet le sort du groupe en question. En janvier 2018, le groupe annonce sa séparation[9],[10].

Biographie[modifier | modifier le code]

Période hard rock (1968-1976)[modifier | modifier le code]

Le groupe est formé en 1968, dans le quartier Willowdale de Toronto, en Ontario, par le guitariste Alex Lifeson, le batteur John Rutsey et le bassiste/chanteur Geddy Lee. Le groupe a alors été géré par Ray Danniels, qui avait assisté à plusieurs des premiers concerts du groupe[11],[12].

Après avoir gagné cette stabilité et avoir fait leurs preuves au niveau local, le groupe sortit son premier single « Not Fade Away », une reprise d'une chanson de Buddy Holly, en 1973. La face B contenait une composition originale de Lee et Rutsey, intitulée « You Can't Fight It ». Ce single n'eut guère de succès et, devant l'indifférence de leur éditeur, le groupe créa son propre label indépendant, Moon Records. Avec l'aide de Danniels et l'ingénieur Terry Brown qu'ils avaient engagé, Rush a pu sortir son premier album, sans titre, en 1974. Le style est ouvertement calqué sur Led Zeppelin. Le disque n'eut qu'un impact local jusqu'à ce que la radio WMMS, de Cleveland (Ohio), repère la chanson « Working Man », qui séduit les amateurs de hard rock, et permit enfin au groupe d'être engagé par le label Mercury Records, qui réédita l'album[13],[14].

C'est alors que John Rutsey quitta le groupe en juillet 1974, à cause de son diabète et d'un faible goût pour les tournées de concerts. Rush auditionna des batteurs et sélectionna Neil Peart, qui rejoint officiellement le groupe le 29 juillet 1974, deux semaines avant la première tournée du groupe aux États-Unis. Ils jouèrent ainsi pour la première fois ensemble au Civic Arena de Pittsburgh (Pennsylvanie), le 14 août. Neil Peart devint bientôt également le parolier du groupe, reprenant ce rôle à Geddy Lee[15]. Ainsi, Lee et Lifeson purent se consacrer entièrement à l'écriture musicale des chansons du groupe. Le deuxième album, Fly by Night, sortit en 1975. Il contient notamment la première petite suite du groupe, « By-Tor and the Snow Dog », riche d'arrangements complexes et se composant de plusieurs sections. Les thèmes abordés dans les paroles subirent des changements drastiques après l'arrivée de Peart, à cause de son goût pour la littérature fantasy et de science-fiction[16]. Malgré ces différences, la musique reste du hard rock teinté de blues comme dans le premier album[16],[17].

Très peu après, toujours en 1975, vint le troisième album Caress of Steel, composé de cinq plages dont deux longues suites : « The Necromancer » et « The fountain of Lamneth ». Bien que toujours fondamentalement du hard rock, ce disque montre une volonté d'expérimentation, au risque de manquer de finition. Ainsi, les critiques ont souvent stigmatisé le manque de précision et un collage trop évident des parties dans les longues chansons. L'album repose également beaucoup plus que les précédents sur le récit et la recherche d'ambiance[18]. La volonté du groupe était de faire une véritable percée avec Caress of Steel. Malheureusement, les ventes furent médiocres et la tournée associée à l'album, ne comprenant que de petites salles, fut ironiquement surnommée le Down the tubes tour (la tournée perdue). La maison de disques de Rush insista alors naturellement pour que le groupe rende sa musique plus accessible et commerciale. Malgré cela, ils ignorèrent ce genre de requêtes et publièrent dans la même veine 2112. Les bons résultats de ce disque, qui fut leur premier à atteindre le statut de disque de platine au Canada[19] justifièrent leur souci d'indépendance. La tournée 2112 culmina lors d'une série de trois soirées au Massey Hall de Toronto, où le groupe enregistra d'ailleurs son premier album live intitulé All the World's a Stage. Le critique Greg Prato de Allmusic Guide a rappelé à quel point l'album marque la transition entre les premières réalisations du groupe et l'ère progressive de leur œuvre[20],[21].

Période progressive (1977-1981)[modifier | modifier le code]

Après 2112, Rush enregistre ses deux albums suivants, A Farewell to Kings (1977) et Hemispheres (1978), aux studios Rockfield, au Pays de Galles. Ces disques s'inscrivent dans la veine progressive avec plusieurs chansons longues et conceptuelles, des structures rythmiques et une orchestration dynamiques, confirmant la tendance déjà sensible dans les deux albums précédents. On notera en particulier la proximité de certaines plages, comme « Xanadu », avec la musique de Yes. Pour ce qui est des instruments, Alex Lifeson commença à utiliser des guitares acoustiques à 6 et 12 cordes, alors que Geddy Lee se perfectionnait avec les instruments électroniques, notamment le Minimoog, ainsi que des systèmes à pédales. De son côté, Neil Peart diversifia sa panoplie, ajoutant notamment le triangle, le glockenspiel, les wood-blocks, les cencerros, les timbales Ce lien renvoie vers une page d'homonymie, le gong et les cloches tubulaires. Pour ce qui est des paroles, ces albums continuent dans la veine fantasy et science-fiction, qui sont au demeurant des thèmes usuels en rock progressif, bien que le titre même « A Farewell to Kings » marque l'éloignement progressif au côté fantasy/historique. Notons que les paroles écrites par Neil Peart sont hautement influencées par la poésie classique, ainsi que les œuvres de la romancière Ayn Rand, les exemples les plus explicites ayant été 2112 et « Anthem » dans Fly by Night[22].

Dans Permanent Waves (1980), le groupe atteint un style beaucoup plus stable, à la fois progressif, hard rock, et influencé par la new wave ainsi que par les utilisations récentes de reggae en rock[23]. Bien que divers éléments, tels que l'utilisation plus ou moins importante de synthétiseurs, aient modifié par la suite l'effet sonore du groupe, tous les albums suivants partagent de nombreuses caractéristiques avec celui-ci, au niveau rythmique, mélodique, harmonique, dans la thématique des paroles ou encore la durée des chansons, qui ne dépassera plus que rarement les six minutes. Cette durée plus standardisée a permis au groupe, dès Permanent waves, de bénéficier de plus de diffusion radio. Ainsi, l'album devint le premier album de Rush à être classé dans le top 5 aux États-Unis, les chansons « The Spirit of Radio » et « Freewill » continuant d'être fréquemment diffusées sur les radios canadiennes et des États-Unis[24]. D'autre part, les paroles de Peart se concentrent de plus en plus sur des sujets intellectuels, explorant la société, l'humanisme, les émotions et de la métaphysique. On ressent notamment l'importance donnée par l'auteur à la libre pensée dans « Freewill », alors que « Natural science » montre une croyance en les vertus de la science et de l'honnêteté intellectuelle. Après cet album, Rush aida le groupe de Toronto Max Webster pour l'enregistrement de la chanson « Battlescar » de leur album de 1980 Universal Juveniles[25]. C'est alors que le parolier Pye Dubois de Max Webster offrit à Rush les paroles d'une chanson qui allait devenir « Tom Sawyer[25] ».

Le sommet de la popularité de Rush a été atteint en 1981 avec Moving Pictures. Ce disque poursuit la transition vers une musique d'accès plus direct. Alors que le thème très libertaire de Permanent waves était illustré par des passages instrumentaux très complexes et nerveux, le style se fait plus carré sur Moving Pictures, comme on peut le constater sur « Tom Sawyer », qui est du reste probablement le single le plus célèbre du groupe[1], ainsi que sur « Red Barchetta » et « Witch hunt ». La richesse rythmique n'est cependant pas absente, que ce soit dans le très populaire instrumental « YYZ » ou dans l'autre single à succès « Limelight ». Notons aussi la présence de la dernière chanson de plus de dix minutes écrite par le groupe : « The camera eye », fresque sur les villes qui annonce, par sa thématique et la domination du synthétiseur, l'album Signals. Pour ce qui est des classements, Moving Pictures a atteint la troisième place du Billboard 200 et a été certifié quadruple disque de platine aux États-Unis par la RIAA[26]. Après la fin de la tournée associée à Moving Pictures, Rush a publié son deuxième album live : Exit...Stage Left, qui recouvre toute la période progressive et montre donc le groupe à l'apogée de sa popularité et de ses performances.

Période électronique (1982-1988)[modifier | modifier le code]

Les synthétiseurs ont été présents dans la musique de Rush quasiment depuis les débuts du groupe. Cependant, c'est à partir de Signals que ceux-ci vont-être utilisés pour des mélodies principales, et ce également dans les trois albums suivants[27],[28]. Ainsi, dans Signals, on est d'emblée plongé dans des nappes électroniques sur la chanson d'ouverture « Subdivisions ». De plus, « Losing it » est la seule chanson du groupe presque exclusivement électronique, on y entend notamment pour la première fois un violon électronique joué par un des collaborateurs du groupe, Ben Mink[29]. Les guitares sont toujours très présentes, mais plutôt pour appuyer les riffs et pour des solos de durée limitée. Notons également la présence sur cet album du single « New World Man », qui a atteint le top 40 pop aux États-Unis[30]. Les autres chansons du disque poussent encore un peu plus loin l'intégration d'éléments de genres musicaux extérieurs comme le reggae, le ska et le funk[31].

L'album suivant, Grace Under Pressure, continue dans la même veine sonore. Notons que le groupe a rompu avec son producteur de longue date Terry Brown, et voulut recruter Steve Lillywhite, qui avait travaillé avec U2 et les Simple Minds, malheureusement, celui-ci s'est désisté au dernier moment, au grand désarroi du groupe. Le titre de l'album vient ainsi peut-être de cette position très inconfortable dans laquelle Rush s'est retrouvé. Le groupe finit par coproduire le disque avec Peter Henderson[32]. Le titre est d'autre part très adapté aux thèmes alarmistes, notamment liés à la guerre froide, qui sont développés dans l'album. Du côté de ses instruments, Neil Peart a adopté pour ce disque une batterie électronique Simmons, ceci très en accord avec l'orientation électronique du groupe. Cependant, Grace under pressure est en fait moins électronique et plus rock que Signals, essentiellement à cause d'un regain d'activité d'Alex Lifeson[33]. Par exemple, la chanson d'ouverture, « Distant Early Warning », est un classique du groupe, intégrant avec succès les instruments électroniques, une guitare très active, ainsi que des éléments reggae. Elle a été jouée dans la plupart des concerts du groupe depuis lors. Le reste de l'album est plus intimiste, et a souvent été sous-estimé par la critique, malgré sa grande cohérence.

L'album suivant marque cette fois une réaction par rapport à l'intimisme de Grace Under Pressure. Power Windows est probablement l'album de Rush présentant la plus grande tendance commerciale, présentant des arrangements très séduisants bien que peu risqués et certains artifices harmoniques. Ainsi, sur Marathon et Territories, on peut entendre les seuls changements de ton finaux de l'œuvre de Rush. Le succès de l'album est néanmoins modéré, notamment à cause de l'absence de single évident, les chansons étant plutôt d'une qualité très régulière. Ce style léché est en accord avec le thème de l'album, qui traite essentiellement de la société capitaliste.

Le dernier album de la période électronique est Hold Your Fire. Il est en quelque sorte un compromis entre les deux albums précédents, ce qui est logique vu que l'album traite de la recherche de l'équilibre, notamment au travers de métaphores basées sur les quatre éléments. Ce son plus neutre, la présence de chansons très frappantes comme les deux premières : « Force ten » et « Time stand still », ont permis à ce disque de recevoir un meilleur accueil critique et d'être considéré par certains comme le point culminant de cette période électronique[34]. Peu d'évolutions dans le style instrumental peuvent être constatées sur ces trois derniers albums, on notera cependant qu'Alex Lifeson a commencé à utiliser des processeurs, ce qui a rendu plus propre le son de ses guitares.

Enfin, un troisième album live, A Show of Hands, sort en 1988. Il contient des interprétations des chansons de la période électronique enregistrées lors des tournées de Power Windows et Hold Your Fire. À l'instar des albums studio, ce disque atteint le statut de disque d'or et atteint la 21e place du Billboard 200[35]. Ce disque est également un exemple de la polémique qui existe à propos du groupe. D'une part, Rush bénéficie du soutien inconditionnel d'un vaste parterre de fans, alors que la critique est souvent mitigée, notamment à cause du caractère anticonformiste du groupe. Ainsi, le critique Michael Azerrad de Rolling Stone considère ce disque comme une simple démonstration de force sans profondeur et pense que les fans considèrent le groupe comme la sainte Trinité[36]. Ce disque marque également la fin de la collaboration entre Rush et le label Mercury Records, qui publia en 1990 la compilation Chronicles, dont une version vidéo existe également[37].

Période hybride (1989-1992)[modifier | modifier le code]

Le style de Rush commence à s'éloigner du style électronique des années 1980 à partir de Presto. Ce disque, ainsi que le suivant, Roll the Bones, montre un style hybride, mettant plus en valeur non seulement la guitare électrique, mais surtout la basse et les percussions, bien que les sons électroniques soient encore très présents. L'ensemble donne une impression nettement plus flamboyante que, par exemple, sur Hold your fire. Presto traite de divers thèmes socio-culturels, en particulier de divers artifices, le titre de l'album étant lié à la prestidigitation. La musique est assez impressionnante, un peu tape-à-l'œil, vraisemblablement volontairement, en rapport avec les thèmes abordés. Roll the Bones montre un son comparable mais adopte un style plus direct. L'ouverture de l'album, « Dreamline », qui est également son principal single, est une chanson très dynamique qui est vite devenue un standard des concerts du groupe. Cet album parle essentiellement du jeu, ce qui permet d'aborder divers thèmes annexes, toujours très sociaux, au travers de l'histoire d'un personnage-type à Las Vegas. Notons la chanson « Heresy », où on s'éloigne quelques minutes du thème pour parler de la chute du communisme, la musique n'étant pas sans rappeler Grace under Pressure et cette chanson peut être vue comme un épilogue. Musicalement, Roll the bones présente quelques petites expériences : un passage rap dans la chanson titre ainsi que quelques éléments jazz dans « Ghost of a chance[38]? ».

De Counterparts à Vapor Trails (1993–2003)[modifier | modifier le code]

Geddy Lee à Milan, Italie, avec Rush en 2004.

Comme beaucoup de groupes à la même époque, notamment à cause du succès du rock indépendant, Rush revient en 1993 à un son radicalement plus rock, voire métal, avec l'album Counterparts[39]. Ce disque parle essentiellement des relations entre hommes et femmes, qui sont lesdites contreparties. Notons la pochette un peu osée présentant une vis et un boulon se complétant. Aucune vulgarité n'est présente, le groupe aborde des sujets sexuels en mesurant ses mots. La musique est donc un rock beaucoup plus solide et moins éclectique que dans les albums précédents, la perte de diversité étant compensée par l'impression d'un travail très unitaire. L'album suivant, Test For Echo[40], en 1996, continue dans la même veine sonore, avec toutefois quelques passages plus électroniques afin de rencontrer le thème du disque, qui traite de l'importance croissante de l'informatique et d'autres nouvelles technologies à cette époque. En particulier, la chanson « Virtuality » prophétise l'essor de l'internet et l'activité sociale foisonnante qui s'y est développée. Notons dans Test For Echo une évolution de la technique de Neil Peart, qui a intégré des éléments jazz et swing, ayant fait un stage auprès de Freddie Gruber entre les deux albums[41]. Fin 1996, le groupe s'est produit en Amérique du Nord lors du « Test For Echo Tour », leur première tournée sans un autre groupe en première partie.

Le groupe connait ensuite une pause de cinq ans. En effet, Neil Peart vécut deux tragédies, sa fille Selena étant décédée dans un accident de voiture en août 1997, et ensuite son épouse Jacqueline d'un cancer en juin 1998. Dans le livre qu'il a écrit depuis lors, Peart raconte qu'il a dit aux autres membres du groupe de le considérer comme étant à la retraite, lors des funérailles de sa fille[42]. Après ces drames, Peart partit dans un très long voyage en motocyclette, parcourant l'Amérique du Nord en long et en large, totalisant environ 88 000 km. Entretemps, en novembre 1998, un triple album live intitulé Different Stages sortit, dédicacé à la mémoire de Selena et Jacqueline. Ce quatrième album live reprend des enregistrements des tournées de Counterparts et Test For Echo, ainsi que du plus ancien A Farewell to Kings.

Pendant son voyage, Peart décide de réintégrer le groupe. Ainsi, au début de 2001, après s'être remarié, il a annoncé aux autres membres qu'il était prêt à retourner en studio. L'album Vapor Trails prend quelque quatorze mois pour être conçu, simplement parce que les membres avaient décidé de prendre leur temps[43] et sort en mai 2002. Ce disque est le plus dur jamais réalisé par le groupe, et le premier depuis très longtemps où les instruments électroniques sont, soit absents, soit très discrets. Le ton rageur de la musique, guère éloignée du metal, est à relier avec la durée de la pause forcée ainsi qu'avec une volonté, notamment de la part de Peart, de se réaffirmer. Ainsi, le premier single, qui est aussi le début de l'album, s'intitule One Little Victory (littéralement « une petite victoire ») et a été conçu pour attirer l'attention des auditeurs par l'intensité et la rapidité de la guitare et de la percussion[43]. L'album est, comme toujours, accompagné d'une tournée du même nom, dont le concert au stade de Maracana à Rio de Janeiro est édité sous le nom Rush in Rio en octobre 2003. Ensuite, pour fêter les trente ans de leur première publication, Rush sortit en juin 2004 un album de reprises dénommé Feedback, comprenant notamment des titres des groupes Cream, The Who ou The Yardbirds, qui ont inspiré Rush. Toujours en rapport avec cet anniversaire, le groupe se produit en Amérique et en Europe en été 2004, tournée se dénommant « R30: 30th Anniversary Tour », et dont le concert de Francfort a été publié en CD et en DVD sous ce même nom. Notons que cet album live est également sorti en version Blu-ray en décembre 2009[44].

De Snakes and Arrows à la séparation (2004–2018)[modifier | modifier le code]

Après la tournée R30, le groupe annonce qu'ils allaient travailler à un nouvel album en 2006. Enregistré en novembre de cette année, Snakes and Arrows sort finalement le 1er mai 2007, peu après la sortie du premier single « Far Cry[45] ». L'album débute à la 3e place du Billboard 200 avec 93 000 exemplaires vendus la première semaine[46], pour un total mondial d'environ 611 000 exemplaires[47]. Ce disque est un peu moins violent que Vapor Trails et renoue avec une ambiance un peu plus progressive. On note par exemple la présence de trois plages instrumentales, dont le relativement long « The Main Monkey Business » ainsi que le solo de guitare d'Alex Lifeson « Hope ». Les thèmes abordés dénotent un certain pessimisme face à la situation actuelle dans le Monde, par exemple dans « Far Cry », « Good News First » ou « Faithless ».

La première tournée associée à l'album s'est déroulée entre le 13 juin et le 29 octobre 2007. Une deuxième session de concerts se déroula entre le 11 avril et le 24 juillet 2008, où leur dernier concert en date eut lieu à Noblesville[45]. En parallèle, un nouvel album live sort le 14 avril 2008, basé sur la première tournée et dénommé simplement Snakes and Arrows Live[48]. Une version vidéo, en DVD et en Blu-ray, sortit le 24 novembre[49],[50],[51]. Enfin, Rush fit sa première apparition télévisée en trente ans d'existence le 16 juillet 2008, où ils interprétèrent « Tom Sawyer » lors de l'émission The Colbert Report[52].

Alex Lifeson déclare en février 2009 que le groupe travaillerait probablement à un nouvel album à l'automne, avec le même producteur que pour Snakes & Arrows, Nick Raskulinecz[53]. Depuis lors, d'autres annonces confirmant la réunion du groupe en studio ont été faites, mais Neil Peart déclare qu'un album complet ne serait peut-être pas enregistré en une fois, plutôt quelques chansons qu'ils utiliseraient lors de la tournée qui doit avoir lieu en 2010[54].

Leur vingtième album studio, intitulé Clockwork Angels, est paru en juin 2012 sur leur propre label Anthem, distribué par RoadRunner Records. Il s'agit du premier concept-album officiel de Rush. Clockwork Angels a débuté à la 2e place du Billboard 200 avec 103 000 exemplaires vendus la première semaine[55]

En septembre 2012, le groupe entamera une nouvelle tournée mondiale dénommée Clockwork Angels Tour, en commençant par le continent Nord-Américain[56] . Selon le magazine Rolling Stone daté de juillet 2015, la présente tournée pourrait bien être la dernière.

Le 29 avril 2015, Alex Lifeson explique lors d'un entretien que le R40 sera la dernière grande tournée du groupe, à cause son arthrite et de la tendinite chronique de Peart[57]. Il révèle cependant que le groupe continuera peut-être à l'avenir dans de petites tournées. Il révèle aussi qu'il souhaiterait composer une bande sonore avec Geddy Lee[58]. Le 7 décembre 2015, Peart annonce son retrait. Le lendemain, Lee insiste sur le fait que le commentaire de Peart a été déformé, et dit de lui qu'il « fait simplement une pause »[59],[60]. Lifeson confirme en 2016 la tournée R40[61]. Le documentaire Time Stand Still est annoncé en novembre 2016[62].

Le 19 janvier 2018, Lifeson révèle : « Nous n'avons aucun projet pour partir en tournée, ni même pour enregistrer. En gros, c'est terminé. Après quarante-et-un ans, on s'est dit que c'en était assez[9],[10]. »

Médias[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

L'album Moving Pictures est disponible en téléchargement pour Rock Band et Rock Band 2. La chanson Tom Sawyer est jouable dans Rock Band, The Trees dans Rock Band 2, Rock Band Unplugged et Guitar Hero On tour et YYZ dans Guitar Hero II.

La chanson The Spirit of Radio est jouable dans Guitar Hero 5. La pièce 2112 est jouable dans Guitar Hero: Warriors of Rock. On peut acheter Tom Sawyer, Limelight et Red Barchetta dans la boutique en ligne. Dans RockSmith, un pack de 5 chansons est téléchargeable depuis la boutique en ligne. Les chansons sont Tom Sawyer, Red Barchetta, YYZ, Limelight et Subdivisions.

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Dans l'épisode 5 de la saison 2 de la série Chuck, le personnage éponyme parvient à récupérer un code (et à sauver le monde) en terminant un jeu extrêmement difficile en écoutant le titre Tom Sawyer du groupe Rush (les combinaisons du jeu sont calquées sur la musique du groupe. De plus dans l’épisode 7 de la saison 15 de la série Les Griffin (Family Guy en anglais), Peter raconte certaines histoires bien connues de la littérature et plus précisément le livre Huckleberry Finn, dans lequel le personnage croise Tom Sawyer l’invitant à un concert du groupe, visible et chantant la chanson de son nom. Dans l'épisode 6 de la série Freaks and Geeks, Nick joue une chanson au début de l'épisode, qu'est Spirit of the Radio. Dans la série Futurama, un extrait de Tom Sawyer est joué lorsque (Philip J. Fry) fait face aux Space Invaders (Saison 4 - épisode 3: Histoires formidables II). Dans l'épisode 19 de la saison 4 de la série Chuck, Morgan demande a l'une des recrues quel est le meilleur album de Rush. Il répond Caress of Steel.

Dans la série Archer, le personnage de Krieger, le savant fou de l'agence ISIS, est fan de Rush, il possède un van aux motifs de différents albums du groupe, possède dans son laboratoire un set de batterie similaire à celui de Neil Peart, et fait référence aux chansons YYZ et Red Barchetta.

Films[modifier | modifier le code]

Le groupe apparait dans le film I Love You, Man de John Hamburg (2009). Dans le film Rock Academy pour enseigner le rock à ses élèves, le professeur (Jack Black) donne des CD a ses élèves. Il donne ainsi l'album 2112 dans la liste des CD. Dans le film Fanboys, l'un des héros (Hutch) est un fan absolu du groupe et interdit d'écouter autre chose que du Rush à quiconque monte dans son van tuné aux couleurs de l'alliance rebelle de Star Wars. À la fin du film, un autre héros du film (Eric) publie un comic-book intitulé Rush. Dans le film Fight Games (Goon: Dur à cuire au Québec), on peut entendre Working Man quand Seann William Scott commence à s'entraîner. Lors d'une scène du film WaterBoy (Le Porteur d'eau au Québec) on peut entendre Tom Sawyer.

Dans le film d'Adam Sandler, That's my Boy on aperçoit à plusieurs reprises l'effigie de Rush sur le capot de la voiture de Sandler. Dans le film X-Men Apocalypse, Peter Maximoff (alias Vif- d'Argent) porte un tee shirt du groupe de l'album Moving Pictures Tour. Alex Lifeson joue un garde frontière canadien dans le film Suck (Bon nanard sorti en 2009, avec Alice Cooper, Iggy Pop et Henri Rollins entre autres). Dans le film Infiltrator, Tom Sawyer peut etre entendu au début du film.

Autres[modifier | modifier le code]

Subdivisions est cité dans Player One le livre d'Ernest Cline. La chanson Tom Sawyer est utilisée dans le trailer du film Ready Player One réalisé par Steven Spielberg, adaptation cinématographique du livre Player One dans lequel on trouve également des références au groupe Rush.


Membres[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Albums live[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Vidéos[modifier | modifier le code]

  • Exit...Stage Left (VHS, Laserdisc, DVD dans le coffret Replay) (1981 PolyGram)
  • Through the Camera Eye (VHS, Laserdisc) (1985 PolyGram)
  • Grace Under Pressure Tour (VHS, Laserdisc, DVD dans le coffret Replay) (1985/1986 PolyGram)
  • A Show of Hands (VHS, Laserdisc, DVD dans le coffret Replay) (1989 PolyGram)
  • Chronicles (VHS, Laserdisc, DVD) (1990 PolyGram)
  • Rush in Rio] (DVD) (octobre 2003)
  • R30: 30th Anniversary World Tour (DVD) (novembre 2005)
  • Rush Replay X 3 (coffret 3 DVD : Exit stage left, Grace under pressure tour et A show of hands) (juin 2006)
  • Snakes and Arrows Live (DVD et blu-ray) (octobre 2008)
  • Working Men (compilation live DVD) (novembre 2009)
  • Beyond the Lighted Stage (DVD et blu-ray - documentaire sur l'histoire du groupe des débuts à Snake & Arrows, avec de nombreuses interviews, photos et images d'archives inédites) (septembre 2010)
  • Time Machine 2011: Live in Cleveland (DVD et blu-ray) (novembre 2011)
  • R40 Boîtier DVD-Blu Ray - Contenant les DVD Rush in Rio, R30: 30th Anniversary World Tour, Snakes & Arrows Live, Time Machine 2011: Live in Cleveland, Clockwork Angels Tour et deux disques inédits.

Albums solo[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rush : Archive (2016) (chez Camion Blanc) - Didier Merlateau (alias Defnael) a écrit le seul livre en français sur le groupe.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Rush Biography Allmusic guide, Jason Ankeny Accessed 20 September 2007
  2. (en) Paul Du Noyer (dir.) (trad. de l'anglais par Catherine Sobecki, Aymeric Leroy, Hélène Collon), L'encyclopédie de toutes les musiques [« The Illustrated Encyclopedia of Music »], Hachette Livre, (ISBN 201236960-X), « Prog-Metal », p. 107
  3. a et b David Lynch, « Rush's 30th Anniversary Tour », The Austin Chronicle, 2 juillet 2004.
  4. .com/music-articles/geddy-lee-and-his-influence-on-progressive-metal-music-391192.html Geddy Lee and His Influence on Progressive Metal Music, Articlebase, 19 avril 2008.
  5. a et b CNN.com « Rush profile » (consulté le 30 mars 2013), 17 août 2006.
  6. « FAQ » [archive du ] (consulté le 30 mars 2013). Symphony X Official website. Accessed: 16 August 2006.
  7. Joel Whitburn's Top Pop Albums 1955-1996 and subsequent RIAA certifications
  8. RIAA Website
  9. a et b (en) « RUSH Guitarist ALEX LIFESON: "We Have No Plans To Tour Or Record Anymore. We're Basically Done" », Blabbermouth, (consulté en 19janvier 2018)
  10. a et b (en) Brad Wheeler, « How the end of Rush let Alex Lifeson be 'as creative as I want to be' », The Globe and Mail, (consulté le 21 janvier 2018).
  11. (en) Bill Banasiewicz, Rush Visions: The Official Biography, Londres, Omnibus Press, , relié (ISBN 978-0-7119-1162-8, LCCN 91209151)
  12. (en) Bill Banasiewicz, « Rush Visions: The Official Biography (excerpt) » (consulté le 10 mars 2007)
  13. Donna Halper, and the Rush Discovery Story Geocities Accessed 7 July 2008
  14. History of Rush History of Rush Accessed February 2006
  15. « www.2112.net » [archive du ] (consulté le 30 mars 2013) Accessed February 10, 2008
  16. a et b Fly By Night Review Allmusic Guide. Accessed 20 September 2007
  17. Banasiewicz, Bill (1990). Rush Visions: The Official Biography. Omnibus Press. (ISBN 0-7119-1162-2)
  18. Greg Prato Caress of Steel Review, Allmusic Guide] Accessed 20 September 2007
  19. Mini-Rush Bio myTELUS/Music Beta, Accessed 3 November 2008
  20. Allmusic Guide Greg Prato on All the World's a Stage, Accessed December 14, 2007
  21. Power Windows Website « Rush: By Brian Harrigan » [archive du ] (consulté le 30 mars 2013), Accessed 17 April 2007
  22. 2112 and Ayn Rand Rush FAQ Accessed 16 March 2006
  23. (en) Geoff Barton, « Rush: Progressive To The Core », Classic Rock Magazine Issue, vol. 97,‎
  24. Review of Permanent Waves by Greg Prato Allmusic Guide Accessed 22 March 2008
  25. a et b Neil Peart, Moving Pictures Tourbook - A Rush Newsreel, (lire en ligne)
  26. Moving Pictures Certification Search Moving Pictures Accessed 7 July 2008
  27. Signals Rate Your Music Accessed 6 May 2006
  28. Signals Review Rolling Stone Accessed 7 July 2008
  29. Signals Review by Greg Prato Allmusic Guide Accessed 22 March 2008
  30. New World Man Song Facts Accessed 7 July 2008
  31. Signals Musical Style « Visions, the Official Rush Biography, Chapter 10 » (consulté le 30 mars 2013).
  32. Power Windows "Grace Under Pressure" : « Power Windows Website » [archive du ] (consulté le 30 mars 2013) Accessed 16 February 2008
  33. Grace Under Pressure « "Success Under Pressure" » (consulté le 30 mars 2013) Accessed 7 May 2006
  34. Hold Your Fire Review Allmusic Guide, Eduardo Rivadavia Accessed 20 September 2007
  35. (en) A Show of Hands « Power Windows Website » (consulté le 30 mars 2013) Accessed 14 September 2007
  36. Rolling Stone A Show of Hands Review Accessed 6 June 2006
  37. (en) Chronicles « Power Windows Website » (consulté le 30 mars 2013), 14 septembre 2007
  38. Roll the Bones Allmusic: Accessed 18 March 2006
  39. Counterparts Review Accessed 18 April 2007
  40. Allmusic Test For Echo Review Accessed 17 April 2007
  41. Neil Peart's tutelage Drummerworld Accessed 18 April 2007
  42. Peart, Neil. Ghost Rider: Travels on the Healing Road. Toronto: ECW Press. 2002. (ISBN 1-55022-546-4)
  43. a et b Vapor Trails news archive « Power Windows website » (consulté le 30 mars 2013).
  44. http://www.rushisaband.com/display.php?id=1968
  45. a et b Rush Official Website, Rush.com,.
  46. Katie Hasty, "Ne-Yo Scores Second No. 1 In Debut-Heavy Week", Billboard.com, 9 May 2007
  47. http://www.worldwidealbums.net
  48. Power Windows Website « Latest Rush News » (consulté le 30 mars 2013) Accessed 20 January 2008
  49. Blu-Ray.com Featured News Article, Blu-Ray News Website, Accessed 22 September 2008
  50. Snakes $ Arrows DVD release, Neil Peart's Official website, Accessed 12 November 2007
  51. (en) « The Rock Radio: Rush film concert for possible DVD footage » (consulté le 30 mars 2013)
  52. « Rush to Perform for the First Time on U.S. Television in Over 30 Years on 'The Colbert Report' » (consulté le 30 mars 2013), PR Newswire.
  53. (en) site musicradar.com, 16 février 2009
  54. « www.2112.net » (consulté le 30 mars 2013), 13 janvier 2010
  55. "Rush Heading for Top 10 on Billboard 200", Billboard.com, June 15, 2012
  56. "Clockwork Angels Tour", Rush.com, June 2012
  57. Mike Doherty, « What a Rush! How an unhip trio became superstars », Maclean's, (consulté le 10 juin 2015)
  58. « Rush Tour 2015 last due to tendonitis » (consulté le 29 avril 2015)
  59. (en) Luis Polanco, « Rush's Geddy Lee Clarifies Neil Peart's Retirement Comment » (consulté le 9 décembre 2015)
  60. (en) « Geddy Lee Clarifies Peart Retirement Rumours » (consulté en d8 décembre 2015)
  61. (en) Kory Grow, « Alex Lifeson Talks Rush's Uncertain Future », Rolling Stone, (consulté le 9 mars 2016)
  62. (en) « The story of a band, its fans, and their 40 year relationship », (consulté le 7 novembre 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]