La Mouche (film, 1986)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Mouche
Titre original The Fly
Réalisation David Cronenberg
Scénario David Cronenberg
Charles Edward Pogue
Musique Howard Shore
Acteurs principaux
Sociétés de production Brooksfilms
SLM Production Group
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau du Canada Canada
Genre Science-fiction horrifique
Durée 95 minutes
Sortie 1986

Série

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Mouche (The Fly) est un film de science-fiction horrifique américain coécrit et réalisé par David Cronenberg, sorti en 1986. Il s'agit de l'adaptation cinématographique de la nouvelle du même titre de l'auteur George Langelaan, déjà portée à l'écran dans La Mouche noire de Kurt Neumann (1958)[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Seth Brundle, un scientifique brillant mais excentrique, rencontre la journaliste Veronica Quaife. Il la ramène à son laboratoire et lui montre son invention : le télépod, qui consiste à transporter quasi-instantanément d'une cabine à une autre un objet ou un être vivant. Seth persuade Veronica de garder son secret en échange de droits exclusifs sur l'histoire, et elle commence à l'assister dans son travail. Cependant, bien que le télépod puisse transporter des objets inanimés, il n'est pas au point avec les tissus vivants, comme cela est démontré lorsqu'un babouin est horriblement mutilé au cours d'une expérience. Seth et Veronica entament une relation. Leur première nuit d'amour donne à Seth l'idée de reprogrammer le télépod pour qu'il convienne aux tissus vivants. Il téléporte avec succès un deuxième babouin. Veronica part soudainement, et Seth s'inquiète du fait qu'elle reprenne sa relation avec Stathis Borans, son rédacteur-en-chef. Seth décide de se téléporter, ignorant qu'une mouche s'est glissée avec lui à l'intérieur de la cabine. Il émerge apparemment normal de la cabine de réception.

Seth et Veronica se réconcilient. Seth commence à montrer plus de force et d'endurance. Il a des envies de sucre et Veronica s'inquiète de son comportement agressif et des poils bizarres qui poussent sur son dos. Seth tente de forcer Veronica à subir une téléportation. Quand elle refuse, il va dans un bar où il fait un bras de fer, laissant son adversaire avec une fracture ouverte. Il rencontre une femme nommée Tawny et la ramène à son entrepôt, où Veronica la sauve de la téléportation. Seth jette Veronica dehors, mais quand ses ongles commencent à tomber, il réalise que quelque chose a mal tourné pendant sa téléportation. Il vérifie ses enregistrements et découvre que l'ordinateur du télépod, rendu confus par la présence de deux formes de vie dans la cabine d'envoi, l'a fusionné avec la mouche au niveau moléculaire et génétique.

Seth continue de se détériorer, perdant des parties de son corps et prenant une apparence de moins en moins humaine. Il renoue avec Veronica et théorise qu'il est en train de devenir "Brundlemouche", un hybride d'humain et d'insecte. Il commence à vomir des enzymes digestives sur sa nourriture pour la dissoudre et acquiert la capacité de s'accrocher aux murs et au plafond. Il se rend compte qu'il perd la raison et la compassion, poussé par des instincts qu'il ne peut contrôler.

Seth installe un programme de fusion, planifiant de diluer les gènes de la mouche dans son corps avec de l'ADN humain. Veronica apprend qu'elle est enceinte de Seth. Elle et Stathis persuadent un médecin de pratiquer un avortement. Après avoir entendu leur conversation, Seth enlève Veronica et la supplie de porter l'enfant à terme, car c'est peut-être le dernier vestige de son humanité. Stathis s'introduit dans le laboratoire avec un fusil de chasse, mais Seth le mutile de deux membres avec son vomi corrosif.

Seth révèle son plan désespéré à Veronica : il veut utiliser le télépod pour fusionner avec Veronica et leur enfant à naître, afin de créer l’« être parfait ». Alors que Seth la traîne dans la cabine, elle lui arrache accidentellement la mâchoire et une énorme créature insectoïde humaine émerge sous la peau de Seth. Celle-ci emprisonne Veronica à l'intérieur du premier télépod et entre dans l'autre. Stathis utilise son fusil pour sectionner les câbles reliant le télépod de Veronica à l'ordinateur, ce qui permet à Veronica de s'échapper. S'échappant de sa cabine au moment où le processus de fusion est activé, Seth est fusionné avec la porte métallique et le câblage du télépod. Alors que la créature déformée rampe hors de la cabine, elle supplie Veronica de mettre fin à ses souffrances et Veronica l'abat avec le fusil.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse[modifier | modifier le code]

La 20th Century Fox avait confié ce film à Tim Burton, alors qu'encore méconnu et travaillant chez Disney, mais il était occupé avec ses propres films[4],[1].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Le personnage de Seth Brundle devait initialement être interprété par Michael Keaton, mais il refusa[1]. Le rôle principal revient finalement à Jeff Goldblum. Il partage l'écran avec Geena Davis, sa compagne à l'époque. David Cronenberg leur demanda de reproduire leur vie de couple à l'écran[1].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu à Kleinburg et Toronto, en Ontario au Canada. Il fallait presque cinq heures par jour de prothèses et maquillages pour Jeff Goldblum[1].

Musique[modifier | modifier le code]

La musique du film est composée par Howard Shore, collaborateur habituel de David Cronenberg.

Liste des titres
  1. Main Title (1:54)
  2. Plasma Pool (1:54)
  3. The Last Visit (2:25)
  4. Stathis Enters (2:19)
  5. The Phone Call (2:07)
  6. Seth Goes Trough (2:03)
  7. Ronnie Comes Back (0:54)
  8. The Jump (1:20)
  9. Seth And The Fly (2:20)
  10. Particle Magazine (1:01)
  11. The Armwrestle (0:50)
  12. Brundlefly (1:43)
  13. Ronnie's Visit (0:35)
  14. The Street (0:43)
  15. The Stairs (1:25)
  16. The Fingernails (2:35)
  17. Baboon Teleportation (0:57)
  18. The Creature (2:08)
  19. Steak Montage (0:59)
  20. The Maggot / Fly Graphic (1:37)
  21. Success With Baboon (0:58)
  22. The Ultimate Family (1:59)
  23. The Finale (2:48)

Accueil[modifier | modifier le code]

Critiques[modifier | modifier le code]

La Mouche a reçu un accueil critique très favorable, recueillant 91 % de critiques positives, avec une note moyenne de 8,2/10 et sur la base de 55 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[5].

Box-office[modifier | modifier le code]

Le film a connu un certain succès commercial, rapportant environ 60 629 000 de dollars au box-office mondial, dont 40 456 000 de dollars en Amérique du Nord, pour un budget de 15 000 000 de dollars[6]. En France, il a réalisé 2 119 496 entrées[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Suite et prolongement[modifier | modifier le code]

Le film eut droit à une suite, La Mouche 2, réalisée par Chris Walas en 1989, avec Eric Stoltz dans le rôle du fils de Seth Brundle, Martin. Le réalisateur Chris Walas, était le directeur des effets spéciaux de La Mouche[1].

Le film La Mouche 2 a eu une suite en comics intitulée The Fly: Outbreak, commencé en et publié par IDW en 5 issues, il fait directement suite au film.

Le film a fait également l'objet d'une adaptation à l'opéra en 2008 : The Fly. La première a eu lieu au Théâtre du Châtelet à Paris[1].

Alors qu'au départ, Todd Lincoln devait faire un remake du film en Direct-to-video, David Cronenberg a évoqué l'idée de le faire lui-même prochainement et que cela pourrait être plus qu'un simple remake[7],[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mary Ferguson Pharr, « From Pathos To Tragedy : The Two Versions of The Fly », Journal of the Fantastic in the Arts, International Association for the Fantastic in the Arts, vol. 2, no 1 (5),‎ , p. 37-46 (JSTOR 43310207)

Liens externes[modifier | modifier le code]