Pont-de-Vaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pont et Vaux.
Ne doit pas être confondu avec Pont-de-Veyle.
Pont-de-Vaux
Mairie de la commune.
Mairie de la commune.
Blason de Pont-de-Vaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Replonges
Intercommunalité Pays de Bâgé et de Pont-de-Vaux
Maire
Mandat
Philippe Coillard
2014-2020
Code postal 01190
Code commune 01305
Démographie
Gentilé Pontevallois
Population
municipale
2 290 hab. (2014)
Densité 304 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 00″ nord, 4° 56′ 13″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 204 m
Superficie 7,54 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Pont-de-Vaux

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Pont-de-Vaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pont-de-Vaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pont-de-Vaux
Liens
Site web pontdevaux-tourisme.com

Pont-de-Vaux est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation de la commune dans le canton de Replonges et l'Ain.

Pont-de-Vaux fait partie de la Bresse, à la limite avec le Val de Saône, et fait face au Mâconnais et à la Bresse bourguignonne. Situé au nord-ouest du département de l'Ain, le village est localisé à 18 km de Tournus, à 22 km de Mâcon, à 46 km de Chalon-sur-Saône et à 95 km de Lyon.

Les prairies inondables du val de Saône, d'un grand intérêt écologique, de superficie importante dans le canton de Pont-de-Vaux, sont parmi les plus grandes prairies naturelles inondables d'Europe.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pont-de-Vaux
Montbellet (Saône-et-Loire),
Fleurville (Saône-et-Loire)
Saint-Bénigne
Reyssouze Pont-de-Vaux
Gorrevod

Points extrêmes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Reyssouze.

Pont-de-Vaux est traversé par trois cours d'eau dont deux font office de frontière communale. À l'ouest se trouve la Saône qui sépare la commune au département de Saône-et-Loire et donc à la région Bourgogne-Franche-Comté.

Venant de Gorrevod et de Saint-Bénigne, la Reyssouze entre dans le territoire communal par le sud-est mais reste sur la frontière que le village possède avec Gorrevod. Elle fait de même avec la commune de Reyssouze jusqu'à se jeter dans la Saône près du camping.

En parallèle de la Reyssouze, le canal de Pont-de-Vaux, long de trois kilomètres, relie la Saône et le port de plaisance de la commune. Construit durant le XIXe siècle, cet ouvrage aurait dû continuer jusqu'à la rivière d'Ain et a été réaménagé durant les années 1980.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type semi-continental, avec des hivers normaux, des étés chauds, et des précipitations tombant majoritairement en été. Les valeurs climatiques de 1981 à 2010 pour la station de Mâcon, station la plus proche, sont les suivantes.

Relevés Mâcon 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3,5 6 10 13,5 15,5 15 11,5 8 3,5 1 7,5
Température moyenne (°C) 2 4,5 8 11 15 19 21 20,5 17 12 7 3,5 12
Température maximale moyenne (°C) 5,5 8 12 16 20 24 27 26 22 16,5 10 6 16
Ensoleillement (h) 61,9 91,5 154,9 182 212,9 245,3 267,7 242,4 185,6 116,9 70,3 50,5 1 881,9
Précipitations (mm) 59 53 49 75 88 75,5 71 72 79,5 85,5 84 70 861,5
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon (1981-2010)[1]

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Axes de communication.

Axes routiers[modifier | modifier le code]

Route D933 au bourg.

Pont-de-Vaux est au carrefour de nombreuses voies départementales témoignant d'une importance historique de la commune au niveau local. La plus importante est la route départementale 933 qui traverse le bourg du nord au sud. En prenant cette voie par le nord, les automobilistes peuvent rejoindre Saint-Bénigne, Arbigny, Sermoyer et Cuisery tandis qu'en se dirigeant au sud, ils peuvent aller vers Ozan, Manziat et Feillens. Au niveau départemental, cette route relie Sermoyer au nord à Massieux au sud. Avant 1972, cette voie faisait partie de la route nationale 433 qui reliait Saint-Germain-du-Plain à Lyon mais cette dernière a été déclassée en trois voies en fonction des trois départements qu'elle traversait.

La voie possède un axe annexe, la route départementale 993a, qui démarre de la place Joubert et change de département en traversant le pont de Fleurville avant de terminer sa voie au rond-point qui l'intersecte avec la route D906 de la Saône-et-Loire, ancienne route nationale 6 qui passe notamment par Mâcon au sud, Tournus et Chalon-sur-Saône au nord.

Quatre autres axes routiers ont pour point de départ Pont-de-Vaux. L'une des trois est la route D2 qui part en direction de Saint-Trivier-de-Courtes en passant par Saint-Bénigne et Chavannes-sur-Reyssouze. Elle a pour point d'arrivée le pont sur la Sâne Morte qui sépare Curciat-Dongalon et la commune saône-et-loirienne de Varennes-Saint-Sauveur.

Sur la place Legrand, l'intersection entre les routes départementales 933 et 26 marque le départ du dernier axe cité. En passant par l'est, les véhicules partent vers Saint-Étienne-sur-Reyssouze, Béréziat et Marsonnas avant de terminer sa route dans la Dombes, plus particulièrement à Marlieux.

La route D46 part à l'intersection avec la D26. Par la suite, elle passe par le sud de Saint-Bénigne, le bourg de Chavannes-sur-Reyssouze, Servignat jusqu'à s'intersecter avec la route D975 à Mantenay-Montlin.

Enfin, en emprutant la route D933a en direction de Fleurville, une route débute près du canal et fait un bref passage dans la commune. Cette voie est la route D1c et permet d'aller au bourg de Reyssouze.

On ne dénombre aucune autoroute à Pont-de-Vaux mais on trouve l'autoroute A6 de l'autre côté de la Saône qui relie la capitale française à Lyon.

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

Ancienne gare du tramway.

La ligne de Trévoux à Saint-Trivier-de-Courtes, gérée par la Compagnie des Tramways de l'Ain[2] empruntait l'actuelle D933. La gare fut desservie de 1897 jusqu'en 1936, date à laquelle la ligne fut fermée[2]. Les trains s'arrêtaient sur la place Joubert à la gare de la commune qui étaient jadis des halles.

Il y avait aussi une voie annexe entre le bourg et Fleurville d'une longueur de 5 kilomètres destinée à relier la gare PLM commune avec Fleurville. Il est mis en service le 11 décembre 1900 et fermé le 15 avril 1936[3]. Le terminus était face à la gare et ne comportait pas de bâtiments[4].

Aujourd'hui, aucune voie ferrée ne traverse la commune subsiste la ligne Paris - Marseille via Dijon qui passe de l'autre côté de la Saône et notamment à Mâcon. La gare de Fleurville - Pont-de-Vaux est desservie par des TER Dijon - Mâcon - Lyon et quelques TGV reliant le nord-est de la France à la Méditerranée.

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

Le port.

La Saône est navigable à grand gabarit européen depuis Verdun-sur-le-Doubs jusqu'à Lyon. Elle constitue un axe de transport fluvial important entre l'est et la Méditerranée et est appréciée pour le tourisme fluvial.

Pont-de-Vaux n'a pas de port sur les rives du cours d'eau mais en possède un dans les terres qui est relié au canal. L'infrastructure maritime, à cheval entre le village et celui de Reyssouze où se situe une grande partie du port de plaisance, peut accueillir jusqu'à 225 bateaux[5].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est reliée au réseau départemental des bus car.ain.fr par l'intermédiaire de la ligne 155[6]. Les bus font des allers-retours entre Mâcon et le bourg et desservent l'arrêt Place Joubert. L'arrêt Les Quatre Vents mentionné comme étant situé sur le territoire communal est à la limite entre Gorrevod et Reyssouze.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée depuis les Quatre Vents.

La commune porte le nom de Pont-de-Vâlx en Francoprovençal[7].

Les habitants de Pont-de-Vaux s'appellent les Pontevallois et les Pontevalloises ou les Pont-de-Vallois et les Pont-de-Valloises[8]. Un gentilé plus ancien, titre du journal du collège en 1975 environ, est Vallipontains et Vallipontaines[9].

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le suffixe Vaux vient du latin vallis qui signifie vallée, vallon, creux, enfoncement ou encore cavité[10]. Ainsi, Pont-de-Vaux signifie littéralement Pont de la vallée[11].

Anciens noms[modifier | modifier le code]

La première référence à la commune datant de 968 se trouve dans le cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon sous le nom de Vallis[12].

Trois siècles plus tard, vers 1250, Ponz de Vauz est mentionné dans le pouillé du diocèse de Lyon avant d'être cité vers 1272 sous Pontem de Vauz d'après Guichenon.

Le siècle suivant, c'est au tour de Pontem Vallium et de Pont de Vaz d'être évoqués dans le terrier de Bâgé autour de 1325. En 1400, les archives de la Côte-d'Or utilisent pour la première fois Pont de Vaux qui n'a pas été changé depuis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Église Notre-Dame-de-l'Assomption.

À l'origine, Pont-de-Vaux dépendait religieusement de la paroisse de Saint-Bénigne et ne possédait qu'une chapelle dédiée à sainte Anne[12]. Cependant, à la collation de l'abbé de Tournus, elle possède une église paroissiale à partir du XIVe siècle qui sera érigée en collégiale sous le vocable de Notre-Dame en 1515.

Dépendant du domaine des sires de Bâgé, la localité s'est vu céder une charte de franchises par ces derniers en 1250[12]. Vingt-deux années plus tard, elle passe aux mains des gouverneurs de Savoie suite au mariage de Sibylle de Bâgé et d'Amédée V de Savoie. Elle resta unie à cet État jusqu'en 1521, année où le duc Charles la céda en titre de comté à Laurent de Gorrevod, gouverneur de Bresse.

En 1601, après la fin de la guerre franco-savoyarde qui se termine par le Traité de Lyon signé le , Pont-de-Vaux appartient désormais à la France avec l'acquisition de celle-ci de la Bresse, du Bugey, du Valromey et du pays de Gex[13]. Elle est par la suite intégrée à la province bourguignonne. Louis XIII, roi de France, l'érige en duché en 1623, la seigneurie passera aux mains des Bauffremont en 1681 et puis à celles d'Augustin-Louis Bertin en 1772.

Pont-de-Vaux fut l'un des neuf districts du département de l'Ain de 1790 à 1795, il était composé de trois cantons. En 1800, le territoire de l'ancien district fut rattaché à l'arrondissement de Bourg-en-Bresse.

Durant la Seconde Guerre mondiale, en octobre 1943, le général de Lattre de Tassigny se cacha à Pont-de-Vaux[14], à l'hôtel restaurant Le Raisin, avant de rallier l'Angleterre[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Lors de la création des départements par la Révolution française, elle est intégrée au département de l'Ain et au district dont elle était le chef-lieu. En 1800, après la suppression des districts, elle intègre l'arrondissement de Bourg-en-Bresse et reste dans le canton de Pont-de-Vaux.

Jusqu'en 2012, elle faisait partie de la quatrième circonscription de l'Ain pour l'élection des députés[16]. Avec l'ajout d'une nouvelle circonscription, Pont-de-Vaux intègre la première circonscription de l'Ain cette année-là[17].

En mars 2015, à l'occasion des élections départementales, le décret du 13 février 2014[18] portant sur le redécoupage cantonal des cantons de l'Ain entre en vigueur. Ainsi, la commune ainsi que toutes celles du canton dont elle était le chef-lieu sont intégrées au nouveau canton de Replonges.

Façade arrière de l'hôtel de ville.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
maire en 1830  ? Pierre Louis André   Conseiller général du Canton de Pont-de-Vaux (jusqu'en 1852)
 ?  ? Hippolyte Herbet Républicain
Progressiste
Médecin
Conseiller général du Canton de Pont-de-Vaux (1874-1903)
Député (1889-1903)
juin 1995 mars 2001 Henri Gagnière    
mars 2001 2014 Jean-Claude Thierry    
2014 en cours Philippe Coillard UMP-LR Notaire
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

Pont-de-Vaux était jusqu'au le chef-lieu de la communauté de communes du canton de Pont-de-Vaux qui avait été fondée le . Depuis le , la commune est intégrée à la nouvelle communauté de communes du Pays de Bâgé et de Pont-de-Vaux qui regroupe l'ancienne intercommunalité à celle du Pays de Bâgé dont le siège est fixé à Bâgé-le-Châtel.

Toutefois, ce n'est pas la seule structure intercommunale dont fait partie la localité bressane. On peut mentionner le syndicat mixte Bresse Val de Saône créé en 1995 et regroupant 40 communes[19],[20]. Son but est de négocier les procédures que proposent l'Union européenne, l'État ou la région Auvergne-Rhône-Alpes qui pourraient développer un territoire plus vaste que la simple communauté de communes.

Enfin, comme la totalité des communes du département de l'Ain, le village appartient au syndicat intercommunal d'énergie et de e-communication de l'Ain, organisation fondée le [21]. Le syndicat est compétent dans la gestion des réseaux d'électrification, de gaz, de l'éclairage public, de la communication électronique[22]. En plus de ces compétences, la structure accompagne les communes pour qu'elles puissent maîtriser leur consommation d'énergie, gère un système d'information géographique et a mis en place dans le département, par l'intermédiaire de sa régie Réso-Liain, un réseau de fibre optique pour avoir accès à Internet à très haut débit.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau indiquant le jumelage.
Monument du jumelage.

Après des échanges effectués en 1992 et 1993 entre le collège Antoine Chintreuil et la realschule de Dornhan[23], l'idée d'un jumelage entre le canton de Pont-de-Vaux le village allemand de Dornhan situé dans le land de Bade-Wurtemberg[24] commence à germer. C'est ainsi qu'a été officialisé le jumelage en 1994 en Allemagne et en 1995 en France.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[25]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[26],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 290 habitants, en augmentation de 4,71 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 787 2 806 2 789 2 888 3 189 3 140 3 136 3 067 3 123
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 061 3 077 3 117 2 533 3 011 2 853 2 754 2 669 2 617
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 483 2 452 2 449 2 155 2 149 2 028 2 002 1 927 1 979
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
2 068 2 106 2 096 2 050 1 913 2 004 2 043 2 187 2 290
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[27] puis Insee à partir de 2006[28].)
Histogramme de l'évolution démographique

Éducation[modifier | modifier le code]

Entrée du collège.

Pont-de-Vaux possède plusieurs établissements scolaires. En premier lieu, l'école maternelle accueille les enfants de la communes entre la petite section et la grande section. Par la suite, ces élèves rejoignent l'école élémentaire du Grand Cyprès qui se situe dans la rue perpendiculaire à celle menant à l'entrée du premier établissement scolaire.

À la sortie de l'école primaire, les jeunes étudiants rejoignent le collège Antoine Chintreuil qui regroupent les jeunes adolescents de l'ancien canton de Pont-de-Vaux. Suite à leur passage en classe de 3e, ces jeunes ont le choix de continuer leurs études au lycée Gabriel Voisin de Tournus ou René Cassin de Mâcon.

Santé[modifier | modifier le code]

Ancien bâtiment de l'hôpital.

Le plus ancien établissement de santé de la ville est l'hôpital qui date du XIVe siècle[29]. Situé initialement près de la porte Sud, il est transféré au centre de la ville en 1429 et prend le nom d’hôpital royal et militaire. Commandités par les ducs de la ville, l'hôtel-dieu était d’architecture monacale avec une cour intérieure bordée de galeries. Les Ursulines accueillaient les malades lors de leur séjour à l'hôpital.

À la Révolution, il devient l'hospice d’humanité. Cependant, le XIXe siècle marque la construction d'un nouvel édifice hospitalier grâce aux dons de Michel Poisat, député de l'Ain né dans la commune qui le finança et posa la première pierre le . Un siècle plus tard, l'année 1970 marque l’ouverture de la maison de retraite La Valoise au sein du centre avec 81 places. En 2009, Il est dôté d'un nouveau bâtiment de 12 000 m2, l'ancien bâtiment est alors abandonné.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Pour pratiquer une activité sportive ou se divertir, différentes infrastructures et associations sportives et de loisirs sont présentes à Pont-de-Vaux.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Près de la caserne de la gendarmerie se trouvent quatre terrains de football dont un terrain honneur et deux terrains pour les plus jeunes. Cependant, ces équipements ne sont pas isolés des autres installations puisqu'on trouve aussi trois courts de tennis dont un couvert, un boulodrome, une salle multisports ainsi qu'une patinoire.

Le long de la route D933a, en direction de Fleurville, une enceinte de 40 ha permet la pratique du sport automobile et l'organisation du Mondial du quad.

Au hameau des Quatre Vents, dans la commune de Reyssouze de l'autre côté de la rivière éponyme, la piscine Archipel regroupe deux bassins dont un en intérieur, un toboggan, un pentagliss et une aire de jeux aquatiques[30]. Elle est aussi la piscine du camping Champ d'Été.

De l'autre côté de la ville à Saint-Bénigne, un terrain de rugby longeait la route D2. Il existe toujours mais un centre sportif a été installé et inauguré en 2015 au sud-ouest de ce dernier. Il regroupe un terrain de football synthétique[31] ainsi qu'un terrain de rugby lui aussi en revêtement synthétique[32] et entouré d'une piste d'athétisme.

Clubs[modifier | modifier le code]

Premièrement, quelques clubs de sports collectifs sont représentés au sein de la commune. Tout d'abord, l'Union sportive Pont-de-Vaux Arbigny est une club de football qui possède des équipes en catégorie séniors. Pour les catégories inférieures, c'est-à-dire les catégories jeunes, l'Union sportive Bassin Pontévallois regroupe les joueurs jeunes de l'USPA, du Club sportif de Chevroux et du Football club de Sermoyer[33].

Le Rugby Club Haute Bresse est un club de rugby à XV qui a la particularité de représenter trois antennes : Pont-de-Vaux, Saint-Trivier-de-Courtes et Pays de Bâgé. Chaque antenne est indépendante mais elles sont toutes liées par le nom, les couleurs et les dirigeants[34].

En plus des sports collectifs, il existe des clubs pour pratiquer des sports individuels, notamment l'Amicale boule pontévalloise et la Pétanque pontévalloise pour les sports de boules, l'Association motocycliste pontévallois pour pratiquer du quad qui organise aussi le mondial de quad, le Club nautique pontévallois pour l'ensemble des sports nautiques et 01 Pulsion Pont-de-Vaux pour la course à pied.

De plus, il y a les sports de balle avec le tennis grâce au Tennis club pontévallois et avec le tennis de table grâce au Tennis de table pontévallois. Ensuite, le Judo club Pontévallois propose le judo et le jujitsu. Enfin, il existe un club multisports qui permet la pratique de la gymnastique, de la GRS, du boomerang, du badminton, du futsal, de la danse de salon, du rock, du tchoukball et de la marche active.

Médias[modifier | modifier le code]

Le Progrès est un journal régional diffusant dans les départements de l'Ain, du Jura, du Rhône, de la Loire et de la Haute-Loire. Chaque vendredi est publié le journal local hebdomadaire Voix de l'Ain. De plus, Le Journal de Saône-et-Loire, paru pour la première fois le , est la version saône-et-loirienne du Progrès. Ce journal quotidien paraît dans les environs sous l'édition de Mâcon.

Dans le domaine télévisuel, la chaîne France 3 émet un décrochage local dans la commune par le biais de France 3 Rhône Alpes. Enfin, Radio Scoop est une radio musicale d'Auvergne-Rhône-Alpes qui possède une station à Bourg-en-Bresse diffusant dans l'Ain.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Maison Racle.

Le musée Chintreuil présente dans le cadre d'un ancien hôtel particulier de la fin du XVIIe siècle, actuel hôtel de ville, des collections riches et variées sur le général Joubert et la Révolution française, des œuvres du peintre impressionniste Antoine Chintreuil et d'autres peintres de l'Ain comme Jules Migonney ou Louis Jourdan, des documents liés à l'écologie, à l'ethnologie et un cabinet de curiosités.

En face de ce lieu, l'église Notre-Dame de l'Assomption a été bâtie au XVe siècle[35] tandis que sa façade en pierre blanche du Mâconnais date du XVIIIe siècle.

La maison Racle, située 53 rue Franche, a été construite par l'ingénieur et architecte Léonard Racle. Inscrit au titre des monuments historiques en 1997 pour les façades et toitures des dépendances, la maison est classée l'année suivante le pour le corps de logis[36].

Monument aux morts.

Sur son territoire communal, Pont-de-Vaux honore différentes personnes qui se sont distinguées pour la patrie. Sur la place Joubert, un monument expose Joubert sur un socle où est décrite la carrière de l'enfant du village. De l'autre côté de la rue principale, le monument à Antoine Chintreuil est installé devant la place de la Promenade. Enfin, sur la place Gilbert Voldoire, le monument aux morts honore le soldats de la commune tombés au combats des grands conflits du XXe siècle.

Près de la place Joubert et de l'ancienne gare de tramway, on trouve un ancien moulin qui était alimenté par la Reyssouze.

Les prairies inondables du val de Saône sont classées zone protégée depuis 1994[37].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Divers événements et manifestations animent régulièrement la commune depuis quelques années. Tout d'abord, une marché hebdomadaire typique bressan se tient sur la place de la Promenade tous les mercredis[38]. Une centaine de marchands propose différents produits comme les produits alimentaires, les vêtements et du matériel divers.

Festivrac, un festival principalement dédié à la musique accueille chaque année depuis 1993 des groupes plus connus ou moins connus. Ce festival se déroule début juillet et a vu passer durant les différentes éditions Les Tambours du Bronx, Jacques Higelin et Mathieu Chedid.

Le mondial du quad de Pont-de-Vaux est une compétition mondiale de quad se déroulant tous les ans à la fin du mois d’août. Elle fut créée en 1987[39] et réunit des centaines de personnes venant du monde entier. Regroupant plusieurs épreuves sur un week-end, l'événement se termine par l'épreuve phare qu'est les 12 heures de Pont-de-Vaux. Elle se déroule en trois manches dont une de nuit ou se défient quelques centaines de participants.

Au mois d'octobre est organisée la foire braderie de la Saint François. Son origine remonte à 1559 avec l'apparition d'une foire aux chevaux accordée par Pierre-Emmanuel de Savoie[40]. Ce dernier avait accordé cette foire car il fut impressionné par l’accueil très chaleureux que lui avait réservé la population locale lors de son retour à Chambéry de la signature des traités du Cateau-Cambrésis. Cependant, à partir des années 1970 avec l'abandon des chevaux au profit des tracteurs, la foire devient la braderie qui existe aujourd'hui et a été déplacée le dimanche suivant la Saint François.

Panneau du site du goût.

Avec Montrevel-en-Bresse, Bourg-en-Bresse et Louhans, Pont-de-Vaux accueille le concours des Glorieuses de Bresse qui distingue et de classe qualitativement les volailles de Bresse des producteurs depuis 1862. Les quatre concours se déroulent en décembre, en particulier celui de la commune se déroule le troisième dimanche du mois.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Barthélemy Catherine Joubert.

Personnalités nées dans la commune[modifier | modifier le code]

Autres personnalités[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Armes de Pont-de-Vaux

La commune de Pont-de-Vaux porte :

D'azur au croissant d'argent[41].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les spécialités culinaires sont celles de la région bressane, c'est-à-dire la volaille de Bresse, les gaudes, la galette bressane, les gaufres bressanes, la fondue bressane[42]. Sa situation dans la Bresse lui donne le privilège d'être dans l'aire géographique de l'AOC Volailles de Bresse[43]. La commune a aussi l'autorisation de produire le vin IGP Coteaux de l'Ain sous les trois couleurs, rouge, blanc et rosé[44].

En 2015, le restaurant Le Raisin obtient Une étoile au Guide Michelin avec son chef Frédéric Michel. Le restaurant avait déjà eu cette étoile, jusqu'à 1999, avec Gilles Chazot[45].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1981-2010) », sur meteofrance.com
  2. a et b Ligne Trévoux - Saint-Trivier-de-Courtes, sur tramdelain.fr.
  3. « Historique des trams de l'Ain », sur tramdelain.fr
  4. « Ligne de Pont de Vaux à Fleurville », sur nos.gares.hier.et.aujourdhui.pagesperso-orange.fr
  5. « Le port - Port de plaisance de Pont-de-Vaux », sur port-pontdevaux.fr
  6. « Horaires ligne 155 - Pont-de-Vaux → Mâcon (71) - Déc.2016-2017 », sur ain.fr
  7. D'après la carte des noms traditionnels en francoprovençal.
  8. Gentilé de la commune, sur habitants.fr
  9. Archives du collège
  10. Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs (Lettre V) », sur henrysuter.ch
  11. Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs (Lettre P) », sur henrysuter.ch
  12. a, b et c Édouard Philipon, Dictionnaire topographique du département de l'Ain : Comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 528 p. (lire en ligne), p. 322
  13. « Pont-de-Vaux - Culture et traditions », sur cc-pontdevaux.com (consulté le 24 avril 2017)
  14. Robert Aron, Grands dossiers de l'histoire contemporaine, Paris, CAL (Club des amis du livre), (1re éd. : Grands dossiers de l'histoire contemporaine ; Nouveaux grands dossiers de l'histoire contemporaine, Paris, Librairie Académique Perrin, 1962-1964), 494 p., « L'évasion de De Lattre de Tassigny », p. 282.
  15. Johan Bozon, « Sur les traces de De Lattre », sur lejsl.com, Le Journal de Saône-et-Loire, (consulté le 13 décembre 2013).
  16. « Loi n° 86-1197 du 24 novembre 1986 relative à la délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur legifrance.gouv.fr,
  17. Légifrance, Ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés (lire en ligne)
  18. Manuel Valls, « Décret n° 2014-147 du 13 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Ain », Légifrance,‎ (lire en ligne)
  19. « Le syndicat mixte Bresse – Val de Saône », sur bresse-valdesaone.fr
  20. « Le territoire et son périmètre », sur bresse-valdesaone.fr
  21. « Nos missions - Une collectivité territoriale qui regroupe les 410 communes de l'Ain », sur siea.fr
  22. « Nos domaines de compétence », sur siea.fr
  23. « Naissance du jumelage du territoire de Pont de Vaux avec Dornhan, en Forêt Noire », sur cc-pontdevaux.com
  24. « Jumelage du territoire de Pont de Vaux avec Dornhan, en Forêt Noire », sur cc-pontdevaux.com
  25. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  26. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  27. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  28. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  29. « Historique du Centre hospitalier de Pont-de-Vaux », sur ch-pontdevaux.fr
  30. « Piscine Archipel - Pont-de-Vaux - », sur ain-tourisme.com
  31. « Football : les équipes seniors sur le terrain synthétique pour la première fois », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  32. « Inauguration du Complexe Synthétique Sportif du RCHB - 2015 », sur rugbypontdevaux.com
  33. « Histoire & Palmarès - Union Sportive Bassin Pontévallois », sur us-bassin-pontevallois.footeo.com
  34. « Présentation du RCHB - Saint-Trivier-de-Courtes », sur club.quomodo.com (consulté le 25 avril 2017)
  35. « Église Notre-Dame - Pont-de-Vaux », sur ain-tourisme.com (consulté le 25 avril 2017)
  36. Notice no PA01000006, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  37. « Zone de Protection des Prairies humides du Val de Saône : Arrêté préfectoral du 25 février 1994 », Préfecture de l'Ain
  38. « Marché hebdomadaire - Pont-de-Vaux », sur ain-tourisme.com
  39. « 12 Heures de Pont-de-Vaux 2016 - Mondial du quad », sur maxxis-store.fr,
  40. « Foire braderie dimanche à Pont-de-Vaux », Le Journal de Saône-et-Loire,‎ (lire en ligne)
  41. Armes de Pont-de-Vaux, sur labanquedublason2.com
  42. Bourg-en-Bresse, ville départ, sur letour.fr.
  43. « Aire géographique de l'AOC Volaille de Bresse » [PDF], sur inao.gouv.fr,
  44. « Pont-de-Vaux, commune viticole », sur vin-vigne.com (consulté le 3 juin 2016).
  45. « "Le Raisin" au firmament », sur lejsl.com, Le Journal de Saône-et-Loire, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Pont-de-Vaux.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]