Jassans-Riottier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Jassans-Riottier
Jassans-Riottier
La mairie.
Blason de Jassans-Riottier
Blason
Jassans-Riottier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Intercommunalité Communauté d'agglomération Villefranche-Beaujolais-Saône
Maire
Mandat
Jean-Pierre Reverchon
2020-2026
Code postal 01480
Code commune 01194
Démographie
Gentilé Jassannais
Population
municipale
6 356 hab. (2018 en augmentation de 1,63 % par rapport à 2013)
Densité 1 321 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 59′ 10″ nord, 4° 45′ 27″ est
Altitude Min. 167 m
Max. 249 m
Superficie 4,81 km2
Unité urbaine Lyon
(banlieue)
Aire d'attraction Lyon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Trévoux
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Jassans-Riottier
Géolocalisation sur la carte : Ain
Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Jassans-Riottier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jassans-Riottier
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jassans-Riottier
Liens
Site web jassansriottier.fr

Jassans-Riottier est une commune française située dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Jassannais et les Jassannaises[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Commune située en rive gauche de la Saône, face à Villefranche-sur-Saône, à 50 km de Bourg-en-Bresse et à 30 km au nord de Lyon, Jassans-Riottier s'étend sur 481 hectares. « Porte ouest de la Dombes », avec Villars-les-Dombes à 20 km, elle bénéficie de la proximité du relief vallonné du Beaujolais. Avec un peu plus de 6 000 habitants, Jassans-Riottier est une ville semi-urbaine, proche des réseaux autoroutier et ferroviaire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est assez tempéré dans l'ensemble, il est de type semi-continental avec des influences alternées des climats méditerranéen, continental et océanique. Les hivers sont assez rigoureux (gelées parfois fortes et chutes de neiges épisodiques) et les étés sont chauds et ensoleillés.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

L'autoroute A6 passe sur la rive droite de la Saône et permet la desserte de la commune par la sortie n°31-2.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Un bus du réseau Libellule.

Les lignes 1 (direction Limas Collège par la gare) et 8 du réseau de transports par autobus Libellule et les lignes 113 (direction Belleville ou Saint Germain au mont d’Or), 119 et 185 des cars de l'Ain desservent la commune.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Jassans-Riottier se trouve à moins de 5 km de la gare SNCF de Villefranche-sur-Saône.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Jassans-Riottier est une commune urbaine[Note 1],[2]. Elle fait en effet partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine de Lyon, une agglomération inter-départementale regroupant 124 communes[5] et 1 653 951 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue. L'agglomération de Lyon est la deuxième plus importante de la France en termes de population, derrière celle de Paris[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lyon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 398 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (55 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (51,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (40,3 %), zones agricoles hétérogènes (24,6 %), eaux continentales[Note 3] (10 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (9 %), forêts (7,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,7 %), terres arables (3,2 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Logement[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la zone B2 du dispositif et est éligible à la loi Duflot.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jassans, tout comme Jasseron, trouve son origine dans la présence ancienne de bergeries ; du bas latin jacium, lieu de repos pour le bétail et jas pour bergerie en provençal.

Riottier dans le nom duquel on vit autrefois Rivatoria, « la tour du rivage », s'explique dans ses formes anciennes par le provençal redorta qui a donné redortier, justifié ici par la retorte ou boucle que décrit la Saône en aval.

Histoire[modifier | modifier le code]

Jassans[modifier | modifier le code]

Jassans n'apparaît qu'au XVe siècle et est alors une seigneurie en toute justice de la châtellenie de Beauregard, elle-même créée à partir de la fraction septentrionale de la terre de Riottier acquise par le sire de Beaujeu, probablement vers le milieu du XIe siècle. On y trouvait les fiefs de Gleteins et de la Place. Le village appartient à la souveraineté de Dombes jusqu'en 1762, date du rattachement de celle-ci au royaume de France.

Riottier[modifier | modifier le code]

Riottier constituait un fief cité déjà vers 970, dont les seigneurs rendaient hommage au comte de Mâcon. Le village riverain, à l'ombre d'un château fort, avait son église dans l'enceinte de ce dernier. Riottiers est acquise, en 1239[12], de Jean de Braine, comte de Mâcon à l'Église de Lyon. La seigneurie qui s'étendaient sur Saint-Didier-de-Formans et le village restèrent dans le Franc-Lyonnais jusqu'à la Révolution.

Outre le gué, il y avait dès le XVIIIe siècle un bac sur la Saône à Riottier, face à Villefranche.

La fusion[modifier | modifier le code]

Les noms de Jassans et de Riottier sont associés par décret du [13].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Jassans-Riottier est membre de la communauté d'agglomération Villefranche-Beaujolais-Saône, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Villefranche-sur-Saône. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[14].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Bourg-en-Bresse, au département de l'Ain et à la région Auvergne-Rhône-Alpes[15]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Trévoux pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[15], et de la deuxième circonscription de l'Ain pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[16].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1983 Léon-Marie Fournet    
1983 2001 Paul Colombel RPR Conseiller général
2001 2014 Jacqueline Fournet RPR
puis UMP
 
2014 en cours Jean-Pierre Reverchon SE-DVD Médecin
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Villefranche-Beaujolais-Saône, structure intercommunale regroupant 18 communes de l'agglomération de Villefranche-sur-Saône situées dans les départements du Rhône et de l'Ain, en Auvergne-Rhône-Alpes.

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune a développé une association de jumelage avec :

Population et société[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[20].

En 2018, la commune comptait 6 356 habitants[Note 4], en augmentation de 1,63 % par rapport à 2013 (Ain : +4,54 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
190211205341317342376348403
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
361398444386400433436417459
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
6306427137728779139449691 125
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 8632 1902 7833 8304 6095 3385 9105 9766 190
2018 - - - - - - - -
6 356--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,8 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 21,9 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 15,1 %) ;
  • 50,9 % de femmes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 16,4 %, 30 à 44 ans = 22,5 %, 45 à 59 ans = 19,8 %, plus de 60 ans = 20,7 %).
Pyramide des âges à Jassans-Riottier en 2007 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,2 
75 à 89 ans
7,1 
10,6 
60 à 74 ans
12,7 
21,0 
45 à 59 ans
19,8 
21,9 
30 à 44 ans
22,5 
19,2 
15 à 29 ans
16,4 
22,8 
0 à 14 ans
20,6 
Pyramide des âges du département de l'Ain en 2007 en pourcentage[24]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
7,9 
12,0 
60 à 74 ans
12,3 
20,8 
45 à 59 ans
20,2 
22,5 
30 à 44 ans
22,0 
18,1 
15 à 29 ans
16,7 
21,2 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'une crèche, « la Souris Verte », de deux écoles maternelles et primaires (École de Champ-Bouvier et École de la Mairie) et du Collège Léon-Marie Fournet.

La commune ne dispose pas de lycée, mais la ville de Trévoux et la ville voisine Villefranche-sur-Saône (Rhône) en ont.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête des Conscrits, chaque année.

Fête du Bord de Saône, chaque dernier dimanche de juin.

Santé[modifier | modifier le code]

  • EHPAD La Rose des Vents, 1289 rue Edouard Herriot (téléphone : 04 74 09 53 50)

Sports[modifier | modifier le code]

  • Club de Football
  • Club de Karaté Shotokan Ohshima
  • Club de Judo
  • Club de Basket-Ball US Jassans
  • Club de Gymnastique EGJ
  • Club de Taekwondo Jag Eun Yong

Médias[modifier | modifier le code]

  • Médiathèque Simone-Veil
  • Centre Culturel de Gléteins.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises de l'agglomération[modifier | modifier le code]

  • Bourgeois, fours industriels et professionnels. 130 salariés sur deux sites (Faverges et Jassans-Riottier). Société anonyme coopérative. CA 2005 13 M€, résultat 300 k€.

Commerces[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs commerces, notamment plusieurs banques, boulangeries-pâtisseries, coiffeurs, pharmacies, pressing, boucheries, opticiens, bureaux de tabac, centre auditif, laboratoire d'analyses, etc ; un magasin Carrefour Market se trouve sur le territoire de la commune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Église de l'Assomption.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château de la Place, parc de l'architecte paysagiste Joseph Marie.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[27].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]


Armes de Jassans-Riottier

La commune de Jassans-Riottier porte :

D'argent à trois fasces d'azur, à la cotice de gueules brochant sur le tout[28].

Ce blason a été adopté lors d'une délibération du conseil municipal du .

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  3. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le )
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le )
  5. « Unité urbaine 2020 de Lyon », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  8. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le )
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Marie-Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg, Gromier Ainé, , 518 p. (notice BnF no FRBNF30556006, lire en ligne), p. XLI.
  13. Jules Cazot, Bulletin des lois de la République français, Paris, (ISSN 1272-6397, notice BnF no FRBNF32726274, lire en ligne), « Décret n°9962 du Président de la République française du 5 novembre 1880 », p. 783.
  14. « communauté d'agglomération Villefranche-Beaujolais-Saône - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le )
  15. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Jassans-Riottier », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  16. « Découpage électoral de l'Ain (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  17. Annuaire des communes jumelées.
  18. https://www.dhnet.be/archive/en-souvenir-de-la-bataille-de-la-dyle-51b80013e4b0de6db99c53fc
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. « Évolution et structure de la population à Jassans-Riottier en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  24. « Résultats du recensement de la population de l'Ain en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  25. Notice no PA01000002, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  26. Notice no PA01000003, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  28. Armes de Jassans-Riottier, sur labanquedublason2.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]