Saint-André-de-Bâgé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André et Bagé.
Saint-André-de-Bâgé
Église Saint-André.
Église Saint-André.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Replonges
Intercommunalité Pays de Bâgé et de Pont-de-Vaux
Maire
Mandat
Daniel Clere
2014-2020
Code postal 01380
Code commune 01332
Démographie
Gentilé Bagésiens
Population
municipale
726 hab. (2014)
Densité 269 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 11″ nord, 4° 55′ 28″ est
Altitude Min. 183 m – Max. 212 m
Superficie 2,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Saint-André-de-Bâgé

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Saint-André-de-Bâgé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Bâgé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Bâgé

Saint-André-de-Bâgé est une commune française située dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Bagésiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune située dans la plaine de la Bresse au sud de Bâgé-le-Châtel, ancienne de cette région[Quoi ?]. Elle est localisée à 7 km à l'est de Mâcon, à 28 kilomètres à l'ouest de Bourg-en-Bresse, à 76 km au nord de Lyon et à 402 kilomètres au sud de Paris.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-André-de-Bâgé
Replonges Bâgé-la-Ville Bâgé-le-Châtel
Replonges Saint-André-de-Bâgé Bâgé-la-Ville
Crottet Crottet Saint-Jean-sur-Veyle

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La seule rivière traversant Saint-André est la Grande Loëze, qui forme la frontière nord de la commune qu'elle partage avec Bâgé-le-Châtel et Bâgé-la-Ville.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Climat tempéré à légère tendance continentale.

Le village de Saint-André-de-Bâgé a les relevés de Mâcon qui est dû à sa proximité (7 km), voici les valeurs climatiques de 1981 à 2010 :

Relevés Mâcon 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3,5 6 10 13,5 15,5 15 11,5 8 3,5 1 7,5
Température moyenne (°C) 2 4,5 8 11 15 19 21 20,5 17 12 7 3,5 12
Température maximale moyenne (°C) 5,5 8 12 16 20 24 27 26 22 16,5 10 6 16
Ensoleillement (h) 61,9 91,5 154,9 182 212,9 245,3 267,7 242,4 185,6 116,9 70,3 50,5 1 881,9
Précipitations (mm) 59 53 49 75 88 75,5 71 72 79,5 85,5 84 70 861,5
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon (1981-2010)[1]
Temperature down.svg
Temperature up.svg
Rain icon.svg
Rain icon.svg
Sun01.svg
Sun01.svg
Température

minimale

Température

maximale

Hauteur de

précipitations

Nombre de jours

avec précipitations

Durée

d’ensoleillement

Nombre de jours avec

bon ensoleillement

7,4 °C 16,1 °C 859,3 mm 113,9 j 1881,9 h 73,25 j

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Plan de la commune.

Routes[modifier | modifier le code]

Les routes traversant la commune ont une importance plus ou moins grande, certaines ont une utilité locale, d'autres rayonnent au niveau régional voire national.

La route départementale D 28 traverse l'est de la commune du nord au sud en passant par le bourg et La Croisée. Elle permet de rejoindre par le nord Bâgé-le-Châtel et Bâgé-la-Ville ainsi que Pont-de-Vaux. En prenant la route par le sud, on rejoint Crottet et Pont-de-Veyle. Au rond-point de la Croisée, elle est reliée à la route départementale D 1079, axe majeur du département.

La route départementale D 1079 traverse le sud de la commune d'ouest en est. Cette voie débute à Mâcon par le pont Saint-Laurent et prend fin dans la ville de Bourg-en-Bresse. Elle permet de rejoindre par l'ouest Replonges, Mâcon et le département de Saône-et-Loire tandis que par l'est, elle permet de rejoindre Saint-Cyr-sur-Menthon, Bourg et les autres villes importantes du département.

La route départementale D 68A fait un bref passage au nord de la commune, aucune habitation de la commune ne la longe. Elle fait la liaison entre Bâgé-le-Châtel et Replonges en passant par Mons, lieu-dit de celle-ci.

Échangeur entre l'A40 et l'A406.

Deux autoroutes traversent le village, reliées sur le territoire communal par un échangeur.

L'autoroute A40 (Mâcon - Genève), portion de la Route Centre-Europe Atlantique Bordeaux/Nantes - Annemasse, sépare La Croisée du reste du territoire. Avant la construction de l'autoroute A406 en 2011, deux aires de repos étaient placées à Saint-André, L'Étang Quinard dans le sens Mâcon-Chamonix et Saint-André-de-Bâgé dans le sens inverse. Pour accéder à l'autoroute, il faut prendre la gare de péage de Mâcon-Est à Replonges, à la frontière de la commune.

L'autoroute A406 est une autoroute reliant l'A40 et l'A6 et qui permet aux usagers de gagner un quart d'heure pour aller à Mâcon Sud en évitant le centre. Afin d'accéder au contournement de Mâcon, il suffit de se rendre à la gare de péage de Crottet en prenant la RD 1179, voie reliant cette gare à celle de Mâcon-Est. Cette autoroute permet d'accéder à l'A6 en direction de Lyon.

Avant la construction de cette dernière, l'autoroute A40 possédait deux aires de repos à Saint-André : L'Étang Quinard dans le sens Mâcon-Chamonix et Saint-André de Bagé dans l'autre sens.

Transport ferroviaire[modifier | modifier le code]

Entre 1911 et 1913, la ligne de Bourg à Replonges, gérée par la Compagnie des Tramways de l'Ain et longue de 75km[2],[3], fut construite pour assurer des liaisons entre les préfectures de l'Ain et de Saône-et-Loire. Une gare était érigée le long de la route départementale D28. Victime du progrès, la ligne fermera en 1937.

Le vers midi, un train de matériaux en direction de Saint-Laurent-sur-Saône, dérailla dans le village à 800 mètres avant la station.[3] La locomotive se renverse sur le côté gauche et le wagon suivant qui était chargé de 10 tonnes de pierre, déraille également sans se renverser.

Aujourd'hui, aucune voie ferrée ne traverse la commune mais quelques-unes sont situées à proximité.

Transport en commun[modifier | modifier le code]

Arrêt Mairie.

La commune est reliée au réseau départemental des bus réseau car.ain.fr. Deux lignes desservent la commune.

  • La ligne 155 a un arrêt le bourg, l'arrêt Mairie. Il est situé le long de la route départementale D28 et n'est desservi que dans le sens Mâcon - Pont-de-Vaux.
  • La ligne 118 possède un arrêt dans le quartier de La Croisée le long de la RD 1079 (arrêt Croisée de Bâgé). Cet arrêt assure la liaison entre Mâcon et Bourg-en-Bresse dans les deux sens.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée du village.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Deux parties forment le nom de la commune. La première, Saint-André, se réfère au saint protecteir de l'église du village. La seconde partie fait référence à l'appartenance du village au territoire. des seigneurs de Bâgé qui y avaient fait édifié leur église.

Anciens noms[modifier | modifier le code]

La première mention du village date de 937 dans le cartulaire de Saint-Vincent-de-Mâcon où Sancti Andrée est mentionné[5]. En 1271, on trouve le nom de Sancti Andreae Baugiaei. D'après les archives de l'Ain, Sainct Andre de Baugé est le nom pour se référer au village vers 1572. En 1670, Saint André de Baugé est le nom utilisé selon l'enquête Bouchu. On trouve Saint André de Bagé en 1793 selon les sources de Cassini.

Durant la Révolution française, afin d'ôter toute référence à la religion, le village devient La Giraudière[6]. Saint-André-de-Bâgé redevient le nom usuel au début du XIXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au IXe siècle, Saint-André formait une seigneurie possédée par un certain Odremar.

Au XIe siècle, les sires de Bâgé acquièrent cette seigneurie et vont donner à l'abbé de Tournus en 1074 la chapelle de Saint-André et les charger de construire une église et d'y établir un prieuré. On a alors durant le Moyen Âge trois paroisses se sont formées sur le territoire des seigneurs de Bâgé : Bâgé-le-Châtel autour de son château, Saint-André où les sires avaient édifié leur église et Bâgé-la-Ville, la paroisse la plus importante par sa population.

En 1601, après la fin de la guerre franco-savoyarde qui se termine par le Traité de Lyon, Saint-André-de-Bâgé appartient à la France avec l'acquisition de celle-ci de la Bresse, du Bugey, du Valromey et du pays de Gex. Elle est par la suite intégrée à la province bourguignonne.

Jusqu'en 1789, Saint-André va dépendre du marquisat de Bâgé. Entre 1790 et 1795, la commune était une municipalité du canton de Bâgé-le-Châtel, elle dépendait du district de District de Pont-de-Vaux.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Façade de la mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Lors des conseils municipaux, le maire est entouré de ses quatre adjoints et de ses quatorze autres conseillers municipaux.

Maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 André Josserand    
mars 2008 en cours Daniel Clère DVG Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau annonçant le jumelage.
Localisation des villes jumelées avec Saint-André-de-Bâgé.
Localisation de la ville
Saint-André-de-Bâgé

La communauté de communes du pays de Bâgé dont la commune fait partie est jumelée avec la commune de Bad Waldsee localisée au sud de la Bavière (Drapeau : Allemagne Allemagne) depuis 1991[7].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 726 habitants, en augmentation de 28,95 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
156 148 151 188 177 200 223 220 218
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
201 190 187 186 196 197 205 181 174
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
164 170 163 151 143 136 143 139 141
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
145 163 257 391 437 507 555 700 726
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006 [11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

École Charles Perrault.

L'école du village est l'école Charles Perrault. Elle forme un RPI avec celle de Bâgé-le-Châtel depuis 2009[12].

En entrant en 6e, les élèves rejoignent le collège Roger-Poulnard à Bâgé-la-Ville, du nom de son créateur. Il accueille les élèves du pays de Bâgé même si certains élèves se dirigent au collège privé Saint-Charles de la commune de Feillens. Après la fin de leur scolarité au collège, les élèves peuvent intégrer le lycée René Cassin à Mâcon qui est le lycée de secteur.

Sports[modifier | modifier le code]

Club house du TCTBD.
  • L'ASTBD (Association sportive des trois Bâgé Dommartin), plus souvent appelée AS Bâgé, est une association de football regroupant les villages de Bâgé-la-Ville, Bâgé-le-Châtel, Saint-André-de-Bâgé et Dommartin. Le club reçoit ses adversaires au terrain d'honneur de Bâgé-le-Châtel.
  • Le Tennis club des 3 Bâgé Dommartin est une association de tennis regroupant les mêmes communes que pour l'ASTBD. Les courts sont situés sur le territoire communal.
  • Au lieu-dit La Giraudière se trouve un centre équestre qui propose la pratique de l'équitation.

Médias[modifier | modifier le code]

  • Le journal le Progrès propose une édition locale aux communes de l'Ain. Il paraît du lundi au dimanche et traite des faits divers, des évènements sportifs et culturels au niveau local, national, et international.
  • Le journal Voix de l'Ain est un hebdomadaire publié les vendredis qui propose des informations locales pour les différentes régions du département de l'Ain.
  • La chaîne France 3 Rhône Alpes Auvergne est disponible dans la région.

Sécurité[modifier | modifier le code]

Panneau Voisins vigilants.

La commune participe au dispositif Voisins vigilants depuis 2015[13].

Économie[modifier | modifier le code]

Même si le village est plutôt une cité dortoir puisqu'elle n'accueille aucun commerce mis à part un bar tabac à La Croisée, Saint-André possède deux zones d'activités sur son sol. Situées de part et d'autre de la route D 1079, elles regroupent les entreprises de la commune.

  • La zone d'activités des Teppes est coincée entre l'A40 et la route départementale, une partie est située sur le territoire de Crottet
  • La zone d'activités de la Croisée, plus récente, se situe au sud de la zone précédente.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts.

L'église Saint-André de Saint-André-de-Bâgé fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques[14] depuis 1840. Cette édifice de style roman construit dans la première moitié du XIIe siècle possède un clocher hexagonal. À l'intérieur se trouve une pierre tombale qui attire la curiosité, c'est celle qui indiquerait la tombe du bourreau de Bâgé. On peut y voir une hache et un grand couteau gravés[15].

Autour de cette église se trouve le cimetière de la commune et de Bâgé-le-Châtel.

Vers la Croisée se trouvait autrefois une commanderie des Templiers. Après leur départ sont nées des légendes de trésors cachés, la commune recèlerait un trésor des Templiers. Le lieu-dit communal Le Trésor l'attesterait.

En face de l'école communale trône un monument érigé en l'honneur des soldats de la commune tombés au combat pour la France.

Derrière les terrains de tennis se trouve la salle des fêtes. Inaugurée en 2012 pour le banquet des conscrits[16], différents événements locaux se déroulent en ces lieux.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les spécialités culinaires sont celles de la région bressane, c'est-à-dire la volaille de Bresse, les gaudes, la galette bressane, les gaufres bressanes, la fondue bressane[17].

La commune se situe dans l'aire géographique de l'AOC Crème et beurre de Bresse[18] et de l'AOC Volailles de Bresse[19]. Elle a aussi l'autorisation de produire le vin IGP Coteaux de l'Ain (sous les trois couleurs, rouge, blanc et rosé)[20].

Événements[modifier | modifier le code]

Tous les ans à la fin du mois d'août, l'église romane accueille une exposition d'art[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1981-2010)
  2. Informations données dans le bâtiment de l'ancienne gare de Bâgé-la-Ville.
  3. a et b Il y a 100 ans le tram arrivait en gare de Marsonnas, sur marsonnas.fr.
  4. Dépliant PDF de la ligne Mâcon-Bourg-Ambérieu.
  5. Dictionnaire topographique de Philipon p. 367 sur archives-numerisees.ain.fr
  6. Noms révolutionnaires des communes du département de l'Ain, sur ain-genealogie.fr.
  7. Annuaire des communes jumelées.
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Bâgé-le Châtel / Saint André - Élus et parents d'élèves se mobilisent, une classe menace de fermer., sur lejsl.com.
  13. Saint-André-de-Bâgé - Les panneaux voisins vigilants ont été installés, sur leprogres.fr
  14. « Notice no PA00116541 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Histoire de Saint-André-de-Bâgé », sur ccpaysdebage.fr (consulté le 26 octobre 2016)
  16. Saint-André-de-Bâgé - Les conscrits ont inauguré la nouvelle salle des fêtes, sur lejsl.com.
  17. Bourg-en-Bresse, ville départ, sur letour.fr.
  18. Aire géographique de l'AOC Crème de Bresse.
  19. Aire géographique de l'AOC Volaille de Bresse.
  20. « Saint-André-de-Bâgé, commune viticole », sur Vin Vigne (consulté le 3 juin 2016).
  21. Saint-André-de-Bâgé - Plus de 1000 visiteurs à l'exposition estivale d'art, sur leprogres.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]