Saint-André-de-Bâgé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-André et Bagé.
Saint-André-de-Bâgé
La mairie.
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Replonges
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Bâgé
Maire
Mandat
Daniel Clere
2014-2020
Code postal 01380
Code commune 01332
Démographie
Gentilé Bagésiens
Population
municipale
700 hab. (2013)
Densité 259 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 18′ 11″ N 4° 55′ 28″ E / 46.3031, 4.924446° 18′ 11″ Nord 4° 55′ 28″ Est / 46.3031, 4.9244
Altitude Min. 183 m – Max. 212 m
Superficie 2,7 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain (département)

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Saint-André-de-Bâgé

Géolocalisation sur la carte : Ain (département)

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Saint-André-de-Bâgé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Bâgé

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-André-de-Bâgé

Saint-André-de-Bâgé est une commune française située dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants s'appellent les Bagésiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan de la commune.

Commune située dans la plaine de la Bresse, à 7 km à l'est de Mâcon. La sortie 3 de l'autoroute A40 est sur le territoire communal.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Saint-André-de-Bâgé
Replonges Bâgé-la-Ville Bâgé-le-Châtel
Replonges Saint-André-de-Bâgé Bâgé-la-Ville
Crottet Crottet Saint-Jean-sur-Veyle

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Climatologie[modifier | modifier le code]

Climat tempéré à légère tendance continentale.

Le village de Saint-André-de-Bâgé a les relevés de Mâcon qui est dû à sa proximité (7 km), voici les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon-Charnay 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon-Charnay (1961-1990)[1]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Routes[modifier | modifier le code]

Transport en commun[modifier | modifier le code]

  • La commune est reliée au réseau départemental des bus se nommant réseau car.ain.fr. Deux arrêts sont installés dans la commune. L'un est localisé dans le bourg (Arrêt Mairie) le long de la route départementale D28 intégré à la ligne 155 (Sens Mâcon - Pont-de-Vaux). L'autre arrêt de la ligne 118 est situé dans le quartier de La Croisée le long de la RD 1079 (arrêt Croisée de Bâgé). Cet arrêt assure la liaison entre Mâcon et Bourg-en-Bresse dans les deux sens.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 André Josserand    
mars 2008 en cours Daniel Clère DVG Retraité de l'enseignement
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune comptait 700 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
156 148 151 188 177 200 223 220 218
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
201 190 187 186 196 197 205 181 174
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
164 170 163 151 143 136 143 139 141
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
145 163 257 391 437 507 555 700 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique

Médias[modifier | modifier le code]

  • Le journal le Progrès propose une édition locale aux communes de l'Ain. Il paraît du lundi au dimanche et traite des faits divers, des évènements sportifs et culturels au niveau local, national, et international.
  • Le journal Voix de l'Ain est un hebdomadaire publié les vendredis qui propose des informations locales pour les différentes régions du département de l'Ain.
  • La chaîne France 3 Rhône Alpes Auvergne est disponible dans la région.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-André de Saint-André-de-Bâgé fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques[4]. C'est une église romane construite dans la première moitié du XIIe siècle. Elle possède un clocher hexagonal.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Saint-Cyr-sur-Menthon
Localisation de la ville
Saint-André-de-Bâgé

La communauté de communes du pays de Bâgé dont la commune fait partie est jumelée avec la commune de Bad Waldsee localisée au sud de la Bavière (Drapeau : Allemagne Allemagne) depuis 1991[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]