Fleurville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fleurville
Fleurville
Le château.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Mâcon
Canton Hurigny
Intercommunalité Communauté de communes Mâconnais - Tournugeois
Maire
Mandat
Patricia Clément
2014-2020
Code postal 71260
Code commune 71591
Démographie
Population
municipale
512 hab. (2016 en augmentation de 5,57 % par rapport à 2011)
Densité 131 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 26′ 44″ nord, 4° 52′ 53″ est
Altitude Min. 168 m
Max. 205 m
Superficie 3,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Fleurville

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Fleurville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fleurville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fleurville
Liens
Site web communedefleurville.e-monsite.com

Fleurville est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait désormais partie du canton d'Hurigny, après avoir appartenu au canton de Lugny jusqu'en 2015.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fleurville est une commune du Haut-Mâconnais située en Val de Saône.

Elle est desservie par le chemin de fer avec la gare de Fleurville - Pont-de-Vaux sur la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montbellet Rose des vents
Viré N Pont-de-Vaux (Ain)
O    Fleurville    E
S
Saint-Albain Reyssouze (Ain)

Histoire[modifier | modifier le code]

A Fleurville a longtemps fonctionné une école de hameau, à l'époque où Fleurville appartenait à la commune de Vérizet (école construite en 1911)[1].

1993 : fondation de la communauté de communes du Mâconnais-Val de Saône (avec Montbellet et Viré). A cette première communauté de communes a succédé, le 1er janvier 2003, la Communauté de communes du Mâconnais - Val de Saône, ayant son siège à Lugny et résultant de la fusion de trois intercommunalités (celles du Haut-Mâconnais, de la Haute-Mouge et du Mâconnais-Val de Saône).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1989 mars 2008 François Vacant    
mars 2008 en cours Patricia Clément    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants de Fleurville s'appellent les Fleurvillois.


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1954. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2016, la commune comptait 512 habitants[Note 1], en augmentation de 5,57 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011
352340304332455485471473485
2016 - - - - - - - -
512--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Culte[modifier | modifier le code]

Fleurville appartient à l'une des sept paroisses composant le doyenné de Mâcon (doyenné relevant du diocèse d'Autun) : la paroisse Notre-Dame-des-Coteaux en Mâconnais, paroisse qui a son siège à Lugny (avec le père Bernard Blondaux pour curé) et qui regroupe la plupart des villages du Haut-Mâconnais.

C'est un peu avant la dernière guerre que Fleurville (qui était alors un hameau de Vérizet) fut définitivement rattaché à la paroisse de Lugny pour le culte (suite à la création de la communauté pastorale de Lugny, fondée à l'initiative de monseigneur Joseph Robert).

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Sophie de Réan, la jeune aristocrate du roman Les malheurs de Sophie, vit avec sa famille dans leur manoir de Fleurville.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrage traitant de la révolte des Brigands en Haut-Mâconnais en 1789[modifier | modifier le code]

  • « La ronde des « Brigands » en Haut-Mâconnais », Vive 89, 1990. Ouvrage collectif de cent quarante-cinq pages édité par l'association ayant organisé en 1989 dans le canton de Lugny les festivités du bicentenaire de la Révolution française.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Alain Dessertenne, Les écoles de hameaux en Saône-et-Loire, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 145 de mars 2006, pages 14 à 18.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. Source : « Les petits tacots sont morts... Que vivent les petits tacots ! », article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 20 de décembre 1973, pp. 29-30

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :