Jules Migonney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jules Migonney
Image dans Infobox.
Jules Migonney, Autoportrait,
musée municipal de Bourg-en-Bresse.
Naissance
Décès
(à 53 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement
Influencé par

Jules Migonney né le à Bourg-en-Bresse et mort le à Paris[1] est un peintre et graveur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vénus mauresque (1922), gravure sur bois.

Jules Migonney étudie à l'École nationale des beaux-arts de Lyon, puis il devient élève de Jean-Baptiste Poncet, passe chez Léon Bonnat à Paris et à l'atelier d'Eugène Carrière. Il obtient le prix Abd-el-Tif en 1909 et travaille avec notamment Léon Carré, Paul Jouve, Charles Dufresne et Léon Cauvy. Il est célèbre pour ses vues de Kabylie, ses études de Ghidzanes et Mauresques, il travaille plusieurs années en Algérie. De santé fragile, il se suicide le après avoir écrit  : « j'ai tout sacrifié à l'art, il me tue[réf. nécessaire] ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Plusieurs de ses tableaux sont conservés dans les musées d'Alger, au musée municipal de Bourg-en-Bresse et au musée national d'Art moderne à Paris.

Jules Migonney a fourni plusieurs modèles à l'École nationale d'art décoratif d'Aubusson. Lors de l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925 à Paris, l'ENAD d'Aubusson présente sur son stand au Grand Palais, un écran de cheminée avec une baigneuse, tapisserie d'Aubusson tissée en 1923 et montée sur un bois de l'ébéniste Fernand Nathan.

Ses bois gravés s'inscrivent dans la lignée de ceux de Félix Vallotton.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jules Migonney », sur portraits-monuments-ain.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]