Jules Migonney

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jules Migonney
Naissance
Décès
(à 53 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement

Jules Migonney, né le à Bourg-en-Bresse et mort le par suicide à Paris[1], est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vénus mauresque par Jules Migonney.

Il étudie à l'École nationale des beaux-arts de Lyon, puis il devient élève de Jean-Baptiste Poncet, passe chez Léon Bonnat à Paris et à l'atelier Carriere. Il obtient le prix Abd-el-Tif en 1909, et travaille avec notamment Léon Carre, Jean Jouve, Charles Dufresne et Léon Cauvy. Il est célèbre pour ses vues de Kabylie, ses études de Ghidzanes et Mauresques, il travaille plusieurs années en Algérie. De mauvaise santé, il se suicide le après avoir écrit : « j'ai tout sacrifié à l'art, il me tue ».

Œuvres[modifier | modifier le code]

Plusieurs de ses tableaux sont exposés dans les musées d'Alger, de Brou (Bourg-en-Bresse), et au Centre Georges-Pompidou.

Jules Migonney a fourni plusieurs modèles à l'École nationale d'art décoratif d'Aubusson. Lors de l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs de 1925 à Paris, l'ENAD d'Aubusson présente sur son stand au Grand Palais, un écran de cheminée avec une "baigneuse", tapisserie d'Aubusson tissée en 1923 et montée sur un bois de Fernand Nathan, ébéniste.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Jules Migonney », sur portraits-monuments-ain.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • AN : F21/4247
  • Tristan Klingsor, Jules Migonney, l'Art et les Artistes, Paris janvier 1926
  • L. Deshairs, Jules Migonney, Paris Éditions Albert Levy 1931
  • Élisabeth Cazenave, la Villa Abd el Tif, un demi-siècle de vie artistique en Algérie pages 280 à 284, 1998 (ISBN 2-9509861-1-0)
  • Les Artistes de l'Algérie, dictionnaire des peintres, sculpteurs, graveurs, 1830-1962, Bernard Giovanangeli Éditeur, 2001,