Canton de Lugny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Canton de Lugny
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement(s) Arrondissement de Mâcon
Chef-lieu Lugny
Conseiller général
Mandat
André Peulet
2011-2014
Code canton 71 25
Démographie
Population 8 642 hab. (2010)
Densité 60 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 27′ 28″ nord, 4° 49′ 29″ est
Superficie 144,94 km2
Subdivisions
Communes 16

Le canton de Lugny est une ancienne division administrative française située dans le département de Saône-et-Loire et la région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce canton de l'arrondissement de Mâcon était organisé autour de Lugny, son chef-lieu, petite capitale du Haut-Mâconnais. Son altitude variait de 168 mètres (à Saint-Albain) à 550 mètres (à Azé) pour une altitude moyenne de 235 mètres.

Il était borné par les cantons suivants : le canton de Tournus au nord, le canton de Pont-de-Vaux (Ain) à l'est, le canton de Mâcon-Nord au sud, le canton de Cluny et le canton de Saint-Gengoux-le-National à l'ouest.

Du point de vue du relief, le canton de Lugny était caractérisé à l'ouest par une longue vallée sèche longitudinale inclinée vers le sud, au terrain marneux couvert de vignes (Cruzille, Bissy-la-Mâconnaise, Saint-Gengoux-de-Scissé et Azé). Son centre correspondait, quant à lui, à une zone compartimentée dont l'exposition était, elle aussi, des plus favorables à la culture de la vigne, notamment dans les secteurs de Lugny et de Viré. L'est du canton (Montbellet, Fleurville, Saint-Albain, La Salle) prenait la forme d'une terrasse qui, bordée par la Saône, était le lieu de passage de plusieurs grands axes de communication : la route nationale 6 (aujourd'hui départementalisée), l'autoroute A6 et la ligne ferroviaire Paris-Lyon-Méditerranée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le monument élevé à Lugny en 1909 à la mémoire des soldats du canton morts en 1870 et 1871.

Pendant toute l'époque révolutionnaire, le canton de Lugny ne totalisa que douze communes : Azé, Bissy-la-Mâconnaise, Burgy, Clessé, Cruzille, Lugny (son chef-lieu), Péronne, Saint-Albain, Saint-Gengoux-de-Scissé, Saint-Maurice-des-Prés, Vérizet et Viré.

Les communes de Chardonnay, de Grevilly et de Montbellet appartenaient alors au canton de Tournus, La Salle à celui de Charnay-lès-Mâcon et Satonnay (dénommée « Saint-Maurice-de-Satonnay » depuis mars 1861, à la suite de la réunion par décret des communes de Saint-Maurice-des-Prés et de Satonnay) à celui de Saint-Sorlin.

La commune de Bray, du canton de Salornay-sur-Guye de 1790 à 1801, entrée à cette date dans celui de Lugny, est passé dans celui de Cluny en 1839.

Camille Ragut, dans sa Statistique du département de Saône-et-Loire publiée à Mâcon en 1838, présente le canton de Lugny comme suit : « Il compte une population de 12676 hab. (1831, 12465 hab.), 3210 maisons, et se compose de dix-huit communes [...]. Sa superficie, cadastrée en 1808 et 1809, est de 15434 hect., dont 5205 en terres labourables, 3974 en bois, 2776 en vignes, 1973 en prés, 820 en friches, etc. Ce canton compte en outre 38 usines, 360 patentables, 6200 propriétaires et 87052 parcelles de propriétés. »

Un demi-siècle plus tard, en 1892, le canton de Lugny, dans sa configuration définitive à seize communes, totalisait 9152 habitants, pour une superficie de 14452 hectares.

Le canton de Lugny a cessé d'exister en 2015, à la suite du redécoupage des cantons français défini par la loi du 17 mai 2013 (décrets d'application publiés en février et mars 2014). En partie démembré (les communes de Chardonnay et de Grevilly ayant été rattachées au canton de Tournus), il a fusionné avec le canton d'Hurigny.

À la fin du mois de juillet 1789, la plupart des communes composant ce canton furent l'objet des exactions des « Brigands », paysans révoltés qui, pendant la Grande Peur, se révoltèrent en Mâconnais, s'adonnant à des brigandages contre les châteaux et les propriétés ecclésiastiques, symboles de l'Ancien Régime. Le château de Lugny, propriété de Florent-Alexandre-Melchior de La Baume (1736-1794), comte de Montrevel et dernier seigneur de Lugny, fut ainsi le premier du Mâconnais à être incendié par ces « Brigands » (nuit du lundi 27 au mardi 28 juillet).

Les communes du canton, cadastrées en 1808 et 1809, figurent parmi les premières de France à avoir été cadastrées. La superficie du canton fut alors évaluée à quinze mille quatre cent trente-quatre hectares – quatre-vingt-sept mille cinquante-deux parcelles de propriété – dont cinq mille deux cent cinq hectares de terres labourables, trois mille neuf cent soixante-quatorze hectares de bois, deux mille sept cent soixante-seize hectares de vignes, mille neuf cent soixante-treize hectares de prés et huit cent vingt hectares de friches.

Mai 1972 : création du Syndicat intercommunal à vocation multiple (SIVOM) du canton de Lugny (siège en mairie de Lugny), regroupant les communes d'Azé, Bissy-la-Mâconnaise, Burgy, Chardonnay, Clessé, Cruzille, Fleurville, Grevilly, Lugny, Montbellet, Péronne, Saint-Gengoux-de-Scissé, Saint-Maurice-de-Satonnay et Viré, avec pour objet : la couverture des dépenses d'investissement et de fonctionnement du collège de Lugny, la réalisation d'une maison de retraite, la création et le fonctionnement de tous services sociaux (tels que dispensaire, aide à domicile par exemple), la réalisation de travaux d'assainissement, le ramassage d'ordures ménagères et l'entretien de la voirie communale[1].

Conséquence du décret du 18 février 2014 « portant délimitation des cantons dans le département de Saône-et-Loire » résultant de l'application des lois du (loi organique 2013-402 et loi 2013-403)[2], ce canton, après 225 années d'existence, a cessé d'exister, la quasi-totalité de ses communes ayant été rattachées au canton voisin d'Hurigny (à l'exception notable des communes de Grevilly et de Chardonnay qui, elles, ont été rattachées au canton de Tournus).

Administration[modifier | modifier le code]

Conseillers généraux de 1833 à 2015[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers généraux successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833 1842 M. Dupuis Républicain Propriétaire à Péronne
1842 1848 Benoît
Baron Chapuys de Montlaville
(1800-1868)
Opposition
antidynastique
Sénateur (1834-1848), maire de Chardonnay
1848 1852 Justin Philibert Franon
(1815-1876)
Républicain Avocat
Notaire à Marcilly (Le Martrat)
Juge de paix à Lugny et à Matour
Directeur de la tuilerie de Saint-Romain-des-Iles (aujourd'hui Saint-Symphorien-d'Ancelles)
Propriétaire à Lugny
1852 1855 Jean-Baptiste Villars   Avocat
Maire de Mâcon (1852-1858)
1855 1868
(décès)
Baron Benoît
Chapuys de Montlaville[3]
  Maire de Chardonnay
Député de Saône-et-Loire(1833-1848)
Préfet de l'Isère
Préfet de la Haute-Garonne
Sénateur (1853-1868)
Historien
1868 1871 Louis-Nicolas Lacroix Républicain Avocat, juge de paix, magistrat
Préfet de Saône-et-Loire en 1871
1871 1901 Jean-Marie Bouilloud Républicain
puis
Rad.
Propriétaire
Maire de Bissy-la-Mâconnaise puis de Lugny
1901 1922
(décès)[4]
Eugène Danjou Républicain Docteur en médecine à Azé. Décédé à Chalon-sur-Saône.
1922 1940
(guerre)
Eugène Blanc SFIO Propriétaire
Président-fondateur de la coopérative vinicole de Lugny
Maire de Lugny
1945 1950
(décès)
Joanny Huet
(1886-1950)
SFIO Cultivateur-viticulteur
Maire de Clessé, ancien conseiller d'arrondissement
Membre du Comité départemental de Libération
1951 1967 Nicolas Ducher
(1883-1975)
SFIO Viticulteur
Maire de Péronne (1935-1971)
1967 1994
(décès)
René Boudier RI puis DVD Président de la cave coopérative de Viré
Adjoint au maire puis maire de Viré
1994 2004 Gilbert Mornand PS Viticulteur
Maire de Clessé
2004 2015 André Peulet[5] PS Viticulteur, adjoint au maire de Viré
Membre de la commission permanente
Président de la commission "Agriculture et forêt"
Elu en 2015 dans le Canton d'Hurigny

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les conseillers départementaux furent nommés par le Gouvernement de Vichy.

Conseillers d'arrondissement (de 1833 à 1940)[modifier | modifier le code]

Liste des conseillers d'arrondissement successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1833   Paul Margue
(1786-1867)
  Notaire, propriétaire à Salornay-sur-Guye
1934 1940 Joanny Huet SFIO Viticulteur , maire de Clessé (1925-1941)
1940       Les conseils d'arrondissement ont été suspendus par la loi du 12 octobre 1940
et n'ont jamais été réactivés
Les données manquantes sont à compléter.

Composition[modifier | modifier le code]

Le canton de Lugny groupait seize communes et comptait 8 267 habitants en 2007 (sans doubles comptes). Ces communes étaient les suivantes : Azé, Bissy-la-Mâconnaise, Burgy, Chardonnay, Clessé, Cruzille, Fleurville, Grevilly, Lugny (chef-lieu du canton), Montbellet, Péronne, Saint-Albain, Saint-Gengoux-de-Scissé, Saint-Maurice-de-Satonnay, La Salle et Viré.

Communes Population
(2012)
Code
postal
Code
Insee
Azé 940 71260 71016
Bissy-la-Mâconnaise 177 71260 71035
Burgy 90 71260 71066
Chardonnay 162 71700 71100
Clessé 700 71260 71135
Cruzille 231 71260 71156
Grevilly 37 71700 71226
Lugny (chef-lieu) 798 71260 71267
Montbellet 654 71260 71305
Péronne 454 71260 71345
Saint-Albain 435 71260 71383
Saint-Gengoux-de-Scissé 531 71260 71416
Saint-Maurice-de-Satonnay 346 71260 71460
La Salle 440 71260 71494
Viré 954 71260 71584
Fleurville 471 71260 71591

Démographie[modifier | modifier le code]

Depuis 1962, les données statistiques relatives à la population du canton de Lugny sont les suivantes :

1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007
5 7866 2056 0716 7407 1187 4208 267
Nombre retenu à partir de 1962 : population sans doubles comptes.
Population municipale à partir de 2006
(Sources : INSEE et cassini)

Personnalités liées aux communes appartenant au canton[modifier | modifier le code]

Parmi les personnalités attachées au canton de Lugny figurent entre autres l'as de la Première Guerre mondiale Bernard Barny de Romanet, Eugène Blanc, Henri Boulay, le baron Benoît-Marie-Louis-Alceste Chapuys de Montlaville, le pionnier de l'aviation Louis Janoir, monseigneur Joseph Robert et l'écrivain Emile Violet.

Bernard de Romanet près de son biplan Spad, en 1920.
  • Bernard Barny de Romanet, né le 28 janvier 1894 à Saint-Maurice-de-Satonnay, fut l'un des plus glorieux as français de la Première Guerre mondiale avec dix-huit victoires officielles remportées entre mai 1917 et octobre 1918[6].
  • Eugène Blanc, né le 27 janvier 1876 à Lugny et décédé le 29 janvier 1964 à Lugny, maire de Lugny et conseiller général du canton de Lugny pendant une trentaine d'années, joua dans les années 1920 et 1930 un rôle de premier plan dans la création et le développement du mouvement coopératif vinicole en Mâconnais.
  • Henri Boulay, né le 14 juillet 1889 à Saint-Gengoux-de-Scissé et décédé le 7 octobre 1942 à Mâcon, est un homme politique français qui fut élu député S.F.I.O. de Saône-et-Loire dans les années 1930.
  • Le baron Benoît-Marie-Louis-Alceste Chapuys de Montlaville, né le 19 septembre 1800 à Tournus et décédé le 9 février 1868 à Chardonnay, fut maire de Chardonnay et par ailleurs conseiller général du canton de Lugny (1855-1868). Surtout, après avoir été député de Saône-et-Loire (1833-1848), il fut nommé préfet de l'Isère puis de la Haute-Garonne, et entra au Sénat par décret impérial du 4 mars 1853, chambre où il siégea jusqu'à sa mort. Historien, il était officier d'académie et grand-officier de la Légion d'honneur.
Monseigneur Joseph Robert à Rome, sur la place Saint-Pierre, en 1979.
  • Monseigneur Joseph Robert, né le 12 avril 1898 à Besançon, prêtre formé à Rome (au séminaire pontifical français, où il fut séminariste de 1920 à 1927), fut nommé curé de Lugny en 1935 (après l’avoir été quelques années à Briant). Il y fonda cette même année la « communauté de prêtres de Lugny », communauté qui, créée au cœur du Mâconnais, dans une région particulièrement déchristianisée, fut le premier groupe communautaire de prêtres du diocèse d’Autun (groupe qui devait notamment déboucher, après guerre, sur la création d’une école puis d’un collège, ainsi que sur l'ouverture d'un centre d'organisation de pèlerinages). Curé-archiprêtre de Lugny, auteur d’un catéchisme (« Mon premier catéchisme » publié peu avant la guerre et plusieurs fois réédité), Joseph Robert, qui avait été fait chanoine honoraire de la cathédrale Saint-Lazare d’Autun par monseigneur Lucien-Sidroine Lebrun en 1946, mourut le 16 mars 1987 à l'hôpital de Chambéry. Il repose au cimetière de Digoin[7].
  • Louis Janoir, né le 2 août 1883 à Lugny et décédé en 1968, fut un pionnier de l'aviation. Breveté pilote en 1911, il participa à de nombreuses compétitions aériennes. Après un séjour en Russie (1914-1916), cet ingénieur diplômé de l'Ecole nationale des arts et métiers de Châlons-sur-Marne (1901) intégra la société de construction d'avions SPAD, Il fonda en 1917 les ateliers d’aviation Janoir (construction de chasseurs Spad), puis les chantiers aéro-maritimes de la Seine.
  • Emile Violet, né le 3 avril 1877 à Clessé et décédé le 26 mars 1965 à Mâcon, est un écrivain local qui s'intéressa beaucoup au Mâconnais.
La chanteus Lys Gauty, en 1934.
Olivier de Benoist en 2012.
  • Olivier de Benoist, né en 1974 à Reims, est un comédien, humoriste et magicien dont la famille réside à Grevilly ; il est ailleurs auteur de deux ouvrages en bandes dessinées intitulés Le dernier rempart à la dictature des femmes, en association avec Olivier Saive (dessinateur) et Vincent Leroy (scénariste), parus chez Bamboo éditions, 2012.
  • Vincent Dedienne, né le 2 février 1987 à Mâcon, est un comédien, auteur et humoriste français qui a passé son enfance à Cruzille.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le vignoble du Haut-Mâconnais se découvre en empruntant l'un des six circuits de la Route des vins Mâconnais-Beaujolais créée en 1986 : le circuit numéro 2, boucle d'une soixantaine de kilomètres dont les neuf étapes sont : Lugny, Burgy, Viré, Fleurville, Saint-Albain, Clessé, Péronne, Saint-Gengoux-de-Scissé et Bissy-la-Mâconnaise.

La quasi-totalité des communes du canton de Lugny (toutes sauf celles de Saint-Maurice-de-Satonnay, Péronne et La Salle) appartenaient au pays d'art et d'histoire « entre Cluny et Tournus », labellisé en 2010 par le ministère de la Culture.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Chose assez rare : le canton de Lugny a été jumelé à un autre canton, celui de Saint-Jean-de-Monts en Vendée en l'occurrence.

Festivités[modifier | modifier le code]

La Saint-Vincent cantonale, manifestation très prisée de la population et du public, est la fête des viticulteurs du Haut-Mâconnais. Organisé chaque année dans une commune différente – à Chardonnay en 2012, à Clessé en 2011, à Saint-Gengoux-de-Scissé en 2010, à Saint-Maurice-de-Satonnay en 2008, à Péronne en 2007, à Lugny en 2006... –, ce rendez-vous annuel est l'occasion pour les viticulteurs particuliers et les caves coopératives du canton de faire déguster les vins tirés de leur dernière récolte. Elle se déroula pour la toute première fois en 1978 à Viré, puis fut organisée en 1979 à Lugny et en 1980 à Azé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par arrêté préfectoral du 19 mai 1972. Adhèrent également au SIVOM pour la vocation scolaire (couverture des dépenses d'investissement et de fonctionnement du CEG de Lugny) les communes de La Salle et de Saint-Albain (canton de Lugny) et celles de Charbonnières, Laizé et Senozan (canton de Mâcon-Nord).
  2. « Loi no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le )
  3. http://www.senat.fr/evenement/archives/D32/chapuys.html
  4. « Journal officiel de la République française. Lois et décrets » Accès libre, sur Gallica, (consulté le ).
  5. http://www.loc-halles-bourgogne.fr/andre-peulet-conseiller-general
  6. Frédéric Lafarge, Un as mâconnais : Bernard Barny de Romanet, revue trimestrielle « Images de Saône-et-Loire » (publiée par l'association Groupe Patrimoines 71), n° 209 de , pages 2 à 5.
  7. Frédéric Lafarge, Monseigneur Joseph Robert (1898-1987), Une communauté missionnaire en Mâconnais : Lugny, Les Foyers communautaires et l'Amicale des anciens élèves de l'école « La Source », Lugny, 2019 (ISBN 978-2-9570533-0-8).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Oursel, Anne-Marie Oursel : « Canton de Lugny - Val d'Azé : communes d'Azé, Bissy-la-Mâconnaise, Cruzille, Saint-Gengoux-de-Scissé », collection Histoire et monuments de Saône-et-Loire (n° 24), Archives départementales de Saône-et-Loire, Mâcon, 1998, 229 p.
  • Raymond Oursel, Anne-Marie Oursel : « Canton de Lugny - Vallon de l'Isérable : communes de Péronne, Saint-Maurice-de-Satonnay », collection Histoire et monuments de Saône-et-Loire (n° 25), Archives départementales de Saône-et-Loire, Mâcon, 1999, 179 p.
  • Ouvrage traitant de la révolte des « Brigands » en Haut-Mâconnais en 1789 : « La ronde des Brigands en Haut-Mâconnais », Vive 89, 1990. Ouvrage collectif de cent quarante-cinq pages édité par l'association ayant organisé en 1989 dans le canton de Lugny les festivités du bicentenaire de la Révolution française.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]