Vonnas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vonnas
La mairie et le monument aux morts.
La mairie et le monument aux morts.
Blason de Vonnas
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Vonnas
Intercommunalité Veyle
Code postal 01540
Code commune 01457
Démographie
Gentilé Vonnassiens
Population
municipale
2 922 hab. (2014)
Densité 164 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 13′ 10″ nord, 4° 59′ 31″ est
Altitude Min. 183 m
Max. 253 m
Superficie 17,81 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Vonnas

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Vonnas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vonnas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vonnas
Liens
Site web vonnas.com

Vonnas (prononcé [vona]) est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes au sud de la Bresse savoyarde et non loin de la Dombes. Elle appartient au canton dont elle est le chef-lieu.

Ses habitants s'appellent les Vonnassiens et les Vonnassiennes[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Vonnas.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Biziat Perrex Mézériat Rose des vents
Saint-Julien-sur-Veyle N Chaveyriat
O    Vonnas    E
S
Sulignat Neuville-les-Dames Chanoz-Châtenay

Localisation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bresse.
Localisation de la commune dans l'Ain et le canton de Vonnas.

Vonnas est une commune française du département de l'Ain dans le sud de la région naturelle de la Bresse, plus particulièrement dans la Bresse savoyarde, à la limite de la région naturelle de la Dombes. Elle se situe à 20 km à l'est de Mâcon, à 22 km à l'ouest de Bourg-en-Bresse, à 64 km au nord de Lyon et à 413 km au sud de Paris. Elle appartient à l'arrondissement de Bourg-en-Bresse et au canton de Vonnas. La commune est traversée par la Veyle et par le Renon.

La population est principalement concentrée au centre du village mais on dénombre d'autres lieux-dits comme Luponnas, Chassin, Namary, Marmont, Laval, Les Platières, Les Plaines.

Points extrêmes[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type semi-continental[2].

Le village de Vonnas a les relevés de Mâcon qui est dû à sa proximité (16 km à vol d'oiseau), voici les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon-Charnay 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon-Charnay (1961-1990)[3]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Veyle au centre-ville.

De nombreux cours d'eau traverse la commune bressane, la plus importante étant la Veyle. Venant de Mézériat avec qui elle forme une partie de la frontière entre les deux communes, ce cours d'eau traverse la commune d'est en ouest en passant par le centre et Luponnas. Durant son chemin, la Veyle forme la frontière nord que Vonnas partage avec Saint-Julien-sur-Veyle ainsi que la totalité de la frontière entre Vonnas et Biziat avant de se diriger à Perrex. Tout au long de son cours dans la commune, la rivière possède trois bras qui forment chacun une île.

Autre cours d'eau assez important, le Renon entre dans la commune par le sud après avoir formé une frontière entre Sulignat et Neuville-les-Dames. En remontant vers le bourg du village, termine son cours dans la Veyle par l'intermédiaire de la rivière morte près du camping communal. Cette dernière est un ruisseau de quelques centaines de mètres se jetant dans la Veyle près du camping, ces deux cours d'eau forment une île où se trouve le champ de foire.

D'autre ruisseaux sont présents à Vonnas mais pas dans le bourg comme le bief d'Arcon qui isole le hameau de Namary du centre. Se jetant dans la Veyle entre la voie ferroviaire et la route départementale D96, ce bief a un affluent qu'est le bief de la Cayotte. Ensuite, on peut citer le bief des Marais Genillon qui prend sa source dans le village de Chaveyriat et se jette dans la Veyle près de Namary.

Enfin se trouve près du château de Béost un plan d'eau portant le nom d'Étang de Béost.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Grands axes de communication de la commune.

Routes[modifier | modifier le code]

Route D80 au hameau de Chassin.

La commune est traversée par de nombreuses routes départementales à commencer par la route départementale 80 qui traverse la commune du nord au sud. Elle permet, par le nord, de rejoindre la ville de Mâcon et les communes de Perrex ou Saint-Cyr-sur-Menthon. En se dirigeant vers le sud, il est possible d'aller vers Lyon ou vers les communes de Neuville-les-Dames, Chanoz-Châtenay et Châtillon-sur-Chalaronne. Au niveau départemental, cette voie relie les communes de Saint-Trivier-de-Courtes au nord et de Villars-les-Dombes au sud.

Autre axe routier traversant le bourg du village, la route départementale 96 traverse la commune d'est en ouest. Elle permet, par l'ouest, de rejoindre les communes de Biziat ou Saint-Julien-sur-Veyle. En se dirigeant vers l'est, il est possible de rejoindre la commune de Chaveyriat. Au niveau départemental, cette voie relie les communes de Cormoranche-sur-Saône à l'ouest et de Vandeins à l'est.

La route départementale 26c est reliée à la D80 et rejoint le nord-est de la commune. Elle permet de rejoindre le centre de Mézériat pour les poids lourds et le quartier de Vaudrenand de Mézériat, là où la voie se termine. De plus, elle permet de rejoindre la route départementale D1079 afin de se diriger vers Bourg-en-Bresse.

Cette voie s'intersecte avec la route départementale 26b qui rejoint le nord-est de la commune. Cette dernière permet de rejoindre le centre de Mézériat pour les véhicules légers, là où la voie se termine.

Enfin, la route départementale 47 est reliée à la D26c et rejoint le nord de la commune. Elle permet de rejoindre la commune de Saint-Genis-sur-Menthon ainsi que l'autoroute A40 en prenant la gare de péage de Saint-Genis. Au niveau départemental, cette voie relie la commune au sud et celle de Chevroux au nord.

Voies ferroviaires[modifier | modifier le code]

La gare de Vonnas.
Article détaillé : Gare de Vonnas.

La commune est traversée par la ligne de Mâcon à Ambérieu. La gare de Vonnas est desservie par des trains TER Rhône-Alpes qui circulent sur la ligne 23, Mâcon - Bourg-en-Bresse - Ambérieu.

Pour rejoindre les grandes villes en train, il faut passer par Mâcon qui est reliée à deux grandes lignes. La plus ancienne, la ligne traditionnelle Paris - Marseille via Dijon passe à Mâcon. La gare de Mâcon-Ville, est desservie par des TER Dijon - Mâcon - Lyon et quelques TGV reliant le nord-est de la France à la Méditerranée.

L'autre gare de Mâcon qu'est la gare de Mâcon-Loché-TGV est traversée par la ligne à grande vitesse Paris - Lyon - Marseille plus connue sous le nom de LGV Sud-Est. Traversant la Saône au sud de Mâcon, elle comporte un raccordement vers la ligne Mâcon - Ambérieu à Grièges avant de traverser le bocage bressan et la plaine dombiste.

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

La Saône, située à une dizaine de kilomètres à l'ouest de Vonnas, marque la frontière ouest du département de l'Ain. Ce cours d'eau est navigable à grand gabarit européen depuis Verdun-sur-le-Doubs jusqu'à Lyon et constitue un axe de transport fluvial important entre l'est et la Méditerranée et est appréciée pour le tourisme fluvial. Mâcon, la ville la plus proche de la commune possède trois ports fluviaux : le port de plaisance, un autre près du quai des Marans et l'Aproport, l'un des ports fluviaux les plus importants de France.

Transport aérien[modifier | modifier le code]

Étant donné la petite taille de la commune, le transport aérien n'y est pas directement présent. Toutefois, la chambre de commerce et d'industrie de Saône-et-Loire gère un petit aéroport à Charnay, au sud-ouest de Mâcon, soit à une quinzaine de kilomètres de Vonnas. Cependant, pour effectuer des vols à l'international, les Vonnassiens doivent se rendre à l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry distant de 80 kilomètres ou bien à l'aéroport de Genève distant de 140 kilomètres pour effectuer des vols vers l'international.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est reliée au réseau TER Rhône-Alpes grâce à la ligne 30 dont un arrêt se situe à la gare ferroviaire. Auparavant et jusqu'en 2011, Vonnas était desservie par le réseau départemental des bus car.ain.fr grâce à la ligne 118[4],[5]. Cette dernière reliait les préfectures de Saône-et-Loire et l'Ain que son respectivement Mâcon et Bourg-en-Bresse. Toutefois, les bus de la ligne ne s'arrêtaient qu'à Vonnas sur la place de l'Église en direction de Bourg.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Centre du village[modifier | modifier le code]

Le centre du village est un mélange de structures anciennes situées dans l'hypercentre et des structures plus récentes en périphérie. Ces bâtiments récents sont localisés dans différents endroits selon la période de construction : les bâtiments du XXe siècle sont principalement localisés au sud de l'hypercentre. Au nord de la voie ferrée, un quartier sorti de terre vers la fin des années 2000 a permis à Vonnas de se développer démographiquement vers le nord.

Périphérie[modifier | modifier le code]

En plus du bourg, Vonnas possède quelques hameaux plus ou moins peuplés qui sont situés la plupart le long des routes départementales. En premier lieu, Luponnas est un hameau du nord-ouest de la commune. Ancienne paroisse devenue commune en 1790, elle est rattachée à Vonnas le [6].

Ensuite, on peut citer Chassin, hameau localisé entre le bourg et Neuville-les-Dames près du château de Béost, Marmont ou encore Namary.

Logement[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Vonnas vient de Volnatis qui aurait été le nom d'un domaine d'origine gallo-romaine[7].

Anciens noms de la commune[modifier | modifier le code]

Panneau d'agglomération de Vonnas.

La plus ancienne trace connue que l'on a du village date de l'époque gauloise sous le nom de Volnatis ou Vulnatis[8].

En 842, le village prend le nom de Vulniacum[9]. Dans les archives du département du Rhône, la commune est mentionnée sous le nom de Vulna en 1150.

Trois siècles plus tard, en 1443, les archives de l'Ain citent Vonna alors que la pancarte des droits de cire notent Vauna en 1495. Cette même source est la première à mentionner le nom actuel de Vonnas en 1548 qui deviendra Vonna en Bresse en 1583 selon les archives de la Côte-d'Or.

Même si on retrouve le nom de Vonnas dans la majeure partie du XVIIe siècle, Vonnaz est quelque fois cité, notamment en 1670 dans l'enquête Bouchu. Ce nom est mentionné une nouvelle fois en 1745 dans les archives de l'Ain.

Après l'absorption de Luponnas par le village, la nouvelle commune prend le nom de Vonaz et Luponaz ou de Vonnas et Luponnaz en 1795. Néanmoins, on retrouve Vonnas dès 1808.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Divers objets attestent de la présence d'hommes dès l'époque préhistorique. Par exemple, huit haches en pierre polie ont été retrouvées dans le bourg et dans les hameaux de Chassin, de Lamboyat, de Namary et de Bézemême[10]. De plus, des tuiles aux Plaines et une médaille de Tibère en argent aux Jacques ont été découvertes. Avant l'arrivée des Romains sur le territoire, le peuple celte des Ambarres dont le nom signifie « vivant des deux (amb) côtés de la Saône (Arar, la Saône) », occupait la région bressane et ses vastes forêts[11].

Vers les années -50, suite à la conquête des Gaules par les Romains, la commune et les territoires l'entourant changent de domination même si les nouveaux occupants ne s'intéressèrent pas particulièrement à cette région marécageuse et boisée. Jules César considérait la Bresse et le Bugey comme une seule région qu'il nommait Insula Gallica[12]. Durant l'Antiquité, la vie du village paraissait riche et prospère si l'on se fie aux vestiges gaulois et romains découverts dans différents endroits de la commune.

Moyen Âge et Renaissance[modifier | modifier le code]

Vue d'une partie du château de Béost.

Dès le Xe siècle, l'importance du village est remarquée puisque ce dernier est le chef-lieu d'un ager jusqu'au XIe siècle[10]. Au XIIIe siècle, on dénombre six châteaux et maisons fortes dont ne restent aujourd’hui que ceux de Béost et Epeyssoles[10].

En 1601, après la fin de la guerre franco-savoyarde qui se termine par le Traité de Lyon, Vonnas appartient à la France avec l'acquisition de celle-ci de la Bresse, du Bugey, du Valromey et du pays de Gex. Elle est par la suite intégrée à la province bourguignonne.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

L'ancienne paroisse de Luponnas, devenue commune de 151 habitants[13],[14], fut rattachée à la commune le [6].

Le , a lieu la mise en service de la ligne de chemin de fer entre Mâcon et Bourg-en-Bresse, par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM)[15]. Cette ligne traverse la commune et dessert la gare de Vonnas.

Stèle des fusillés des Ballufiers.

Durant la Seconde Guerre Mondiale après la signature de l'armistice du 22 juin 1940, le village se trouve dans la zone libre de l'État français dirigé par Pétain. De novembre 1942 jusqu'à l'été 1944, Vonnas passe sous occupation allemande. Durant cette année 1944, plusieurs journées furent tragiques, à commencer par celle du 3 mars qui est marquée par la mort de Jean Lathullière qui fut tué face à l'église paroissiale[16].

L'autre fut plus terrible car elle vit la mort de huit personnes dans la commune, cette journée fut celle du 12 juin[17]. Henri Druguet fut assassiné par les Allemands devant le cimetière[18] tandis que Claude Boulivan, Clément Monachon et Georges Vavrille tombaient sur les balles des soldats du Troisième Reich à l'intersection entre les routes départementales 80 et 26c[19]. Le long de la route départementale 80, il y eut une autre victime qui fut Aimé Laissard[20].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Durant l'Ancien Régime, Vonnas était une communauté du mandement de Pont-de-Veyle et du bailliage, de l'élection et de la subdélégation de Bourg.

Lors de la création des départements par la Révolution française, elle est intégrée au département de l'Ain, au district de Châtillon-les-Dombes et au canton éponyme. En 1800, après la suppression des districts, elle intègre l'arrondissement de Bourg-en-Bresse mais reste dans le même canton.

Depuis au moins 1988, la commune fait partie de la quatrième circonscription de l'Ain pour l'élection des députés[21].

En mars 2015, à l'occasion des élections départementales, le décret du 13 février 2014[22] portant sur le redécoupage cantonal des cantons de l'Ain entre en vigueur. Ainsi, la commune ainsi que toutes celles de la communauté de communes des Bords de Veyle sont intégrées au nouveau canton de Vonnas.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 2008 Bernard Page   Réélu en 2001
2008 2017 Patrick Chaize UMP-LR Sénateur de l'Ain depuis 2014.
2017 2020      

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Jusqu'au , Vonnas appartenait à la communauté de communes des Bords de Veyle qui avait été fondée le par cinq communes. Depuis le , la commune est intégrée à la nouvelle communauté de communes de la Veyle qui regroupe l'ancienne intercommunalité à celle du canton de Pont-de-Veyle. Étant déjà le bureau centralisateur du canton correspondant au territoire de l'intercommunalité excepté Saint-Laurent-sur-Saône qui fait partie de la communauté d'agglomération Mâconnais Beaujolais Agglomération, il a été décidé de fixer le siège à Pont-de-Veyle.

Toutefois, ce n'est pas la seule structure intercommunale dont fait partie Vonnas. Puisque cette dernière est traversée par la Veyle, elle appartient au syndicat mixte Veyle Vivante[23] dont le siège est situé au bâtiment de la gare de Mézériat. Le travail de cette organisation est de surveiller la qualité des eaux du bassin, de préserver les zones humides ou de remettre en état certains ouvrages.

Enfin, comme la totalité des communes du département de l'Ain, le village appartient au syndicat intercommunal d'énergie et de e-communication de l'Ain, organisation fondée le [24]. Le syndicat est compétent dans la gestion des réseaux d'électrification, de gaz, de l'éclairage public, de la communication électronique[25]. En plus de ces compétences, la structure accompagne les communes pour qu'elles puissent maîtriser leur consommation d'énergie, gère un système d'information géographique et a mis en place dans le département, par l'intermédiaire de sa régie Réso-Liain, un réseau de fibre optique pour avoir accès à Internet à très haut débit.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau indiquant la direction pour aller à Wächtersbach.
Voir l’image vierge
Localisation des communes jumelées.

Un jumelage entre Châtillon-sur-Chalaronne et Wächtersbach en Allemagne, a été officialisé le [26] faisant suite à des échanges scolaires entre les deux communes engagés dès 1962[27] ainsi qu'à la signature d'un premier acte de jumelage le . En 1998, les communes de Baneins et de Vonnas ont été associées à celui-ci.

Depuis 2017, avec la création de la commuauté de communes de la Veyle dont fait partie Vonnas, la commune est aussi jumelée à la ville allemande de Straubenhardt, anciennement jumelée à la communauté de communes du canton de Pont-de-Veyle, une des deux anciennes intercommunalités formant la nouvelle. La commune est localisée dans le Bade-Wurtemberg en Allemagne à la porte nord de la Forêt-Noire entre Karlsruhe et Pforzheim. Commune composée de cinq villages que sont Conweiler, Feldrennach & Pfinzweiler, Langenalb, Ottenhausen et Schwann. L'origine de ce rapprochement a commencé lorsque des contacts entre Straubenhardt et le canton de Pont-de-Veyle ont été établis dès 1995 grâce à Roger Herbet. Ce dernier, un bressan qui vivait dans la localité allemande, organisa une rencontre entre Christophe Greffet alors maire de Saint-Genis-sur-Menthon et Willy Rushman, bourgmestre de Straubenhardt[28]. Est alors née une volonté de tisser de nouveaux liens entre les deux localités par le biais des collégiens de Pont-de-Veyle et Straubenhardt qui commencèrent à créer des échanges dès 1996.

Tout s'accéléra durant l'année 1999 quand la population de la commune allemande fut invitée à deux reprises en France. La première fois fut durant le mois de mai à l'occasion de la fête du Fromage à Grièges et la seconde fois fut en juillet lors de la fête des Temps Chauds où un groupe musical de Straubenhardt était invité à s'y produire[29]. Les Bressans furent invités à faire le chemin inverse dès le mois d'août pour créer ensemble la fête de marché historique à Feldrennach. Le jumelage entre Straubenhardt et le canton de Pont-de-Veyle a été concrétisé par la signature de la Charte lors de la grande fête organisée au château de Pont-de-Veyle du 7 au 9 juillet 2000[30]. Une autre fête fut organisée l'année suivante en Allemagne du 6 au 8 juillet 2001[29].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[31]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[32],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 922 habitants, en augmentation de 6,84 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
874 1 076 1 053 1 125 1 255 1 324 1 285 1 418 1 445
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 465 1 507 1 504 1 459 1 551 1 551 1 536 1 628 1 676
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 629 1 675 1 655 1 582 1 627 1 678 1 620 1 630 1 644
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 736 1 835 2 144 2 505 2 381 2 422 2 623 2 844 2 922
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[33] puis Insee à partir de 2006[34].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enfance et enseignement[modifier | modifier le code]

Vonnas compte deux écoles. L'une est le groupe scolaire Narcisse-Devaux créé en 2016 suite à la fusion entre les écoles maternelle et élémentaire[35]. Le groupe scolaire est installé dans l'ancienne école des filles construite en 1896[36] qui deviendra un collège à partir de 1961[37].

L'autre établissement est privé, c'est l'école Saint-Joseph. Fondée en 1831[38], l'école a changé deux fois de bâtiment avant d'occuper dès 1862 des locaux prêtés par la famille de Beost. Au fil des années, la vétusté de ces locaux ordonna une restauration des bâtiments. Cependant, avec le regroupement des écoles publiques en un seul lieu a permis à l'école de s'installer en 2015 dans les locaux de l'ancienne école maternelle.

Le collège du Renon, situé en face de la salle polyvalente regroupe les élèves des Bords de Veyle et de Sulignat. Le lycée de secteur de la commune sont les lycées de Bourg-en-Bresse même si les lycées mâconnais sont plus proches géographiquement du village.

Derrière la mairie se trouve l'Espace Loisirs Enfance Jeunesse qui est un lieu accueillant un centre de loisirs géré par la communauté de communes. À noter également qu'une crèche intercommunale installée dans le village voisin de Chaveyriat.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Tous les jeudis matins, entre la place du marché et l'église, se déroule le marché hebdomadaire[39]. Chaque semaine, une cinquantaine de commerçants vendent des vêtements, de l'alimentaire, des chaussures, des fleurs, de la mercerie ou d'autres produits.

En fin du mois de mai, les manèges de la vogue s'installent sur la place Ferdinand-de-Béost pour animer le centre du village.

Un mois plus tard, le 1er dimanche de juillet est célébrée depuis 1992[40] la fête de la Crêpe et du Cheval. Cette journée est animée par la vente de crêpes vonnassiennes et sucrées, par des défilés de chevaux, de spectacles équestres. Toutefois, d'autres animations sont au rendez-vous.

Sports et loisirs[modifier | modifier le code]

Clubs sportifs[modifier | modifier le code]

Beaucoup d’associations sportives sont réunies sous le sigle USV (Union Sportive Vonnassienne) : natation, foot, tennis, judo, karaté, lutte, gymnastique, boule lyonnaise. Le section football n'est assurée que pour les catégories adultes. Pour les jeunes, le football se pratique dans le club intercommunal : le Football Club Bord de Veyle dont le siège est à Mézériat qui a toutefois des équipes de catégories adultes. Ce club est l'union des clubs de l'US Vonnas, l'AS Mézériat et l'AS Chaveyriat-Chanoz.

La commune est dotée d'un club de basket-ball, l'US Vonnas Basket qui a notamment vu passer, en tant que joueur, Thierry Perriot.

Structures sportives ou de loisirs[modifier | modifier le code]

Gymnase des Bords de Veyle.

Les structures sportives de la commune sont centralisées en un seul lieu, non loin du collège et du camping municipal.

  • Le gymnase des Bords de Veyle construit en 1978[41] est le gymnase qui accueille notamment les rencontres du club de basket.
  • La piscine municipale possède un grand bassin, un tobaggan ainsi qu'un bassin pour les enfants. Elle est aussi la piscine du camping.
  • Deux terrains de football sont situés de part et d'autres de la piscine mais ont des revêtements différents : un en herbe et l'autre est en gravier. Il y a un autre petit terrain en herbe pour les plus jeunes. Le terrain honneur de la ville est le stade Gilbert Lafay.
  • Deux courts de tennis permettent la pratique sportive du tennis.

Médias et numérique[modifier | modifier le code]

Le Progrès est un journal régional diffusant dans les départements de l'Ain, du Jura, du Rhône, de la Loire et de la Haute-Loire. Chaque vendredi est publié le journal local hebdomadaire Voix de l'Ain.

Dans le domaine télévisuel, la chaîne France 3 émet un décrochage local dans la commune par le biais de France 3 Rhône Alpes. Enfin, Radio Scoop est une radio musicale d'Auvergne-Rhône-Alpes qui possède une station à Bourg-en-Bresse diffusant dans l'Ain.

Depuis 2013[42], la commune dispose du très haut débit avec la fibre optique grâce au réseau publique de fibre optique LIAin régi par le syndicat intercommunal d'énergie et de e-communication de l'Ain.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune accueille deux zones d'entreprises :

  • La zone industrielle Les Fontaines près de la gare est une zone où quelques entreprises sont installées sans oublier la déchetterie et la station d'épuration.
  • La zone artisanale des Grands Varays est une zone où quelques commerces et entreprises sont implantés.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des villages bressans, l'agriculture de la commune est animée par l'élevage avec notamment les volailles de Bresse ou les vaches de race charolaise. On trouve aussi de l'élevage d'escargot. Elle est aussi animée par la culture de céréales dont le maïs en majorité, le blé et le colza.

Industrie[modifier | modifier le code]

Vonnas est le berceau de la famille Lamberet dont les milliers de camions frigorifiques circulent sur toutes les routes d’Europe.

D'autres entreprises sont présentes sur le territoire communal : Palkit (75 salariés), Panelco, Hatty (carrosseries et panneaux isothermes), Soreal (alimentation pour le bétail), Brun et Giroud (métalleries), Aqua'tec (matériels d’équipements hydrauliques) et Cenco-Tempa (distributeur de produits électriques).

Commerces et services[modifier | modifier le code]

Maison Morel.

Vonnas a toujours été un village commerçant, notamment aux XIXe et XXe siècles où la vie commerçante se concentrait autour de la place du Marché. Le quartier commerçant est aujourd'hui occupé par le village Blanc, l'ensemble des bâtiments étant géré par Georges Blanc. On trouve aujourd'hui de nombreux commerces au centre et en périphérie. Il y a deux supermarchés, un Carrefour Market et un Intermarché (ancien commerce Netto transformé en 2014).

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Ponts et passerelles[modifier | modifier le code]

Du fait que Vonnas soit traversée par de nombreux cours d'eau, elle possède de nombreux ponts et passerelles. On dénombre une vingtaine de ponts dont le pont des Compagnons qui fut bâti en 1991 par les compagnons du devoir du Tour de France.

Bâtiments religieux[modifier | modifier le code]

Centre Saint Martin.

Jusqu'à la Révolution française, il existait deux églises sur le territoire actuel de la commune, l'actuel centre Saint-Martin et celle de Luponnas qui était une paroisse à part entière. Toutefois, Luponnas qui est devenue commune après la Révolution, est vouée à être supprimée, ce qui fut le cas fin 1793[6]. C'est alors que l'église du hameau fut détruite.

Le centre Saint-Martin est une ancienne église romane datant du XIIe siècle[43]. Cependant, la découverte d'un vestige mérovingien laisse penser que ce lieu de culte était déjà présent des siècles auparavant. Le portail en plein cintre du XIIe siècle qui est l'entrée de l'édifice repose sur des chapiteaux ornés de feuilles d'acanthe. Au XIXe siècle, le clocher porche est construit, cette façade fut déplacée  par l'architecte Jaillant. La nef, longue de 17 m et aménagée de petites chapelles, était éclairée par six petites baies en plein cintre dont trois subsistent aujourd'hui. La première charpente a été détruite par un incendie et a dont été remplacée en 1514. Ses peintures murales intérieures sont inscrites au titre des monuments historiques[44]. Après la disparition de l'église de Luponnas, l'édifice fut la seule église de la commune. Néanmoins, sa surface est jugée trop petite car mesurant 230 m2 alors que la population de l'époque fut de 1500 habitants, il fallait alors l'agrandir pour qu'elle atteigne 500 m2. À cause du manque de moyens et du fait qu'une grenette était adossée à l'édifice, il fut décidé de ne pas détruire le lieu de culte et de le convertir en un espace culturel[45].

Église Saint-Martin.

Ce n'est qu'à partir de la seconde moitié du XIXe siècle que la construction d'une nouvelle église prend vie suite à un acte notarié du 3 octobre 1868[6]. Cet acte stipule que le seigneur Claude Etienne Maurice Fernand Audras, baron de Béost fait don d'un terrain pour y construire une nouvelle église. Toutefois, le terrain est mal orienté donc la commune y aménage l'actuelle place Ferdinand de Béost, le conseil de fabrique fait alors l'acquisition d'un nouveau terrain auprès du baron 3 000 francs. Ce dernier se situe en face du premier terrain acquis. L'église Saint-Martin est construite entre 1874 et 1875 par les architectes Berthier et Pinchardet. L'inauguration se fait le mais ne sera bénie solennellement que le par l'évêque de Belley Monseigneur Lucon.

Bâtiments civils[modifier | modifier le code]

Vonnas a longtemps accueilli plusieurs châteaux sur son territoire mais certains ont disparu aujourd'hui comme ceux de Sachins, de Féliciat et de Vonnas. D'autres sont toujours présents dont le château de Béost qui fut bâti par les chevaliers de Béost vers 1250. Tenu en 1272 par Barthélémy de Saint-Cyr, vassal du comte de Savoie, le château devient rapidement le siège d'une baronnie[46]. Depuis le , son domaine est inscrit partiellement au titre des monuments historiques[47].

Château d'Épeyssoles.

Au nord-est du bourg, le château d'Epeyssoles est situé au centre d'une ancienne seigneurie portant le nom du château et est mentionné dès 1289[48]. Passant aux mains de plusieurs familles féodales au fil des années, ce domaine est tenu par les Guyot de la Garde qui, à la fin du XVIe siècle, baptisèrent le château en leur nom. La bâtisse fut ensuite vendue par la dernière descendante de la famille à Antoinette Poinsard, une jeune bourgeoise protestante de Bourg-en-Bresse. Par la suite, l'édifice passa aux mains de grandes familles protestantes mais extérieures à la Bresse. Le château de la Garde reprend son nom d'origine grâce au mariage d'Antoinette Poinsard, qui devient ainsi la propriété de Jean du Puy, comte de Ferrasière de Montbrun, dont la famille venait de s'illustrer dans la défense du protestantisme en Dauphiné[48]. De 1668 jusqu'au XXe siècle, le château devient de nouveau la propriété de plusieurs familles avant de devenir celle de Georges Blanc qui a décidé d'en faire un lieu dédié à l'organisation d'événements[49].

Au hameau de Luponnas, on trouve une maison bourgeoise : le château de Luponnas qui fut construit en 1779[50].

La commune étant traversée par la Veyle, on trouve deux moulins. Le premier est le moulin du Péroux situé à la frontière avec Biziat, le second est le moulin de Vavres, situé aussi à Saint-Julien-sur-Veyle et fut construit par les moines de Cluny[51].

Le musée des attelages, de la carrosserie et du charronnage, résidant à l'ancienne minoterie, présentait des attelages et des voitures hippomobiles des années 1850 à 1950. Il a fermé ses portes en 2011.

Face à la mairie se trouve le monument aux morts inauguré le [52]. Il honore tous les soldats morts tués au combat durant les grands conflits du XXe siècle. De plus, des plaques et des stèles ont été placés sur le territoire communal, là où des Français ont été tués par les soldats allemands durant l'année 1944.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

Panneau avec les quatre fleurs.

Le bourg du village comporte de nombreux espaces verts, notamment la place du Champ de Foire ou les bords de Veyle. Même si le territoire est peu boisé, on trouve des espaces forestiers au sud de la commune qui entourent le château de Béost. On peut citer les bois de Béost, des Braires, Panloup, de la Paille et Rosseland. Il y a aussi quelques bois au sud du bief d'Arcon ainsi qu'au nord du territoire près du bois de Perrex.

Depuis 1977[53], la commune de Vonnas bénéficie du label « ville fleurie » avec « 4 fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[54].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Crêpe vonnassienne.
Entrée du restaurant Georges Blanc.

Les crêpes vonnassiennes, recette à base de purée de pommes de terre, ont été inventées par la Mère Blanc. Celles-ci ont donné une renommée internationale à son restaurant et à la commune. Elles sont mises chaque année à l'honneur lors de la fête de la crêpe et du cheval. Les autres spécialités culinaires sont celles de la région bressane, c'est-à-dire la volaille de Bresse, les gaudes, la galette bressane, la fondue bressane[55].

En plus de ces spécialités, la maison Georges Blanc fait la renommée de la commune. Elle est aujourd'hui l'établissement le plus anciennement étoilé au monde[56] et possède 3 étoiles au Guide Michelin depuis 1981 ainsi que 4 toques au Gault & Millau. Ce guide décerna à Georges Blanc le titre de meilleur cuisinier de l'année 1981. À côté du restaurant principal, l'ancienne auberge qui est une reconstitution de l’Auberge des Blanc au début du XXe siècle propose une carte avec des prix plus abordables.

La commune se situe dans l'aire géographique de l'AOC Crème et beurre de Bresse[57] et de l'AOC Volailles de Bresse[58]. Elle a aussi l'autorisation de produire le vin IGP Coteaux-de-l'Ain sous les trois couleurs, rouge, blanc et rosé[59].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Georges Blanc.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Armes de Vonnas

La commune de Vonnas porte :

D'azur à la bande ondée d'argent chargée d'une croisette annillée de gueules posée à plomb, accompagnée de six besants d'or posés en orle[60].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gentilé, sur habitants.fr
  2. « Climat - La carte climatique de France », sur cartesfrance.fr (consulté le 28 avril 2010).
  3. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990).
  4. « Horaires ligne 118 - Bourg-en-Bresse → Mâcon (71) - 2010-2011 », sur maisonneuve.net,
  5. « Horaires ligne 118 - Bourg-en-Bresse → Mâcon (71) - 2011-2012 », sur maisonneuve.net,
  6. a, b, c et d « Découvrez la Dombes et l'église Saint-Martin à Vonnas », sur ladombes.free.fr
  7. Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs », sur henrysuter.ch
  8. « À voir à Vonnas », sur vonnas.com
  9. Édouard Philipon, Dictionnaire topographique du département de l'Ain : Comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 528 p. (lire en ligne), p. 471
  10. a, b et c Découvrez la Dombes et la ville de Vonnas dans l’Ain sur ladombes.free.fr
  11. « Histoire de la Bresse », sur culture-bresse-ain.pagesperso-orange.fr
  12. Samuel Guichenon, Histoire de Bresse et du Bugey, vol. 1 : Contenant tout ce qui s'est passé de mémorable sous les Romains, Roys de Bourgogne & d'Arles, Empereurs, Sires de Baugé, Comtes & Ducs de Sauoye, & Roys Tres Chrestiens, jusques à l'échange du Marquisat de Saulces, Lyon, Jean Antoine Huguetan & Marc Antoine Ravaud, , 109 p. (lire en ligne), p. 2
  13. « Commune de Luponnas, rattachée à Vonnas », sur ain-genealogie.fr
  14. « Luponnas - Notice Communale », sur cassini.ehess.fr
  15. « Gare de Chambéry - Challes-les-Eaux (SNCF) », sur christophe.lachenal.free.fr
  16. Éric Blanchais, « Fiche individuelle de Jean Lathullière », sur memorialgenweb.org
  17. « Le film sur la libération de Vonnas en 1944 a fait ressurgir des souvenirs », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  18. Chabe01, Plaque en l'honneur de Henri Druguet, résistant assassiné le 12 juin 1944 par les Allemands en face du cimetière de Vonnas., (lire en ligne)
  19. Éric Blanchais, « Vonnas - Stèle Commémorative (Relevé n° 66336) », sur memorialgenweb.org
  20. Chabe01, Stèle Aimé Laissard à Vonnas près de la route D80, (lire en ligne)
  21. « Loi n° 86-1197 du 24 novembre 1986 relative à la délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur legifrance.gouv.fr,
  22. Manuel Valls, « Décret n° 2014-147 du 13 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Ain », Légifrance,‎ (lire en ligne)
  23. Syndicat mixte Veyle Vivante, « Un constat : la rivière est malade », Le Journal de la Veyle,‎ , p. 2-3 (lire en ligne [PDF])
  24. « Nos missions - Une collectivité territoriale qui regroupe les 410 communes de l'Ain », sur siea.fr
  25. « Nos domaines de compétence », sur siea.fr
  26. « Historique du jumelage de Waechtersbach avec Châtillon-sur-Chalaronne - Baneins - Vonnas », sur ladombes.free.fr
  27. « Découvrez la Dombes et le jumelage de Waechtersbach avec Châtillon-sur-Chalaronne - Baneins - Vonnas », sur ladombes.free.fr
  28. « 20e échange franco-allemand au collège George-Sand », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  29. a et b (de) Helga Dissinger, « Deutsch-Französische gemeindepartnerschaft mit den 12 gemeinden im Canton Pont-de-Veyle - Seit 2016 neuer name der nunmehr 18 gemeinden : Communauté de communes de la Veyle », sur straubenhardt.de
  30. « Jumelage du canton de Pont-de-Veyle avec Straubenhardt (Allemagne) », sur pont-de-veyle.com.
  31. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  32. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  33. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  34. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  35. « Le groupe scolaire Narcisse-Devaux naît de la fusion de deux écoles », sur leprogres.fr,
  36. « Avant-après : l’école des filles », sur leprogres.fr,
  37. « Balade autour du patrimoine : Chalaronne centre - Vonnas », sur veyle-tourisme.fr (consulté le 21 août 2017)
  38. « Déménagement - Petit historique », sur ecole-privee-vonnas.fr,
  39. « Marché », sur vonnas.com
  40. « Fête de la crêpe et du cheval à Vonnas : la recette du succès », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  41. « Les centres sportifs de la CCBV », sur ccbv.fr
  42. « La fibre optique expliquée aux habitants lors d’une réunion publique », Le Progrès,‎ (lire en ligne)
  43. « Découvrez la Dombes et le centre Saint Martin à Vonnas », sur ladombes.free.fr
  44. « Peinture monumentale : Christ en majesté ; Evangélistes ; Saint Éloi ; donateur », notice no PM01001015, base Palissy, ministère français de la Culture
  45. Mairie de Vonnas, « Le Territoire - Histoire et patrimoine », sur vonnas.com
  46. « Découvrez la Dombes et le château de Beost à Vonnas », sur ladombes.free.fr (consulté le 25 février 2017)
  47. Liste des objets immobiliers protégés en 2016, JORF n°0065 du 17 mars 2017 sur Légifrance
  48. a et b « Découvrez la Dombes et le château d'Épeyssoles à Vonnas », sur ladombes.free.fr
  49. « Château d’Epeyssoles pour vos événements », sur georgesblanc.com (consulté le 24 juin 2017)
  50. « Découvrez la Dombes et le château de Luponnas à Vonnas », sur ladombes.free.fr
  51. « Découvrez la Dombes, un circuit autour de Vonnas », sur ladombes.free.fr
  52. « Commune de Vonnas - Inauguration du Monument aux Morts pour la France (1914-1918) », sur archives.ain.fr,
  53. Histoire et patrimoine, sur vonnas.com.
  54. « Fiche de Vonnas », sur Concours des villes et villages fleuris (consulté le 11 octobre 2016).
  55. « Bourg-en-Bresse - Ville de départ de l'étape 15 », sur Tour de France 2016
  56. « Georges Blanc, chef 3 étoiles : Julien Sauvadon reçoit Georges Blanc, chef triplement étoilé, installé à Vonnas dans la Bresse. », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes,
  57. « Aire géographique de l'AOC Crème de Bresse » [PDF], sur inao.gouv.fr,
  58. « Aire géographique de l'AOC Volaille de Bresse » [PDF], sur inao.gouv.fr,
  59. « Vonnas, commune viticole », sur Vin Vigne (consulté le 28 décembre 2016).
  60. Armes de Vonnas, sur labanquedublason2.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Vonnas.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]