Meximieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Ain image illustrant la région de la Côtière de l’Ain
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Ain et la région de la Côtière de l’Ain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Meximieux
Centre-ville et ancien hôtel de ville (à droite).
Centre-ville et ancien hôtel de ville (à droite).
Blason de Meximieux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Belley
Canton Meximieux
Intercommunalité Plaine de l'Ain
Maire
Mandat
Christian Bussy
2014-2020
Code postal 01800
Code commune 01244
Démographie
Gentilé Meximiards
Population
municipale
7 539 hab. (2014)
Densité 548 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 54′ 19″ nord, 5° 11′ 43″ est
Altitude Min. 206 m – Max. 310 m
Superficie 13,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Meximieux

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Meximieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Meximieux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Meximieux
Liens
Site web mairie-meximieux.fr

Meximieux est une commune française située dans le département de l'Ain, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Elle est chef-lieu de canton de l'Ain. C'est aussi la commune principale d'une unité urbaine de 9 743 habitants en 2011[1].

Ses habitants sont appelés les Meximiards et les Meximiardes[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

À 37 km au nord-est de Lyon, 35 km au sud-ouest de Bourg-en-Bresse et à environ 12 km d'Ambérieu-en-Bugey, la localité est située sur le relief de la côtière qui marque la fin du plateau de la Dombes, au contact avec la plaine de l'Ain. D'un point de vue historique, elle appartient à l'ancienne province de Bresse. Sa situation lui a longtemps conféré un rôle de relais sur les routes allant de Lyon vers Genève et vers les frontières allemande ou alpine. Meximieux est également située à 16 km de Lagnieu. Elle est traversée par le Longevent.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat y est de type semi-continental, avec des hivers parfois froids, des étés chauds...

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Plusieurs routes permettent l'accès à la commune. La départementale 1084 en est la principale. Elle provient du sud-ouest depuis Rillieux-la-Pape, puis part en direction du nord-est vers Neuville-sur-Ain. La départementale 22a arrive du nord depuis Bourg-en-Bresse, la départementale 4 de l'ouest et le départementale 65 du sud. L'autoroute A42 traverse le territoire communal. La sortie la plus proche est la sortie no 7 de Pérouges.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Meximieux, dont la population a été multipliée par trois en trente ans, est une ville en pleine expansion : de nombreux travaux ont été réalisés ces dernières années avec notamment de nouveaux parkings, la rénovation de la salle des fêtes, la construction d’une médiathèque et l’aménagement des voies routières.

Il existe plusieurs espaces verts sur le territoire de la commune : la Coulée verte qui traverse la moitié de la ville en longueur et l'étendue autour de l'étang de L’Aubépin qui permet de rejoindre Pérouges à pied.

Quartiers et lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • La Citadelle
  • Le ruisseau
  • La Bovagne
  • Le clos St-Jean
  • Le Fouilloux
  • Les Galamières (cité EDF)
  • La Côte
  • Chavagneux
  • Bressy
  • Le Palais
  • Les portes de la dombes
  • Pivarel
  • Les Combières
  • Les Murgères
  • Le Menel
  • L'Aubepin
  • Les Ollières
  • Les Carronières

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saint-Éloi Rignieux-le-Franc Rose des vents
N Villieu-Loyes-Mollon
O    Meximieux    E
S
Pérouges Charnoz-sur-Ain Chazey-sur-Ain

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Moyen Âge, le bourg de Meximieux s'abrite derrière une courtine à flanquements circulaires, dont il subsiste des débris.

Le bourg de Meximieux était possession de l'archevêque de Lyon de 1072 à 1270, date à laquelle Meximieux passe entre les mains du seigneure de Beaujeu puis du Dauphiné en 1327, enfin Meximieux fait partie de la Savoie à partir 1353, situation qui perdura plusieurs siècles. Pendant cette période prospère, elle acquiert une position de ville frontalière avec Pérouges. À la fin du Moyen Âge, la ville est sur une zone de marche entre Dauphiné, France et Savoie. Cependant, les luttes entre souverains de France et de Savoie, conduisent à un accord en 1601 qui changea la destinée de la ville désormais Française. C'est pendant cette période que naît Vaugelas. Sa vie entre Savoie et France est à l'image de sa ville natale.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Le Traité de Lyon proposait d'échanger des territoires. La France cédait Châteaudauphin en Piémont à la Savoie. La Savoie cédait ses provinces occidentales de Bresse et du Bugey, difficiles à tenir en cas de conflit. Chacun s'assurant ainsi un territoire plus cohérent.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Meximieux devint chef-lieu du canton éponyme. L'arrivée du chemin de fer en 1858 facilite les liaisons avec les autres points de la région.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Bataille de Meximieux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille de Meximieux.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, fin août-début septembre 1944, Meximieux est le théâtre d'une bataille à la suite d'une contre-offensive allemande. À ce titre, la commune de Meximieux est l'une des rares collectivités territoriales de France, elles seront 17 au total, à recevoir la médaille de la Résistance, attribuée le 22 septembre 1945. Le lieutenant-colonel Davison à la tête des troupes alliées, devint citoyen d'honneur de la ville.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Dans les années 1970, la ville connait un accroissement de population avec l'implantation de la centrale nucléaire du Bugey, à Saint-Vulbas. Les cadres et techniciens d'EDF sont logés dans deux cités construites au-dessus du quartier du Fouilloux, aux Galamières. Dans les années 1980, la population continue de progresser. Le développement du transport ferroviaire et la construction de l'autoroute A42 facilite l'accès à Lyon.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Meximieux tire son nom du propriétaire d'une ferme gallo-romaine : « Maximiacus »[3],[4].

La dernière consonne est rarement prononcée, ou bien sa prononciation indique l’origine étrangère du locuteur. Pour les noms multisyllabiques, « x » indique l’accentuation sur la dernière syllabe le différenciant avec le z final qui sert à marquer le paroxytonisme et ne devrait pas être prononcé dans sa langue d'origine.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration territoriale[modifier | modifier le code]

Meximieux est le chef-lieu du canton homonyme dans l'arrondissement de Bourg-en-Bresse.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Voici ci-dessous le partage des sièges au sein du Conseil municipal de la commune :

Groupe Président Effectif Statut
25 majorité
4 opposition

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1er février 1790  ? Claude-François Mazoyer   avocat, député du Tiers-État à l'assemblée générale des trois ordres à Bourg-en-Bresse
1820 1832 Philibert Vézu    
1848 1865 Claude-Joseph Perrin    
1919 1929 Fernand Berthier    
1959 1971 Jean-Claude Ronge    
1971 1977 Marcel Bouchard[5]    
1977 1983 Robert Goglu[Note 1]    
1984 1995 Alain Cavet PS  
juin 1995 en cours Christian Bussy LR Retraité Fonction publique
réélu mars 2014

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[7],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 7 539 habitants, en augmentation de 3,26 % par rapport à 2009 (Ain : 5,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 565 1 691 1 805 1 765 1 997 2 065 2 086 2 286 2 473
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 439 2 552 2 559 2 387 2 363 2 276 2 250 2 137 2 138
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 340 2 104 1 858 1 796 1 895 2 037 2 044 2 089 2 132
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
2 392 2 669 3 457 4 253 6 230 6 840 7 217 7 268 7 539
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006 [9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (19,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,3 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 22,4 %, 15 à 29 ans = 21,8 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 19 %, plus de 60 ans = 13,5 %) ;
  • 51,3 % de femmes (0 à 14 ans = 19,9 %, 15 à 29 ans = 21,3 %, 30 à 44 ans = 22,7 %, 45 à 59 ans = 17,7 %, plus de 60 ans = 18,4 %).
Pyramide des âges à Meximieux en 2007 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
3,7 
75 à 89 ans
6,8 
9,5 
60 à 74 ans
10,6 
19,0 
45 à 59 ans
17,7 
23,2 
30 à 44 ans
22,7 
21,8 
15 à 29 ans
21,3 
22,4 
0 à 14 ans
19,9 
Pyramide des âges du département de l'Ain en 2007 en pourcentage[11]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,2 
75 à 89 ans
7,9 
12,0 
60 à 74 ans
12,3 
20,8 
45 à 59 ans
20,2 
22,5 
30 à 44 ans
22,0 
18,1 
15 à 29 ans
16,7 
21,2 
0 à 14 ans
19,8 

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune a développé une association de jumelage avec :

Localisation des villes jumelées avec Meximieux
Localisation de la ville
Meximieux

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École primaire de la Bovagne
  • École primaire du Menel
  • École primaire du Champ de foire
  • École Saint-Jean-Bosco
  • École Sainte-Blandine
  • Collège Claude-Favre-de-Vaugelas

Santé[modifier | modifier le code]

  • Hôpital J.-C. Ruivet.
  • Maison de retraite de la Rose d'or.

Sports[modifier | modifier le code]

Il existe divers clubs notamment en football, rugby, tennis, handball, judo, basket-ball ou encore pétanque, escrime. La ville possède 3 terrains de football, 2 terrain de rugby, 2 gymnases, 2 cours de tennis couverts, 4 cours découverts, 1city stade, 1 salle de fitness, 2 terrains de beach-volley, 1 boulodrome…

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un lavoir, place Chantabeau.
  • Beffroi de l'ancienne mairie. Il se dresse en proue et divise la rue principale.
  • Vestiges de courtines à flanquement circulaires de l'enceinte urbaine[13].
  • Architecture minimaliste des cités EDF (1973).
  • Architecture contemporaine : salle polyvalente et le gymnase.

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune obtient le niveau « deux fleurs » au concours des villes et villages fleuris[14].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Armes de Meximieux

La commune de Meximieux porte :

D'or à la bande de gueules accompagnées de six coquilles du même posées en orle[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Réélu en 1983, il cède sa place l'année suivante à la suite de sa mutation professionnelle à Fos-sur-Mer, à Alain Cavet, premier adjoint.
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Unité urbaine 2012 de Meximieux (01206) », sur insee.fr.
  2. Gentilé de la commune, sur habitants.fr
  3. Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Meximieux : Meximieux, Bourg-Saint-Christophe, Charnoz, Faramans, Joyeux, Le Montellier, Pérouges, Rignieux-le-Franc, Saint-Éloi, Saint-Jean-de-Niost, Saint-Maurice-de-Gourdans, Villieu-Loyes-Mollon, Société d'histoire et d'archéologie de la Plaine de l'Ain, , 306 p. (ISBN 978-2907656320), p. 25.
  4. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1, Librairie Droz, , 704 p. (ISBN 9782600028837, lire en ligne), p. 532.
  5. « Marcel Bouchard, ancien maire de 1971 à 1977 », Journal de la Côtière, no 891,‎ , p. 10.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Évolution et structure de la population à Meximieux en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010).
  11. « Résultats du recensement de la population de l'Ain en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 22 novembre 2010).
  12. Annuaire des communes jumelées.
  13. a, b et c [Charles-Laurent Salch 1987] Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 751.
  14. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).
  15. Armes de Meximieux, sur labanquedublason2.com

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir la catégorie : Meximieux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouvrage collectif, Richesses touristiques et archéologiques du canton de Meximieux : Meximieux, Bourg-Saint-Christophe, Charnoz, Faramans, Joyeux, Le Montellier, Pérouges, Rignieux-le-Franc, Saint-Éloi, Saint-Jean-de-Niost, Saint-Maurice-de-Gourdans, Villieu-Loyes-Mollon, Société d'histoire et d'archéologie de la Plaine de l'Ain, , 306 p. (ISBN 978-2907656320)
  • Pierre Chaudet, Patrick Dalmaz, Pascal Garapon et Patrick Lemasson, Le canton de Meximieux, Saint-Cyr-sur-Loire, Alan Sutton, coll. « Mémoire en images »,
  • Guy Brunet, Paul Percevaux et Louis Trenard, Histoire des communes de l'Ain : La Dombes, Horvath, , p. 199-205

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]