Chevroux (Ain)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chevroux.

Chevroux
Chevroux (Ain)
Vue sur l'église du village
Blason de Chevroux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ain
Arrondissement Bourg-en-Bresse
Canton Replonges
Intercommunalité Bresse et Saône
Maire
Mandat
Dominique Savot
2014-2020
Code postal 01190
Code commune 01102
Démographie
Gentilé Chevroutis, Chevrouties
Population
municipale
964 hab. (2015 en augmentation de 3,32 % par rapport à 2010)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 22′ 53″ nord, 4° 56′ 58″ est
Altitude Min. 176 m
Max. 208 m
Superficie 17,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte administrative de l'Ain
City locator 14.svg
Chevroux

Géolocalisation sur la carte : Ain

Voir sur la carte topographique de l'Ain
City locator 14.svg
Chevroux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chevroux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chevroux
Liens
Site web chevroux.fr

Chevroux est une commune française, située dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Localisation[modifier | modifier le code]

Chevroux dans le département de l'Ain.

Chevroux fait partie de la Bresse, plus particulièrement la Bresse savoyarde. Commune française du département de l'Ain, Chevroux se situe à 12 km au nord-est de Mâcon, à 29 km au nord-ouest de Bourg-en-Bresse, à 70 km au nord de Lyon et à 337 km au sud de Paris. Elle appartient à l'arrondissement de Bourg-en-Bresse et au canton de Replonges.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chevroux
Boz Gorrevod Saint-Étienne-sur-Reyssouze
Ozan Chevroux Boissey
Manziat Bâgé-Dommartin Bâgé-Dommartin

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il existe deux cours d'eau qui traversent la commune[1]. La Pérouse, aussi appelée bief de Rollin, traverse Chevroux du sud au nord après avoir pris sa source à Saint-Sulpice. La seconde rivière, la Jutane ou le bief de l'Étang de Chevroux, prend sa source aux Paillardières et se jette dans la Saône arpès être passé par Ozan et Boz.

Quatre étangs parsèment le territoire : l’étang du Chemin localisé au nord, l’étang Carteron ainsi que deux autres qui sont placés au lieu-dit l'Étang Labe.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le climat est tempéré à légère tendance continentale. Les données climatologiques sont celles de Mâcon qui est la station de référence pour toutes les données. Les valeurs climatiques de 1981 à 2010 sont les suivantes.

Relevés Mâcon 1981-2010
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0 1 3,5 6 10 13,5 15,5 15 11,5 8 3,5 1 7,5
Température moyenne (°C) 2 4,5 8 11 15 19 21 20,5 17 12 7 3,5 12
Température maximale moyenne (°C) 5,5 8 12 16 20 24 27 26 22 16,5 10 6 16
Ensoleillement (h) 61,9 91,5 154,9 182 212,9 245,3 267,7 242,4 185,6 116,9 70,3 50,5 1 881,9
Précipitations (mm) 59 53 49 75 88 75,5 71 72 79,5 85,5 84 70 861,5
Source : Météo-France/Infoclimat : Mâcon (1981-2010)[2]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Axes de communication.

Axes routiers[modifier | modifier le code]

La route départementale 58 est l'une des artères principales du village qui le traverse du sud au nord. En prenant cette voie par le nord, les automobilistes peuvent rejoindre Pont-de-Vaux tandis qu'en se dirigeant au sud, ils peuvent aller vers Bâgé-le-Châtel et Bâgé-la-Ville.

La seconde voie traversant le centre est la route départementale 1. Reliant Asnières-sur-Saône à Saint-Amour dans le Jura, cet axe routier permet de rejoindre Manziat à l'ouest et Boissey voire Saint-Jean-sur-Reyssouze à l'est.

Aucune autoroute ne traverse Chevroux mais trois se trouvent à proximité. En premier lieu, l'autoroute A40 (Mâcon - Genève), portion de la Route Centre-Europe Atlantique Bordeaux/Nantes - Annemasse, passe au sud de la commune à Feillens où se trouve une gare de péage pour rejoindre Mâcon gratuitement et Paris ainsi que Bourg-en-Bresse et Genève. De l'autre côté de la Saône, l'autoroute A6 est un des axes routiers les plus importants de France étant donné qu'il relie Paris à Lyon, ville où la voie devient l'autoroute A7 jusqu'à Marseille. Enfin, l'autoroute A406 relie les deux autoroutes précédemment citées et forme le contournement sud de Mâcon.

Transport fluvial[modifier | modifier le code]

La Saône, qui marque la frontière ouest du département de l'Ain, est navigable à grand gabarit européen depuis Verdun-sur-le-Doubs jusqu'à Lyon. Elle constitue un axe de transport fluvial important entre l'est et la Méditerranée et est appréciée pour le tourisme fluvial. Mâcon possède trois ports fluviaux : le port de plaisance, un autre près du quai des Marans et l'Aproport, l'un des ports fluviaux les plus importants de France.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1032, Chevroux faisant partie du royaume de Bourgogne passe sous l’autorité du Saint-Empire Romain Germanique. Pour se protéger, les grands propriétaires organisent leur défense grâce aux poypes dont celle de la Bouchardière ou celle de Curtetrelle[3]. En parallèle, ils construisent des maisons fortes qui ne pouvaient être habitées mais servaient de refuge à la population qui était prête à payer la protection des plus puissants. C'est ainsi que de nombreuses seigneuries fleurissent dans les hameaux comme Rotaillat, Fromental et La Fougère. Cependant, les Sires de Bâgé et les Seigneurs de Gorrevod ont empêché à ces seigneuries de se développer.

En 1247, le sire de Bâgé Renaud fit creuser le Grand Étang d'une surface de 68 ha pour assainir les terres marécageuses et fournir des poissons en période de Carême. À la demande des habitants, ce plan d'eau a été asséché en 1860-1865.

En 1601, après la fin de la guerre franco-savoyarde qui se termine par le Traité de Lyon, la France acquiert la Bresse, du Bugey, du Valromey et du pays de Gex, le village devient alors français et est intégré à la province bourguignonne.

Jusqu'en 1789, Ozan était qu'un village de la paroisse de Chevroux qui comprenait aussi Boz jusqu'au XVIIe siècle. En 1790, elle devient une commune à part entière.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée.

La dernière consonne est rarement prononcée, ou bien sa prononciation indique l’origine étrangère du locuteur. Pour les noms multisyllabiques, « x » indique l’accentuation sur la dernière syllabe le différenciant avec le z final qui sert à marquer le paroxytonisme et ne devrait pas être prononcé dans sa langue d'origine.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Le nom de Chevroux vient de Caprosium qui est nom latinisé issu de l'anthroponyme gaulois Cabros, Gabros signifiant chèvre[4].

Anciens noms[modifier | modifier le code]

Diverses mentions à la commune apparaissent dès le Xe siècle[5]. Pierre-François Chifflet, écrivain du XVIIe siècle, dit que Caprosio était évoqué en 978 selon son Histoire de l'abbaye Royale et de la ville de Tournus. Est mentionné aussi Givrosio dans le recueil des chartes de Cluny en 994.

Les archives de la Côte-d'Or font état de Chivrous et Chievrous en 1344 alors que celles de l'Ain mentionnent Chivroux en 1359, Chievroux en 1366 voire le nom actuel de Chevroux en 1439.

Samuel Guichenon dans un autre ouvrage consacré à la Bresse parle de Chevrous en 1472.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Lors de la création des départements par la Révolution française, elle est intégrée au département de l'Ain et au district de Pont-de-Vaux. En 1800, après la suppression des districts, elle intègre l'arrondissement de Bourg-en-Bresse et reste dans le canton de Pont-de-Vaux.

Jusqu'en 2012, elle faisait partie de la quatrième circonscription de l'Ain pour l'élection des députés[6]. Avec l'ajout d'une nouvelle circonscription, Chevroux intègre la première circonscription de l'Ain cette année-là[7].

En mars 2015, à l'occasion des élections départementales, le décret du 13 février 2014[8] portant sur le redécoupage cantonal des cantons de l'Ain entre en vigueur. Ainsi, la commune ainsi que toutes celles du canton dont elle était le chef-lieu sont intégrées au nouveau canton de Replonges.

Liste des maires successifs[modifier | modifier le code]

Façade de la mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Guy Bernigaud    
2008 En cours Dominique Savot SE Cadre - Réélu en 2014
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Panneau indiquant le jumelage.
Voir l’image vierge
Localisation des communes jumelées.

Après des échanges effectués en 1992 et 1993 entre le collège Antoine Chintreuil de Pont-de-Vaux et la realschule de Dornhan[9], l'idée d'un jumelage entre le canton de Pont-de-Vaux et le village allemand de Dornhan situé dans le land de Bade-Wurtemberg[10] commence à germer. C'est ainsi qu'a été officialisé le jumelage en 1994 en Allemagne et en 1995 en France.

Une amitié avec la commune suisse homonyme est née en 1985 et se concrétise par des rencontres[11].

Intercommunalités[modifier | modifier le code]

Chevroux était appartenait à la communauté de communes du canton de Pont-de-Vaux qui avait été fondée le jusqu'au . Depuis le , la commune est intégrée à la nouvelle communauté de communes du pays de Bâgé et de Pont-de-Vaux. Cette dernière regroupe les communes de l'ancienne intercommunalité à celles du pays de Bâgé. La structure devient communauté de communes Bresse et Saône le de la même année[12].

Toutefois, ce n'est pas la seule structure intercommunale dont fait partie la localité bressane. On peut mentionner le syndicat mixte Bresse Val de Saône créé en 1995 et regroupant 40 communes[13],[14]. Son but est de négocier les procédures que proposent l'Union européenne, l'État ou la région Auvergne-Rhône-Alpes qui pourraient développer un territoire plus vaste que la simple communauté de communes.

Enfin, comme la totalité des communes du département de l'Ain, le village appartient au syndicat intercommunal d'énergie et de e-communication de l'Ain, organisation fondée le [15]. Le syndicat est compétent dans la gestion des réseaux d'électrification, de gaz, de l'éclairage public, de la communication électronique[16]. En plus de ces compétences, la structure accompagne les communes pour qu'elles puissent maîtriser leur consommation d'énergie, gère un système d'information géographique et a mis en place dans le département, par l'intermédiaire de sa régie Réso-Liain, un réseau de fibre optique pour avoir accès à Internet à très haut débit.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Chevroux (Ain).

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[17]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[18].

En 2015, la commune comptait 964 habitants[Note 1], en augmentation de 3,32 % par rapport à 2010 (Ain : +5,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9361 1698319499649669691 0491 134
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1101 1001 1161 0061 0661 0171 0511 011954
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
949918882775792775733720646
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
637587516517586657823847871
2013 2015 - - - - - - -
944964-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[19] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

École.

La seule école est une école publique qui est composée de deux classes maternelles et trois classes primaires[21]. Elle a été rénovée et inaugurée en avril 2010.

La poursuite des études dans l'enseignement secondaire se fait au collège Antoine Chintreuil à Pont-de-Vaux puis sont redirigés vers les lycées de Mâcon.

Toutefois, pour les familles voulant donner un accès à une école privée, l'école Saint-Joseph composé de quatre classes reçoit des élèves des environs à Manziat. Ces derniers peuvent continuer leur scolarité à Feillens au collège Saint-Charles.

Médias[modifier | modifier le code]

Le Progrès est un journal régional diffusant dans les départements de l'Ain, du Jura, du Rhône, de la Loire et de la Haute-Loire. Chaque vendredi est publié le journal local hebdomadaire Voix de l'Ain.

Dans le domaine télévisuel, la chaîne France 3 émet un décrochage local dans la commune par le biais de France 3 Rhône Alpes. Enfin, Radio Scoop est une radio musicale d'Auvergne-Rhône-Alpes qui possède une station à Bourg-en-Bresse diffusant dans l'Ain.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les cheminées sarrasines à La Bouchardière et à la ferme de la Bourlière sont inscrites à l'inventaire des monuments historiques[22].
  • L'église Saint-Martin qui est d'architecture romane a été remaniée au XIXe siècle[24].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Armorial des communes de l'Ain.
Armes de Chevroux

Les armes de Chevroux se blasonnent ainsi[25] : D'argent à la chèvre de gueules issant d'une roue de moulin de sable, aux onze mouchetures d'hermine du même ordonnées en orle, quatre en chef, une en pointe, les autres aux flancs, à la jumelle ondée abaissée d'azur brochant sur le tout.

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Les spécialités culinaires sont celles de la région bressane, c'est-à-dire la volaille de Bresse, les gaudes, la galette bressane, les gaufres bressanes, la fondue bressane[26].

La commune se situe dans l'aire géographique de l'AOC Crème et beurre de Bresse[27] et de l'AOC Volailles de Bresse[28]. Elle a aussi l'autorisation de produire le vin IGP Coteaux de l'Ain sous les trois couleurs, rouge, blanc et rosé[29].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Géographie », sur chevroux.fr (consulté le 5 novembre 2018)
  2. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1981-2010)
  3. « Histoire - Commune de Chevroux (01) », sur chevroux.fr (consulté le 11 octobre 2018)
  4. Henry Suter, « Noms de lieux de Suisse romande, Savoie et environs », sur henrysuter.ch (consulté le 5 novembre 2018)
  5. Édouard Philipon, Dictionnaire topographique du département de l'Ain : Comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale, , 528 p. (lire en ligne), p. 113
  6. « Loi n° 86-1197 du 24 novembre 1986 relative à la délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur legifrance.gouv.fr,
  7. Légifrance, Ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés (lire en ligne)
  8. Manuel Valls, « Décret n° 2014-147 du 13 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de l'Ain », Légifrance,‎ (lire en ligne)
  9. « Naissance du jumelage du territoire de Pont de Vaux avec Dornhan, en Forêt Noire », sur cc-pontdevaux.com
  10. « Jumelage du territoire de Pont de Vaux avec Dornhan, en Forêt Noire », sur cc-pontdevaux.com
  11. « Chevroux Suisse », sur chevroux.fr (consulté le 4 novembre 2018)
  12. Arnaud Cochet, « Recueil des actes administratifs n°01-2017-208 : Arrêté portant modification de la dénomination de la Communauté de Communes du Pays de Bâgé et de Pont-de-Vaux » [PDF], sur ain.gouv.fr, , p. 63-64
  13. « Le syndicat mixte Bresse – Val de Saône », sur bresse-valdesaone.fr
  14. « Le territoire et son périmètre », sur bresse-valdesaone.fr
  15. « Nos missions - Une collectivité territoriale qui regroupe les 410 communes de l'Ain », sur siea.fr
  16. « Nos domaines de compétence », sur siea.fr
  17. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  18. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  19. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  21. « L'école de Chevroux », sur chevroux.fr (consulté le 5 novembre 2018)
  22. « Les cheminées », notice no PA00116379, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « La ferme du Mont », notice no PA00116380, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. « Église - Commune de Chevroux (01) », sur chevroux.fr (consulté le 11 octobre 2018)
  25. Banque de blason, sur labanquedublason2.com (section “communes de France” puis “01” puis “Chevroux”)
  26. « Bourg-en-Bresse - Ville de départ de l'étape 15 », sur Tour de France 2016
  27. « Aire géographique de l'AOC Crème de Bresse » [PDF], sur inao.gouv.fr,
  28. François Fillon, Décret n° 2009-1601 du 18 décembre 2009 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Volaille de Bresse » ou « Poulet de Bresse », « Poularde de Bresse », « Chapon de Bresse », Paris, (lire en ligne)
  29. « Chevroux, commune viticole », sur vin-vigne.com (consulté le 3 juin 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]