Éléments (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Élément.
Éléments
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité bimestrielle
Genre « Nouvelle Droite », fédéralisme européen, paganisme
Date de fondation 1973
Éditeur Robert de Herte
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Michel Thibault
Rédacteur en chef Pascal Esseyric
ISSN 1251-8441
Site web Éléments

Éléments — titre complet : Éléments pour la civilisation européenne — est une revue bimestrielle publiée (du moins dans sa formule actuelle[1]) depuis 1973 par le GRECE (plus précisément, par la société Seprecom).

Historique[modifier | modifier le code]

Traitant de sujets culturels, politiques, sociétaux et scientifiques, Éléments a longtemps été la vitrine grand public du GRECE[2]. Une chute relative de son nombre de lecteurs à partir du début des années 1980 en a fait une publication à tirage moyen (que l'on trouve néanmoins dans la plupart des maisons de la presse)[3]. Accusée par ses détracteurs d'être historiquement liée, à l'époque de sa création, à une partie de l'extrême droite désireuse de sortir de celle-ci[4], Éléments s'est toujours défendue de cette classification et souligne qu'elle use d'un ton neutre et professoral pour la rédaction de ses dossiers thématiques[5].

À partir de mai 2017, une émission bimestrielle intitulée Le plus d'Éléments est diffusée sur la web-TV « TV Libertés »[6].

Rédacteurs en chef[modifier | modifier le code]

Collaborateurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Éléments joua, du 10 septembre 1968 à juin 1970, le rôle de bulletin de liaison du GRECE (avec 14 livraisons) puis, de décembre 1970 à l'hiver 1972 (7 numéros parus), de trimestriel interne avant d'évoluer, à partir de 1973, vers la revue généraliste que l'on connaît aujourd'hui.
  2. Pour Pierre-André Taguieff, le trimestriel fut dès le départ « destiné à être diffusé aussi à l'extérieur de l'association » (cf. Sur la Nouvelle Droite. Jalons d'une analyse critique, « Descartes et cie », 1994).
  3. Cf. trouverlapresse.com.
  4. Didier Daeninckx désigne ainsi Éléments comme « la revue de la nouvelle extrême-droite (sic) » (cf.« Engagés pour le pire… Jean-Edern Hallier, l'extrême droite et la guerre des Balkans », Amnistia.net, 9 février 2005).
  5. Dans la préface ouvrant son recueil d'éditoriaux de la revue, Alain de Benoist — qui, en tant qu'éditorialiste (sous le pseudonyme de Robert de Herte), donne le « ton » des dossiers — a relevé parmi les « éléments de permanence » de sa démarche « la volonté de se situer au-delà des querelles politiciennes ou conjoncturelles pour juger des choses selon “un point de vue plus général : celui des principes et des idées”. » (Le Grain de sable. Jalons pour une fin de siècle, Labyrinthe, 1994). Voir aussi l'article d'Alain de Benoist paru avant l'élection présidentielle de 2002, « TSD : Tout, sauf la droite ! », in Marianne, Paris, 15 avril 2002, p. 34-35.
  6. La nouvelle émission de TV Libertés : Le Plus d’Éléments

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]