Liste de miséricordes de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Une miséricorde de la cathédrale Sainte-Marie d'Auch (Gers)

La miséricorde est une petite console fixée à la partie inférieure du siège rabattable d'une stalle. Elle permet au clerc ou au moine qui participe à l'office divin de prendre appui sur elle lorsqu'il se tient debout et que son siège est relevé. Les stalles sont normalement situées dans le chœur de certaines églises.

Cet article liste les églises de France où il existe (ou a existé) des miséricordes, ainsi que les autres lieux (musées, collections publiques…) où ces objets sont conservés.

Les nombres entre parenthèses indiquent le nombre de miséricordes présentes dans l'édifice.

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

Ain 01[modifier | modifier le code]

Aisne 02[modifier | modifier le code]

Villers-Cotterêts.
Cathédrale de Laon.

Allier 03[modifier | modifier le code]

  • Gannat église Sainte-Croix (14)
  • Moulins musée (10 stalles privées de leurs miséricordes)
  • Saint-Pourçain-sur-Sioule église Sainte-Croix (39) : feuillages, animaux fabuleux ou monstrueux, personnages divers dont certains exhibitionnistes, mutilés par pudibonderie. Nombreuses miséricordes disparues.

Alpes-de-Haute-Provence 04[modifier | modifier le code]

  • Moustiers-Sainte-Marie église Notre-Dame-de-l'Assomption : masques grimaçants, corniches à volutes et palmettes.

Alpes-Maritimes 06[modifier | modifier le code]

  • Nice musée du Vieux-Logis (7)
  • Saint-Paul-de-Vence collégiale de la Conversion de Saint-Paul (30) : visages grotesques (tête d'homme tirant la langue), ange, tête de lion, masques fantastiques.
  • Vence cathédrale de la Nativité de Marie (38) : bouffons, guerrier, sirène, feuillages, fleurs, animaux (poisson, rapace, dromadaire, chien, chauve-souris, sanglier), visages d'hommes verts et faces grimaçantes, personnage exposant son derrière.

Ardèche 07[modifier | modifier le code]

Ardennes 08[modifier | modifier le code]

  • Givet
  • Grandpré église Saint-Médard (42)
  • Monthermé : abbatiale Saint-Rémi de Laval-Dieu (13 miséricordes du début du XVIIIe siècle) : bel ensemble de miséricordes ornées de bouquets en corbeilles, feuillages, rubans et fleurs de lys, encadrées de singuliers motifs géométriques.
  • Mouzon église abbatiale Notre-Dame : feuilles d'acanthe.
  • Seuil église Notre-Dame (4)

Ariège 09[modifier | modifier le code]

  • Foix abbatiale Saint-Volusien (26) + (1) siège curial dans une chapelle au sud de la nef : corbeilles et guirlandes garnies de fruits et de fleurs, cornes d'abondance, plusieurs angelots terrassant un serpent, visages humains entourés de feuillages, moine lisant. Somptueux accotoirs représentant en pied, des monstres animaux ou humains pourvus d'ailes

Aube 10[modifier | modifier le code]

Église Sainte-Marie de Pont-Sainte-Marie
Pont-Sainte-Marie
  • Marolles-lès-Bailly église (12)
  • Messon église (6) : modèle unique à feuilles d'acanthe. Les parcloses et les accotoirs des stalles sont remarquables pour leur ornementation.
  • Pont-Sainte-Marie église Sainte-Marie (14 figuratives + 2 x 3 classiques dans le haut du chœur) : masque, personnages encapuchonnés, enfants, êtres fantastiques et salamandre.
  • Les Riceys église Saint-Pierre-ès-Liens de Ricey-Bas
  • Troyes église Saint-Urbain (10) : simple modèle "en vase".
  • Troyes église Ste Madeleine (23) : classiques en palmes ou feuilles d'acanthe.
  • Troyes église Saint-Martin-ès-Vignes (26) : motifs végétaux, feuilles d'acanthe.
  • Troyes cathédrale Saint Pierre/Saint Paul (89 dont 6 dans une chapelle du chevet) : alternance de motifs décoratifs baroques (rinceaux, coquilles, fleurs imaginaires) et de visages humains entourés de décors exubérants, femmes aux parures luxueuses (colliers, diadèmes et couronnes) et hommes grimaçants ou aux barbes et chevelures "en feu".
  • Troyes église Saint-Rémi (14 + cathèdre) : feuillages, écussons.
  • Troyes église St Nizier (6) : modèle unique "cannelé"
  • Troyes musée (1) : Sainte Geneviève au rouet
  • Villemaur-sur-Vanne collégiale de l'Assomption-de-la-Vierge (24) : modèle unique simplement bilobé.

Aude 11[modifier | modifier le code]

Aveyron 12[modifier | modifier le code]

  • Conques église Sainte-Foy (30) : deux ensembles distincts de stalles aux miséricordes de styles différents meublent le chœur. Au fond, des sculpture naïves de personnages divers (sirènes, guerriers, masques monstrueux) et d'animaux. Près du transept, des œuvres de qualité plus affirmée montrant visages, coquilles, personnages grimaçants et bouffons dansant. À noter, une belle représentation d'un moine tenté par le diable et d'un atelier de sculpteur-imagier.
  • Decazeville : têtes de monstres mi-hommes mi-bêtes, lion et boucs
  • Entraygues-sur-Truyère : église (8) têtes d'animaux (canard, bœuf, lion, bouc, rapace), deux visages (un homme tirant la langue et une femme) et un félin menaçant.
  • Espalion église : grappe de raisin, pensée (libre ?), palme datée de 1889, deux ornées de décorations militaires et dédicacées (Louis Brévier archiprêtre et Don de M. Jh. Poulenq).
  • Mur-de-Barrez : église Saint-Thomas de Canterbury : petites miséricordes à motifs géométriques.
  • Rodez (cathédrale Notre-Dame) (64 miséricordes du XVe siècle + 47 miséricordes des sièges inférieurs, plus tardives) : divers personnages dont un exhibant son derrière, paysan en activité ou endormi, sanglier, chien rongeant un os, deux têtes de femmes aux coiffures originales, sirène se peignant devant un miroir, cœur enflammé percé d'une flèche + petite série de miséricordes située au fond de la nef (grotesque et végétaux)
  • Salles-Curan église Saint-Gérand (31)
  • Villefranche-de-Rouergue chapelle des pénitents noirs (42) ; miséricordes provenant de l'abbaye de Loc-Dieu : représentation exclusive de feuillages.

B[modifier | modifier le code]

Bas-Rhin 67[modifier | modifier le code]

Bouches-du-Rhône 13[modifier | modifier le code]

C[modifier | modifier le code]

Calvados 14[modifier | modifier le code]

  • Caen : église Saint-Pierre : siège épiscopal à miséricorde représentant un homme accroupi malheureusement défiguré.
  • Ellon : église Saint-Pierre, 5 miséricordes sont sculptées de visages.
  • Hermanville-sur-Mer : église Saint-Pierre.
  • Honfleur : église Sainte-Catherine : deux modèles très simples le long de la nef + stalles et chaise curiale près du chœur aux miséricordes ornées de médaillon, rinceaux et feuilles stylisées.
  • Écrammeville : église Notre-Dame.
  • Lisieux : cathédrale Saint-Pierre (62) : nombreuses représentations de têtes animales (moutons, chiens, renards ou loups ?), quelques têtes enfantines, visage couronné et celui d'un homme barbu.
  • Lisieux : église Saint-Jacques : 28 stalles avec miséricordes sculptées avec beaucoup de fantaisie provenant de l'abbaye du Val-Richer
  • Orbec : église : visages fantastiques ou monstrueux, feuillages, chauve-souris, oiseau, vieillard portant une bourse (l'avarice ?), animaux fantastiques.
  • Saint-Pierre-sur-Dives : 42 miséricordes d'une qualité extraordinaire. À noter, la rare représentation d'une scène du Nouveau Testament : Sainte Véronique montrant un linge imprimé du visage de Jésus Christ.
  • Saint-Rémy : église : 26 miséricordes avec des décors floraux dont une qui est signée et datée 1893.

Cantal 15[modifier | modifier le code]

  • Allanche église Saint-Jean (28)
  • Aurillac église Notre-Dame-aux-Neiges (9) : feuilles stylisées.
  • Chaudes-Aigues église Saint-Martin et Saint-Blaise (20) : divers visages humains dont un portant bésicles, personnages nus se contorsionnant.
  • Fontanges église
  • Mandailles-Saint-Julien
  • Maurs église abbatiale Saint Sulpice ou Saint-Césaire (15) : Au sein d'un chœur décoré de statues grandeur nature, des stalles de 1588 aux miséricordes d'une grande beauté représentant coquilles, armoiries, animaux et personnages fantastiques et bustes humains.
  • Murat église : décors végétaux et masques.
  • Saint-Cernin église Saint-Saturnin (14) : série de personnages (moine lisant, orateur, femme mettant sa culotte, musiciens, etc.) vouivre ou wyverne, provenant, comme celles de Saint-Illide et Saint-Chamant, de l'ancienne collégiale détruite en 1793.
  • Saint-Chamant église (7) : ornées de personnages et à l'assise trilobée, de la même provenance que celles de Saint-Cernin.
  • Saint-Flour cathédrale Saint-Pierre : animaux (chameau, chien, mouton ou chèvre).
  • Saint-Illide: miséricordes du XVe siècle provenant de l'ancienne abbaye de Saint-Chamant, représentant des êtres fantastiques et des scènes de la vie quotidienne.
  • Salers église Saint-Paul : visage, lion, coquille et acanthe.
  • Villedieu église Notre-Dame-de-la-Nativité (38) : motifs de feuillages.

Charente 16[modifier | modifier le code]

Charente-Maritime 17[modifier | modifier le code]

Cher 18[modifier | modifier le code]

Corrèze 19[modifier | modifier le code]

  • Aubazine église de la Nativité de Notre-Dame : (50) splendide ensemble de visages (hommes et femmes aux coiffures variées, maures, moine, anges, masques monstrueux ou grotesques), quelques animaux (bœuf, lion, rapace et phénix), Cérès et Bacchus.
  • Beaulieu-sur-Dordogne abbatiale Saint-Pierre : majorité de motifs végétaux stylisés (palmettes, acanthes, feuilles de chênes), vases garnis de branches et de fruits, masque hurlant et quelques visages d'hommes et de femmes.

Corse-du-Sud 2A[modifier | modifier le code]

  • Bonifacio église Saint Dominique : miséricordes d'un modèle simple.
  • Porto-Vecchio chapelle Sainte-Croix (siège de la confrérie éponyme) : stalles de 2002 pourvues de sièges relevables donnant accès à un astucieux coffret « vide-poche »

Côte-d'Or 21[modifier | modifier le code]

  • Dijon église Saint-Michel : deux types de motifs classiques : cannelé et feuilles d'acanthe stylisées.
  • Flavigny-sur-Ozerain église Saint-Genest (24)
  • Grancey-le-Château-Neuvelle château (32)
  • Rouvres-en-Plaine collégiale Saint-Jean-Baptiste (20) : majorité de visages ornés de larges accessoires symboliques (ailes d'oiseaux ou de chauves-souris, cornes d'abondance, rameaux fleuris, gerbes de blé ou guirlandes), faciès monstrueux et corbeilles garnies de fruits. À noter, la sculpture à entrelacs des dossiers et des parcloses. Dans le chœur, vaste cathèdre triple aux miséricordes reprenant les mêmes décors que ceux des stalles.
  • Saint-Jean-de-Losne église (10) : médaillons, coquilles, vases, volutes et pinceaux baroques.
  • Saint-Seine-l'Abbaye : feuillage, balance, coq et dragon
  • Saulieu église Saint-Andoche (56) : petits motifs naïfs de fleurs, plantes, oiseaux et visages à la facture apparentée à celle des miséricordes de l'église de Bard-le-Régulier.
  • Vitteaux (œuvres d'amateurs ou primitives) : têtes d'hommes, sirène.

Côtes-d'Armor 22[modifier | modifier le code]

Église Saint-Jacques de Perros-Guirec

Creuse 23[modifier | modifier le code]

  • Boussac château (2), collection privée : têtes ailées (anges ?), XVIIIe siècle.
  • Chambon-sur-Voueize église Sainte-Valérie (46).
  • Moutier-d'Ahun abbaye : splendide ensemble de 26 stalles du XVIIe siècle décorées de motifs floraux (guirlandes/bouquets), de visages et d'oiseaux.

D[modifier | modifier le code]

Deux-Sèvres 79[modifier | modifier le code]

  • Bressuire église Notre-Dame : anges, bouffon, singe, chats, oiseaux, feuillages et deux hommes chausses baissées.
  • Celles-sur-Belle église Notre-Dame (12) : classiques à feuilles d'acanthe.
  • Oiron collégiale Saint-Maurice (18) : chien, chauve-souris, bouffon avec sa marotte, volatile et personnage fantastique s'extrayant de coquillages, visages, feuillages stylisés et un fantastique "oiseau-reptile".
  • Parthenay église Saint-Laurent : visages humains, animaux sauvages (lion, lézard, aigle, escargot) et domestiques (bœuf, mouton), raisins.
  • Saint-Jouin-de-Marnes église abbatiale (47) : têtes d'anges, visages entourés de feuillages, bouquets et acanthes, masques grotesques et cœurs "en flamme".
  • Saint-Maixent-l'École église abbatiale (55) : têtes humaines aux coiffures exubérantes constituées de végétaux, bouquets, feuilles d'acanthe, chat et oiseaux, dont un emportant un serpent.

Dordogne 24[modifier | modifier le code]

Doubs 25[modifier | modifier le code]

Drôme 26[modifier | modifier le code]

E[modifier | modifier le code]

Essonne 91[modifier | modifier le code]

Eure 27[modifier | modifier le code]

  • Les Andelys Notre-Dame de Grand-Andely : (26) : animaux fantastiques ou familiers, bouffon tenant une coupe, sculpteur en action, attributs de pèlerin (coquille et bourdon), scènes de vie et sirène :

Enfin, une miséricorde énigmatique représentant un rocher ou un menhir entouré d'un personnage agenouillé (clerc ?) et d'une sandale… Serait-ce en rébus la signature du sculpteur ?

  • Les Andelys église Saint-Sauveur du Petit Andely : coquilles saint Jacques et médaillons bordés de rinceaux.
  • Bernay église Sainte-Croix : simple feuillage agrémenté d'entrelac.
  • Bernay Église Notre-Dame-de-la-Couture (64) : Plusieurs séries du même modèle (cannelé, grappe de raisin, courge, blasons illisibles ou simplement tournés), un visage d'homme et un de femme, une belle coquille saint jacques et quelques motifs non figuratifs.

Eure-et-Loir 28[modifier | modifier le code]

Miséricorde de l'église Saint-Pierre de Maintenon.
Miséricorde de l'église Saint-Pierre de Maintenon.
  • Chartres église Saint-Aignan : feuilles d'acanthe.
  • Chartres église Saint-Pierre : feuilles d'acanthe + chaise curiale ornée.
  • Châteaudun église Saint-Valérien (8) : motif de feuilles d'acanthe.
  • Maintenon (4) église Saint-Pierre : deux paires de stalles aux miséricordes classiques en feuilles d'acanthe et de têtes d'anges malencontreusement enduites d'une épaisse couche d'un vernis marron.
  • Thiron-Gardais (8) abbaye de la Sainte-Trinité : visages naïfs d'hommes et de femmes, ébauches d'un écusson.

F[modifier | modifier le code]

Finistère 29[modifier | modifier le code]

  • Daoulas abbaye Notre-Dame
  • Morlaix église Saint-Melaine (1) : siège "épiscopal" motif végétal classique.
  • Plonévez-du-Faou chapelle Saint-Herbot (14) : vases, têtes animales (bœuf) et visages humains (bouffon maure à la coiffe ornée de grelots, homme barbu.

G[modifier | modifier le code]

Gard 30[modifier | modifier le code]

Gers 32[modifier | modifier le code]

Gironde 33[modifier | modifier le code]

  • Bordeaux (cathédrale Saint-André de Bordeaux) (66) : superbe ensemble de têtes (maures, indiens d'Amérique, occidentaux), masques monstrueux et visages grimaçants, médaillons, coquilles et motifs baroques, roi, allégorie de la Justice, animaux (chien, chouette et oiseau de proie) entourées de motifs décoratifs variés (rinceaux, guirlandes, branches fleuries, entrelacs et croisillons). Voir également dans la chapelle du Sacré-Cœur, des visages et des angelots.
  • Bordeaux église Saint-Bruno (14) : visages humains, monstrueux ou grotesques, têtes couronnées et coquilles de même facture que celles de la cathédrale.
  • Bordeaux église Saint-Pierre (9) : alternance de têtes d'anges et d'un motif baroque à feuilles d'acanthe, rinreaux et volutes.
  • Bordeaux église Saint-Seurin (30) : monstres mythologiques dévorant des humains, sirènes (des deux sexes), dictons et saynètes de la vie quotidienne (jeux, luttes, musiciens…) Seule une partie des stalles sont présentes, le reste ayant été vendues et se trouvant en l'église Saint-Martin de l'Isle-Adam (95)
Adam et Ève

H[modifier | modifier le code]

Haut-Rhin 68[modifier | modifier le code]

  • Lautenbach église Saint-Jean-Baptiste (25) : miséricordes de petite taille représentant des démons, des animaux fantastiques et des personnages grotesques ou monstrueux, un goupil travestit en moine, un singe musicien, un chien portant un paquet et un homme semblant escalader la miséricorde, les fesses à l'air.

Haute-Corse 2B[modifier | modifier le code]

Haute-Garonne 31[modifier | modifier le code]

  • Fronton, église (10)
  • Rieux, ancienne cathédrale Sainte-Marie (61)
  • Saint-Bertrand-de-Comminges, cathédrale Notre-Dame (65)
  • Toulouse, église Notre-Dame de la Daurade : modèle unique de feuillage stylisé.
  • Toulouse, église Notre-Dame du Taur : modèle simple "à boule"
  • Toulouse, abbatiale Saint-Sernin (51 présentant des ressemblances avec celles de la cathédrale Saint-Volusien de Foix) : enfants évoluant dans des feuillages en compagnie de reptiles monstrueux, visages d'hommes et de femmes, cornes d'abondance, corbeilles de fleurs, masques fantastiques, hommes « verts » et « sauvages », Calvin représenté en porc prêchant.
  • Toulouse, cathédrale Saint-Étienne (105) : animaux et personnages fantastiques, pour la plupart encadrés de guirlandes de fleurs et de fruits, enfant jouant avec un reptile, têtes d'anges jeunes ou vieux, plusieurs visages féminins entourés de rubans et de voiles.
  • Toulouse, église Saint-Pierre des Chartreux (62) : têtes de lions, visages d'anges, masques fantastiques et monstres marins.
  • Villemur-sur-Tarn, église (6)

Haute-Loire 43[modifier | modifier le code]

  • Blesle collégiale Saint-Pierre (15)
  • Chanteuges abbaye Saint-Marcellin (25) : fleurs de lys, deux têtes de chiens et une d'éléphant, quelques formes triangulaires simples parfois ornées de feuillages stylisés, deux attributs de pèlerins (bourdons et coquilles).
  • La Chaise-Dieu abbatiale Saint Robert (144)
  • Langeac collégiale Saint-Gal (35) : visages majoritairement masculins (bouffons, hommes verts, barbus, pèlerin), ange portant un écusson, coq, femme à la coiffe en forme de coquille Saint-Jacques, portrait d'un enfant se faisant coiffer.

Haute-Marne 52[modifier | modifier le code]

  • Wassy église Notre-Dame (20) : miséricordes de style baroque à motifs végétaux stylisés.

Haute-Saône 70[modifier | modifier le code]

Haute-Savoie 74[modifier | modifier le code]

Haute-Vienne 87[modifier | modifier le code]

  • Aureil église Saint-Gaucher (10) : visages de femmes, animaux fantastiques, chien, aigle et feuillages.
  • Limoges église Saint-Pierre-du-Queyroix (12) : simples consoles surmontant un petit motif végétal classique.
  • Limoges église Saint-Michel-aux-Lions : motif de feuilles d'acanthe.
  • Mortemart église des Augustins (28) du XVe siècle représentant des animaux domestiques et fantastiques ainsi que quelques personnages et visages.
  • Saint-Léonard-de-Noblat église (32) : visages au naturel, monstrueux ou grotesques (guerrier, bourgeois, bouffon), animaux domestiques (lapin, bœuf), sauvages (lion, sanglier, poisson, chauve-souris) ou fantastiques. Fleur de lys et main donnant une bénédiction.
  • Solignac église Saint-Pierre (43) : êtres fantastiques (vouivres, dragons, sirène), animaux sauvages et domestiques (veau, chien, singe, lion), feuillages stylisés ou au naturel (chêne, marronnier), personnages divers (femmes, moines, couple), caricaturés et monstrueux. À noter qu'une douzaine de miséricordes signées « MH » semblent avoir été réalisées ultérieurement (restauration/complément ?) en prenant modèle sur certaines existantes.

Hautes-Alpes 05[modifier | modifier le code]

Hautes-Pyrénées 65[modifier | modifier le code]

Hauts-de-Seine 92[modifier | modifier le code]

Hérault 34[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

Ille-et-Vilaine 35[modifier | modifier le code]

  • Torcé église Saint-Médard (8): probablement début XVIIIe siècle, motifs évoquant des végétaux (feuilles ou fleurs) imaginaires
  • Vitré église Saint-Martin : oiseaux fabuleux, anges agenouillés en prière, diables ailés et personnages divers

Indre 36[modifier | modifier le code]

  • Bommiers église Saint-Pierre (45)
  • Issoudun église Saint-Cyr : dans la chapelle du sud dédiée à la vierge, 7 visages et une tête de lion. Dans le chœur, miséricordes aux motifs végétaux stylisés.
  • Levroux collégiale Saint-Sylvain (37)
  • Palluau-sur-Indre église (14)
  • Poulaines église (15)
  • Saint-Marcel église (6)

Indre-et-Loire 37[modifier | modifier le code]

  • Rigny-Ussé chapelle du château d'Ussé
  • Saint-Flovier (16) provenant probablement de l'ancienne église de Sainte-Julitte : végétaux, bouffons, animaux domestiques (chien, porc, bélier).
  • Saint-Épain église (14)
  • Tours église Saint-Saturnin (30) provenant de l'abbaye Saint-Paul de Cormery : animaux fabuleux ou domestiques, visages humains, feuillages.

Isère 38[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

Jura 39[modifier | modifier le code]

Clairvaux-les-Lacs
  • Salins-les-Bains église Saint-Anatoile (4 restant sur les 24 d'origine) : 1 visage d'une femme frisée + 3 motifs végétaux identiques.

L[modifier | modifier le code]

Landes 40[modifier | modifier le code]

  • Dax cathédrale Notre-Dame (35) : oiseaux divers, masques et personnages fantastiques, sirène, anges et enfants, serpents entrelacés, motifs baroques de rinceaux, feuillages et écussons.
  • Saint-Paul-lès-Dax église Saint-Paul (6) : feuilles de chêne et de lierre, visage d'ange.
  • Sanguinet : église Saint-Sauveur : cathèdre triple dont le siège central s'orne d'une miséricorde en tête d'ange, tandis que celles des deux sièges auxiliaires sont à motif végétal stylisé.
  • Sorde-l'Abbaye abbaye Saint-Jean : modèle unique cannelé à assise trilobée.

Loir-et-Cher 41[modifier | modifier le code]

  • La Ferté-Beauharnais église Saint-Barthélemy : animaux
  • Pontlevoy abbatiale Notre-Dame (16)
  • Sougé église Saint-Quentin (38) : feuillages stylisés, visages, ange portant un écu, têtes d'animaux, un hallebardier, un cœur gravé "1667"
  • Trôo collégiale Saint-Martin (20) : majorité du même thème de feuillage type feuille de chêne et portrait d'un bouffon.
  • Vendôme église de la Trinité (32 miséricordes du XVe siècle) : scènes de la vie rurale, joueur de cornemuse, chasseur terrassant un ours, escargot mangeant une feuille.
  • Vendôme église Sainte-Marie-Madeleine : chevet garni de stalles incurvées aux miséricordes d'un seul modèle à coquilles bordées de rinceaux + ensemble de quatre à feuilles d'acanthe.
  • Villiers-sur-Loir église Saint-Gilles (18) : moine en prière, joueur de cornemuse, bouffon, singes pilant au mortier, portrait d'une femme parée de bijoux, aumônière et bourdon de pèlerin, fleurs et feuillages.

Loire 42[modifier | modifier le code]

Loire-Atlantique 44[modifier | modifier le code]

  • Couëron église Saint-Symphorien (10) : feuillages stylisés, visage d'homme en colère, radis ou betterave.
  • Guérande église Saint-Aubin (33) : simple feuillage
  • Mesquer église : deux stalles doubles, l'une comportant deux visages féminins, l'autre, deux d'hommes moustachus.
  • Nantes cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul : décors de rinceaux.
  • Pornic église St Gildas (11) du 19 em : 8 identiques au décor de pomme de pin et feuillage, aigle, tête de lion et d'un bovin.
  • Saint-Gildas-des-Bois (34) : vases, guirlandes, fleurs, médaillons, anges et tête de mort.
  • Saint-Nazaire église Saint-Nazaire (12) : ensemble de quatre stalles triples de facture moderne comportant des miséricordes de style médiéval.

Loiret 45[modifier | modifier le code]

  • Cerdon : classiques avec palmes. Accotoirs guillochés ornés de petites têtes d'angelots.
  • Ferrières-en-Gâtinais Abbaye de Ferrières|abbatiale Saint-Pierre et Saint-Paul (40): motif classique de feuilles d'acanthe. Belle chaise épiscopale
  • La Ferté-Saint-Aubin église Saint-Michel : visages sur fond de draperie.
  • Ingré église Saint-Loup (12 dans le chœur + 14 dans la chapelle Saint-Loup au sud) : modèle unique à feuille d'acanthe.
    église Saint-Loup d'Ingré
  • Jargeau : décoration abstraite à motifs végétaux
  • Lorris église Notre-Dame (17) : scènes de la vie quotidienne (cavaliers, couple) saint Marc lisant (près du lion), anges montrant "la sainte face" ainsi que des blasons, guerrier combattant un dragon et exposition paillarde d'un homme, cul nu.
  • Meung-sur-Loire château : 1 chaise épiscopale avec miséricorde classique.
  • Montargis église Sainte-Madeleine : tête de lion et visage monstrueux d'un homme crachant.
  • Orléans cathédrale Sainte-Croix : végétaux.
  • Orléans église Saint-Donatien : feuilles d'acanthe, nœud, volutes, coquilles, rinceaux, feuillage stylisé, têtes d'anges, monogramme "SA".
  • Saint-Benoît-sur-Loire église (64) : feuillages.

Lot 46[modifier | modifier le code]

Lot-et-Garonne 47[modifier | modifier le code]

  • Castillonés église Saint-Pierre (7) : sculptures naïves de fleurs et feuillages.
  • Le Mas-d'Agenais abbatiale Saint-Vincent (48)
  • Moirax église Notre-Dame (18)
  • Villeneuve-sur-Lot église Sainte-Catherine : végétaux stylisés sur 3 des 4 cathèdres situées dans le chœur.

Lozère 48[modifier | modifier le code]

Cathédrale de Mende
Marvejols - Notre-Dame de la Carce

M[modifier | modifier le code]

Maine-et-Loire 49[modifier | modifier le code]

  • Angers : chapelle du château
  • Beaufort-en-Vallée église Notre-Dame de l'Assomption : anges, hommes moustachus et chaise curiale.
  • Béhuard église Notre-Dame (16) : couple de paysans, feuillages ornementaux, personnage au chapeau rond, deux chiens sur un os, paysan endormi.
  • Blaison église Saint-Aubin (40) : chauve-souris, feuillages, animaux domestiques et fantastiques.
  • Chemiré-sur-Sarthe église Saint-Jacques (9) : décors végétaux dont deux corbeilles de fruits et de fleurs, acanthes et volutes.
  • Denée église Notre-Dame : feuilles d'acanthe.
  • Distré église au clocher tors (3)
  • Jarzé église Saint-Cyr-et-Sainte-Julitte (10) : deux blasons martelés, une tête couronnée, feuilles d'acanthe, vouivre et un pichet.
  • Les Rosiers-sur-Loire église Notre-Dame : motifs végétaux.
  • Montreuil-Bellay (4) : œuvres naïves.
  • Montsoreau église (6) : feuillages.
  • Mûrs-Erigné église Saint-Venant (3 du XIXe siècle) : motifs floraux sous deux chaises curiales et une stalle remisées au fond de la nef.
  • Les Ponts-de-Cé église Saint-Aubin : simples miséricordes en boules + remplacements sommaires.
  • Les Ponts-de-Cé église Saint-Maurille (12) : animaux et personnages mythiques, commère à la bouche verrouillée, scène de chasse, rats attaquant la chrétienté (sujet présent à Gassicourt/78 et à Champeaux/77), éléphant de guerre.
  • Le Puy-Notre-Dame collégiale (44 à l'origine) en restent 28 de la fin du XVIe siècle + 2 vendues et utilisées dans une tête de lit du château de (Montreuil-Bellay) : belle série de portraits, d'animaux, de motifs végétaux et de personnages dont un angevin buvant de son « sac à vin ».
  • Rochefort-sur-Loire église du Sacré-Cœur (14 classiques en corbeilles de fleurs et rinceaux dans le chœur + 12 ordinaires à boules dans le déambulatoire).
  • Saumur église Notre-Dame de Nantilly (30) : visages humains, têtes d'anges, animaux domestiques (chiens, chats, lapins) représentés de manière naïve, masques fantastiques.
  • Saumur : église Saint-Pierre (31) miséricordes de 1474 représentant des guerriers, des animaux fabuleux, un ange portant un blason, des visages de vieillards et des scènes de la vie quotidienne (femme avec son bébé, autre buvant, clercs en discussion).

Manche 50[modifier | modifier le code]

  • Avranches église Notre-Dame-des-Champs : mélange hétérogène de meubles de chœur (curieuses stalles plutôt modernes aux accoudoirs en lions, cathèdres et stalles classiques XVIIIe – XIXe siècle) certains ornés de miséricordes à motifs floraux.
  • Brévands église Saint-Martin (5 subsistant aux 20 initiales + 2 cathèdres sans miséricordes) : 2 serpents fantastique, tête d'ange, feuille d'acanthe et visage d'homme grimaçant. Restent quelques jouées de belle factures (deux hommes barbus, une tête de lion et un reptile).
  • Bricqueville-sur-Mer église Saint-Vigor : motifs végétaux stylisés et tête d'anges
  • Carentan église Notre-Dame (32) : tête d'ange et motif cylindrique, visages d'homme "végétal", nombreuses urnes, profils dans des couronnes tressées.
  • Cerisy-la-Forêt abbatiale Saint-Vigor (44 datées de 1400) : motifs de feuillages ressemblant fort à ceux de Saint-Fromond (voir ci-après).
  • Coutances cathédrale Notre-Dame : miséricordes malheureusement difficiles à voir (sièges vissés en position basse), feuillages, fleurs et fruits, visages, tête de chevalier en cotte de mailles et écureuil, lièvre et perdrix.
  • Coutances église Saint-Pierre : superbe ensemble de stalles de chœur ornée de motifs de type celte.
  • Ducey : raisins et lierre.
  • La Lucerne-d'Outremer abbatiale de la Lucerne (26) : à la croisée du transept, stalles aux miséricordes montrant en alternance, végétaux (chêne, vigne, feuillages stylisés) + un visage à la facture naïve et des modèles simples de formes géométriques. Dans le chœur, deux ensembles de trois stalles aux miséricordes identiques de type abstrait.
  • Mortain collégiale Saint-Évroult (24 dans le chœur) : riche ensemble de personnages divers (cornemuseux, tanneurs, meunier, femme et bourgeois), nombreux anges maniant couronne, harpe, livre, étoffe, écus, quelques êtres fantastiques (centaure, dragon, griffons et taureau ailé de type assyrien, deux "hommes sauvages " exhibant un blason à tête de lion rayonnant, motif repris sur une autre miséricorde. Enfin, placées dans le chœur, mais en majorité autour de l'abside, une vingtaine de stalles aux miséricordes à motifs végétaux fixées en position basse.
  • Mortain abbaye Blanche (7) motifs de végétaux stylisés, visages fantastiques, homme en prière, triple têtes de femmes et ange portant un écu sans armoiries.
  • Ponts église Saint-Etienne (8) : stalles et cathèdres à accotoirs représentant des lions et miséricordes, du même modèle que celui décrit pour l'église Notre-Dame-des-Champs d'Avranches.
  • Saint-Fromond ancien prieuré (33) : feuillages comportant de grandes similitudes avec ceux de l'abbatiale de Cerisy-la-Forêt (même fabricant ou copie), animaux (chauve-souris, bovin, aigle bicéphale), triple visage, un apothicaire pilant dans son mortier, visages de femmes, d'hommes et d'un bouffon à la coiffe ornée de grelots, fleurs de lys, et armoiries.
  • Saint-Lô cathédrale : visages grimaçants, accotoir + tête d'ange, feuilles d'acanthe.
  • Valognes chapelle de l'hôpital : Une stalle au dossier et à l'avant sculptés. Miséricorde à simple motif géométrique

Marne 51[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Mayenne 53[modifier | modifier le code]

Meurthe-et-Moselle 54[modifier | modifier le code]

Meuse 55[modifier | modifier le code]

Morbihan 56[modifier | modifier le code]

  • Brech église Saint-André (13) : du même motif à feuille d'acanthe.
  • Ploërmel chapelle du lycée La Mennais : vigne.
  • Pontivy basilique Notre-Dame de Joie : tête d'ange, tête d'animal (mouton ?), personnages aux longues oreilles.
  • Questembert église Saint-Pierre : décors végétaux.
  • Rochefort-en-Terre église Notre-Dame de la Tronchaye (24) : étranges visages aux yeux « morts », feuillage. Stalles gravées de texte (MISERE:F:ANDRE:CHANTRE:ET/MISERE:G:GVEHO:/FR I:IV EIEN:GVINOES 1592) et placard portant un nom + une date (M:P:EVENARD 1629)

Moselle 57[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

Nièvre 58[modifier | modifier le code]

  • Clamecy collégiale Saint-Martin : fleurs et feuillages stylisés.
  • Corbigny église Saint-Seine (22 ornementales du XVIIe siècle)
  • La Maison-Dieu église (10 du XIVe siècle) : crâne, visages (évêque, hommes barbus, grimaçants ou monstrueux) et têtes d'animaux.

Nord 59[modifier | modifier le code]

  • Cambrai cathédrale Notre-Dame : unique modèle mêlant coquille, rinceaux et volute.
  • Cambrai église Saint-Géry : alternance d'un motif à coquille bordée de feuillages et d'un modèle à rinceaux végétaux.
  • Lille cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille (23) : Dans le chœur, une tortue, un aigle, des portraits illustrant les travers du genre humain et les péchés. Le long du nord de la nef, des stalles aux miséricordes d'un unique modèle simple.
  • Vaucelles abbaye Notre-Dame : dans l'oratoire, importante quantité de stalles provenant de l'ancienne abbaye/prison de Loos, aux simples miséricordes en "tonneaux". Dans la chapelle, trois ensembles de stalles de provenances différentes, aux miséricordes ornées de feuilles d'acanthe et fleurs, ou de petites palmettes.

O[modifier | modifier le code]

Oise 60[modifier | modifier le code]

  • Avilly-Saint-Léonard église Saint-Léonard (20 provenant du prieuré Saint-Nicolas d'Acy à Couteuil) : figures d'anges, urnes ornées de feuillages stylisés, de rubans et de petits personnages fantastiques, masques grotesques, enfant semblant recueillir les excréments d'un être monstrueux (sphinx ?)
  • Beauvais cathédrale Saint-Pierre (83) : ensemble de stalles d'époques différentes du XVIIe siècle, angelots et feuilles d'acanthe classiques et du XVIIe siècle : visages fantastiques et motifs végétaux. Pour les plus anciennes, de très beaux sujets sur les accotoirs : visages humains et figurines.
  • Beauvais église Saint-Étienne (49) : hommes tirant la langue + tête de chien, visages grimaçants et motifs floraux. Intéressantes sculptures sur les accotoirs, notamment un homme soufflant dans le cul d'un chien, un autre versant de l'eau et des individus se contorsionnant.
  • Boran-sur-Oise église Saint-Waast : ne subsiste des stalles du chœur démontées lors de travaux, qu'une chaise curiale dont la miséricorde représente une tête d'homme frisé à moustache.
  • Chaumont-en-Vexin église Saint-Jean-Baptiste (12 dans le chœur + 2 chaises curiales dans le déambulatoire) : feuillages stylisés, dragon, porcher, coq, joueur de luth et deux hommes (un vieux et un jeune) lisant. Enfin, une vanité représentant une jeune femme et la mort sous forme d'un crane.
  • Gerberoy église Saint-Pierre (3) : visages + une scène rurale, volées et remplacées par un modèle unique des plus simples.

Orne 61[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

Paris 75[modifier | modifier le code]

Pas-de-Calais 62[modifier | modifier le code]

  • Bergues église Saint-Martin (4) : visages d'hommes jeunes aux cheveux hérissés
  • Boulogne-sur-Mer église : motif classique de feuilles d'acanthe.
  • Montreuil-sur-Mer : motif classique de feuille d'acanthe.
  • Saint-Omer cathédrale Notre-Dame : ensemble de stalles aux miséricordes d'un unique modèle de feuilles d'acanthe.
  • Verchin église (à clocher tors) : décors de végétaux.

Puy-de-Dôme 63[modifier | modifier le code]

  • Besse-et-Saint-Anastaise église Saint-André de Besse-en-Chandesse (30) : personnages allongés, visages monstrueux, animaux fabuleux et corps de métiers (cordier, savetier, forgeron, menuisier ..) .
  • Billom église Saint-Cerneuf (49) : splendide ensemble alternant masques grimaçants et décors d'arabesques de ramages et de végétaux.
  • Riom église Saint-Amable (47) : majorité de faces humaines en partie transformées ou décorées comme masquées, têtes d'anges et d'animaux, cornes d'abondance et vases.
  • Saint-Saturnin : église Notre-Dame : têtes d'anges.
  • Thiers église Saint-Genès (24) : visages grotesques ou monstrueux, 2 têtes de femmes entourées de livres et lunettes.
  • Thiers église Saint-Symphorien du Moutier : curieuses miséricordes "ergonomiques" trilobées
  • Vic-le-Comte église de la Sainte-Chapelle (24) : miséricordes à thème végétal et à cannelures.

Pyrénées-Atlantiques 64[modifier | modifier le code]

  • Bayonne cathédrale Sainte-Marie : dans la chapelle du Saint-Sacrement, ensemble de stalles du XIXe siècle garnies de miséricordes à motifs de feuillages et de fleurs.
  • Lescar cathédrale Notre-Dame (56)

Pyrénées-Orientales 66[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

Rhône 69[modifier | modifier le code]

  • Lyon primatiale Saint-Jean : modèle classique à petit feuillage stylisé (laurier/chêne, etc.)
  • Lyon église Saint-Paul : modèle unique en corniche géométrique ornée d'un rameau stylisé.
  • Lyon église Saint-Martin-d'Ainay : trois ensembles de quatre stalles de style néo-roman, aux miséricordes à feuilles d'acanthe et à l'assise gravée d'un motif floral.

S[modifier | modifier le code]

Saône-et-Loire 71[modifier | modifier le code]

  • Autun cathédrale Saint-Lazare : modèle classique de coquilles, cannelées, rinceaux, acanthes, guirlandes et feuillages stylisés
  • Cuisery église Notre-Dame

Sarthe 72[modifier | modifier le code]

  • Château-l'Hermitage : église abbatiale Notre-Dame.
  • Chenu (14)
  • Conlie église Saint-Vigor (25)
  • La Flèche église Saint-Thomas : chien couché, animal monstrueux, personnage griffu tenant un phylactère, plusieurs personnages endormis à comparer à celui existant à Villefranche-de-Rouergue
  • Le Mans cathédrale Saint-Julien (31) : série de sculptures de vasques, anges musiciens, animaux au naturel ou fantastiques (salamandre), divers personnages (l'un marchant avec un lion, l'autre méditant sur la mort), visage joufflu.
  • Le Mans église Saint-Benoît : feuilles d'acanthe, têtes d'anges et vase.
  • Pontvallain église Saint-Pierre-Saint-Paul.
  • Précigné église Saint-Pierre.
  • René église Saint-Pierre
  • Saint-Calais église Notre-Dame : divers motifs baroques XVIIIe siècle médaillons, tête "rayonnante", coquilles entourées de rinceaux et de volutes. Visage féminin orné de guirlandes et coiffé d'un quartier de lune (Diane ? ).
  • Sainte-Cérotte église (28)
  • Sillé-le-Guillaume église Notre-Dame
  • Solesmes église Saint-Pierre (21) : seules miséricordes trouvées, dans le chœur de l'église abbatiale mais inaccessibles à la visite.
  • Vivoin église Saint-Hyppolyte.

Savoie 73[modifier | modifier le code]

  • Chambéry cathédrale Saint-François-de-Sales : Modèle baroque à coquilles, feuillages stylisés et rinceaux.
  • La Léchère église Saint-André de Doucy-en-Tarentaise (12)
  • Saint-Jean-de-Maurienne : cathédrale Saint-Jean-Baptiste (81) : outils de charpentiers, symboles religieux (mitre, crosse), compagnonniques (équerre, compas, maillet), animaux domestiques (chien, oie, chat) ou sauvages (ours, mouflon, renard) et divers visages (Maure, moines, bouffon). À signaler une grande similitude (10 motifs) avec les sujets figurant dans le chœur de la collégiale Saint-Ours d'Aoste (Italie).
  • Yenne (église Notre-Dame) (16) : alternance d'un modèle géométrique simple et de décors végétaux naturels (vigne, platane), visages d'hommes dont un bouffon et rosaces

Seine-et-Marne 77[modifier | modifier le code]

Cathédrale de Meaux
  • Blandy église Saint-Maurice (2) stalles individuelles mobiles aux miséricordes en faces mi-humaines/mi-animales + deux rangées de type ordinaire du XIXe siècle.
  • Champeaux collégiale Saint-Martin (54) : montures fantastiques et cavaliers fantaisistes, animaux sauvages, oiseaux et singes, scènes de vie (joueurs de badminton/paysans/personnages), illustrations de proverbes, série d'évocation de l'Ancien Testament, sirène et probables caricatures anticléricales (cochon prêchant à des volatiles). À noter : rats dévorant le monde chrétien, tels que visibles en l'église Sainte-Anne de Gassicourt (78) et à Saint-Maurille aux Ponts-de-Cé (49)
  • Château-Landon église : motif en feuilles d'acanthe.
  • Meaux cathédrale Saint-Étienne (69) : uniquement des têtes d'anges.
  • Soignolles-en-Brie église (17)

Seine-Maritime 76[modifier | modifier le code]

Abbatiale Saint-Ouen de Rouen

Seine-Saint-Denis 93[modifier | modifier le code]

Cathédrale Saint-Denis

Somme 80[modifier | modifier le code]

  • Amiens église Saint-Leu (12) : vases fleuris, têtes d'angelot, oiseaux fantastiques.
  • Argoules abbaye de Valloires : motif rocaille.
  • Ham église abbatiale Notre-Dame : modèle unique de feuilles d'acanthe.
  • Le Crotoy église : motifs végétaux.
  • Pendé église (16) : visages d'anges remplacés, lorsqu'ils sont manquants par des miséricordes modernes.
  • Péronne église Saint-Jean-Baptiste (10) : modèle unique classique d'un médaillon circulaire rayonnant sous des rinceaux.
  • Rue église Saint-Wulphy (13) : entrelacs de végétaux, visage d'homme barbu, rosace gravée "FAIT 1850" + chapelle du Saint-Esprit (2) : motif à feuilles d'acanthe.
  • Saint-Riquier abbatiale : unique modèle classique à feuilles d'acanthe.
  • Saint-Riquier : Hôtel-Dieu (chapelle Saint-Nicolas) : unique modèle en console à la base cannelée surmontant un petit motif de feuillage stylisé.

T[modifier | modifier le code]

Tarn 81[modifier | modifier le code]

Église de Puycelsi

Tarn-et-Garonne 82[modifier | modifier le code]

Territoire de Belfort 90[modifier | modifier le code]

V[modifier | modifier le code]

Val-de-Marne 94[modifier | modifier le code]

Val-d'Oise 95[modifier | modifier le code]

L'Isle-Adam

Domont église Sainte-Marie-Madeleine (2)

  • Fontenay-en-Parisis église Saint-Aquilin (15, provenant de l'abbaye de Saint-Victor).
  • Grisy-les-Plâtres église Saint-Caprais (6).
  • L'Isle-Adam église Saint-Martin (6) : scènes de combats entre chasseurs (?) fauves ou animaux fantastiques, artisans, Compaspé chevauchant Aristote (comme à Rouen et Montbenoît). Ces stalles proviennent de l'église Saint-Seurin à Bordeaux.
  • Magny-en-Vexin église Notre-Dame (12) : au nord de la nef, petites miséricordes du XIXe siècle aux motifs de feuillages et de fruits, incluant quelques visages humains + un ange.
  • Marines église Saint-Remi (10): deux ensembles de 4 stalles aux miséricordes en forme de vase aux décors de végétaux stylisés, plus deux cathèdres aux miséricordes sculptées de feuilles d'acanthe.
Pontoise : cathédrale Saint Maclou

Var 83[modifier | modifier le code]

Vaucluse 84[modifier | modifier le code]

  • Avignon église Saint-Pierre (40) : du même modèle simple à décoration géométrique.
  • L'Isle-sur-Sorgue collégiale Notre-Dame-des-Anges : modèle unique à motif géométrique.

Vendée 85[modifier | modifier le code]

  • Luçon cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption : modèle unique baroque à feuilles d'acanthe.

Vienne 86[modifier | modifier le code]

  • Iteuil église (8)
  • Mirebeau église Saint-André (6)
  • Nouaillé-Maupertuis abbatiale Notre-Dame et Saint-Julien (60) : représentations de feuillages stylisés.
  • Poitiers cathédrale Saint-Pierre (58) : dans le chœur, petits motifs végétaux et visages monstrueux. Dans la nef, deux bancs de cinq stalles, comportant des masques grimaçants et des têtes de lions appartenant au même ensemble que les stalles du chœur de l'église Sainte-Radegonde voisine.

Vosges 88[modifier | modifier le code]

Y[modifier | modifier le code]

Yonne 89[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre (Auxerre)
  • Auxerre église Saint-Pierre (1) : siège « épiscopal » à motif végétal + dossier orné d'une crosse, croix et mitre.
  • Auxerre église abbatiale Saint Germain : modèle unique de simple forme géométrique.
  • Dixmont église Saint-Gervais Saint-Protais
  • Joux-la-Ville église Notre-Dame-de-la-Nativité (10) : 4 baroques à thème végétal dans le chœur et dans la nef, ensemble de 6 visages d'anges, d'êtres fantastiques ou de personnages grimaçants, ayant la particularité d'avoir été sculptés dans l'épaisseur de l'assise des stalles.
  • Montréal église Notre-Dame (26): exécutées entre 1530 et 1550 par les frères Rigolley de Nuit-sous-Ravières, elles représentent des masques fantastiques, des anges, des têtes d'animaux (béliers, lions, oiseaux) ainsi que des saynètes ou des paysages. À noter, la beauté des jouées et des panneaux des parcloses des stalles.
  • Noyers-sur-Serein église paroissiale Notre-Dame (11) : motif végétal, hommes au travail (laboureur, menuisier), têtes d'anges, cheval, êtres fantastiques.
  • Pontigny église abbatiale de l'Assomption : feuilles d'acanthe.
  • Saint-Fargeau église Saint-Ferréol (7) : ornées de feuillage ou têtes humaines à chapeaux.
  • Saint-Florentin église (38): visages naïfs ou fantastiques, masques grotesques, vasques cannelées ou à décors floraux.
  • Sainte-Pallaye église (10) : originaires de la toute proche abbaye de Reigny, elles alternent motifs végétaux stylisés et personnages (bouffon, enfant et volatile, homme munis d'un sac ou d'un bâton).
  • Vermenton Abbaye de Reigny (4) : dans la chapelle privée des propriétaires, une cathèdre à la miséricorde baroque à rinceaux et assise cannelée, plus un ensemble de 3 stalles aux dossiers néo-gothiques à claire-voie et miséricordes simples en feuillages stylisés.
  • Vézelay basilique Sainte-Marie-Madeleine : visages

Yvelines 78[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dorothy et Henry Kraus, Le monde caché des miséricordes, Les éditions de l'amateur, Paris, 1986 (traduit de l'anglais)
  • Georges Prache et Christian W.L. Sutcliffe, Les stalles de la cathédrale d'Amiens, Éditions Lescuyer, Lyon (descriptions en français et anglais).
  • Cahiers de Rencontre avec le Patrimoine religieux no 12 "Stalles et miséricordes Spiritualité et truculence" Colloque de Vendôme : 30 Sept/1er Oct 1999
  • Agnès Marsy-Debatte : "Fabuleuse histoire des saints des stalles de l'église Sainte-Catherine" (Association Sainte-Catherine Vieux Lille D'Hier à Demain).
  • Collégiale de Montréal (Yonne) : plaquette éditée en 2008 par le père Garnier, pour l'association des Amis de la Collégiale, prieuré Saint Bernard 89420 Montréal.

Notes et références[modifier | modifier le code]