Florac Trois Rivières

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Florac Trois Rivières
Florac Trois Rivières
La source du Pêcher (le Vibron).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lozère
(sous-préfecture)
Arrondissement Florac
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Gorges Causses Cévennes
(siège)
Maire
Mandat
Flore Thérond (DVG)
2020-2026
Code postal 48400
Code commune 48061
Démographie
Gentilé Floracois
Population
municipale
2 067 hab. (2019)
Densité 43 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 19′ 38″ nord, 3° 35′ 57″ est
Altitude 832 m
Min. 522 m
Max. 1 179 m
Superficie 48,39 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Florac Trois Rivières
(bureau centralisateur)
Législatives Circonscription de la Lozère
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie
City locator 14.svg
Florac Trois Rivières
Géolocalisation sur la carte : Lozère
Voir sur la carte topographique de la Lozère
City locator 14.svg
Florac Trois Rivières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Florac Trois Rivières
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Florac Trois Rivières
Liens
Site web ville-florac.fr

Florac Trois Rivières est une commune française, située en région Occitanie, dans le département de la Lozère, dont elle est une sous-préfecture.

De statut administratif commune nouvelle, elle est issue du regroupement le des deux communes de Florac et La Salle-Prunet.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Florac Trois Rivières est situé à 23 km au sud-est de Mende la plus grande ville des environs et préfecture du département. C'est une commune du parc national des Cévennes, siège de ce même parc. Florac est le siège de l'unique sous-préfecture de la Lozère.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Comme l'indique son nom, la nouvelle commune se trouve à la confluence de trois rivières, le Tarn, le Tarnon et la Mimente.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat des marges montargnardes », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat de montagne » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, la température décroît rapidement en fonction de l'altitude. On observe une nébulosité minimale en hiver et maximale en été. Les vents et les précipitations varient notablement selon le lieu[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré suivant[2].

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,8 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 7,4 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 8,6 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 16,1 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 279 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 9,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 4,8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[5] complétée par des études régionales[6] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. La station météorologique de Météo-France installée sur la commune et mise en service en 1859 permet de connaître en continu l'évolution des indicateurs météorologiques[7]. Le tableau détaillé pour la période 1981-2010 est présenté ci-après.

Statistiques 1981-2010 et records FLORAC (48) - alt : 595 m 44° 18′ 30″ N, 3° 35′ 48″ E
Records établis sur la période du 01-12-1859 au 04-01-2022
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 −1 1,5 3,6 7,3 10,2 12,3 11,8 8,8 6,8 2,5 −0,2 5,3
Température moyenne (°C) 3 3,8 7 9,4 13,5 17,1 19,9 19,4 15,5 11,7 6,7 3,6 10,9
Température maximale moyenne (°C) 7 8,7 12,6 15,3 19,7 24,1 27,4 27 22,3 16,6 10,9 7,4 16,6
Record de froid (°C)
date du record
−20
05.01.1971
−15
02.02.1954
−15,5
01.03.05
−7
08.04.21
−4
04.05.1967
−3
07.06.1954
2,8
01.07.1957
1
26.08.1966
−1
24.09.1977
−6
31.10.1997
−11
20.11.1952
−17,3
15.12.01
−20
1971
Record de chaleur (°C)
date du record
20,5
28.01.08
25,1
27.02.19
26
17.03.14
29
09.04.11
33,7
29.05.01
39,5
28.06.19
39
27.07.1957
39,4
13.08.03
34
09.09.1966
30,1
02.10.11
22
01.11.1981
18,7
16.12.1985
39,5
2019
Précipitations (mm) 95,6 73,6 61,6 109,1 96,1 64 40,8 55,4 109 129 129,7 109,8 1 073,7
Source : « Fiche 48061002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr, édité le : 06/01/2022 dans l'état de la base


Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Florac Trois Rivières est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 3],[8],[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Florius (nom de personne romaine) + suffixe -iacum (désignant l'appartenance d'un domaine à un homme)[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

La nouvelle commune est effective depuis le , entraînant la transformation des deux anciennes communes en « communes déléguées » dont la création a été entérinée par l'arrêté du 2 décembre 2015[14],[15].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Découpage territorial[modifier | modifier le code]

La commune de Florac Trois Rivières est membre de la communauté de communes Gorges Causses Cévennes[16], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Florac Trois Rivières. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[17].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Florac, à la circonscription administrative de l'État de la Lozère et à la région Occitanie[16].

Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Florac Trois Rivières pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[16], et de la circonscription de la Lozère pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[18].

À la suite du décret du , la commune est entièrement rattachée au canton de Florac Trois Rivières, dont elle est le bureau centralisateur[19].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mai 2020 Christian Huguet DVG Président de la communauté de communes Florac Sud Lozère
mai 2020 En cours Flore Thérond[20] PCF 1re vice-présidente de la CC Gorges Causses Cévennes (2020 → )

Communes déléguées[modifier | modifier le code]

Liste des communes déléguées
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Florac
(siège)
48P02 CC Florac - Sud Lozère 29,89 1 950 (2013) 65


La Salle-Prunet 48186 CC Florac - Sud Lozère 18,50 180 (2013) 9,7

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis sa création.

En 2019, la commune comptait 2 067 habitants[Note 4].

Évolution de la population  [ modifier ]
2014 2015 2016 2019
2 1072 0882 0692 067
(Sources : Insee à partir de 2014[21].)

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 29,3 %, soit un taux comparable à la moyenne départementale (29,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (33,6 %) est supérieur au taux départemental (32,5 %).

En 2018, la commune comptait 1 022 hommes pour 1 050 femmes, soit un taux de 50,68 % de femmes, supérieur au taux départemental (50,04 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit :

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[I 1]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,4 
90 ou +
3,9 
9,3 
75-89 ans
12,9 
20,0 
60-74 ans
19,7 
19,6 
45-59 ans
17,6 
20,3 
30-44 ans
16,7 
12,6 
15-29 ans
12,9 
16,9 
0-14 ans
16,4 
Pyramide des âges du département de la Lozère en 2018 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
90 ou +
2,6 
75-89 ans
11,8 
20,4 
60-74 ans
20 
22 
45-59 ans
20,6 
16,6 
30-44 ans
16,4 
15,1 
15-29 ans
13,6 
15,9 
0-14 ans
15 

Économie[modifier | modifier le code]

  • 5 épiceries
  • 5 magasins de vêtements
  • 4 boucheries
  • 3 boulangeries
  • 3 stations-service
  • 2 fleuristes
  • 1 magasin d'articles de sports
  • 1 magasin d'optique
  • 1 magasin d'équipements du foyer
  • 1 poissonnerie
  • 1 librairie
  • 1 supermarché
  • 1 magasin d'électroménager
Église Saint-Martin

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Temple protestant de Florac.

Église Saint-Martin de Florac[modifier | modifier le code]

L'église primitive, celle du prieuré de la Chaise-Dieu, était à l'emplacement de l'église actuelle, entourée d'un cimetière. Entre le XIIIe et le XVe siècle, l'histoire de Florac sera marquée par les rivalités qui opposaient le pouvoir du prieuré à celui du seigneur. Elle fut détruite en 1501 et un temple fut construit sur ses ruines, ce qui explique la présence de colonnes à l'entrée de l'église actuelle. Cette dernière, d'architecture néoclassique, date de 1833, comme le temple actuel, et comporte trois nefs, une abside, une absidiole et sa voûte en berceau est soutenue par des arcades en plein cintre. L'ensemble du quartier ancien est construit en fonction de la hiérarchie médiévale : toutes les ruelles convergent en effet vers l'église qui domine ainsi le quartier.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[4].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Cartes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sites[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  5. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  6. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  7. « Fiche du Poste 48061002 » [PDF], sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « toponymie : Languedoc-Roussillon », sur crehangec.free.fr (consulté le ).
  14. « recueil des actes administratifs de Lozère ».
  15. « Commune de Florac Trois Rivières (48061) », sur le Code officiel géographique publié par l'Insee (consulté le ).
  16. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Florac Trois Rivières », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  17. « communauté de communes Gorges Causses Cévennes - fiche descriptive au  », sur la Base nationale sur l'intercommunalité (consulté le ).
  18. « Découpage électoral de la Lozère (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le ).
  19. Décret n° 2020-206 du 5 mars 2020, modifiant le décret n° 2014-245 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département de la Lozère.
  20. « Flore Thérond et son conseil installés », sur Midi Libre, (consulté le ).
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  22. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Département de la Lozère (48) », (consulté le ).