Grands Causses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grands Causses
Subdivision administrative Midi-Pyrénées
Languedoc-Roussillon
Subdivision administrative Aveyron, Lozère
Hérault, Gard
Ville(s) principale(s) Millau
Coordonnées 45° 46′ 30″ N 2° 58′ 00″ E / 45.775, 2.9666666745° 46′ 30″ Nord 2° 58′ 00″ Est / 45.775, 2.96666667
Géologie calcaire
Relief Causse Comtal
Causse de Sévérac
Causse de Sauveterre
Causse Méjean
Causse Noir
Causse Rouge
Larzac
Production(s) majoritairement agricole
Région(s) naturelle(s)
voisine(s)
Aubrac
Margeride
Cévennes
Montpelliérais
Escandorgue
Lévézou
Saint-Affricain

Image illustrative de l'article Grands Causses
Situation sur la carte du Massif central

Les Grands Causses sont une appellation relativement récente pour désigner un ensemble de hauts plateaux calcaires, de vallées et de gorges constituant une partie sud du Massif central. Ils s'élèvent de 700 à 1 200 m d'altitude et font partie de l'étage montagnard et plus précisément, de la moyenne montagne[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Les Grands Causses sont délimités de la façon suivante[2] :

Sous ensembles[modifier | modifier le code]

Le Causse Méjean.

Les Grands Causses sont formés de sept causses dits « majeurs » :

et d'un grand nombre de petits causses périphériques (exemples : Causse de Mende, Causse de Blandas, Causse de Changefège, Causse-Bégon, etc.)

Géologie, topographie[modifier | modifier le code]

Résumé de l'histoire géologique et géomorphologique de la région[modifier | modifier le code]

Les Grands Causses forment un ensemble de hauts plateaux calcaires datant pour l'essentiel du jurassique. On trouve peu de dépôts affleurants datant de la période précédente (trias) excepté au sud, dans le Saint Affriquain et le Lodèvois. Quant aux dépôts postérieurs au jurassique (crétacé), ils sont quasiment absents. Les sédiments se sont déposés au jurassique dans un golfe aux eaux chaudes encadré de blocs hercyniens plus ou moins soulevés et délimité par des failles correspondant à des lignes de faiblesse du socle. L'axe médian de la sédimentation de la région des causses correspond à une ligne allant de Millau à Mende : c'est là que les sédiments sont les plus épais (1500 m par endroit). Au tertiaire, à la suite de la surrection des Alpes et des Pyrénées, l'ensemble des sédiments a été soulevé sans plissement par le rejeu des anciennes failles du socle primaire et s'est retrouvé en position émergée (c'est la raison qui explique l'absence de sédiments du crétacé et d'époques plus récentes). Les failles se regroupent en deux catégories : les méridiennes, correspondant à des forces de compression venant des Pyrénées et les transversales, correspondant à des forces de compression venant de l'arc alpin.

Les dépôts jurassiques calcaro-dolomitiques se trouvant à l'air libre, ceux-ci vont être ensuite soumis à l'érosion karstique. Les cours d'eau, en particulier le Tarn et la Jonte, vont y creuser, au fil du temps, des gorges ou former des cavités souterraines comme au Tindoul de la Vayssière. La dolomie, en s'érodant, a produit localement des formes originales (lapiaz géant) qu'on peut admirer dans des lieux comme Montpellier-le-Vieux ou Nîmes-le-Vieux.

Stratigraphie[3][modifier | modifier le code]

Période Époque Etage Sous-étage Caractéristiques principales
Trias Epaisseur: 300 m dans le Lodévois mais s'amenuisant vers le nord (encore présent dans la région de Saint-Affrique)
Jurassique Lias Hettangien Composé de dolomie, presque sans fossiles. Couche très épaisse à l'ouest (200 à 250 m selon un axe Lodève-Millau) mais beaucoup moins à l'est et au nord (50 m à Séverac).
Sinémurien Niveau complexe formé d'une alternance de calcarénite, de dolomie à pâte fine, de marnes feuilletées ou de calcaires argileux. Les débris végétaux y sont nombreux. Fossiles: crinoïdes, biostromes, lamellibranches, ammonites dans les calcaires argileux. Maximum d'épaisseur de la couche sur un axe Nant-Verrières (150 m) mais décroissance rapide autour de cette zone.
Pliensbachien Carixien Calcaires encrinitiques. Fossiles nombreux. Puissance maximale selon un axe Millau-Mende (30 à 50 m) mais passe à 10 m sur les bordures.
Domérien Marnes noires se délitant en paillettes schistoïdes. Puissance maximale selon un axe Millau-Mende (70 à 80 m). Incorporation d'éléments détritiques (quartz, feldspaths) à l'est de la région.
Toarcien Argiles calcaires, bitumineuses, disposées en feuillets ardoisiers. Lits de calcaires durs intercalés.Puissance maximale selon un axe Millau-Mende (200 m).
Dogger Aalénien Calcaires bleus et siliceux. Calcaires plutôt argileux à la base, plus pur au sommet. Fossiles: Cancellophycus. Puissance: de 50 à 60 m assez constante.
Bajocien Calcaires dolomitiques à la base, calcaires oolithiques dans la partie supérieure. Disparition des Cancellophycus. Maximum de la sédimentation dans la région de Millau. L'épaisseur de la couche se maintient presque partout au-dessus de 50 m.
Bathonien À la base, alternance d'argiles, de « schistes » bitumineux[Note 1] et de calcaires fins. Plusieurs petites couches de charbon. Au-dessus de ce niveau, calcaires sublithographiques (puissance: 150 à 200 m au centre de la région). Au Bathonien supérieur, on trouve une puissante formation de dolomie (200 m d'épaisseur).
Callovien Calcaire cristallin (zone orientale uniquement: du Causse de Mende au nord jusqu'au Causse de Blandas au sud) peu épais (2 à 10 m).
Malm Oxfordien Calcaires argileux à l'Oxfordien moyen (25 m). Au supérieur, puissante série, très monotone, de calcaires clairs (200 à 300 m).
Kimméridgien À la base, calcaires sublithographiques avec une faune d'ammonites. La partie supérieure est constituée de calcaire blanc ou de dolomie grise (puissance: 100 à 150 m).
Tithonien = ex-Portlandien Calcaires blancs ou rosés. Fossiles: Nérinées, Polypiers. Calcaires non dolomitisés. Epaisseur d'environ 100 m.

Le Crétacé est presque complètement absent de la région des causses. On a cependant trouvé quelques dépôts au sud de la région (vallée de la Vis) provenant de la mer crétacée qui recouvrait le Languedoc.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie est basée sur l'agriculture, en particulier sur l'élevage ovin pour la viande et pour la production laitière servant à l'élaboration de fromages de pays (en tout premier lieu le roquefort, affiné dans les caves du même nom, et qui constitue un pilier de l'économie locale).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Anémone pulsatille de Coste (Pulsatilla vulgaris var. costeana, endémique des pelouse calcaires des Grands Causses.
  • Le vautour moine a été réintroduit en France à partir de 1992, grâce à des lâchers de jeunes oiseaux dans les Grands Causses. La population était de 18 couples en 2010[4].

Protection environnementale et sociale[modifier | modifier le code]

Ce territoire et sa population sont sous la protection d'un Parc national et d'un Parc naturel régional : le Parc national des Cévennes et le Parc naturel régional des Grands Causses.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Inscription[modifier | modifier le code]

Logo du Patrimoine Mondial.

Depuis juin 2011, les Grands Causses sont entrés dans la liste du Patrimoine mondial de l'UNESCO à la suite de l'inscription du site Les Causses et les Cévennes : paysages culturels de l'agro-pastoralisme méditerranéen comme patrimoine culturel de l'humanité.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le gouvernement français a autorisé en avril 2010 une société texane à prospecter dans la région afin de déterminer si le gaz contenu dans ces marnes et ces schistes bitumineux peut être exploité, suscitant d'emblée l'hostilité de la population (José Bové en tête) en raison des graves conséquences sur l'environnement que ce type d'exploitation engendre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Moyenne Montagne », sur agriculture-moyenne-montagne.org (consulté le 24 novembre 2013)
  2. Frédéric Zégierman (Le guide des pays de France), Le guide des pays de France : 1, Nord ; 2, Sud, Paris, Fayard,‎ , 2 vol. (749, 637 p.) : cartes, couv. ill. en coul. ; 24 cm (ISBN 2-213-59960-2 et 2-213-59961-0, notice BnF no FRBNF37041895), p. Vol. 2 : Sud
  3. Jacques Rouire et Claude Rousset, Causses, Cévennes, Aubrac : 2 éd. refondue, Paris, Masson, coll. « Guides géologiques régionaux »,‎ , ill., couv. ill. ; 24 cm, 190 p. (ISBN 2-225-65274-0, ISSN 0338-2672, notice BnF no FRBNF34633662)
  4. LPO Mission Rapaces, « Le vautour moine ; Suivi et conservation » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Ligue de Protection des Oiseaux, sur rapaces.lpo.fr, consulté le 24/11/2013