Afro-Brésiliens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Afro-Brésiliens sont les habitants noirs du Brésil, désignant généralement descendants d'esclaves originaire d'Afrique.

D'après le recensement de 2010, ils représentent 7,6 % de la population totale (sans compter les métis) soit 14,5 millions de personnes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1944, Abdias do Nascimento fonde le Théâtre expérimental du Noir. Il entend faire de ce « laboratoire d'expression culturelle et artistique » un outil pour combattre les stéréotypes racistes, former des Noirs illettrés et organiser des conférences. Progressivement, ce mouvement prend une place politique en défiant l'autorité du pouvoir et l'individualisme du système économique[2]. Dans les années 1960, le mouvement dénonce l'alignement du régime militaire brésilien sur le colonialisme portugais — engagé dans des conflits sanglants en Guinée-Bissau, Angola et Mozambique — et le développement de ses relations commerciales avec l'Afrique du Sud[2].

Au début des années 2000, le militantisme des associations afro-brésiliennes obtient du gouvernement plusieurs réformes. Sous la présidence de Lula da Silva, le Brésil vote une loi sur l'enseignement obligatoire de l'histoire de l'Afrique dans les écoles, s'engage à traduire les volumes de l'Histoire générale de l'Afrique par l'UNESCO et lance une série d'initiatives pour lutter contre les stéréotypes racistes[2]. La population noire, longtemps marginalisée, bénéficie des politiques de redistribution sociale imposées par Lula et poursuivies par Dilma Rousseff. En dix ans, le taux d’étudiants noirs dans les universités est passé de moins de 2 % à 9 % en 2013[3].

Le Brésil est l'un des pays les plus inégalitaires au monde et les Afro-brésiliens en sont en grande partie les victimes. D'après les données de l’Institut brésilien de géographie et statistique (IBGS) pour 2017, on retrouve 74 % de noirs ou métis parmi les 10 % les plus pauvres. Dans les favelas, la population noire ou métisse est de 77 %[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (pt)População que se declara branca diminui, diz IBGE
  2. a b et c Amzat Boukari-Yabara, Une histoire du panafricanisme, La Découverte, , p. 275
  3. « Au Brésil, une vidéo raciste provoque un tollé », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  4. « Elections brésiliennes : retour sur les évènements depuis 2014 - Mémoire des luttes », sur www.medelu.org,

Voir aussi[modifier | modifier le code]