Mestre Bimba

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Mestre Bimba
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
GoiâniaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Manuel dos Reis Machado
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web
Distinction
Ordem do Mérito Cultural (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Mestre Bimba, pour l'état-civil Manuel dos Reis Machado, né le dans le bairro do Engenho velho (quartier du Vieux Moulin) à Salvador (Bahia) au Brésil, et mort le à Goiânia (Goiás, Brésil), est l'un des plus célèbres capoeristes brésiliens. Il est considéré comme le père de la « capoeira régionale ».

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Son surnom, Bimba (mot familier désignant le pénis d'un enfant[1]), lui viendrait d'un pari tenu entre sa mère, Dona Martinha do Bomfim, de sang amérindien, persuadée d'attendre une fille, et la sage femme pour qui l'enfant à venir devait être un garçon. Ayant accouché l'enfant, celle-ci se serait exclamé : « J'ai gagné mon pari, ce coquin a tout ce qu'il faut ! », utilisant le mot bimba[1]. Son père, Luis Cândido Machado, ancien esclave, était un maître de Batuque réputé[1].

En 1928, Mestre Bimba crée la « capoeira régionale »[2] qu'il qualifie lui-même de véritable lutte très complète, un mélange de batuque et de Capoeira Angola additionné de quelques coups. Pour Muniz Sodré, auteur brésilien et ancien disciple du Maître, Bimba ne changeait pas vraiment l'esprit de la capoeira de l'époque mais s'inscrivait au contraire dans la tradition du cercle des vieux maîtres bahianais en redynamisant un aspect de la capoeira qui semblait disparaître dans la région de Bahia, c’est-à-dire un style de combat plus objectif tel que le pratiquaient d'autres maîtres angoleiros comme Waldemar da Paixão, Onça Preta et bien d'autres.

Le , l'université fédérale de Bahia décerne le titre honorifique de docteur honoris causa à Manoel dos Reis Machado, noir illettré, mort vingt-deux ans auparavant[3]. En cela, elle reconnait la capoeira en tant qu'exercice symbolique de sagesse corporelle ancestrale et célèbre Maître Bimba comme acteur et promoteur de la culture afro-brésilienne.

Règlement[modifier | modifier le code]

Mestre Bimba avait créé un règlement à respecter pour toute personne inscrite à son académie :

1. Deixe de fumar. é proibido fumar durante os treinos.

(Ne fume pas. Il est interdit de fumer pendant les entraînements).

2. Deixe de beber. O uso do álcool prejudica o metabolismo muscular.

(Ne bois pas. La consommation d'alcool nuit au métabolisme musculaire).

3. Evite demonstrar a seus amigos de fora da roda de capoeira os seus progressos. Lembre-se de que a surpresa é a melhor aliada numa luta.

(Évite de montrer tes progrès à tes amis hors de la roda de capoeira. Rappelle-toi que la surprise est la meilleure alliée dans un affrontement).

4. Evite conversa durante o treino. Você esta pagando o tempo que passa na academia e, observando os outros lutadores, aprenderá mais.

(Évite de parler pendant le cours. Tu paies le temps que tu passes à l'académie, et en observant les autres lutteurs, tu apprendras plus).

5. Procure gingar sempre.

(Cherche toujours à faire la ginga).

6. Pratique diariamente os exercícios fundamentais.

(Pratique quotidiennement les exercices fondamentaux).

7. Não tenha medo de se aproximar do seu oponente. Quanto mais próximo se mantiver, melhor aprenderá.

(N'aie pas peur de t'approcher de l'adversaire. Plus proche tu te maintiens, mieux tu apprendras).

8. Conserve o corpo relaxado.

(Garde toujours ton corps souple).

9. É melhor apanhar na roda que na rua.

(Il vaut mieux prendre un coup dans la roda que dans la rue).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (pt-br) Alberto López, « Mestre Bimba, o homem que abriu as portas para o ‘boom’ mundial da capoeira », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)
  2. Guillaume Paret, « Qui est Mestre Bimba, l'homme qui a inventé la capoeira ? », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)
  3. « Il y a 119 naissait Mestre Bimba, maître brésilien de la capoeira », RTL.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2018)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Muniz Sodré, Maître Bimba, le capoeiriste au corps magique, biographie, T. J. Sanz éditeur, Bruxelles, 2007

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]