Cabinda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Cabinda (ville)
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Kabinda.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Cabinda
Drapeau de Cabinda
Drapeau
Cabinda
Administration
Pays Drapeau de l'Angola Angola
Type Province de l'Angola
Capitale provinciale Cabinda
ISO 3166-2 AO-CAB
Démographie
Population 668 285 hab. (Mai 2014)
Densité 92 hab./km2
Géographie
Superficie 728 300 ha = 7 283 km2

Le Cabinda est l'une des dix-huit provinces de l'Angola, située à l'extrême nord du pays. Exclave entre la République démocratique du Congo (RDC) et la République du Congo, il est séparé du territoire principal par une bande côtière d'environ 60 km dépendant de la RDC (constituant son unique accès maritime). Il est bordé à l'ouest par l'océan Atlantique. La capitale, Cabinda (appelé localement Tchiowa), peuplée de 598 210 habitants en 2014[1], est située sur la côte au sud-ouest du territoire, sur la rive droite du fleuve Bele (ou Lulondo).

Histoire[modifier | modifier le code]

Période pré-coloniale[modifier | modifier le code]

Le Cabinda, 668 285 habitants (recensement de mai 2014), est issu des royaumes de Loango, Kacongo et Ngoyo antérieurs à l'arrivée des colonisateurs européens. Il est occupé par les Portugais dès la fin du XVe siècle. Le 29 septembre 1883 est signé le traité de Chinfuma[2]. Le Cabinda est devenu un protectorat du Portugal à la suite du traité de Simulambuco signé le entre les princes et notables du Cabinda et la couronne portugaise[3], document juridique que le Portugal présente à la conférence de Berlin pour appuyer ses prétentions sur ce territoire[4] et que les Cabindais invoquent pour défendre leur droit à l'autodétermination. Les frontières du Cabinda ont été fixées lors de cette conférence lorsque les puissances colonisatrices européennes se sont partagé l'Afrique. D'ailleurs, les deux territoires ont eu des statuts distincts vis-à-vis du Portugual : l'Angola avait un statut de colonie, tandis que le Cabinda était un protectorat en raison du traité du 1er février 1885.

Protectorat portugais[modifier | modifier le code]

Carte du Bas-Congo et du Cabinda en 1913.

Pour des raisons d'économie et de commodités administratives, en 1956, les deux territoires sont placés sous un seul et même gouverneur siégeant à Luanda[2]. Mais le peuple cabindais ne s’est jamais soumis à la domination portugaise. Dans une perspective de libération de leur population, les Cabindais se sont organisés au sein du Mouvement de libération de l’enclave du Cabinda (MLEC) de Luis de Gonzaga Ranque Franque, du Comité d’action d’union nationale cabindais (CAUNC) et de l’Alliance du Mayombe (ALLIAMA)[5]. Pour mieux intensifier leurs actions, les trois mouvements fusionnent lors du 1er congrès de Pointe-Noire (République du Congo) des 2, 3 et 4 août 1963 et donnent naissance au Front pour la Libération de l'enclave de Cabinda (FLEC). Luis Ranque Franque est élu président par les congressistes.

Après l'indépendance de l'Angola[modifier | modifier le code]

Au moment de l'indépendance de l’Angola en 1975, ce dernier annexe manu militari l'enclave de Cabinda[2] qui est depuis occupée illégalement par 50 000 soldats des forces armées angolaises, les FAA. Un gouvernement en exil du FLEC, Front pour la Libération de l'enclave de Cabinda, dirigé par le président Luis Ranque Franque, revendique l'indépendance du Cabinda. La situation des habitants est précaire. La lutte armée pour l'indépendance provoque une situation politiquement tendue et répressive.

En décembre 1996, différentes factions cabindaises signent aux Pays-Bas un accord et décident de renommer le FLEC, Front de Libération de l'État de Cabinda ; elles mettent en place un gouvernement cabindais en exil dirigé actuellement par le comandante Antonio Luis Lopes, né à Malembo au Cabinda[6]. Patrick Lola a été nommé Premier ministre selon l'organigramme du FLEC [7]. Sur le terrain néanmoins, une lutte de libération est encore active contre les forces armées angolaises. Depuis fin 2008, des pourparlers sont en cours, visant à renforcer le mémorandum de paix pour le Cabinda, les combats semblent s’intensifier.[pas clair][réf. nécessaire]

Le 8 janvier 2010, un des bus de l'équipe nationale de football du Togo, escorté par des soldats angolais[réf. nécessaire], qui se rendait au Cabinda pour la Coupe d'Afrique des nations de football 2010 (la CAN), organisée par l'Angola, est attaqué par le FLEC-Position Militaire[8]. L'attentat cause deux morts et huit blessés.

Chronologie détaillée[modifier | modifier le code]

  • Août 1974 : ouverture officielle d'un bureau du FLEC à Tchiowa (nom originel de la capitale du Cabinda)[9].
  • 1976 : les divergences entre dirigeants du FLEC s'amplifient au point de mener à des scissions successives[10].
  • 22 décembre 1996 : signature d'une nouvelle charte à Drachten, reprenant de nouveaux modes de lutte [11].
  • 18 juillet 2006 : signature d'un mémorandum pour la paix au Cabinda entre une fraction du Forum Cabindais et du gouvernement angolais.
  • 19 août 2012 : les pourparlers entre le FLEC et l'Angola sont brutalement suspendus à la suite de la tentative d'assassinat du comandante Antonio Luis Lopes, perpétrée par les services secrets angolais[12] et sauvé par le Consul général de France.
  • Selon l'Organisation des nations et des peuples non représentés, le Cabinda est toujours sous l'emprise de l'occupation militaire angolaise[13].

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte du Cabinda

Cabinda est la province la plus au nord ; c'est une exclave de l'Angola.

Elle est composée de quatre municipes : Cabinda (chef-lieu), Cacongo (36 778 habitants au recensement de mai 2014), Buco-Zau (33 843 habitants au recensement de mai 2014) et Belize (19 454 habitants au recensement de mai 2014). Les municipalités sont elles-mêmes divisées en communes :

Municipalités Communes Chef-lieux
Belize Belize
Buco Zau
Tchiowa-Cidade Cabinda
Cacongo Landana, Dinge, Massabi Landana

La population totale du Cabinda est estimée à 668 285 habitants selon le recensement de mai 2014.

Climat[modifier | modifier le code]

Transport[modifier | modifier le code]

  • Cabinda possède un aéroport (code AITA : CAB).

Économie[modifier | modifier le code]

  • Pétrole : la production de pétrole du Cabinda compte pour 60 % de la production pétrolière angolaise qui est estimée à 1,7 million de barils par jour en 2007. Les revenus tirés de la production pétrolière au Cabinda représentent 42 % du PNB de l'Angola, et 90 % du budget de l'État angolais. La concession Bloc Zéro a été la première à être exploitée à partir de 1957, lorsque des droits d'exploitation sont accordés à la société américaine Gulf Oil. Les premiers champs pétroliers sont découverts en 1962 et la production de pétrole commence à partir de 1968. Cette concession Bloc Zéro est toujours exploitée aujourd'hui, avec une production estimée à 370 000 barils par jour en 2007. La société CABGOC (Cabinda Gulf Oil Company), une filiale de la société américaine Chevron Corporation, avec 39,2 % des parts, et la société publique angolaise Sonangol (Sociedade Nacional de Combustiveis de Angola), avec 41 % des parts, sont majoritaires dans la coentreprise qui exploite la concession. Le groupe français Total avec 10 % des parts (parts cédées par Sonangol en 1992) et le groupe italien ENI avec 9,8 %, complètent le tour de table.
  • Gaz
  • Potasse : il existe un gisement dans la région de Dinge.
  • Phosphates : les réserves s'élèveraient à 100 millions de tonnes.
  • Manganèse : près de Luali et Micomge.
  • Fer
  • Diamants
  • Or : dans la région de Buco Zau, le long du fleuve Shiloango, et autour de Belize.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « CABINDA (Province) », sur citypopulation.de.
  2. a, b et c (en) « Chronology for Cabinda in Angola », Minorities at Risk Project, Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés,‎ .
  3. (pt) « Site d'un historien royaliste portugais » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  4. Lemarchand 1994, p. 126.
  5. « L'enclave de Cabinda, son pétrole, ses rebelles », Ouest France,‎ (lire en ligne).
  6. « Cabinda : site officiel du gouvernement Cabindais en exil du F.L.E.C », sur www.cabinda.org (consulté le 16 novembre 2015)
  7. « Cabinda : site officiel du gouvernement Cabindais en exil du F.L.E.C », sur cabinda.org (consulté le 16 novembre 2015)
  8. « CAN-2010: « Le Cabinda est en guerre, il y a la guerre au Cabinda et les armes vont continuer à parler au Cabinda » avait déclaré le porte parole et secrétaire général » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 10 janvier 2010, sur Le Monde, consulté le 16 nov. 2015
  9. « Quelques événements mémorables de la lutte du peuple de Cabinda », sur terracabinda.com,‎ .
  10. Daniel Bach (dir.), La France et l'Afrique du Sud : histoire, mythes et enjeux contemporains, Karthala,‎ (lire en ligne), p. 220.
  11. « Charte du front de libération de l'état du Cabinda F.L.E.C. », sur cabinda.org (consulté le 16 novembre 2015).
  12. Réseau Nerrati-Press, « Angola : tentative d'attentat contre Antonio Luis Lopes du FLEC à Luanda par le régime de Dos Santos », sur nerrati.net,‎ (consulté le 16 novembre 2015)
  13. (en) « UNPO Resolution Concerning the Cabinda Enclave », sur unpo.org (consulté le 16 novembre 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Lemarchand, L'Afrique et l'Europe : atlas du XXe siècle, Éditions Complexe,‎ (ISBN 978-2-87027-518-4).
  • Collectif, « L'Angola dans la paix », Politique africaine, Karthala Éditions, no 110,‎ (ISBN 978-2-8111-0012-4).

Liens externes[modifier | modifier le code]