João da Cruz e Sousa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant brésilien
Cet article est une ébauche concernant un écrivain brésilien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

João da Cruz e Sousa
Description de cette image, également commentée ci-après

Portrait de João da Cruz e Sousa

Naissance
Florianópolis, Santa Catarina, Drapeau du Brésil Brésil
Décès (à 36 ans)
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Portugais
Mouvement Symbolisme

João da Cruz e Sousa (né le 24 novembre 1861 à Nossa Senhora do Desterro, aujourd'hui Florianópolis - mort le 19 mars 1898 dans l'Estação do Sítio) fut un poète brésilien, l'un des précurseurs du symbolisme au Brésil.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils des ex-esclaves Guilherme da Cruz, maçon, et Carolina Eva da Conceição, João da Cruz a reçu l'éducation distinguée et la tutelle du Maréchal Guilherme Xavier de Sousa - qui l'ai donné le nom de la famille, Souza. La femme de Guilherme Xavier de Sousa, Mme. Clarinda Fagundes Xavies de Souza n'avait pas des enfants et, alors, elle a passé à protéger Cruz e Souza et faire attention à son éducation. Il a appris le français, le latin, le grec et aussi les mathématiques et les sciences naturelles avec l'allemand Fritz Müller.

En 1881, Cruz e Souza a administré le journal Tribune Populaire, où il a combattu l'esclavage et le préjugé racial. En 1883, il a été récusé comme Promoteur de Justice, parce qu'il était noir. En 1885, son premier livre a été publié, Tropos e Fantasias, en partenariat avec Virgílio Várzea. Après 5 ans, il est allé à Rio de Janeiro, où il a travaillé comme archiviste dans la Estrada de Ferro Central do Brasil (Route de Fer Central du Brésil). Au même temps, Cruz e Souza a donné quelques collaborations au journal Folha Popular. En 1893, dans les mois de février, il a publié Missal (prose poétique baudelairienne) et, en août, un livre seulement de poésie appelé Broquéis. C'était le début du Symbolisme au Brésil qui a duré jusqu'à 1922 (le démarrage du Modernisme à São Paulo). Cruz e Souza s'est marié en 1893 (l'année de publication de Missal et Broquéis) avec Gavita Gonçalves, une femme noire comme lui. Ils ont eu quatre enfants qui sont morts prématurément à cause de la tuberculose. Alors, Gavita Gonçalvez est tombée malade avec un déséquilibre mental.

Œuvre[modifier | modifier le code]