Poullan-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poullan-sur-Mer
Vue méridionale de l'église Saint-Cadoan
Vue méridionale de l'église Saint-Cadoan
Blason de Poullan-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Douarnenez
Intercommunalité Pays de Douarnenez
Maire
Mandat
Jean Kérivel
2014-2020
Code postal 29100
Code commune 29226
Démographie
Gentilé Poullanais, Poullanaise
Population
municipale
1 548 hab. (2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ N 4° 25′ O / 48.08, -4.41 ()48° 05′ Nord 4° 25′ Ouest / 48.08, -4.41 ()  
Altitude 60 m (min. : 0 m) (max. : 101 m)
Superficie 30,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Poullan-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Poullan-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Poullan-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Poullan-sur-Mer
Liens
Site web www.poullan-sur-mer.fr

Poullan-sur-Mer [pulɑ̃ syʁ mɛʁ] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie et étymologie[modifier | modifier le code]

Pointe de la Jument

La commune est située entre Douarnenez et la Pointe du Raz et à une trentaine de kilomètres de Quimper. En breton, le nom de cette commune est Poullannpoul signifie la paroisse et lann signifie monastère, ermitage. On appelle les personnes habitant à Poullan-sur-mer les Poullanais(es)

Histoire de la commune[modifier | modifier le code]

Le toponyme 'Poullan' sous sa forme actuelle est le résultat de transformations et d'altérations pluriséculaires. Au XIIe siècle (1162), la paroisse est connue sous la forme Plui-Lan ou Ploe entre dans la composition de nombreux noms de paroisses primitives ainsi appelées car remontant à l'installation des bretons issue d'Outre-Manche au Moyen Âge, entre le Ve et le VIIe siècle de notre ère.

Ploelan se décompose en Ploe, la paroisse, réunissant une communauté de fidèles et Lan qui a le sens d'ermitage, comme Landevennec, d'où la signification de Ploélan : paroisse de l'ermitage, ce dernier pouvant préceder de et par la création de la Ploe.

Du XIIIe siècle (1254) au XVIe siècle (1541), la forme Ploe-lan reste en usage. Par la suite, au XVIIe siècle, cette forme se modifie comme d'ailleurs celle de Plo-erlé qui aboutit après plusieurs étapes à Ploaré et Ploe-ergat qui devient Pouldergat puis retrouve une forme proche de la situation initiale Pouldergat.

Ainsi au cours du XVIIe siècle, on rencontre Ploulan, Poldan (1617), Plolan (1643), parfois réapparait ploelan (1680), Pollan (1695), et c'est au XVIIIe siècle que se fixe le nom de la commune sous sa forme actuelle Poullan.

Une carte imprimée à Venise en 1689 indique Pollna et le port de Tréboul y apparait sous le nom de port de Pollna. D'autres documents du même type : cartes marines du Bellin, de Le Rouge du milieu du XVIIIe siècle enregistre la forme Polan.

La forme Poullan-sur-Mer est de création relativement récente, elle a été enregistrée par décret du 27 décembre 1935.

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1959 1977 Luc Robet    
1977 2008 Jean Le Gall    
2008 Martine Le Goff    
2020 Jean Kérivel    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 788 1 933 1 880 2 182 2 558 2 773 2 997 3 204 3 130
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 223 3 360 3 616 3 749 4 209 1 585 1 672 1 704 1 732
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 749 1 827 1 831 1 710 1 624 1 502 1 402 1 290 1 282
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 179 1 085 1 269 1 586 1 627 1 517 1 489 1 548 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Monuments[modifier | modifier le code]

Chapelle Notre-Dame-de-Kérinec
  • L'allée couverte de Lesconil, appelée Ty-ar-c'horriged (la maison des korrigans): il s'agit d'un site mégalithique datant du IV millénaire av. notre ère, et présentant la particularité d'une allée couverte arc-boutée
  • La chapelle de Kérinec
  • L'église Saint-Cadoan
  • La chapelle Saint-They
  • Le dolmen et le menhir de Lésaff
  • L'ancien presbytère (maintenant le centre socio-culturel)

Sports & Associations[modifier | modifier le code]

  • L'équipe de football de Poullan-sur-mer est appelée « Les Gars de Poullan », elle évolue en D2 (amateur)
  • Poullann Aïkido,pratique de l'Aïkido et du Iaido, club fondé en 2004 (ULAMIR/FFST/Association internationale d'Aïkido traditionnel du Japon).
  • L'Ulamir centre social du Goyen, est une association d'animation et de développement en milieu rural.
  • Le comité de courses organise deux à trois courses cyclistes chaque année.
  • L'Assoce Tomate : association locale organisant des manifestations culturelles et un tournoi de football réunissant une vingtaine d'équipe venu se confronter au rythme de la musique, le "Foot System".
  • Chaque année, le comité d'animation organise un bal de la Saint-Sylvestre à la salle polyvalente.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

  • André Theuriet a publié en 1887 un roman Contes de la vie de tous les jours. Les œillets de Kerlaz dans lequel il raconte la vie d'Anne de Ploudaniel qui vivait au manoir de Kerlaz en Poullan[3]. En voici les premières lignes :

« Elle se nommait Anne de Ploudaniel et vivait avec son père au manoir de Kerlaz, dans un pays perdu en pleine sauvagerie, entre Douarnenez et le raz de Sein. Le manoir, bâti à la fin du XVIème siècle, tourne le dos à l'océan, dont il est séparé par une lieue de landes et par des bois de pins qui le protègent contre le vent de mer. Une longue avenue de hêtres centenaires, recourbés en voûte au-dessus du chemin herbeux, descend du village de Poullan jusqu'à la grande porte tréflée de la cour (...) »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Poullan, Tréboul, d'une paroisse à deux communes, collectif, Association Poullan Gwechall Hag Hirio, 2003.
  • Quand bringuebalait le train youtar, Serge Duigou, Editions Ressac, Quimper, 1984. [historique de la petite ligne de chemin de fer à voie étroite qui desservait Poullan-sur-Mer entre 1894 et 1946]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  3. André Theuriet, Contes de la vie de tous les jours. Les œillets de Kerlaz, A. Lemerre, 1887, consultable http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k68818d/f12.image.r=Ploudaniel.langFR