Le Juch

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Juch
La Mairie
La Mairie
Blason de Le Juch
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Finistère
Arrondissement Quimper
Canton Douarnenez
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Douarnenez
Maire
Mandat
Patrick Tanguy
2014-2020
Code postal 29100
Code commune 29087
Démographie
Gentilé Juchois, Juchoise
Population
municipale
734 hab. (2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 04′ 01″ N 4° 15′ 10″ O / 48.066944, -4.25277848° 04′ 01″ Nord 4° 15′ 10″ Ouest / 48.066944, -4.252778  
Superficie 14,38 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte administrative du Finistère
City locator 14.svg
Le Juch

Géolocalisation sur la carte : Finistère

Voir sur la carte topographique du Finistère
City locator 14.svg
Le Juch

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Juch

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Juch

Le Juch [lə ʒyk] est une commune du département du Finistère, dans la région Bretagne, en France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Graphie et étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom breton de la commune est ar Yeuc'h. On trouve parfois en français la graphie le Juc'h, cohérente avec le nom breton ar Yeuc'h. Cependant, l'usage de l'écriture avec -ch semble aujourd'hui prévaloir, sans doute causée initialement par la confusion courant avec le c'h breton. La position élevée du bourg, semblant apportant une étymologie possible (non attestée) à partir de juché pourrait être une explication à l'adoption de cette écriture (de plus, ar Yeuc'h en breton signifie la butte), qui est pourtant citée dès 1565[1].

Langue bretonne[modifier | modifier le code]

L’adhésion à la charte Ya d’ar brezhoneg a été votée par le Conseil municipal le 14 décembre 2005. Le 17 mai 2008 a été remis à la commune le label Ya d’ar brezhoneg de niveau 1 et le 26 avril 2013 le label de niveau 2.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les seigneurs du Juch,une branche cadette ancienne de la famille de Léon, avaient établi leur lieu pouvoir, le château-fort du Juch, au XIIe siècle sur un éperon dominant la vallée du Ruisseau du Ris (ou Rivière de Névet). Réputés « barons par ancienneté », ils agrandirent leurs possessions par mariage et se hissèrent au plus haut dans la hiérarchie du duché de Bretagne, en devenant hommes de confiance, successivement de [Jean IV de Bretagne|Jean IV] et de [Jean V de Bretagne|Jean V], au début et au milieu du XVe siècle[2].
Le bourg du Juch est né de l'agrégation de maison en contrebas du château, qui était en ruines, lorsqu'il échut, par héritage, à la famille de Rohan en 1638. Au siècle précédent, les Juch s'étaient fondus par alliance dans la puissante famille de Rosmadec.
Jusqu'en 1899, Le Juch était une section de Ploaré, paroisse, puis commune. Avant 1789, elle n'était qu'une trève, doté pourtant d'une magnifique église tréviale, dont la première construction a été, en partie financée par les seigneurs du Juch, alors très puissants, et dont on retrouve le blason en plusieurs endroits, dont une clé de voûte.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 29 mars 2014 Sébastien Stephan    
29 mars 2014 2020 Patrick Tanguy    
Les données manquantes sont à compléter.

Association Sportive des Diables du Juc'h[modifier | modifier le code]

Après quelques années de sommeil le club de l'ASDJ est de retour.

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame du Juch (XVIe - XVIIe siècle), rendue célèbre par le diable[3], qui y est représenté sous forme de statue (bois polychrome du XVIIe siècle), celui-ci se faisant terrasser par l'archange Saint-Michel. Également dédiée à Saint-Maudez, cette église a été, en grande partie, reconstruite aux XVIIe et XVIIIe siècles. De l'édifice précédent, il reste le porche sud en arc brisé qui remonte à la fin du XVIe siècle.
  • Manoir de Tal-ar-Roz (XVIe-XVIIIe). Reconstruit au XVIIe siècle avec des traces du siècle précédent, son aile nord-est a été remaniée au XVIIe siècle et au XXe siècle[4]. En 1777, il est acquis par la famille de Kéroullas: ses descendants y résident toujours. Il appartenait, auparavant à Paul Osée Bidé de Chézac, qui commandait un vaisseau, l'Orient royal, lors de la bataille des Cardinaux.

Démographie[modifier | modifier le code]

           Évolution de la population  [modifier]
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 038 1 007 1 002 974 970 914 840 848 790
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
757 692 725 751 751 721 746 749 734
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. infobretagne.com
  2. Gérard Le Moigne, Les seigneurs du Juch, in : Bulletin de la société archéologique du Finistère, n° CXXVI, 1997, p. p. 375-401.
  3. Le diable du Juch
  4. Inventaire général du Ministère de la Culture
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011