Caix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Caix
Église Sainte-Croix de Caix.
Église Sainte-Croix de Caix.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Moreuil
Intercommunalité Communauté de communes du Santerre
Maire
Mandat
Daniel Mannens
2014-2020
Code postal 80170
Code commune 80162
Démographie
Population
municipale
744 hab. (2012)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 49′ 02″ N 2° 38′ 47″ E / 49.8172, 2.646449° 49′ 02″ Nord 2° 38′ 47″ Est / 49.8172, 2.6464  
Altitude Min. 53 m – Max. 97 m
Superficie 11,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Caix

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Caix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caix

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caix
Liens
Site web http://www.caix.fr/

Caix est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Caix est situé, par la route, à 4 km de Rosières, 22 km de Montdidier, 26 km d'Albert et 26 km d'Amiens, son chef-lieu de département[1].

À 90 km à vol d'oiseau de la côte picarde, le village s'est construit sur un sol accidenté[2].

Sol, sous-sol, hydrographie, relief[modifier | modifier le code]

La partie la plus élevée de la commune est constituée du limon des plateaux de la période éocène[2]. Au-dessous, se trouve un bief à silex.

La vallée de la Luce détermine un relief particulièrement prononcé dont le fond est couvert d'alluvions tourbeuses, au moins dans sa partie la plus basse[2].

En 1899, les puits sont alimentés par une nappe qui se situe d'1 m à 22 m de profondeur. Les sources de la Luce alimentent le cours d'eau à 1 000 m à l'ouest du village[2].

Le point culminant du territoire se trouve sur le chemin de Beaucourt, en limite communale[2].

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Sept communes limitent le territoire.

Communes voisines. Cliquer sur la carte.

Du nord au sud et dans le sens des aiguilles d'une montre, on trouve : Harbonnières, Rosières-en-Santerre, Vrély, Beaufort-en-Santerre, Le Quesnel, Cayeux-en-Santerre et Guillaucourt[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu était dénommé Caium en 1131[3].

En passant par Cahys, Kaiex, Kais, Caiz, Quaits, le nom actuel a été adopté en 1733[3].

Le nom de la localité viendrait de « Casa », habitation[2],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La rue d'Harbonnières, avant la Première Guerre mondiale.
  • Des silex taillés, des poteries, des monnaies, des armes de fer et de bronze attestent d'une occupation antique des lieux. Ces objets sont rassemblés au sein de la collection Leblan, en 1899[2].
  • Des traces d'une villa gallo-romaine ont été relevées[3].
  • Trente sarcophages mérovingiens ont été recueillis par M. Leblan vers 1865[2].
  • Le château est brûlé en 1400, sous Jean de Caix[2].
  • Caix se trouve sur la route du Camp du drap d'or qui hébergea, du 7 au 23 juin 1520, la rencontre entre François Ier et Henri VIII d'Angleterre[3].
  • La seigneurie relevait du comté de Corbie, et fut rattachée en 1646, au marquisat de Feuquières-en-Vimeu[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1929 1946 Arthur Houziaux    
1946 1965 Georges Devaux    
1965 1981 Maurice Desjardin    
1981 2001 Joseph Fontaine    
mars 2001 en cours
(au 6 mai 2014)
Daniel Mannens   Réélu pour le mandat 2014-2020[5], [6]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 744 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 100 1 107 1 087 1 119 1 182 1 258 1 299 1 395 1 383
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 375 1 350 1 333 1 381 1 400 1 527 1 551 1 586 1 368
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 342 1 265 1 204 824 854 768 699 743 761
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
719 722 650 611 621 658 706 701 730
2012 - - - - - - - -
744 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Portail de l'église.
  • Église Sainte-Croix, datant du XVIe siècle, elle est classée aux monuments historiques.
Article détaillé : Église Sainte-Croix de Caix.
Cimetière britannique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Viamichelin.
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Notice géographique et historique réalisée par l'instituteur, M. Hullin, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens
  3. a, b, c, d et e Site communal.
  4. La notice de 1899, sur le site des Archives départementales.
  5. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté le 17 juillet 2008)
  6. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :