Queer as Folk (série télévisée, 2000)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Queer as Folk.

Queer as Folk

alt=Description de l'image Queer As Folk.png.
Titre original Queer as Folk
Genre Dramatique
homosexuelle
Création Russell T Davies
Ron Cowen
Daniel Lipman
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Chaîne d'origine Showtime
Showcase
Nb. de saisons 5
Nb. d'épisodes 83
Durée de 44 à 58 minutes par épisode
Diff. originale 3 décembre 20007 août 2005
Site web http://www.sho.com/queer

Queer as Folk est une série télévisée américano-canadienne en 83 épisodes de 50 minutes, adaptée par Ron Cowen et Daniel Lipman de la série homonyme britannique créée par Russell T Davies et diffusée entre le 3 décembre 2000 et le 7 août 2005 sur Showtime en version originale anglaise aux États-Unis et au Canada. En France, la série a été diffusée à partir du 26 septembre 2002 sur Jimmy, à partir du 30 avril 2005 sur Pink TV et à partir du 11 janvier 2009 sur Série Club. En Belgique, elle a été diffusée sur Plug RTL en 2005. La série est tournée dans le quartier Church and Wellesley à Toronto en Ontario (Canada).

Synopsis[modifier | modifier le code]

Cette série raconte la vie de cinq homosexuels vivant à Pittsburgh en Pennsylvanie (Brian, Justin, Michael, Emmett, Ted), d’un couple lesbien (Lindsay et Melanie) et de la mère de Michael, Debbie.

Le premier épisode commence dans une boîte gay, le Babylon, alors que les quatre amis (Brian, Michael, Ted et Emmet) s’apprêtent à rentrer chez eux. Le jeune et idéaliste Justin, un lycéen de 17 ans qu'ils ne connaissent pas encore, part à la découverte de Liberty Avenue, le quartier homo de la ville. Il tombe sous le charme de Brian, publicitaire talentueux, mais farouchement indépendant ; Brian ramène alors Justin à la maison, pour ce qu’il croit être un coup d'un soir. Cette même nuit, Brian devient père d’un petit garçon à la suite de l’insémination artificielle de sa meilleure amie lesbienne, Lindsay, une professeur de dessin.

La vie des personnages va être liée pendant cinq années. L’amour latent de Michael et Brian traverse toute la série. Le coming-out tumultueux de Justin et sa relation durable avec Brian a des effets inattendus sur la vie de ce dernier et sur Michael. Justin trouve une oreille attentive auprès de son amie de lycée Daphné, alors qu’il essaie de lutter contre ses camarades homophobes et ses parents proches du divorce, Craig et Jennifer.

Fin de la série[modifier | modifier le code]

Dans la cinquième et dernière saison, les jeunes garçons d’il y a cinq ans sont devenus des hommes. La série, bien assise dans le paysage médiatique, se permet alors de s’attaquer à des questions politiques délicates. Ainsi, cette saison s’attarde sur une campagne fictive intitulée « Proposition 14 » lancée pour s’opposer à la légalisation des mariages homosexuels, à l’homoparentalité et d’autres droits familiaux. Les moyens mis en œuvre par Debbie, Justin, Jennifer, Daphné, Emmett, Ted, Michael, Ben, Lindsay, Melanie et les enfants pour lutter contre cette proposition rencontrent alors une opposition féroce. La tension est à son comble lorsqu’une bombe explose au Babylon lors d’une cérémonie de bienfaisance contre la proposition 14, faisant 7 tués et 67 blessés.

Ces événements tragiques bouleversent la vie des personnages lors des trois derniers épisodes : Brian, affolé à l’idée qu’il aurait pu perdre Justin, lui déclare enfin son amour. Il le demande également en mariage et lui achète un manoir pour lui prouver son amour. Justin accepte de l’épouser mais Brian se rend bientôt compte que Justin se sacrifie pour lui en ne partant pas à New York pour ses études : il le convainc d’y aller, tout en ne sachant pas s'ils se reverront. Justin lui assure qu’ils n’ont pas besoin de se marier pour se prouver qu’ils s’aiment, et après une dernière nuit d’amour, s’envole pour New York. Melanie et Lindsay renouent enfin et décident de partir au Canada pour élever leurs enfants dans un cadre qu’elles considèrent plus sain. Ted finit par s’attacher à Blake, un ancien drogué avec lequel il avait eu des soucis auparavant, et la famille Novotny-Bruckner reste parfaitement unie.

La série finit au Babylon en ruine, sur un flash back du début de la série avec une chanson de Heather Small, Proud (en français : « Fier »), chanson que l’on a pu entendre lors du premier épisode de la série. La boucle est bouclée, et, comme le dit Michael : « Et le « thumpa thumpa » continue. Et il en sera toujours ainsi. Quoi qu'il arrive. Peu importe qui est notre président. Comme nous l'a toujours chanté notre reine à tous, Gloria Gaynor : « We will survive! » [« Nous survivrons ! »] »

Distribution[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Musique : la musique originale du générique de la série, Spunk, a été composée et jouée par un groupe canadien, Greek Buck, et utilisée pendant les trois premières saisons. Lorsque le générique changea, la musique associée fut aussi modifiée, et ce fut Cue the Pulse to Begin de The Burnside Project qui fut choisi. Néanmoins, les premières secondes de Spunk furent conservées au début du nouveau générique.
  • Technique : les cinq saisons de la série ont été tournée en haute définition, mais seules les quatrième et cinquième saisons ont été diffusées en HDTV aux États-Unis et au Canada. Néanmoins, les versions disponibles en DVD sont en haute définition.
  • Tournage : pour ses coûts de production peu élevés et son quartier gay florissant, Toronto fut choisie comme lieu de tournage pour la série. C’est la Church Street qui sert de décor à la Liberty Avenue de la série. Pour les trois premières saisons, la plupart des scènes d’intérieur de Babylon, Woody's et le Liberty Diner ont été tournées dans les studios Greystone Studios à Mississauga dans la banlieue ouest de Toronto. À partir de la quatrième saison, ces mêmes scènes furent tournées dans les anciens studios "B Studio" à Mississauga. Les autres scènes ont été en très grande majorité tournées aux Dufferin Gate Studios à Etobicoke en Ontario, au sud-ouest de Toronto.
Woody’s, le bar principal du Pittsburgh fantaisiste, est le nom d’un bar gay de Toronto qui ressemble en très grande partie à celui décrit dans la série. D’ailleurs, lorsque dans la quatrième saison, les personnages se rendent à Toronto, le vrai Woody’s fut déguisé et appelé « Moosie’s ». La discothèque Babylon ne ressemble en rien au Pegasus, la véritable boîte de nuit gay de Pittsburgh.

Succès[modifier | modifier le code]

Queer as Folk fut la série la plus regardée de la chaîne Showtime. Elle était diffusée le dimanche soir à 22h00 et c’était la première fois que cette case horaire connaissait un tel succès[1]. Pour le dernier épisode de la saison au Canada, l’audience fut si élevée et le nombre d’annonceurs ayant acheté un espace publicitaire était tel que la chaîne a dû prévoir une case horaire de 1 h 10 afin d’inclure l’épisode dans son intégralité et les publicités. Aux États-Unis, le problème ne s’est pas posé car il n’y a pas de coupure publicitaire pendant la diffusion des épisodes.

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • Vancouver Effects and Animation Festival 2001 : trois prix pour Effects Titles Ident's PSA’
  • DGC Craft Award 2003 : meilleure post-production
  • DGC Team Award 2003 : meilleure série dramatique
  • Prism Award 2005 : meilleure série dramatique multi-épisodes
  • BMI Cable Award 2005 : meilleure musique de Ray Ketchem

Propositions de récompenses[modifier | modifier le code]

  • Golden Reel Award 2001 : proposition pour le meilleur montage sonore et la musique
  • Artios 2001 : proposition pour le meilleur casting
  • GLAAD Media Award 2002 : proposition pour la meilleure série dramatique
  • DGC Craft Award 2002 : proposition pour la meilleure série dramatique
  • DGC Craft Award 2002 : proposition pour la meilleure réalisation pour l'épisode 116
  • GLAAD Media Award 2003 : proposition pour la meilleure série dramatique
  • ACTRA Toronto Award : proposition de la meilleure actrice pour Thea Gill
  • DGC Craft Award 2003 : proposition pour la meilleure réalisation pour une série TV
  • DGC Craft Award 2003 : proposition pour le meilleur montage
  • DGC Craft Award 2003 : proposition pour l'Outstanding Achievement in Production Design - Short Form
  • GLAAD Media Award 2004 : proposition pour la meilleure série dramatique
  • DGC Craft Award 2004 : proposition pour le meilleur montage
  • DGC Craft Award 2004 : proposition pour la meilleure photographie
  • Golden Reel Award 2004 : proposition pour le meilleur montage sonore et la musique
  • GLAAD Media Award 2005 : proposition pour la meilleure série dramatique
  • DGC Craft Award 2005 : proposition pour le meilleur montage
  • DGC Craft Award 2005 : proposition pour la meilleure photographie
  • DGC Team Award 2005 : proposition pour la meilleure série dramatique
  • Prism Award 2005 : proposition pour le meilleur acteur pour Scott Lowell

Personnages[modifier | modifier le code]

  • Justin Taylor est âgé de 17 ans au 1er épisode de la 1re saison, c'est alors un jeune homme conscient de son homosexualité et pressé de passer à l'acte, ce qu'il fait dans les bras de Brian. Mais passé la première nuit, il en tombe amoureux, sentiment que son séducteur, célibataire pur et dur, ne partage pas. Mais Justin décide de s'accrocher, et au fil de la série, prend une place de plus en plus importante dans la vie Brian. Loin d'être aussi naïf qu'il n'y paraît au premier abord, le jeune homme ne manque ni de courage, ni d'audace pour faire face aux problèmes qu'engendrent son coming-out : les relations avec ses parents et l'intolérance dans son lycée.
  • Brian Kinney est un jeune et élégant publicitaire de 29 ans à l’appétit sexuel gargantuesque. Il a été élevé par un père alcoolique et une mère très catholique. Il vit de manière égocentrique, préférant l’honnêteté du plaisir au mensonge qu’il trouve dans l'« amour ». Dans la quatrième saison, Brian, qui a perdu son emploi en aidant Justin à lutter contre un politicien homophobe, lance sa propre agence Kinnetik, qui remporte un vif succès et permet à son PDG de racheter la boîte de nuit Babylon.
  • Michael Novotny est son ami d’enfance, et lui aussi va sur ses trente ans. Au début de la série, Michael travaille dans une grande surface The Big Q. Michael épouse Ben Bruckner, son partenaire séropositif, et ils adoptent Hunter, un prostitué mineur également séropositif.
  • Ted Schmidt, 33 ans, est un comptable à la confiance en soi quasi nulle. Ted, qui est au début de la série amoureux de Michael, se rapproche progressivement d’Emmett pour finalement devenir son partenaire pour plusieurs épisodes. Leur relation se termine lorsque Ted, obligé de fermer le site pornographique sur lequel il travaillait, sombre dans l’addiction à la méthamphétamine.
  • Emmett Honeycutt est un flamboyant jeune homme travaillant dans un magasin de vêtements "Torso" sur Liberty Avenue avant de devenir organisateur d'événements comme des soirées d'inauguration ou des mariages.
  • Debbie Novotny est la mère de Michael et à ce titre une militante acharnée pour l’égalité des droits entre homosexuels et hétérosexuels. Elle est serveuse au Liberty Diner, un fast-food gay sur Liberty Avenue. C'est une mère de substitution pour l'ensemble du groupe, en particulier pour Justin, qu'elle héberge un temps et à qui elle procurera son premier travail, et pour Brian, qu'elle passe son temps à engueuler tout en lui prodiguant tendresse et conseil. Elle est d'ailleurs une des rares personnes dont le publicitaire prend les conseils au sérieux.
  • Vic Grassi est le frère de Debbie. Séropositif et gravement malade, il vit avec elle.
  • Gus est le fils de Brian élevé par Lindsay et sa compagne Melanie. Il devient le sujet principal de plusieurs épisodes, et permet ainsi d’aborder le thème de l’homoparentalité. La relation entre Melanie et Lindsay, qui paraît au premier abord exemplaire, est en fait relativement tumultueuse : chacune trompe l’autre à plusieurs moments dans la série, et elles se séparent pendant la majorité de la quatrième et cinquième saison. Melanie se fait inséminer artificiellement du sperme de Michael dans la troisième saison, rendant les amis d’enfance Brian et Michael également beaux-parents.

Épisodes[modifier | modifier le code]

Tous les épisodes ne portent pas de titre en français.

Première saison (2000-2001)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 1 de Queer as Folk.

La première saison comprend deux pilotes (un américain et un canadien) et vingt épisodes numérotés de 103 à 122.

Dans le premier épisode, nous faisons la connaissance des quatre héros dans leur lieu de rencontre préféré, le Babylon, la boîte de nuit branchée de Liberty Avenue. Au cours de la soirée, Emmett papillonne, Ted se prend des vestes à la ronde, Michael se fait draguer par un mec qu'il dit ne pas être son genre et Brian lui semble n'avoir que l'embarras du choix parmi tous les mecs qui lui tournent autour. Au même moment, un peu plus loin sur Liberty Avenue, Justin, un jeune lycéen de 17 ans, est à la recherche d'une boîte de nuit. Alors que les garçons s'apprêtent à rentrer chez eux, aucun n'ayant trouvé ce qui lui convenait, Brian repère Justin à l'autre bout de la rue. Un regard et deux mots échangés plus tard, les deux hommes sont dans son appartement, mais leurs ébats sont interrompus par un appel des amies lesbiennes de Brian, Mélanie et Lindsay, qui lui annoncent qu'il est père. En effet, Brian a accepté de faire un enfant avec Lindsay, son amie, et de le laisser à elle et sa compagne Mélanie. Les deux hommes se retrouvent à l'hôpital. Justin, qui fait la connaissance du couple lesbien, trouve un nom pour l'enfant : Gus.

Parallèlement au supermarché, Michael tente d'éviter sa collègue de travail Tracy qui a un faible pour lui. Le temps passe et Brian, qui fuit ses responsabilités financières pour «son» enfant se trouve face à un problème : Mélanie et Lindsay veulent circonscrire Gus. Brian refuse. De l'autre côté, Ted ramène un mec du Babylon qui lui propose de la drogue. Ce dernier en fait une overdose et est laissé pour mort. Il restera dans le coma quelques jours, alors que Michael, qui veut ramener ses affaires, découvre un autel pornographique à son insu, et comprend alors que Ted l'aime depuis toujours. Michael fait la connaissance de David, un médecin. Justin doit faire face aux problèmes qu'il a avec ses parents, et particulièrement avec son père, qui n'admet pas son homosexualité. Il se renferme alors dans le dessin et on s'aperçoit très vite qu'il a un excellent coup de crayon et qu'il aime dessiner des visages et des corps nus, notamment celui de Brian, qu'il ne lâche sous aucun prétexte depuis leur première nuit. La relation Michael-David s'accentue et ils partent un week-end à la campagne. Pendant ce temps, Brian est victime d'un accident causé par le père de Justin, ce qui le poussera à quitter le foyer familial pour vivre dans l'appartement de Brian, sous le mécontentement de celui-ci. Michael s'installe chez David.

Brian, qui n'en peut plus de cette situation, vire Justin du loft, et l'adolescent fuit à New York, ce qui entrainera Brian et ses amis à aller le chercher et à le faire s'installer chez Debbie, la mère de Michael. À l'approche des trente ans de Michael, Brian décide alors de lui organiser une fête d’anniversaire surprise où le plus grand choc arrive quand Tracy vient et découvre que Michael est gay. Emmett a peur d'être séropositif et rejoint un groupe de thérapie qui a pour but de faire renaitre l'hétérosexualité chez chacun. Le couple lesbien est face à de nouveaux problèmes : Brian ne veut aucune charge financière et refuse d'accorder les droits parentaux à Mélanie, ce qui provoque des tensions à nouveau. Mélanie rencontre une femme avec qui elle a une aventure ce qui rompt sa relation avec Lindsay et la force à déménager. Brian apprend que son père est mourant et il décide de lui avouer son homosexualité. Michael, qui se trouve trop chouchouté par David, part à Paris avec lui.

En parallèle, Justin est perturbé par Chris Hobbs, un enfant de son âge, qui ne fait que l'emmerder et l'insulter sur son homosexualité. Justin crée alors un groupe en faveur des gays et lesbiens, mais ça ne marche pas. En allant dans les vestiaires, Justin croise Chris et lui fait une masturbation. Alors qu'il croit que leurs disputes sont terminées, Chris surenchérit en mettant Justin plus bas que terre et en se moquant de lui. C'est alors que Justin croise Chris sur Liberty Avenue et pour se venger, décide de tout révéler aux passants sur leurs ébats dans les vestiaires. Justin et Chris se détestent alors plus que tout. Mélanie découvre chez Lindsay un français, Guillaume. Il veut épouser Lindsay afin de pouvoir rester aux États-Unis. Michael et David accueillent une collecte de fonds politique pour un sénateur, mais Michael décide de ne pas inviter sa famille et ses amis. Cependant, cela ne les empêchent pas d’y venir et de transformer la soirée en une réelle fête. Justin continue d’être harcelé à l’école, et choisit de manifester avec le sénateur en faveur des homos. Brian abandonne ses droits parentaux au profit de Melanie à la condition que celle-ci se remette avec Lindsay, ce qui met fin au projet de mariage frauduleux.

Justin est accepté à l'Institut des Beaux-Arts de Pittsburg, mais voit ses parents divorcer. Il restera néanmoins soudé à sa mère, qui s'avère être très indulgente pour son homosexualité. Justin voit son amie Daphné lui demander de coucher avec elle, afin qu'elle ne soit plus vierge aux yeux de son vrai petit copain. Le père de Brian meurt. De l'autre côté, Ted renoue avec Blake, le mec qui lui avait causé l'overdose, alors que ses amis sont franchement contre. Mais Vic, l'oncle de Michael, est arrêté pour atteinte à la vie privée et Blake permet de le faire sortir du commissariat en payant la caution. Justin est couronné Roi du Babylon. Ted veut que Blake aille en centre de désintox mais il s'oppose, ce qui met fin à leur relation. David se trouve obligé de s'installer à Portland pour son fils et propose à Michael de venir.

Justin et Daphné se rendent au bal de promo. Se trouvant seul, il demande à Brian de venir alors que celui-ci traverse la période difficile du trentenaire. Justin et Brian font une danse romantique au bal, devant les yeux de tous les autres lycéens. En rentrant au parking, alors que tout va pour le mieux, Brian remonte dans sa voiture et Justin retourne au bal. Dans son rétroviseur, Brian voit Chris Hobbs courir vers Justin armé d'une batte de baseball. Justin est frappé violemment par Chris et tombe au sol, inanimé. Brian court vers l'agresseur, l'assomme et appelle Michael pour venir le secourir. Michael, à l'aéroport au moment même, doit faire un choix : quitter ses amis, ou quitter David...

Deuxième saison (2002)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 2 de Queer as Folk.

La deuxième saison comprend vingt épisodes numérotés de 201 à 220.

Après son agression, Justin est resté deux semaines dans le coma. Brian lui rend visite tous les soirs à l'hôpital, en cachette de ses amis et de Justin lui-même. Le jeune homme garde des séquelles de l'attaque : il souffre de difficultés motrices et d'amnésie. Ces problèmes vont le perturber notamment dans sa scolarité à l'école des Beaux Arts. Avec l'arrivée d'une nouvelle technologie, Justin décidera de laisser tomber le dessin traditionnel au crayon pour s'attaquer au dessin numérique à l'ordinateur. Ces différents péripéties entrainent Brian à avouer son amour pour Justin dans le Babylon avec plusieurs obligations, notamment celles de rentrer toujours à la maison avant 3 heures du matin, de ne jamais embrasser d'autres hommes sur la bouche, de pouvoir avoir des actes sexuels avec d'autres hommes sans jamais conserver leur adresse ou leur numéro de téléphone.

Parallèlement, Michael vend son premier album de Captain Astro aux enchères et en tire 10 000 dollars. Il se sert de cet argent pour acheter la boutique de BD actuellement à la vente après avoir démissionné de son travail à cause d'une querelle avec son patron. C'est là qu'il fait la rencontre de Ben, un professeur de lettres dont il tombe amoureux. Il apprendra plus tard que Ben est séropositif, ce qui les obligera à se séparer puis à se remettre ensemble, au grand dam de sa mère, Debbie. Alors que Mélanie et Lindsay célèbrent leur mariage, Brian remporte un pass pour une nuit de folie à Miami, dans les boites gays les plus branchées. En revenant, Michael apprend par malheur que Ben y est aussi déjà allé dans le passé, et qu'il a couché avec Brian, ce qui jette un froid dans leur relation. Heureusement, ils restent ensemble.

Un jour, un cadavre est retrouvé gisant dans une poubelle. Ce cadavre n'est autre qu'un jeune homme gay étranglé et qui avait déjà couché avec Brian et Justin. Alors que tout le monde reste indifférent, notamment le capitaine de la police, Carl Horvath, Debbie part à la recherche de l'identité du jeune. Elle découvre qu'il vivait dans un immeuble délabré de Pittsburg, qu'il n'avait aucun travail, aucun ami, aucune famille. Après avoir fait part de ses recherches à la police, elle se confronte au capitaine. Contre toute attente, celui-ci l'invite à diner. Debbie, qui n'a pas connu de relations depuis près de 15 ans, accepte, ce qui rend Michael jaloux. De l'autre côté, Emmett vit une aventure amoureuse avec George, un sexagénaire homosexuel. Alors qu'ils font l'amour dans un avion, George succombe à une crise cardiaque. Justin, qui se retrouve sans argent pour ses études, décide de prendre un job au Babylon comme danseur de bar. Même s'il gagne beaucoup d'argent, il doit faire face aux exigences "sexuelles" de son patron. Lors d'un repas, ce dernier a le malheur de refuser les avances de son boss et se retrouve viré.

Se noue alors une amitié entre Michael et Justin, qui décident, avec le talent d'imagination de l'un et le bon coup de crayon de l'autre de créer leur propre bande-dessinée : Rage, qui mettrait en scène un héros du même nom qui s'inspire tout droit de Brian. Celui-ci, d'abord jaloux, finira par les aider en leur proposant une campagne marketing pour la promotion de leur BD. De l'autre côté, Emmett remporte le Phallus d'Or à la remise des prix de l'Académie des Arts Pornographiques grâce à ses prestations sur le net, et choisit de faire un discours sur la mort de George. Parallèlement, la santé de Ben se dégrade et Justin rencontre Ethan, un musicien de son âge. Le fait que Brian n'ait pas réellement souhaité l'anniversaire de Justin jette un froid entre les deux. Emmett se rend compte que George lui a laissé sur son compte dix millions de dollars. Il décide donc d'en profiter et d'offrir des cadeaux assez couteux à ses amis. Malheureusement, la famille de George proteste et Emmett choisit Mélanie comme avocate pour l'aider. Finalement, il perdra tout son argent et ne gagnera rien si ce n'est la satisfaction de ne pas avoir nié sa liaison avec George et vivre dans la vérité. Ben fait un malaise et part à l'hôpital. Il sortira quelques jours après et n'aura plus de traitement à prendre. Ces coups durs le rapproche de Debbie, qu'il traite maintenant comme sa propre mère.

Alors que Justin essaye par tous les moyens de mettre un peu de romantisme dans son couple, Brian ne pense qu'à baiser. Justin finit par se rapprocher d'Ethan qui lui, aime particulièrement le romantisme. À la grande soirée au Babylon autour de la BD Rage, on aperçoit contre toute attente qu'Emmett et Ted vont se rapprocher...

Troisième saison (2003)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 3 de Queer as Folk.

La troisième saison comprend quatorze épisodes numérotés de 301 à 314.

Justin a finalement choisi de quitter Brian pour vivre avec Ethan. Leur rupture crée des tensions au sein du groupe : Michael pense que Justin devrait disparaître définitivement du paysage et ne plus fréquenter la bande, mais il semble bien être le seul à être de cet avis. Brian lui-même n'est pas prêt à chasser Justin définitivement et prend sa défense face à son meilleur ami, il va jusqu'à même cogner Michael au visage. Alors que leur union semble impossible, Emmett et Ted vivent de beaux jours ensemble. Leur amitié s'est réellement transformée en amour. Étant très proches, ils décident de quitter chacun leur appartement pour s'installer dans une maison plus grande. Brian doit garder son neveu pendant une journée, qui s'avère agressif, méprisant et réellement homophobe. Il n'hésite pas à ridiculiser Brian et ses amis devant plein de personnes et à abuser d'injures désignant les gays. Brian, lorsqu'il le surprend en train de voler dans son portefeuille, lui la tête dans les toilettes. Celui-ci se venge en racontant à la police que Brian l'a obligé à lui faire une fellation. La situation semble inextricable pour Brian, son mode de vie ne plaidant pas pour lui, mais Justin trouve un élément qui permet de confondre le garçon.

Ben, paniqué par son état de santé, décide de pratiquer plus de gym. Il rencontre quelqu'un qui lui propose des sortes de drogues énergisantes, des stéroïdes. Michael s'en rend compte alors que la masse musculaire de Ben ne cesse d'augmenter, et le trouve en train de s'injecter ce produit. Ben devient alors très agressif et en vient même à blesser Brian. Plusieurs overdoses ont lieu au Babylon et dans les environs, et la criminalité augmente. Alors que Brian aide un candidat pour ses élections, chaque boite de nuit est vérifiée, des policiers font attention à chaque personne qui y rentre. Debbie continue son histoire d'amour avec le chef de police et prend des cours de fellation avec Emmett et Ted. Ethan se voit offrir la possibilité d'un brillante carrière grâce à ses compétences de musicien, mais surtout à cause de son physique, à condition de nier son homosexualité, ce qu'il fait. Justin le suit à un gala et découvre Ethan en train de partir avec un autre. Parallèlement, Brian souffre de la distance qui le sépare de Justin.

Quatrième saison (2004)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 4 de Queer as Folk.

La quatrième saison comprend quatorze épisodes numérotés de 401 à 414.

Après avoir dépensé ses derniers dollars dans la campagne anti-Stockwell, Brian se voit contraint de vendre son loft. Mickael a pris la fuite avec Hunter afin que le garçon ne soit pas repris par les services sociaux.

Cinquième saison (2005)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saison 5 de Queer as Folk.

La cinquième saison comprend treize épisodes numérotés de 501 à 513.

Justin est parti tenter sa chance à Hollywood, et il manque horriblement à Brian.

Commentaires[modifier | modifier le code]

L’un des points principaux de Queer as Folk est sa présentation d’un certain mode de vie homosexuel sans tabous. Aux États-Unis, un avertissement apparaissait à la fin de chaque épisode lors de sa diffusion sur Showtime aux États-Unis : « Queer as Folk est la célébration de la vie et des passions d’un groupe d’amis homosexuels. Ce n’est pas un reflet de la vie de l’intégralité de la communauté gay ».

Le titre de la série vient d’une expression d’un dialecte du Nord de l’Angleterre : « There’s nought so queer as folk », que l’on pourrait traduire par « Il n’y a rien de plus bizarre que les gens ».

Influence de la série[modifier | modifier le code]

La version américaine de Queer as Folk devint rapidement la série la plus importante de Showtime. Bien que la cible marketing de la série ait été a priori les hommes gay, de nombreuses femmes hétérosexuelles firent également partie de l’audience.

Bien que moins crues que celles de la version britannique, des scènes jamais vues auparavant à la télévision américaine abondaient, notamment des relations sexuelles explicites simulées entre deux hommes. Malgré la présence de drogues et de sexe, la série ne fut jamais vraiment menacée par les groupes conservateurs.

Au début, la plupart des acteurs restèrent flou sur leur vraie vie sexuelle, afin de ne pas trahir leurs personnages, suscitant la curiosité des téléspectateurs. Depuis, Randy Harrison (Justin), Peter Paige (Emmett), Robert Gant (Ben) et Jack Weatherall (Vic) ont fait part de leur homosexualité, alors que les autres acteurs sont soit restés évasifs, soit ont clairement affirmé leur hétérosexualité (les acteurs jouant Michael, Brian, Lindsay et Melanie étant dans ce dernier cas).

Queer As Folk a abordé de nombreux thèmes sujets à polémiques, comme : le coming-out, le mariage homosexuel, l’usage de drogues (cocaïne, méthamphétamine, ecstasy, GHB, kétamine, cannabis), l’adoption homoparentale, l’insémination artificielle, l'homophobie, le SIDA, la prostitution des mineurs etc.

La série se déroule à Pittsburgh (Pennsylvanie), bien que la ville soit bien embellie pour la situation. Pittsburgh fut choisie car elle était l’équivalent américain le plus proche de Manchester, le cadre de la version britannique. Néanmoins, comme la ville n’a pas un grand quartier homo comme San Francisco ou New York, la plupart des scènes sur Liberty Avenue furent en réalité tournées dans le quartier gay de Toronto au Canada (quartier Church and Wellesley) : la véritable Liberty Avenue n’a d’ailleurs jamais été filmée pour la série !

La série fait souvent référence avec humour à elle-même et à son image dans la communauté gay. Ainsi, plusieurs épisodes parlent d’une série romantique à souhait, Gay as Blazes ( Gay et fier de l'être ) , que Brian critique comme n’étant en rien un reflet de la réalité.

Thèmes abordés[modifier | modifier le code]

Au fil des saisons, la série a abordé de nombreux thèmes autour de l’homosexualité: l’homoparentalité dès le premier épisode, le coming-out et la réaction des parents, la consommation de drogues, le sida, le mariage, la prostitution des mineurs. Des thèmes de société sans lien avec le thème majeur ont été aussi des intrigues de la série : la création de son entreprise, la dépression, le lien mère-fils.

À partir de la troisième saison, des thèmes politiques liés à l’actualité des États-Unis apparaissent dans la série : campagne pour la mairie de Stockwell qui prend pour cible les activités sexuelles du quartier de Liberty Avenue, légalisation ou interdiction du mariage homosexuel (final de la saison 4 au Canada et référendum sur la proposition 14 dans la saison 5), crimes homophobes très ponctuels mais qui s’aggravent en intensité.

Certains thèmes sont abordés de manière surprenante : ainsi, un épisode met en scène une sorte de coming-out à l'envers de Hunter, qui avoue à Michael et Ben qu'il sort avec… une fille !

Variations par rapport à la version britannique[modifier | modifier le code]

Les premiers épisodes de la série reprennent les intrigues de la première saison de la version britannique, avant de s’en détacher pour devenir une série totalement différente. Outre les professions et la culture, le principal changement d’intrigue est que Ted Schmidt survit à une overdose et Blake – qui l’a causée – réapparaît par la suite dans la série, alors que Phil Delaney dans la série britannique en meurt. Ces différences sont dues à la différence de longueur des projets entre les deux séries : la série britannique était prévue pour huit épisodes de 25 minutes quand la série américaine avait une saison de 22 épisodes pour se développer.

Les prénoms ont également été modifiés : les trois principaux personnages deviennent ainsi Justin (pour Nathan), Brian (pour Stuart) et Michael (pour Vince). On a reproché à la version américaine de vieillir le personnage de Justin de deux ans, soit 17 ans au lieu de 15 (âge de Nathan), pour être politiquement correcte, sans prendre en compte le fait que, si dans la version anglaise, Stuart et Nathan ont une aventure, en revanche ils ne terminent pas ensemble, contrairement à Justin et Brian qui vivent une véritable histoire d'amour, faite de hauts et de bas. À partir de là, on peut comprendre qu'il était plus difficile de développer (d'un point de vue pratique) et de justifier (question de maturité) une relation durable entre un adulte et un mineur, qu'entre un trentenaire et un jeune adulte de 18 ans.

Détail culturellement révélateur : les personnages de Brian et Debbie sont quasiment systématiquement en train de mâcher un chewing-gum.

Critiques de Queer as Folk[modifier | modifier le code]

Comme la communauté gay était auparavant sous-représentée à la télévision, et que cette série avait pour ambition de présenter sans tabous la vie d’homosexuels, de nombreux critiques gay ont insisté sur la responsabilité de Queer as Folk en ce qui concerne l’image des homosexuels, n’hésitant pas à critiquer l’image de débauche qu’elle pouvait donner.

Ainsi, comme l’avait été la série britannique, la version américaine a été attaquée sur l’aspect irréaliste des relations amoureuses et de la vie homosexuelles. Bien que les producteurs aient insisté (dans un avertissement apparaissant à la fin des épisodes des saisons une à trois ainsi que dans la presse) sur le caractère fictif de cette série, de nombreux critiques de la presse gay soulignèrent que tous les téléspectateurs ne prendraient pas autant de distance avec les personnages et la représentation donnée des homosexuels. D’autres critiques ont également fustigé la série pour son manque de personnes de couleur, l’abondance de relations sexuelles dans les lieux publics (pourtant interdites dans de nombreux États, y compris la Pennsylvanie), et surtout la prise de position sur des questions comme le barebacking. D’autres considérèrent que, bien que le portrait fait des relations sexuelles et de la drogue soit réaliste, il n’était pas besoin de le montrer aux yeux du public alors que la lutte pour l’égalité des droits était en cours.

La critique principale qui lui a été faite hors des États-Unis est de donner une vision trop communautariste du monde homosexuel : en effet, les hétérosexuels ne font d'apparition dans la série qu'en fonction de personnages ou de thématiques homosexuels. À aucun moment on ne voit les hétérosexuels et les homosexuels vivre ensemble, comme cela se passe au quotidien pour la majorité des homosexuels du monde entier, puisque tout se passe dans un quartier gay (peu réaliste puisque Pittsburgh n'est pas ainsi) peuplé uniquement d'homosexuels allant dans des endroits pour homosexuels ou s'embrassant sans problème dans les rues. L'autre critique faite est l'usage systématique de mannequins sculpturaux pour représenter les homosexuels, autre entorse au réalisme.

Le manque de réalisme des lieux a été vivement critiqué, étant donné que la vie gay de Pittsburgh est bien moins développée que la série ne peut le laisser paraître. Par contre la série fait une peinture plus réaliste du quartier gay de Toronto au Canada.

Enfin, la série a aussi été critiquée pour n’être qu’une pâle copie de la version anglaise. Ainsi, il fut dit que la version américaine se servait de la sexualité et de l’usage de drogue comme d’un artifice facile pour choquer les téléspectateurs plutôt que d’insister sur les dialogues, très importants dans la version anglaise. Il fut aussi noté que Justin est censé avoir 17 ans, alors que l’équivalent britannique Nathan n’est censé en avoir que 15 : le politiquement correct ne serait ainsi peut-être pas totalement absent de la série. Cependant, les similarités ne sont présentes que dans les tous premiers épisodes.

À l’inverse, une partie des homosexuels a salué le courage de la série pour aborder des sujets auparavant tabous de leur vie, qu’ils soient abordés d’un point de vue réaliste ou plus romancé, tout en faisant remarquer que de nombreux reproches adressés à Queer as Folk, comme le manque de diversité des acteurs ou la grande insistance sur les relations sexuelles, pouvaient également être faits à la plupart des séries télévisées, parlant d’homosexuels ou non.

De nombreuses critiques ont encensé la série comme Le Nouvel Observateur[2], qui a décrit la série comme la plus désinhibée des séries américaines. Finalement, la série a reçu davantage de critiques positives que de négatives au point d’avoir gagné de nombreuses récompenses et obtenu de nombreuses propositions à des récompenses.

Produits dérivés[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

Trois romans racontant les « jeunes années » des héros sont parus aux États-Unis. Ils développent respectivement la période de fin d’année de lycée, puis celle de l’université et enfin les premiers temps de la vie active de Brian et Michael.

  • Joseph Brockton, Every Nine Seconds, Pocket Books, 2003 (le titre fait référence à la fréquence de pensées d’ordre sexuel chez les homosexuels, d’après la première phrase de Michael dans le tout premier épisode)
  • Quinn Brockton, Never Tear Us Apart, Pocket Books, 2003
  • Quinn Brockton, Always Have, Always Will, Pocket Books, 2004

DVD[modifier | modifier le code]

DVD Zone 2[modifier | modifier le code]

  • Saison 1
    • Nombre de disques : 6
    • Date de sortie du DVD : 21 juin 2006
    • ASIN: B000F601DA
    • EAN : 7321950732562[3]
  • Saison 2
    • Nombre de disques : 5
    • Date de sortie du DVD : 1er janvier 2008
    • ASIN: B001FB6WRS
    • EAN : 7321910132944[3]
  • Saison 3
    • Nombre de disques : 4
    • Date de sortie du DVD : 13 février 2008
    • ASIN: B0010XRCKM
    • EAN : 7321910176863[3]
  • Saison 4
    • Nombre de disques : 4
    • Date de sortie du DVD : 28 octobre 2008
    • ASIN: B001FB6WSC
    • EAN : 7321910221587[3]
  • Saison 5
    • Nombre de disques : 4
    • Date de sortie du DVD : 12 novembre 2008
    • ASIN: B001E08URU
    • EAN : 7321910221631[3]

Bande originale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]