Venetian Snares

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Venetian Snares

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Venetian Snares, au Ilosaarirock 2008 de Joensuu, en Finlande.

Informations générales
Surnom BeeSnares, Last Step, Puff, Senetian Vnares, Snares Man!, Ventriloquist Snakes, Vsnares
Nom de naissance Aaron Funk
Naissance 11 janvier 1975 (39 ans)
Winnipeg, Manitoba,
Drapeau du Canada Canada
Genre musical Breakcore, drill and bass, glitchcore, IDM, musique bruitiste
Années actives Depuis 1992
Labels Hymen Records, Planet Mu, Sublight
Site officiel venetiansnares.com

Venetian Snares est un compositeur et disc-jockey canadien de musique électronique. Connu pour ses musiques composées de mesures irrégulières (principalement 7/4), Funk se popularise au fil du temps dans de nombreux labels incluant History of the Future, Isolate/DySLeXiC ResPonSe, Addict, Zod, Distort, Sublight, Low-Res, Planet Mu et Hymen. Venetian Snares collabore également à de nombreuses reprises avec des artistes comme Bong-Ra (qui a remixé quatre titres de Rossz Csillag Alatt Született[1]), Doormouse[2], ou encore Speedranch (pour un album mélangeant noisecore et speedcore, Making Orange Things[3]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Venetian Snares, de son vrai nom Aaron Funk, est né le 11 janvier 1975, à Winnipeg, au Canada[4]. Également connu sous les pseudonymes BeeSnares, Last Step, Puff, Senetian Vnares, Snares Man!, Ventriloquist Snakes, et Vsnares[5], Funk est l'un des musiciens les plus prolifiques de la scène breakcore.

Funk débute dans au label History of the Future, en 1999 avec l'EP intitulé Greg Hates Car Culture. Cet EP suit d'un album intitulé Salt au label Zhark International[6], et Fuck Canada/Fuck America avec Stunt Rock au label CLFST. Bien avant ces parutions, Funk enregistrait de lui-même ses compositions sur cassettes audio en 1992[7]. Après l'écoute de Greg Hates Car Culture, Mike Paradinas signe immédiatement Funk à son label, Planet Mu[8],[9]. Le premier vinyle de Venetian Snares au label Planet Mu, Making Orange Things (en coproduction avec Speedranch)[3], parait en début 2001, suivi, entres autres, de l'EP Shiver in Eternal Darkness au label Isolate, et Doll Doll Doll au label Hymen[8].

Il passe par la suite quelques années sous le pseudonyme de Last Step et collabore avec Joanne Pollock sur un vinyle intitulé Poemss[10]. Aaron Funk revient sous le nom de Venetian Snares pour la parution d'un nouvel album, My Love Is A Bulldozer[10].

Style[modifier | modifier le code]

Son style musical est généralement bien accueilli, notamment par le futur disc-jockey à cette période, John Peel[11]. Venetian Snares est considéré avoir « réinventé » le breakcore[12] et a inspiré de nombreux autres artistes du genre comme UndaCova, Xanopticon, Enduser et Datach'i. Venetian Snares compose ses musiques à l'aide de trackers ; il travaillait auparavant à but non lucratif sous OctaMED et Amiga 500[7]. À un certain moment, avant début 2000, il commence à utiliser le PC et le port Windows d'OctaMED, MED Soundstudio[13].

Entre 2003 et 2005, il utilise Cubase en plus de MED. Le 24 mars 2006, il met en ligne une vidéo de sa chanson Vache (issue de l'album Cavalcade of Glee and Dadaist Happy Hardcore Pom Poms) jouant sur Renoise[14].

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) bookmat, « Venetian Snares & Bong-Ra - 4 Adaptations Of Rossz Csillag Alatt Született », sur Planet Mu (consulté le 1er juin 2014).
  2. (en) « Venetian Snares / Doormouse Skelechairs (remix) » (consulté le 1er juin 2014).
  3. a et b (en) Tim DiGravina, « Making Orange Things », sur Allmusic (consulté le 1er juin 2014).
  4. (en) Susanna Glaser, « Violently unhappy », sur BBC,‎ 11 mars 2005 (consulté le 31 mai 2014).
  5. (en) « Venetian Snares », sur Discogs (consulté le 1er juin 2014).
  6. (en) « Salt », sur Discogs (consulté le 1er juin 2014).
  7. a et b (en) stevvi, « Venetian Snares interview on c8 », sur Isolate Records (consulté le 1er juin 2014).
  8. a et b (en) John Bush, « Venetian Snares Bio », sur Allmusic (consulté le 1er juin 2014).
  9. (en) « Home » Artists » DJ, Producer » Venetian Snares », sur Outlar (consulté le 1er juin 2014).
  10. a, b et c (en) « Venetian Snares returns with My Love Is A Bulldozer LP for Planet Mu », sur Fact Mag,‎ 11 avril 2014 (consulté le 1er juin 2014).
  11. (en) Colin Nagy, « Venetian Snares w/ Otto Von Schirach », sur Flavorpill,‎ 16 juin 2008 (consulté le 27 juillet 2008).
  12. (en) Ranta, Alan, « Venetian Snares: Detrimentalist », sur PopMatters (consulté le 1er juin 2014).
  13. (en) « It's one thing to make music in your bedroom, quite another to run a successful record label from it. No wonder Mike Paradinas doesn't get much time to tidy up... », sur Sound on Sound,‎ mai 2002 (consulté le 30 mai 2014).
  14. (en) « 'Vache' » [vidéo], sur YouTube (consulté le 30 mai 2014).
  15. (en) « Introducing "Timesig", Aaron Funk's new label », sur Planet Mu (consulté le 1er juin 2014).
  16. (en) « The very first article about Speed Dealer Moms » (consulté le 1er juin 2014).
  17. « Planet Mu to issue Poemss album », sur Juno Download,‎ 12 décembre 2013 (consulté le 1er juin 2014).

Lien externe[modifier | modifier le code]