Gamme altérée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans son acception la plus générale, l'expression gamme altérée désigne une échelle musicale dont certaines notes comportent des altérations.

Dans le jazz, l'expression gamme altérée (parfois appelée "gamme de jazz") désigne une échelle musicale de sept sons (heptatonique), qui comporte des altérations dont le rôle est d'accentuer (par des dissonances) le phénomène de "tension" qui est la fonction diatonique de l'accord de cinquième degré, appelée "dominante".

Par exemple, dans la tonalité de do majeur, dont le cinquième degré est sol (dominante), la gamme altérée de sol est : G Ab Bb Cb Db Eb F, dont les notes altérées (i.e. qui ne font pas partie de la tonalité de référence) sont : Ab, Bb, Db et Eb. Ces (notes altérées ou) altérations sont respectivement désignées par l'intervalle qui sépare chacune de la fondamentale de l'accord de dominante (les intervalles sont ici notés en gras dans l'ordre où ils apparaissent dans la gamme) :

  • tonique
  • neuvième mineure (b9)
  • neuvième augmentée (#9)
  • tierce majeure
  • quarte augmentée (#4)
  • quinte augmentée (#5 ou 5+) ou treizième mineure (b13) si redoublée
  • septième mineure

La gamme altérée est construite sur le septième mode de la gamme mélodique mineure ascendante, communément appelée dans le jazz "mélodique mineure". C'est-à-dire que, par exemple, la gamme altérée de sol correspond à la gamme mélodique mineure ascendante de la bémol (ou sol dièse).

En référence au mode du septième degré de la gamme majeure appelé "locrien", la gamme altérée est parfois désignée par l'expression "super locrien".