Squarepusher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jenkinson.

Squarepusher

Description de cette image, également commentée ci-après

Squarepusher en concert en 2005

Informations générales
Surnom Duke of Harringay, Chaos A.D
Nom de naissance Thomas Jenkinson
Naissance 17 janvier 1975 (39 ans)
Chelmsford, Essex, Royaume-Uni
Genre musical Musique électronique
Années actives Depuis 1994
Labels Warp Records
Site officiel squarepusher.net

Squarepusher, de son vrai nom Thomas Jenkinson[1], est un bassiste, batteur, rhodiste et compositeur de Drum'n'Bass, Jungle, Electronica, IDM (Intelligent Dance Music) ou Braindance, Drill'n'Bass aux influences Jazz, Jazz Fusion, Free jazz.

Débuts[modifier | modifier le code]

Il est né en 1975 à Chelmsford (Angleterre). Il fut initié au jazz par son père qui était batteur. Tom Jenkinson fut bercé dans un environnement musical qui lui permit de découvrir autant Miles Davis, Charlie Parker, Art Blakey, qu'Augustus Pablo et de se familiariser à la pratique de la basse et de la batterie à l'université. Il découvre par la suite la musique électronique par des artistes tels que LFO et Carl Craig, Thomas Jenkinson explore alors les assemblages provenant de diverses influences afin de réaliser un mix de techno breakbeat et de jazz avant-gardiste.

Il s'est ensuite fait une réputation et a participé à la reconnaissance du label Warp Records.

En 2001, Richard David James et Tom Jenkinson ont créé le label MEN Records qui n'est pas un label secondaire de Rephlex Records, mais assisté par celui-ci pour le moment. MEN est juste un numéro de catalogue, ils n'ont pas encore trouvé de nom pour ce label.

Ses créations[modifier | modifier le code]

Signant chez Warp Records en 1995, il sort plusieurs maxis dont Port Rhombus EP avant de sortir l'album Hard Normal Daddy, mais entre temps, il a d'abord enregistré son premier album Feed Me Weird Things en 1996 chez Rephlex Records, le label fondé en 1991 par Richard D. James (alias Aphex Twin) et Grant Wilson-Claridge. Et un an plus tard, sort Hard Normal Daddy, opus expérimental piochant dans le lounge, la techno, la drum'n'bass et le hardcore, puis Big Loada un autre EP avec ses morceaux de drum'n'bass et jungle expérimental.

En 1998, il enregistre lui-même la batterie, la basse et les claviers sur l'album Music Is Rotted One Note[2]. Suivent un mini-album et un maxi Budakhan Mindphone et Maximum Priest EP puis l'album Selection Sixteen en 1999. Après deux ans d'absence, l'Anglais, maître du 2-Step fait son retour avec Go Plastic.

En 2001 il sort avec Go Plastic et son maxi My Red Hot Car, qui marquent un retour hardcore, moins jazzy, oscillant entre breakbeat, abstract hip-hop et même leftfield. L'opus fait preuve d'une plus grande ouverture aux influences musicales. Ainsi, Squarepusher confirme cette tendance dès 2002 avec la sortie de Do You Know Squarepusher ?.

Dernièrement[modifier | modifier le code]

En 2004 avec Ultravisitor[3], ce sont des beats énervés et déstructurés, sur lesquelles des guitares free jazz viennent faire et défaire une mélodie, quand il y en a une, ou apportent simplement une respiration dans de petites interludes, un peu à la manière du piano préparé dans le Drukqs d'Aphex Twin. Il y a quand même le chaos sonore, sans lequel un disque de Squarepusher, n'en serait pas vraiment un, cette drum'n'bass complètement folle et furieuse, comme sur le morceau Steinbolt. Ultravisitor est un espace de liberté, un de ceux que le jazz a toujours essayé de construire pour s'y réfugier, loin de toute convention. Et ce que le jazz a commencé à construire, l'electronica le continue avec énergie et une technique aisée et brillante.

Le 16 octobre 2006, Warp Records sort Hello Everything, un album fabuleux, avec des morceaux d'electronica funky-jazzy, moins bruitiste que l'album Ultravisitor. Squarepusher a préféré des mélodies soignées d'une douceur à ravir les oreilles. À l'exception de Vacuum Garden qui est un IDM très particulier à la limite du noise, Squarepusher a pris le plaisir à composer des morceaux funk ou à rénover l'univers de la musique jazz en unissant tous les styles de l'electronica : IDM, Drum'n'Bass, Jungle, Breakbeat, Leftfield, Ambient, etc. Sans oublier qu'avant tout Squarepusher a toujours été un bassiste, toute l'évolution de cet artiste se voit aussi sous ces lignes de basse de ses quelques morceaux comme Hello Meow, Welcome To Europe, Plotinus et The Modern Bass Guitar : une évolution assez surprenante... bien que certains morceaux fassent penser à ceux des maxi/singles Maximum Priest EP, My Red Hot Car, Square Window et Venus N° 17.

Le style[modifier | modifier le code]

Il n'a pas hésité à sortir une ligne de basse du style Jaco Pastorius, ou un walking derrière des sons pour le moins électroniques. C'est tout de même d'abord ses sections rythmiques qui sont impressionnants : très speed ou très mélodieuses, intégrant de nombreuses influences, elles peuvent se trouver sur le devant de la scène. Sa recherche sonore est également essentielle : en témoigne la « chanson sous l'eau » (Song: Our Underwater Torch) de son Maximum Priest EP. Il est donc l'un des premiers à explorer tous les aspects de la musique simultanément : texture/harmonie, composition/improvisation, etc. Il est d'une incroyable productivité (10 albums ou presque en 12 ans, et d'innombrables apparitions, remix dans des compiles et autres).

Franc-tireur d'une electronica avant-gardiste et intransigeante, Squarepusher a souvent été associé à son ami Aphex Twin, puisqu'avec Aphex Twin, il est l'une des figures emblématiques du son Warp.

C'est actuellement un des artistes les plus reconnus et influents de la musique électronique. Clamant plus d'affinités avec le jazz qu'avec la jungle et défendant une approche libre et personnelle de la musique, il distille une drum'n'bass expérimentale et énergique s'acquittant de tous les clichés qui pourraient enfermer la musique dans des catégories hermétiques les unes aux autres. Il décrit cette rencontre d'univers musicaux différents comme sa principale source d'inspiration.

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Thomas Jenkinson.

Tom Jenkinson a sorti des albums, des singles, des EP et des remixes sur plusieurs labels différents et sous plusieurs pseudonymes (Tom Jenkinson, Duke of Harringay, Chaos A.D. et Squarepusher).

Il a sorti la totalité de ses albums sous son pseudonyme principal de Squarepusher :

Reprises de morceaux de Tom Jenkinson[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]