Gang Starr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Starr.

Gang Starr

alt=Description de l'image GangStarr_logo.gif.
Informations générales
Pays d'origine Boston, Massachusetts / Brooklyn, New York
Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Rap East Coast, jazz rap, rap old school, rap hardcore, rap politique
Années actives 19852005
Labels Wild Pitch
Chrysalis Records
Noo Trybe Records
Virgin Records
Composition du groupe
Membres DJ Premier
Guru

Gang Starr est un groupe américain de rap, originaire de Boston, Massachusetts. Pionnier du rap East Coast des années 1990[1], le duo s'est créé une identité propre en réactualisant le son new yorkais au fil de ses albums.

Membres[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Formation et début[modifier | modifier le code]

Guru, le rappeur du groupe.

Le groupe est formé en 1985, à Boston, dans le Massachusetts, par Keith Elam (connu sous le pseudonyme Keithy E. The Guru) et Mike Dee (alias DJ 1,2 B-Down) avec différents producteurs, comme Donald D, J.V. Johnson ou DJ Mark the 45 King. Après avoir enregistré quelques démos, il signe avec le label Wild Pitch Records et sort en 1987 et 1988 trois maxis, incluant Bust a Move et The Lesson.

En 1989, le groupe se sépare et Guru, désormais installé à New York, est le seul membre à vouloir continuer l'aventure. Il prend rapidement contact avec DJ Premier (alors connu sous le nom de Waxmaster C), qui lui envoie une beat tape. Appréciant son travail, il l'invite à joindre Gang Starr et dans la même année, ils sortent leur premier single, Words I Manifest, et l'album No More Mr. Nice Guy[1]. Spike Lee les contacte afin de réaliser un morceau pour la bande originale du film Mo' Better Blues, Jazz Thing[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1990, le groupe quitte Wild Pitch et signe avec le label Chrysalis Records. Step in the Arena sort en 1991[1]. Daily Operation, le troisième album, sort dès 1992.

L'année 1994 marque la sortie de Hard to Earn, alors que chacun des membres prend part à des projets parallèles : Premier commence à produire pour des artistes de renom comme Nas ou Biggie[1], et Guru lance la série des Jazzmatazz[1].

DJ Premier

Leur cinquième album, Moment of Truth, sort en 1998 et marque une coupure avec un hip-hop dit old school. Plébiscité par la critique, il est certifié disque d'or aux États-Unis, le 7 mai 1998, par la RIAA[2]. Le style de production de ce disque détermine également la signature sonore de DJ Premier pour les années à venir.

Cette même année, les albums Step in the Arena et Daily Operation apparaissent dans la liste des « 100 meilleurs albums de rap » du magazine The Source[3]

Leur sixième album, Full Clip: A Decade of Gang Starr, sorti en juillet 1999, représente leur décennie dans le monde du hip-hop, sous la forme d'un best of agrémenté de titres inédits et de raretés. Le premier morceau extrait de cette compilation, l'inédit Full Clip, devenu instantanément un classique, contient une dédicace pour Big L, MC de Harlem sauvagement assassiné dans son quartier durant l'enregistrement du morceau. L'album est certifié disque d'or le 19 août 1999, par la RIAA[4].

Sorti à l'été 2003, leur septième album, The Ownerz, est un échec commercial[réf. nécessaire] malgré de nombreuses collaborations, dont Jadakiss, Big Shug, Freddie Foxxx, M.O.P. ou Fat Joe.

Séparation et décès de Guru[modifier | modifier le code]

Depuis ce dernier album, DJ Premier et Guru n'ont plus collaboré. Le groupe est dissout, bien qu'ils soient restés en bons termes.

Premier produit des sons pour des artistes de son label, Year Round Records, tels que Blaq Poet, le vétéran de Queensbridge, ou encore les NYG'z et Nick Javas. Il anime également une émission, Live From HeadQCourtez, sur Sirius Satellite Radio en compagnie de Big Shug ou Panchi des NYGz.

Guru se concentre sur sa carrière solo à partir de 2003. Il a sort deux albums : l'un en 2005, Version 7.0: The Street Scriptures et le second en 2009, Guru 8.0: Lost and Found. Ces albums n'ont pas été vendus à beaucoup d'exemplaires, aucun d'eux n'ayant atteint le disque d'or. Après avoir combattu plusieurs mois un cancer, il décède le 19 avril 2010 à l'âge de 48 ans (une confusion semble avoir été initié par certaines sources[5],[6], mais la publication d'une copie de son passeport[7] prouve qu'il est bien né le 17 juillet 1961 et non 1966).

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) Gang Starr Biography, Allmusic. Consulté le 24 juillet 2013
  2. (en) « Gang Starr Moment of Truth », RIAA (consulté le 24 juillet 2013)
  3. (en) « 100 Best Rap Albums », Rocklist.net (consulté le 24 juillet 2013)
  4. (en) « Gang Starr Full Clip », RIAA (consulté le 24 juillet 2013)
  5. (en) « titre=R.I.P. Guru (Gang Starr) (1966 – 2010) », Inlog.org (consulté le 24 juillet 2013)
  6. (en) « Gang Starr's Guru Dies of Cancer at 43 », Exclaim! (consulté le 24 juillet 2013)
  7. [image] Copie du passeport de Keith « Guru » Elam