Gau Westmark

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gau Westmark, la « Marche de l'Ouest » du IIIe Reich.

Le Gau Westmark était une subdivision administrative territoriale du Parti national-socialiste des travailleurs allemands (NSDAP) durant la Seconde Guerre mondiale.

Le Gau Westmark était un Reichsgau, appellation qui désignait les subdivisions territoriales annexées au Reich (Autriche, Sudètes, Silésie, Danzig et la Prusse-Occidentale, Posnanie, Moselle et Alsace).

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Le Gau Westmark (Gau, « pays » et West, « Ouest ») désignait la « Marche de l'Ouest » du Troisième Reich allemand[1]. La création du Gau Westmark se fit progressivement, pour tenir compte de l'opinion publique française et des populations annexées. Si l’ancienne frontière de 1871 fut rétablie le , marquant de facto l'annexion de la Moselle au Reich allemand (le département de la Moselle devint une administration civile allemande, CdZ-Gebiet : le CdZ-Gebiet Lothringen), la Moselle ne fut déclarée intégrée au Gau Sarre Palatinat que le , dans un discours de Josef Bürckel à Sarrebruck[2]. Ainsi que l'indique l'historien Eberhard Jäckel : « […] l'incorporation ne fut jamais réalisée en droit ; elle demeura à l'état d'annexion déguisée[1] ». Elle fut toutefois parachevée d'un point de vue administratif, le , quand Bürckel fut nommé gouverneur du Reich pour le nouveau Reichsgau Westmark et par l'entrée en vigueur du code de commerce et du code civil allemands, dans leurs entiers, avec l'ordonnance du [2]. Le système administratif et les lois allemandes furent ainsi mis en place, en violation formelle des clauses de l'armistice du 22 juin 1940[2],[3] malgré les protestations écrites du gouvernement de Vichy, auprès de la Commission de Wiesbaden, restées sans réponses[3].

Organisation administrative[modifier | modifier le code]

Le siège administratif du Gau Westmark était Sarrebruck[1]. Le Gau Westmark comprenait la Sarre, le Palatinat et la Moselle, département français annexé officieusement au territoire allemand dès le [1], par un décret de Hitler dont la publication fut interdite[1], pour former le Reichsgau Westmark[1]. Auparavant, la Sarre et le Palatinat formaient le Gau Saarpfalz, dont la capitale était Neustadt an der Weinstraße. Le Troisième Reich comptait 32 Gaue, ou provinces, auxquels sont venus s'ajouter 10 Gaue supplémentaires formés par les territoires nouvellement annexés sous l'appellation Reichsgau. Josef Bürckel a été Gauleiter de Sarre Palatinat puis du Gau Westmark jusqu'en 1944. Il fut remplacé le par Willi Stöhr.

Les circonscriptions administratives de la Moselle ont été remplacées par des arrondissements : urbain pour Metz (Stadtkreis Metz) dirigé par un maire (Oberburgermeister) et ruraux (Landkreis, par exemple le Landkreis Metz) dirigés par un Landrat (sous-préfet). Le chef d'arrondissement exerçait conjointement les fonctions de Kreisleiter du parti nazi.

L'organe officiel du Gau Westmark était le NSZ-Westmark[2], un journal de propagande nazi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Eberhard Jäckel, Frankreich in Hitlers Europa – Die deutsche Frankreichpolitik im Zweiten Weltkrieg, Deutsche Verlag-Anstalg GmbH, Stuttgart, 1966 ; traduction : La France dans l'Europe de Hitler, (préface d'Alfred Grosser, traduction de Denise Meunier), éd. Fayard, coll. « Les grandes études contemporaines », 1968, 554 p., chap. « L'annexion déguisée », p. 123-124.
  2. a, b, c et d Jacques Lorraine (pseudo. d'Edmond Huntzbuchler), Les Allemands en France. Origines, Bretagne, Zone interdite Est, Bourgogne, Alsace et Lorraine, éd. du Désert, Alger-Oran, 1945, p. 121-124.
  3. a et b Eberhard Jäckel, La France dans l'Europe de Hitler, op. cit., p. 118-121.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]