Bataille du pont d'Arcole

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Arcole.
Bataille du pont d’Arcole
Tableau de Horace Vernet
Tableau de Horace Vernet
Informations générales
Date 15 -17 novembre 1796
Lieu Arcole
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau de la France République française Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Commandants
Napoléon Bonaparte Josef Alvinczy
Forces en présence
19 000 hommes 24 000 hommes
Pertes
3 500 morts ou blessés
1 300 prisonniers
535 morts
1 535 blessés
4 141 prisonniers
11 canons perdus[1]
Première coalition
Batailles
Guerre de la Coalition

Porrentruy · Marquain · Verdun · Thionville · Valmy · Lille · 1er Mayence · Jemappes · Limbourg · Anderlecht · Namur · Maastricht · Francfort · Neerwinden · Landau (en) · St-Amand (en) · Famars · San Pietro · 2e Mayence · 1er Arlon · Valenciennes · Dunkerque · Hondschoote · Avesnes (en) · Méribel · Menin · Bergzabern · 1re Wissembourg · Kaiserslautern · Maubeuge · Wattignies · Wœrth · 2e Wissembourg · Martinique · Saint-Florent · Bastia · Guadeloupe · 2e Arlon · 1er Landrecies · Villers-en-Cauchies (en) · Troisvilles (en) · Mouscron (en) · Tourcoing · Tournai · Ouessant (navale) · Fleurus · Calvi · Tripstadt (en) · Sprimont · Luxembourg · Helder · Gênes (navale) · Groix (navale) · Quiberon · Hyères (navale) · 3e Mayence · Ettlingen (en) · Friedberg · Neresheim · Irlande (1796) · Droits de l'Homme (navale) · Amberg · Friedberg · Terre-Neuve · Würzbourg (en) · Biberach · Emmendingen · Schliengen (en) · Kehl · Fishguard · Cap Saint-Vincent (navale) · Neuwied · Diersheim (en) · Santa Cruz de Ténérife (navale) · Camperdown (navale)


Guerre du Roussillon
Bataille du Boulou (1793) (es) · Mas Deu · Bellegarde · Perpignan · Peyrestortes · Trouillas · Fort-Liberté · Toulon · Le Boulou 2 · Les Aldudes · Bastan · Orbaitzeta · Roses · Montagne Noire · Golfe de Rosas


Campagne d'Italie
Saorge · 1e Dego · Loano · Voltri (en) · Montenotte · Millesimo · 2e Dego · Ceva (en) · Mondovi · Cherasco · Fombio · Pont de Lodi · Borghetto · Mantoue · Lonato · Castiglione · Peschiera · Rovereto · Bassano · Pont d'Arcole · Rivoli · La Favorite · Faenza · Valvasone · Tyrol · Tarvis (en) · Leoben · Pâques véronaises · Chronologie de la campagne

Coordonnées 45° 21′ N 11° 17′ E / 45.35, 11.2833333345° 21′ Nord 11° 17′ Est / 45.35, 11.28333333  

Géolocalisation sur la carte : Vénétie

(Voir situation sur carte : Vénétie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du pont d'Arcole.

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille du pont d'Arcole.

La bataille du pont d’Arcole s'est déroulée du 15 au 17 novembre 1796 (25 au 27 brumaire an 5) lors de la première campagne d’Italie. Elle opposa les 19 000 hommes de l’armée française, sous les ordres de Napoléon Bonaparte, aux 24 000 hommes de l'armée autrichienne, commandée par le général Josef Alvinczy.

Prélude[modifier | modifier le code]

Ce furent deux jours de bataille sur les rives de l'Alpone, affluent de l'Adige. La manœuvre de tenaille effectuée par Charles Augereau et André Masséna échoue.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Le passage du pont d'Arcole

Augereau passe l’Adige à Ronco all'Adige mais est repoussé par un feu violent devant le pont d’Arcole, tandis que Masséna s'enlise dans les marais. Alors commandant de l'armée d'Italie, Bonaparte « saisit un drapeau s'élance sur le pont et l'y plante. Sa colonne l'avait à moitié franchi lorsqu'un feu de flanc la fit rétrograder. Les grenadiers enlevèrent Bonaparte et l'entrainèrent, il fut précipité dans un marais où il enfonça jusqu'à mi-corps. Lannes qui était blessé était accouru de Milan il couvrit le général de son corps. Muiron aide de camp en fit autant et il fut tué ainsi que le général Robert »[2] ; Bonaparte tente alors d'envoyer des renforts à Masséna mais tombe dans un marécage. C'est le général Belliard qui rallie ses hommes et sauve le futur empereur.

Bonaparte ordonne à ses tambours d'aller discrètement sur les arrières des Autrichiens et de faire le plus de bruit possible afin de faire croire que des renforts sont arrivés. Alvinczy, croyant les Français en train d'attaquer ses arrières, désunit sa solide défense et poursuit les tambours avec son armée, ce qui permet à Masséna de traverser l'Adige. Bonaparte ordonne à Masséna et à Augereau de prendre l'armée ennemie en tenaille par un gué découvert par Masséna, ce qui permet de l'anéantir.

Le poème d'Albert Tores dit Taurus explique la réussite de cette astuce car le tambour d' Arcole est un enfant qui Habite Cadenet.

Bilan[modifier | modifier le code]

L'armée française est victorieuse et reste solidement accrochée dans le nord de la péninsule italienne. Le siège de Mantoue continue, et la campagne aboutit courant 1797 à l’éviction des Autrichiens de la péninsule italienne.

Napoléon au pont d'Arcole, par Antoine-Jean Gros, (ca. 1801), Louvre, Paris

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Bulletin des sciences militaires, p.289.
  2. Récit de Jean Antoine François Ozanam, témoin visuel, alors sous-lieutenant au 1er régiment des hussards de Bercheny, Livre de famille, tome 1, fonds Ozanam (non publié). L'orthographe du manuscrit original qui suit les usages de l'époque (pas d'accent, s long etc.) n'a pas été conservée dans cette citation.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]