Bataille de Montenotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Montenotte
Le chef de brigade Rampon défend la redoute de Monte-Legino, huile sur toile de René Théodore Berthon, 1812. Musée de l'Histoire de France, Versailles.
Le chef de brigade Rampon défend la redoute de Monte-Legino, huile sur toile de René Théodore Berthon, 1812.
Musée de l'Histoire de France, Versailles.
Informations générales
Date 12 avril 1796
Lieu Montenotte
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau français République française Drapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Royaume de Sardaigne Royaume de Sardaigne
Commandants
Napoléon Bonaparte
André Masséna
Amédée Laharpe
Eugène Argenteau
Johann von Beaulieu
Forces en présence
14 000 hommes 4 500 hommes
Pertes
880 morts, blessés ou disparus 116 morts
114 blessés
416 disparus
12 canons
Première coalition
Batailles
Guerre de la Coalition

Porrentruy · Marquain · Verdun · Thionville · Valmy · Lille · 1er Mayence · Jemappes · Namur · Maastricht · Francfort · Neerwinden · Landau · St-Amand (en) · Famars · San Pietro · 2e Mayence · 1er Arlon · Valenciennes · Dunkerque · Hondschoote · Avesnes (en) · Méribel · Menin · 1re Wissembourg · Kaiserslautern · Maubeuge · Wattignies · Wœrth · 2e Wissembourg · Martinique · Saint-Florent · Bastia (en) · Guadeloupe · 2e Arlon · 1er Landrecies · Villers-en-Cauchies (en) · Troisvilles (en) · Mouscron (en) · Tourcoing · Tournai · Ouessant (navale) · Fleurus · Calvi · Tripstadt (en) · Sprimont · Luxembourg · Helder · Gênes (navale) · Groix (navale) · Quiberon · Hyères (navale) · 3e Mayence · Ettlingen (en) · Friedberg · Neresheim · Irlande (1796) · Droits de l'Homme (navale) · Amberg · Friedberg · Terre-Neuve · Würzbourg (en) · Biberach · Emmendingen · Schliengen (en) · Kehl · Fishguard · Cap Saint-Vincent (navale) · Neuwied · Diersheim (en) · Santa Cruz de Ténérife (navale) · Camperdown (navale)


Guerre du Roussillon
Le Boulou 1 · Mas Deu · Bellegarde · Peyrestortes · Trouillas · Fort-Liberté · Toulon · Le Boulou 2 · Bastan · Orbaitzeta · Roses · Montagne Noire · Golfe de Rosas


Campagne d'Italie
Saorge · 1e Dego · Loano · Voltri (en) · Montenotte · Millesimo · 2e Dego · Ceva (en) · Mondovi · Cherasco · Fombio · Pont de Lodi · Borghetto · Mantoue · Lonato · Castiglione · Peschiera · Rovereto · Bassano · Pont d'Arcole · Rivoli · La Favorite · Faenza · Valvasone · Tyrol · Tarvis (en) · Leoben · Pâques véronaises · Chronologie de la campagne

La bataille de Montenotte eut lieu le 12 avril 1796 à Montenotte (nord-ouest de l'Italie - Province de Ligurie) durant la campagne d'Italie des Guerres de la Révolution française, entre l'armée française commandée par Bonaparte et les armées du Royaume de Sardaigne et d'Autriche sous les ordres du comte Eugène-Guillaume Argenteau.

Contexte[modifier | modifier le code]

Lorsque Bonaparte, fraîchement nommé commandant en chef de l'armée d'Italie, arrive à Nice le 27 mars, il trouve l'armée dans un bien piteux état. Des 106 000 annoncé par le ministère de la guerre, beaucoup sont morts, sont prisonniers ou ont déserté. Les quelque 31 000 soldats restant, dont 28 000 fantassins et 3 000 cavaliers, sont mal nourris, mal habillés, mal armés. Ils ne disposent plus que de 30 canons et 500 mulets pour le transport[1].

En face, l'armée autrichienne compte 42 bataillons et 44 escadrons. L'armée piémontaise est forte de 30 000 hommes et la cavalerie napolitaine compte 2 000 hommes soit au total 80 000 soldats et 200 pièces de canons[1].

La bataille[modifier | modifier le code]

Le général Bonaparte avance sur la côte de Ligurie et fait une percée entre les forces autrichiennes du général Johann von Beaulieu et les forces Austro-Sardes du comte d'Argenteau. Bonaparte affronte ces derniers à Montenotte en ordonnant au général Laharpe d'attaquer frontalement et à Masséna d'attaquer l'aile droite. Le comte Argenteau tente bien d'arrêter la manœuvre française, mais agit trop tardivement: ses forces sont dispersées et la plupart de ses hommes sont capturés. Cette bataille est la première victoire du général Bonaparte dans la campagne d'Italie.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bibliothèque historique et militaire, dédiée à l'armée et à la garde nationale de France.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Traité des grandes opérations militaires, contenant l'histoire critique des campagnes de la Révolution, de Antoine Henry de Jomini, Henri Jomini - 1816
  • Bernard Adolphe Granier de Cassagnac, Histoire du Directoire, 1863.
  • Mémoires pour servir à l'histoire de France sous le règne de Napoléon, écrits à Ste.-Hélène Par Napoleon, Gaspard Gourgaud, Charles-Tristan Montholon - 1830
  • Bibliothèque historique et militaire, dédiée à l'armée et à la garde nationale de France - 1857