Bataille du cap Saint-Vincent (1797)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille du cap Saint-Vincent.
Bataille du cap Saint-Vincent (1797)
Bataille du cap Saint-Vincent par Robert Cleveley
Bataille du cap Saint-Vincent par Robert Cleveley
Informations générales
Date
Lieu au large du Cap Saint-Vincent (Portugal)
Issue Victoire britannique
Belligérants
Flag of Spain (1785-1873 and 1875-1931).svg Royaume d'Espagne Royaume de Grande-Bretagne Royaume de Grande-Bretagne
Commandants
Don José de Córdoba John Jervis
Forces en présence
24 navires de ligne
7 frégates
15 navires de ligne
5 frégates
1 sloop
1 cotre
Pertes
250 morts
550 blessés
4 navires capturés
73 morts
327 blessés
Première Coalition
Batailles
Guerre de la Coalition

Porrentruy — Marquain — Verdun — Thionville — Valmy — Lille — 1er Mayence — Jemappes — Namur — Maastricht — Francfort — Neerwinden — Landau — St-Amand (en) — Famars — San Pietro — 2e Mayence — 1er Arlon — Valenciennes (en) — Dunkerque — Hondschoote — Avesnes (en) — Méribel — Menin — 1re Wissembourg — Kaiserslautern — Maubeuge — Wattignies — Wœrth — 2e Wissembourg — Martinique — St-Florent (en) — Bastia (en) — Guadeloupe — 2e Arlon — 1er Landrecies — Villers-en-Cauchies (en) — Troisvilles (en) — Mouscron (en) — Tourcoing — Tournai — Ouessant (navale) — Fleurus — Calvi — Tripstadt (en) — Sprimont — Luxembourg — Helder — Gênes (navale) — Groix (navale) — Quiberon — Hyères (navale) — 3e Mayence — Ettlingen (en) — Friedberg — Neresheim — Irlande (1796) — Droits de l'Homme (navale) — Amberg — Friedberg — Terre-Neuve (en) — Würzbourg (en) — Biberach — Emmendingen — Schliengen (en) — Kehl — Fishguard — Cap Saint-Vincent (navale) — Neuwied — Diersheim (en) — Santa Cruz de Ténérife (navale) — Camperdown (navale)


Guerre du Roussillon
Le Boulou 1 — Mas Deu — Bellegarde — Peyrestortes — Trouillas — Fort-Liberté - Toulon — Le Boulou 2 — Bastan - Orbaitzeta - Roses - Montagne Noire — Golfe de Rosas


Campagne d'Italie
Saorge (en) — 1e Dego — Loano — Voltri (en) — Montenotte — Millesimo — 2e Dego — Ceva (en) — Mondovi — Cherasco — Fombio — Pont de Lodi — Borghetto — Mantoue — Lonato — Castiglione — Peschiera — Rovereto — Bassano — Pont d'Arcole — Rivoli — La Favorite — Faenza —Valvasone — Tyrol —Tarvis (en) — Leoben — Pâques véronaises — Chronologie de la campagne

Coordonnées 37° 01′ 30″ N 8° 59′ 40″ O / 37.025, -8.9944444444444 ()37° 01′ 30″ Nord 8° 59′ 40″ Ouest / 37.025, -8.9944444444444 ()  

La bataille du cap Saint-Vincent est une bataille navale qui a lieu le , opposant les flottes britanniques et espagnoles à proximité du Cap Saint Vincent, au sud-ouest du Portugal.

L'amiral Sir John Jervis, fort de ses quinze vaisseaux de ligne l'emporta sur les 24 navires de l'amiral espagnol Don José de Córdoba.

Les Espagnols sont défaits, en raison de la piètre qualité de leurs équipages. Sir Jervis pouvait compter sur des matelots disciplinés ainsi que sur des commandants chevronnés tels que Nelson et Collingwood, futurs héros de Trafalgar.

Contexte[modifier | modifier le code]

La déclaration de guerre par l'Espagne au Portugal et à la Grande-Bretagne en 1796 a rendu la position britannique en Méditerranée dangereuse. La flotte franco-espagnole dans cette mer comptait en effet 38 navires de lignes contre 15 pour les Anglais. Cette supériorité force les britanniques à évacuer leurs positions en Corse et sur l'île d'Elbe.

Au début de l'année 1797, la flotte espagnole forte de 27 navires doit rejoindre la flotte française à Brest et entre temps escorter une flotte de 57 navires marchands à Cadix transportant du mercure. José de Cordoba et sa flotte navigue le 1er février à la gauche de Carthagène. Prévoyant d'arriver sans dommage à Cadix, les espagnols se font surprendre par une forte tempête entre Gibraltar et Cadix qui les déporte plus à l'ouest que prévu dans l'océan Atlantique. Cela oblige les navires espagnols à un voyage plus long vers Cadix.

Pendant, ce temps, John Jervis fait appareiller une flotte de 10 navires de Tage pour intercepter les Espagnols. Le 6 février, Jervis arrive au large du Cap Saint-Vincent renforcé par l'arrivée de 5 navires sous le commandement de l'amiral William Parker.

Le 11 février, la frégate Minerve sous le commandement d'Horatio Nelson croise à proximité immédiate de la flotte espagnole en profitant d'un épais brouillard pour ne pas se faire repérer. Nelson atteint la flotte britannique le 13 février et transmet la position des navires espagnols au commandement anglais. À cause du brouillard, il n'a cependant pas pu en comptabiliser le nombre. Jervis ordonne quand même l'interception.

Au matin du 14 février, Jervis apprend que la flotte espagnole se situe à 35 milles de ses positions, il est de plus avantagé par le vent.

La bataille[modifier | modifier le code]

Reddition du San Nicolás

Jervis souhaite engager le combat et les deux flottes se rencontrent le 14 février. Nelson se trouve à l'arrière de la ligne britannique, et se rend compte qu'il faudra un long moment avant qu'il puisse entrer en action. Il effectue alors son premier acte de désobéissance aux ordres. Au lieu de continuer à suivre la ligne, il change de cap, pour engager la bataille avec une division espagnole composée du San José (112 canons), du San Nicolás (80) et de la Santísima Trinidad (130). Il les combat tous les trois, assisté par le HMS Culloden venu à l'aide de Nelson. Après un duel d'artillerie d'une heure, le Captain et le Culloden sont fortement endommagés. Nelson se trouve bord à bord du San Nicolás et conduit à l'abordage du navire espagnol une partie de son équipage, criant « À l'abbaye de Westminster ou une victoire glorieuse » le forçant à se rendre. Le San José tente de venir à l'aide du San Nicolas mais a du mal à manœuvrer. Nelson passe ensuite avec sa compagnie d'abordage du pont du San Nicolás sur celui du San José et le capture également. La nuit tombant, la flotte espagnole bat en retraite vers Cadix. En plus des deux prises de Nelson, deux autres vaisseaux ont été capturés par les Britanniques.

Nelson est victorieux mais a désobéi aux ordres. Étant apprécié de Jervis, l'affaire en reste là. Toutefois, dans son rapport officiel sur la bataille, il n'est pas fait mention de Nelson. Il écrit cependant une lettre privée à George Spencer dans laquelle il explique que Nelson avait beaucoup contribué à la « chance de la journée ». Nelson écrit aussi plusieurs lettres au sujet de sa victoire, notant que son action avait été portée à connaissance de la flotte. Le point de vue de Nelson sur le combat a été plus tard contesté par le contre-amiral William Parker présent à bord du HMS Prince George. Il a par ailleurs affirmé que Nelson avait été appuyé par plus de navires que ce qu'il avait reconnu, et qu'au moment de mener l'assaut sur le San José, le navire avait déjà baissé pavillon. Néanmoins, la version de Nelson fait référence. Elle est bien accueillie en Grande-Bretagne où Jervis est fait « vicomte de Saint-Vincent » et Nelson, Chevalier de l'Ordre du Bain. Le 20 février, il est promu contre-amiral de l'Escadre bleue. Cette promotion est cependant plutôt liée à son ancienneté qu'à ses actions dans cette bataille.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le jeune lieutenant Horatio Nelson, peint par John Francis Rigaud en 1781

Non seulement cette victoire a découragé tout projet d'alliance entre la France révolutionnaire et le royaume d'Espagne mais elle a remonté le moral de la Royal Navy qui avait été fortement ébranlé par toute une série de mutineries. Enfin et surtout elle a favorisé en Nelson, par la reconnaissance unanime de ses pairs, l'ascension au sein de la Navy d'un jeune chef capable de prendre des initiatives imprévisibles et intrépides, désobéissant aux schémas classiques de la guerre sur mer. Initiatives qui, emportant l'adhésion en pleine confiance de ses subordonnés, seront couronnées de succès jusqu'aux triomphes des batailles d'Aboukir et de Trafalgar et l'anéantissement de la flotte de l'ennemi juré de l'Angleterre de Pitt.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]