Puttelange-aux-Lacs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Puttelange.

Puttelange-aux-Lacs
Puttelange-aux-Lacs
Église Saint-Pierre-et-Saint-Paul.
Blason de Puttelange-aux-Lacs
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Sarralbe
Intercommunalité Communauté d'agglomération Sarreguemines Confluences
Maire
Mandat
Claude Decker
2014-2020
Code postal 57510
Code commune 57556
Démographie
Gentilé Puttelangeois
Population
municipale
3 080 hab. (2014)
Densité 185 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 03′ 11″ nord, 6° 55′ 54″ est
Altitude Min. 220 m
Max. 277 m
Superficie 16,66 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 14.svg
Puttelange-aux-Lacs

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 14.svg
Puttelange-aux-Lacs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puttelange-aux-Lacs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puttelange-aux-Lacs

Puttelange-aux-Lacs est une commune française située dans le département de la Moselle et le bassin de vie de la Moselle-Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.
Communes limitrophes de Puttelange-aux-Lacs
Hoste Loupershouse Ernestviller
Puttelange-aux-Lacs Grundviller
Saint-Jean-Rohrbach Rémering-lès-Puttelange Richeling

Écarts et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Mentions anciennes[modifier | modifier le code]

  • Puttelange : Putilinga (1069), Putelenges (1135), Putlingen (1172), Putelinga (1209), Puttelingen & Puthelingen (1224), Hessen-Puttelange (1232), Putlinga (1254), Pittelange (1403), Puttlingen (1409), Hesse-Putlingen (1410), Heseputtlingen (1460), Putelainges (1482), Puttelinga & Puttlange (1544), Hessen-Puttlingen (1565), Pitlingen (XVIIe siècle), Pittling (1645), Putlange (1680 & 1793), Petelange (carte Cassini), Puttelange-les-Sarralbe (1844), Puttelange-lès-Farschviller (1927), Puttelange-aux-Lacs (1971)[1],[2]. En allemand : Pitlingen[1] et Püttlingen (1871-1918 et 1940-1944). En francique lorrain : Pettlinge[3] et Pittlinge.
  • Thiergarten : Diergarten (1409), Dhiergarten (carte Cassini), Thirgarten (carte de l'état-major)[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Puttelange est un toponyme germanique composé de Putilo (un homme d’origine germanique). Son nom sera à l’image de nombreux noms de village de Moselle suivi du suffixe -inga qui désigne un établissement rural appartenant à une famille, francisé en -ange ultérieurement. Le déterminant complémentaire -aux-lacs est ajouté au cours du XXe siècle.

Sobriquet[modifier | modifier le code]

Au XIVe et XVe siècles, les habitants de Puttelange furent surnommés "Püttelinger-Hesiber" en référence à la fabrique de tamis en crin de cheval (Hesiber désignant les fabricants de tamis).

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque gallo-romaine[modifier | modifier le code]

La route du Hérapel à Guéblange, qui reliait entre elles les grandes routes de Metz à Worms et de Metz à Strasbourg, passait le long de la rive droite du Mutterbach, par Puttelange, Rémering, Holving et Hirbach[4].

VIe siècle[modifier | modifier le code]

Puttelange vit le jour au VIe siècle, époque où Putilo (d’origine germanique) créa avec ses compagnons une cité le long de la Mutterbach[5].

XIIe-XIVe siècles[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle, Puttelange appartenait à la famille des comtes de Lunéville, dont une branche possédait le comté de Metz, fief épiscopal, et une autre branche la seigneurie de Blieskastel. En 1135, Folmar, cinquième du nom comme comte de Metz, fonda une abbaye cistercienne à Beaupré (au sud-est de Lunéville, démolie en 1804, aujourd'hui une ferme) et la dota de la forêt de Hériménil qu'il tenait en fief de l’Évêché de Metz. En compensation, dit-on, il céda Puttelange, jusque-là franc alleu, à l'Évêque et le reprenait en fief de l’Évêché. De là date la suzeraineté de l’Évêché sur Puttelange, qui sera plus tard contestée par le Duc de Lorraine.

La fille de Folmar, Clémence, héritière de Lunéville et de Puttelange, apporta ses domaines à son époux et cousin Folmar, seigneur de Blieskastel (anciennement appelé comté de Castres, autre fief de l’Évêché). Leur petit-fils Henri II ne laissa que des filles. D'après une convention avec le suzerain l'Évêque, la fille aînée Élisabeth et son époux, Renaud de Lorraine, furent admis à la succession en reconnaissant la suzeraineté de l’Évêché. Mais en 1264, le duc de Lorraine Ferry III investit de ces terres son oncle Renaud, seigneur de Bitche, les revendiquant ainsi comme des fiefs lorrains.

À la mort de Renaud, en 1274, éclata la guerre de succession entre, d'une part Henri comte de Salm, époux de Laurette, sœur d'Élisabeth, soutenu par l'Évêque de Metz, et d'autre part le duc de Lorraine, allié du comte de Sarrebruck. Le comte de Salm fut vainqueur en 1278, mais, fortement endetté, il vendit l’Évêché de Metz, puis la seigneurie de Blieskastel en 1284, et en 1290 le château de Schaumbourg (près de Tholey, Sarre), en gardant seulement Puttelange.

Une petite partie de Puttelange appartenant à la seigneurie de Forbach, fief lorrain, fut acquise par Salm. La suzeraineté, revendiquée par la Lorraine, lui fut reconnue par l’Évêché en 1379. Salm possédait en plus de Salm (Senones et Badonviller) et de Puttelange, encore Morhange (fief de Lorraine) et Viviers (fief de Bar)[4].

En 1347, le comte Jean de Salm accorda aux habitants une "charte du ban des fabricants de tamis", charte qui favorisa le commerce pour lui ouvrir les portes de l’Europe. Ces tamis, réputés à l’époque, se vendaient jusque dans la vallée du Rhin à Cologne et en Hollande[5].

En 1349, il y eut un partage des domaines : Jean le Jeune, de Salm, eut pour sa part Puttelange et Viviers, mais à sa mort (en 1368 à Ligny-en Barrois dans un combat contre les Messins), l'unité fut rétablie[4].

XVe-XVIIe siècles[modifier | modifier le code]

En 1475, à la mort de Jacques de Salm, il y eut un partage définitif :

- l'oncle de Jacques, Jean IV de Salm à Badonviller, reçut la moitié de Salm, la moitié de Puttelange et la seigneurie de Viviers. La lignée s'éteignit en 1600 et, en 1632, tout l'héritage passa au duc de Lorraine, excepté la moitié de Puttelange.

- la sœur de Jacques, Jeanne, hérita d'une moitié de Salm, d'une moitié de Puttelange et de la seigneurie de Morhange, et apporta ces terres à son époux, Jean V, rhingrave (Rheingraf), comte sauvage (Wildgraf) de Kirbourg et Dhaun et qui prit, lui aussi, le titre de Salm[4].

En 1550, la chapelle Sainte-Croix vit le jour à Puttelange (elle recèle aujourd'hui un bel autel et des boiseries du XVIIIe siècle classés monuments historiques)[5].

À Jean succéda son fils Jean VI, puis le fils cadet du dernier, Jean VII de Kirbourg. Les fils de Jean VII procédèrent à un partage en 1545. L'aîné Jean succéda à Morhange, et Thomas le cadet à Puttelange, dont hérita sa fille Juliane, laquelle épousa en 1603 Ernest, comte de Mansfeld, le fondateur d'Ernestviller. De 1603 à 1606, celui-ci fit construire le château dit "Edelmannhaus" par l'architecte Buckheisen. Il fut vraisemblablement construit sur les ruines d’un château fort du XIIIe siècle.

Comme ils n'eurent pas d'enfants, Puttelange passa aux cousins de Morhange qui s'éteignirent en 1688[4].

En 1607, la ville fut détruite par un incendie, et une requête fut adressée en 1618 par les habitants au Duc Henri II de Lorraine afin d'obtenir une décharge d'impôts, preuve de leur situation malheureuse.

À peine eurent-ils relevé les murailles de la ville et leurs habitations que l'armée impériale et les troupes suédoises et françaises envahirent le Duché de Lorraine et le saccagèrent à l'excès. Comme les autres villes de Lorraine, Puttelange fut à plusieurs reprises pillée ou incendiée durant la Guerre de Trente Ans[6].

En 1640, Puttelange était la seconde ville de la région par le nombre d’habitants (350) derrière Sarreguemines (480)[5].

En 1688, par défaut de descendance, Puttelange fut attribuée à la nouvelle branche des comtes sauvages de Dhaun[4].

À la fin du XVIIe siècle, une communauté israélite commença peu à peu à se former. Les offices religieux étaient célébrés dans une maison, aujourd'hui rue de Nancy. Sur le linteau de la porte d'entrée, on peut encore voir de nos jours la tête sculptée du premier rabbin. Plus tard, une autre maison, voisine, fut affectée au culte tandis que l'ancienne servait d'école et de logement au maître[7].

XVIIIe-XIXe siècles[modifier | modifier le code]

En 1714, Charles de Dhaun-Salm, comte de Puttelange, céda le comté à Walrad, son jeune frère, major général des armées impériales. L'année suivante, celui-ci fit construire à 100 m du premier château, sur la rive droite du Mutterbach, un second château[5].

La lignée des Dhaun prit fin en 1750 en la personne de Frédéric-Guillaume, mort à l'âge de 5 mois. L'héritière fut sa cousine Catherine de Linange de Klein-Bockenheim (ouest de Worms), qui épousa Théodore-Alexandre, prince de Loewenstein-Wertheim-Rochefort. Leur fils, le prince Dominique-Constantin, perdit tous les droits seigneuriaux par les décrets de l'Assemblée Constituante en 1789. Contre ces décrets, le prince de Salm, le comte de Sarrewerden et le comte de Créhange pouvaient protester en se basant sur le traité de Westphalie de 1648. Mais le comté de Puttelange était un fief du duché de Lorraine, qui en 1766 était passé sous la suzeraineté de la France en vertu du traité de Vienne de 1738. L'Empire ne pouvait donc pas intervenir[4].

En 1760, une église dédiée aux Saints Pierre et Paul fût bâtie à Puttelange[5].

De 1790 à 1802, Puttelange fut le chef-lieu d'un canton qui comprenait les villages de Cappel, Diebling, Diffembach, Ebring, Ellviller, Ernestviller, Farschviller, Grundviller, Guebenhouse, Heckenransbach, Hoste, Loupershouse, Metzing, Nousseviller, Puttelange, Rémering, Richeling, Saint-Jean-Rohrbach et Valette. Le 22 octobre 1801, le canton fut agrandi des neuf communes du canton de Sarralbe et de trois communes du canton de Hellimer (Castviller, Hilsprich, Nelling), mais il fut supprimé le 5 mai 1802 : la plupart des communes formant le nouveau canton de Sarralbe.

Les princes allemands dépossédés reçurent en 1803 de très larges compensations aux dépens des biens ecclésiastiques pour leurs terres confisquées par la France sur la rive gauche du Rhin. Le prince Loewenstein, qui ne pouvait prétendre qu'à une faible compensation pour sa petite seigneurie allemande de Scharfeneck (près de Landau), eut une indemnité qui tenait compte de la perte de la terre de Puttelange, française depuis 1766[4].

En 1830, MM. Massing et Huber créèrent une fabrique de peluche de soie pour chapeau qui devint l’activité industrielle la plus florissante de Puttelange. En effet depuis le XVIIe siècle, il est fait état de culture de lin et de chanvre. Les métiers à tisser étaient très répandus dans la région et de nombreux foyers avaient le leur. Ce fut dans ce contexte très favorable que les deux associés envisagèrent la fabrication massive de la peluche de soie indispensable à la fabrication des chapeaux haut-de-forme. Dans un premier temps, ils exploitèrent le travail à domicile des particuliers. Puis, une fois le système rodé, ils se décidèrent à fonder une manufacture en 1833 sous la dénomination "Société Massing Frères, Huber & Cie". Un premier atelier fut construit au lieu-dit "Pauly's Hof", situé près de l'actuelle route de Sarreguemines. On y trouvait seulement 4 métiers à tisser. Cependant, cette fabrique devint une entreprise mondialement connue et appréciée, et son expansion se poursuivit jusqu’aux années 1860.

En 1844, la ville reçut le nom de Puttelange-lès-Sarralbe, du fait de sa proximité avec le fief du Pays d'Albe tout proche. La manufacture employait alors 1400 ouvriers. C’est cette année que M. Massing racheta le château construit en 1715 par Walrad de Dhaun-Salm, comte de Puttelange.

Dans les années 1850, outre cette importante manufacture, on trouvait à Puttelange : 1 moulin, 1 tuilerie, 1 fabrique de gants de soie, 1 fabrique de broderie, rouennerie et soierie, 1 fabrique de toile de chanvre et de lin, 1 draperie, 1 fabrique de colle forte et 4 tanneries. L’aspect commercial de la ville est attesté à la fin du XIXe siècle par la tenue de deux grandes foires annuelles et douze marchés, sans oublier deux marchés aux cochons par mois et un marché aux légumes.

En 1862, Émile Huber demanda la dissolution de la manufacture pour s’installer à Sarreguemines[5].

La communauté israélite se renforça constamment au cours du XIXe siècle, atteignant 201 personnes en 1863, ce qui rendit le lieu de culte, déjà vétuste, trop étroit. On construisit en 1864-66, sur les plans de l'architecte Desgranges de Sarreguemines, une étonnante synagogue en style orientalisant qui coûta 34419 francs, somme considérable qui ne fut couverte que par des subventions, tant municipales que consistoriales[7].

Guerre de 1870 et Première Annexion[modifier | modifier le code]

En 1871, la ville changea de nom avec l'arrivée des prussiens et opta pour Puttlingen-Lothringen.

Une phase de germanisation intensive (culturelle, linguistique, morale, mais aussi administrative) fut alors entreprise par les vainqueurs. Après cette annexion, les frères Massing souffrirent de l'administration allemande très rigide. Ainsi l'Inspecteur Général Impérial mit en garde M. Massing contre "les risques d'intoxication et de pollution découlant de l'utilisation de certaines substances chimiques destinées à traiter les tissus". De plus, à cette époque, le personnel de l'établissement Massing migra vers l'exploitation minière, la faïencerie de Sarreguemines, ou même la fabrique concurrente de Sarreguemines, dirigée par M. Huber, ex-associé des frères Massing.

C'est à cette époque que fut construite la ligne Forbach-Sarreguemines. Cependant des intérêts particuliers firent que Puttelange fut écartée du tracé de cette ligne. Les mineurs de Puttelange, mais aussi de Diefenbach, de Rémering, de Hilsprich devaient donc se rendre à pied jusqu'à Farschviller. Ils se levaient à 3h du matin pour prendre le train vers 5h30. Pour être enfin reliée au réseau, la commune envisagea de faire construire son propre chemin de fer. La première mention d'une telle ligne, devant relier Puttelange à Farschviller, date du 16 janvier 1878, lors d'un conseil municipal extraordinaire. L'unanimité du conseil fut obtenue, mais resta sans suite jusqu’en 1908. Il faut dire que depuis 1876, M. Camille Massing (de la fabrique Massing) était maire de Puttelange, et qu'il était plutôt opposé au projet. Cependant la pression de l'opinion publique l'obligea à céder, notamment au cours du conseil municipal du 8 mars 1908, et à reprendre le projet. Le 25 avril 1910, le docteur Wack succéda à M. Massing comme maire de Puttelange. Nouvelle décision du conseil municipal, cette fois-ci suivie d'effet, puisque le docteur Wack donna le premier coup de bêche à la construction de la ligne le 22 janvier 1911. L'inauguration eut lieu le dimanche 1er mars 1912[5].

Première Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

En janvier 1918, ordre fut donné de démonter les cloches de l'église de Puttelange. Sous le prétexte de n’être pas outillée pour le faire, la ville conserva ses 5 cloches pendant quelques mois. Puis sous la pression des autorités allemandes qui avaient besoin de bronze pour construire des canons, on dut procéder à l’enlèvement de 4 cloches.

Le 3 septembre 1918, toujours sous l’occupation allemande, un drapeau français fut planté sur le « Volkenbrunnen », la fontaine qui se trouvait en plein centre-ville.

En novembre 1918, les Puttelangeois allèrent rechercher, au nez et à la barbe des militaires allemands, leurs cloches qui avaient fait halte en gare de Farschviller avant de partir pour une fonderie en Allemagne.

Si Puttelange fut épargnée par les grandes batailles, elle eut à souffrir d'une autre façon. Ainsi, nombreux furent ceux qui, appelés à combattre dans l’armée allemande, ne revirent jamais leurs familles. La ville eut également à souffrir de l’économie de guerre : les habitants se virent confisquer vaches et bœufs et les boulangers durent cuire le pain pour l’armée. Les Puttelangeois firent preuve d’une mauvaise volonté si évidente que la ville se vit qualifiée de "Französennest" (nid français).

Finalement, le 22 novembre, toutes les fenêtres s’ornèrent de drapeaux Bleu-Blanc-Rouge pour accueillir les troupes françaises entrant à Puttelange. Les drapeaux furent sortis des cachettes ou bien fabriqués à la hâte grâce aux jupons, rideaux et autre doublure[5].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Du au , la commune fut desservie par le chemin de fer de Puttelange à Farschviller (surnommé le « Schengel »), grâce à la volonté des habitants d'avoir accès à ce moyen de transport. En effet, la section Béning-Sarreguemines de la ligne de Haguenau à Hargarten-Falck évitait Puttelange (car passant par Farschviller) lors de sa mise en service, en 1865[8].

En 1922, Paul Kemp de Benfeld racheta une partie des bâtiments de la fabrique Massing et y installa une bonneterie (fabrication et vente de sous-vêtements). Quelques années plus tard il racheta le reste[5].

En 1924, Puttelange changea de nom et s'appela Puttelange-lès-Farschviller (et sera finalement renommée Puttelange-aux-Lacs par référendum, le 26 mars 1971)[8].

Ligne Maginot Aquatique[modifier | modifier le code]

La construction de la Ligne Maginot fut lancée en 1927. Le Conseil Supérieur de la Guerre décida de ne pas fortifier le long de la frontière de la Sarre, région détachée de l'Allemagne par le Traité de Versailles, et qui pouvait, dans les 15 ans, par référendum, sinon se joindre à la France, du moins devenir indépendante et donc neutre. Cet espace vide constitua un trou dans la Ligne Maginot : la "Trouée de la Sarre".

Toutefois des ouvrages d'eau furent créés de 1932 à 1934. De Hoste à Sarralbe, sur une distance de 16 km, se trouvèrent concentrés six barrages réservoirs, devenus des étangs aujourd'hui dédiés aux pêcheurs et aux touristes : les deux étangs de Hoste, l'étang de Diefenbach, l'étang du Welschhof à Puttelange, l'étang des Marais à Rémering et l'étang de Hirbach. Le volume total de ces six réservoirs représente 6 415 130 m3 d'eau pour une superficie de 316 ha. Des vannes pouvaient déverser cette eau en 36 heures dans des biefs formés par des digues de retenue construites sur la rivière Moderbach (ou Mutterbach), inondant la zone et empêchant tout franchissement en cas d'offensive ennemie. Ces ouvrages furent appelés plus tard Ligne Maginot Aquatique[9].

En 1931, les premiers soldats arrivèrent à Puttelange, et en attendant la construction des casernes, ils logèrent au Château Famin[5].

Le 13 janvier 1935, les Sarrois choisirent massivement le rattachement à l'Allemagne nazie. Le système d’inondations défensives était prêt fin 1934, mais restait un obstacle passif. À partir de 1935, on commença à construire en urgence des blockhaus ainsi que des casernes, et Puttelange fut déclarée ville de garnison[5]. Pour des raisons financières, la Trouée de la Sarre ne fut pas dotée de gros ouvrages d'artillerie ni de petits ouvrages d'infanterie. Elle fut parsemée d'une multitude de blockhaus de tailles et de valeurs très différentes[9].

Seconde Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Évacuation et "Drôle de Guerre"[modifier | modifier le code]

Puttelange fut évacuée le 1er septembre 1939 dans le département de la Charente, et sa mairie repliée à Soyaux. Le 3 septembre, suite à l’invasion de la Pologne, la France déclara la guerre à l’Allemagne. Les effectifs furent triplés dans la Trouée de la Sarre. On y comptait pas moins de sept divisions. Au mois d’octobre, l’armée commença à augmenter progressivement le niveau de l’eau. Plusieurs communes, dont Puttelange, furent alors inondées. Pendant les premiers mois qui suivirent la déclaration de guerre, les deux ennemis se contentèrent de s’observer : c’était la "Drôle de Guerre".

Combats de mai-juin 1940[modifier | modifier le code]

Le 10 mai, les Allemands lancèrent une offensive en traversant les Ardennes. Parallèlement, ils menèrent des opérations de diversion sur la Ligne Maginot afin d’y fixer les troupes ennemies. Les forces françaises situées en avant de la Ligne Principale de Résistance (LPR) se retirèrent, remplacées par les corps francs, et reculèrent progressivement jusqu’au 15 mai. Les inondations furent alors portées à leur maximum.

Le 3 juin, plus d'un millier de canons allemands furent pointés sur le 41e RMIC (Régiment de Mitrailleurs d'Infanterie Coloniale) et le 174e RMIF (Régiment de Mitrailleurs d'Infanterie de Forteresse) qui défendaient Puttelange et ses environs.

Le 4 juin, le clocher de l'église s'écroula, faisant tomber les cloches. Puttelange fut la proie des flammes[5].

Le 5 juin, les Allemands étaient face à la LPR et pénétrèrent dans Puttelange. Entre le 5 et le 12 juin, les quartiers pris de Puttelange furent repris au prix de durs combats.

Le 13 juin, le général Weygand, commandant suprême de l’armée française, donna l’ordre de repli général vers le sud. Dans la Trouée de la Sarre, ce repli était prévu pour le 14 au soir. Et c'est précisément au moment où l'armée française considérait l'abandon de la LPR que l'armée allemande choisit de l'attaquer de façon massive.

Le 14 juin, dès l'aube, les Allemands lancèrent l'opération Tiger qui avait pour but de percer la Ligne Maginot à l'endroit supposé le plus faiblement défendu et de foncer en direction de Nancy et de Lunéville. La 1ère Armée allemande du général von Witzleben, forte de 90000 hommes, chargée de l'attaque, se composait de six divisions en première ligne appuyées par l'aviation et par un millier de canons[10]. Du côté français, il y avait six régiments d'infanterie et deux bataillons de mitrailleurs renforcés par diverses batteries d'artillerie. En première ligne, les forces françaises n’alignaient que 17000 hommes[11].

À 6h30, un bombardement général de l'artillerie allemande s'abattit sur les lignes et les arrières français. L'Avancée de Puttelange était défendue par des éléments du 3/174e RMIF[12]. À 7h30, une vague de 60 Stukas intervint causant de lourdes pertes. Vers 8h30, quand enfin l'artillerie se tut ou allongea son tir, depuis les lisières des bois ou des haies, les Allemands débarquèrent des canons antichars ou des 88 de D.C.A. et tirèrent dans les embrasures des blockhaus de première ligne. Ailleurs, ils profitèrent du brouillard ou des fumigènes pour s'approcher. Les hommes du 222e RI, de la 75e DI, descendirent les pentes du Rodenberg par vagues successives pour attaquer Puttelange par le nord. Surnommée "la Venise du front"[13],[14], la ville de Puttelange inondée subit quatre attaques au cours de la journée qui, toutes, furent contenues par les feux croisés des points d'appui du 3/174e RMIF qui tenaient le nord de l'Avancée, avec l'aide du point d'appui de l'Usine Électrique (2/174e RMIF)[15]. Les Allemands firent aussi quelques tentatives du côté de la route de Sarreguemines, mais les Français parvinrent à résister grâce aux corps francs et à un appui d'artillerie qui pilonna les bases de départ allemandes. Des détachements du 244e RI, de la 60e DI voisine, attaquèrent à partir des berges de l'étang du Welschhof, mais ils furent refoulés également. Vers 15h, les attaques au nord de Puttelange cessèrent. Cependant, quelques éléments réussirent à s'infiltrer jusqu'aux premières maisons, au niveau de la jonction entre les 2 et 3/174e RMIF. Les Français restèrent maîtres de la ville jusqu'à la nuit, et ce n'est que sur ordre que le gros des troupes de forteresse quitta ses positions, laissant une simple croûte de défense[16],[17].

Au terme de la première journée de l’opération Tiger, les Allemands avaient perdu 1200 hommes et comptaient 4000 blessés. Du coté français on dénombrait 750 morts et 1800 blessés. Les hommes de la 1ère Armée allemande avaient entamé la LPR, mais n’avaient pas pu exploiter ces brèches étroites. Pour les Allemands c’était un échec. Les troupes françaises avaient vaillamment résisté, combattant à certains endroits à un contre dix, mais le terrain perdu ne put être repris, faute de renforts, et le sacrifice des défenseurs français fut réduit à néant par l’ordre de repli exécuté le 14 juin dans la soirée. La propagande allemande transforma cette défaite en victoire[18].

Le 15 juin, l'attaque allemande reprit. Les défenses furent percées rapidement et la poursuite des unités en repli commença.

Dans la nuit du 16 au 17 juin, le maréchal Pétain, qui venait de succéder à Paul Reynaud à la tête du gouvernement, demanda l'armistice aux Allemands.

Seconde Annexion[modifier | modifier le code]

Puttelange fut annexée de facto, tout comme le reste de la Moselle le 25 juillet, et renommée Püttlingen bei Saaralben.

Le 7 septembre, les habitants commencèrent à revenir et découvrirent leur ville inondée, brûlée et bombardée[5]. La synagogue fut en grande partie détruite par les Allemands qui se servirent des pierres pour construire des logements (ses ruines furent finalement entièrement abattues en 1959)[7].

À partir de 1942, les jeunes conscrits furent incorporés de force dans les armées allemandes, et souvent envoyés sur le front de l'Est. Un grand nombre disparut (leurs noms figurent sur le monument situé Place du Général De Gaulle).

Libération[modifier | modifier le code]

Puttelange fut à nouveau bombardée du 22 novembre au 4 décembre 1944 (13 morts et 280 maisons détruites)[4].

La ville fut libérée le 4 décembre 1944[14] par les Américains de la 3e Armée. Suivant les directives du 1er décembre du général Patton, le 12e Corps du général Eddy attaqua le 4 décembre au matin le secteur central dit du "Maderbach River"[19],[20] (rivière Mutterbach devant Puttelange) avec sa 35e DI suivant un axe Puttelange - Sarreguemines Ouest. Le 134e RI de la 35e DI, partant de Hoste-Bas, attaqua Puttelange, soutenu par le CCA de la 6e DB, parti de Valette[21].

À 4h, les hommes des 1er et 2e bataillons du 134e RI s'élancèrent discrètement sous la pluie, sans préparation d'artillerie, et traversèrent la rivière. La surprise fut totale pour les Allemands, et les compagnies A et C atteignaient les abords de la ville quand les premiers tirs éclatèrent. De nombreux Allemands surpris dans leur sommeil furent rapidement faits prisonniers. Alors que les compagnies A et C continuaient leur progression vers l'est de la ville, la compagnie B (servant de réserve) dut se retirer : un si grand nombre d'Allemands avaient été contournés dans l'obscurité que la compagnie de réserve prenait plus de prisonniers que les deux compagnies d'assaut. Au total, 109 Allemands furent capturés. Un homme du 1er bataillon fut tué, mais ce fut la seule perte à déplorer.

À 6 h, le 320e RI (à droite du 134e RI) signala que 200 ennemis se déplaçaient de Puttelange vers leur front. Pendant ce temps, le 2e bataillon avait eu autant de succès dans son attaque à gauche. Les compagnies F et G, suivies par la E, avaient envahi les défenses allemandes sur les hauteurs au nord de Puttelange. Les forces ennemies tentèrent une contre-attaque, mais de fortes concentrations d'artillerie brisèrent cette menace. Après avoir attendu que les ingénieurs aient achevé les ponts sur le "Maderbach" et que les chars d’appui et les Tank Destroyer soient passés, les deux bataillons reprirent leur attaque dans l’après-midi. Elle conduisit le 1er bataillon à Ernestviller et le 2e bataillon au-delà de la cote 287 jusqu'à Guebenhouse. Le 3e Bataillon, en réserve, s'était rendu à l'aube à Diefenbach et s'installa à Puttelange[22].

Citation de la commune à l'ordre du Corps d'Armée le 1er juillet 1948 : « Village de Lorraine particulièrement touché par la guerre, Puttelange-lès-Farschviller a subi de nombreux bombardements, qui ont causé la mort de 42 habitants. Par son attitude courageuse et hostile, s'est attiré la haine d'un ennemi féroce qui a déporté 200 habitants. Par ses sacrifices et son héroïsme, s'est acquis des droits à la reconnaissance du Pays. ».

Ces citations comportent l'attribution de la Croix de Guerre avec Étoile de Vermeil.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
14 décembre 1806   Jean Becker    
5 août 1841   Henri Thiebault
(1778-1866)
  Cultivateur, propriétaire, cabaretier
04 septembre 1852   Jean-François Pauly
(1813-1870)
  Tisserand en soie à Courcelles-Chaussy
17 décembre 1876 24 avril 1910 Camille Massing
(1836-1911)
  Attaché militaire de l'ambassade de France à Londres (1887-1890)
Général de brigade
Officier de la Légion d'Honneur (18/12/1870)
25 avril 1910 9 décembre 1912 Docteur Wack    
9 mai 1953 25 mars 1971 Jean Coumaros UDR Médecin
Député (1958-1973)
26 mars 1971 18 mars 2001 Jean Lang SE  
27 mars 2001 16 mars 2008 Laurent Janas UMP  
22 mars 2008 en cours Claude Decker SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[23]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[24].

En 2015, la commune comptait 3 033 habitants[Note 1], en diminution de 3,62 % par rapport à 2010 (Moselle : -0,06 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1861 1866 1871
1 4841 6271 8162 1652 3602 3392 3782 3632 296
1875 1880 1885 1890 1895 1900 1905 1910 1921
2 3042 2022 1762 0721 9641 8971 7301 7181 583
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 6751 7332 0681 2121 6762 0132 6422 8023 016
1990 1999 2004 2009 2014 2015 - - -
2 9793 1013 1713 1503 0803 033---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[25]. |recens-pr.)
Histogramme de l'évolution démographique

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Puttelange-aux-Lacs Blason Écartelé : au 1er de gueules à deux bars adossés d'argent, cantonnés de quatre croisettes recroisetées au pied fiché du même, au 2e d'or au lion de sable armé et lampassé de gueules, au 3e d'or à trois fasces d'azur, au 4e de gueules à la rose d'argent.
Détails
Attribué officiellement en 1911.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Vestiges de deux châteaux détruits en 1944. Le premier château, dit « Edelmannhaus », a été construit de 1603 à 1606 par le comte Ernest de Mansfield, reconstruit sur les ruines d’un château fort du XIIIe siècle.
  • Second château, construit en 1715 à 100 mètres du premier château, par Walrad de Dhaun-Salm, major général des armées impériales.
  • Systèmes fortifiés de la ligne Maginot aquatique.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle Sainte-Croix au cimetière.
Église Saint-Luc-Évangéliste de Diefenbach-lès-Puttelange
  • Église Saint-Pierre-et-Paul 1760, reconstruite.
  • Église Saint-Luc-Évangéliste à (Diefenbach-lès-Puttelange)
  • Chapelle Sainte-Croix 1550, rebâtie 1744 : autel Louis XV, sculptures des boiseries.
  • Ancien arbre remarquable disparu en 2014[26]
  • Synagogue : la première synagogue de Puttelange date de 1736. Il s'agirait donc d'une des plus anciennes du duché de Lorraine[27]. La seconde, style orientalisant datée de 1867, a été démolie en 1940, l'ancienne école juive a été transformée en appartements.
  • Cimetière israélite attesté en 1854.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Associations[modifier | modifier le code]

  • Football club de Puttelange-aux-lacs (F.C.P)
  • Chœur d'hommes Les Joyeux Compagnons
  • Football club de Diefenbach (F.C.D.)
  • Foyer des Lacs (foyers ruraux) : cinéma-école, danse modern-jazz, animations 3e âge, fête de la Jeunesse
  • Périscolaire : mercredi éducatif et centres aérés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Ernest de Bouteiller, Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, rédigé en 1868 sous les auspices de la Société d'archéologie et d'histoire de la Moselle, Paris, Imprimerie nationale.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Geoplatt
  4. a, b, c, d, e, f, g, h et i fascicule "Les Beautés de la France - Puttelange et ses environs touristiques et historiques", Éditions BOUARD - Lunéville,
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « Site de la Ville de Puttelange-aux-lacs », sur mairie-puttelangeauxlacs.com (consulté le 20 septembre 2018)
  6. Henri HIEGEL, « Puttelange-lès-Farschviller détruite en 1607 par le feu », Les Cahiers Lorrains, no 7,‎ , p. 121 (lire en ligne)
  7. a, b et c « Puttelange », sur judaisme.sdv.fr (consulté le 21 septembre 2018)
  8. a et b PàL S. Avice, « Histoire de Puttelange », sur cc-albe-lacs.com, (consulté le 13 novembre 2015).
  9. a et b Paul MARQUE, La Ligne Maginot Aquatique, éditions PIERRON, (ISBN 978-2708500693)
  10. Roger Bruge, Faites sauter la Ligne Maginot !, Fayard, , 472 p. (ISBN 9782213002088)
  11. HOHNADEL Alain - MARY Jean-Yves - Histoire & Collections, Batailles Hors-Série N°13 - Sarre 1940, Opération Tiger, , 82 p.
  12. Essai d'historique des 69è, 82è et 174è régiments de mitrailleurs d'infanterie de forteresse : septembre 1939-juin 1940, Laxou : Ralliement, , p. 3ème volume : 174è R.M.I.F.
  13. Match - Collectif - 1940, Match n°95, , p. Mortier de 280mm et la Venise du Front (Sarre - Secteur de Puttelange)
  14. a et b « Des souvenirs de la Venise du Front », sur www.republicain-lorrain.fr,
  15. « Le PA de l'Usine Électrique », sur www.lignemaginot.com (consulté le 19 septembre 2018)
  16. « Ligne Maginot aquatique | Société d'Histoire du Pays Naborien », sur www.shpn.fr (consulté le 19 septembre 2018)
  17. « L'Avancée de Puttelange », sur www.lignemaginot.com (consulté le 19 septembre 2018)
  18. Les Amis du Pays d'Albe - Albe Graphic, Fascicule n° 21 de la Revue de la Société d'Histoire 'Les amis du Pays d'Albe', , 96 p., p. La Ligne Maginot et l'enfer du 14 juin 1940 devant Sarralbe-Puttelange
  19. (en) Steven Zaloga, Metz 1944 : Patton's fortified nemesis, Osprey Publishing, , 96 p. (ISBN 978-1849085915)
  20. (en) James A. Huston, Biography of a Battalion : The Life and Times of an Infantry Battalion in Europe in World War II, Stackpole Books, (ISBN 978-0811726948)
  21. « Version américaine de la bataille », sur www.farebersviller-saga.net (consulté le 19 septembre 2018)
  22. « 134th Infantry Regiment Combat History Chapter 7 », sur www.coulthart.com (consulté le 20 septembre 2018)
  23. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  24. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  26. http://www.monumentaltrees.com/fr/fra/moselle/puttelangeauxlacs/9521_cotedelachapelle/18835/
  27. La synagogue de Puttelange-aux-Lacs